Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« François Bayrou remonte nettement dans les sondages | Page d'accueil | Jean Lassalle et le silence des agneaux »

jeudi, 13 novembre 2008

Hannah, une enfant de 13 ans peut-elle choisir de mourir ?

HannahJones.jpgLe cas de Chantal Sébire, en mars dernier, avait bouleversé la France. Mais celui d'Hannah Jones risque de nous frapper de stupeur encore bien plus. Il s'agit d'une enfant de 13 ans, hospitalisée à de nombreuses reprises et victime d'une cardiomyopathie contractée à la suite d'un traitement contre une leucémie à 5 ans. Elle est condamnée à mort à plus ou moins brève échéance, d'après ce que j'ai compris, sauf à tenter une incertaine greffe du coeur, et, même dans ce cas, il lui faudrait alors suivre à vie un traitement d'immuno-dépresseurs susceptible de réactiver sa leucémie. Une cardiomyopathie est un dysfonctionnement du muscle cardiaque. La survie à l'opération n'est pas assurée, et des complications très graves peuvent survenir.

Choix terrifiant. Comment peut-on avoir 13 ans et choisir de mourir ? Car cette jeune fille ne veut plus passer encore du temps à l'hôpital. Elle se juge condamnée et veut finir son existence chez elle, quand bien même cela raccouricrait sa vie. Bien peu de médias se sont intéressés à cette triste histoire, en France, mais le quotidient le Figaro la suit avec attention. Il lui a consacré deux articles dont je recommande la lecture (Le cas Hannah Jones vu de France, A 13 ans elle obtient de ne pas être opérée ).

Comment ne pas être bouleversé par un choix aussi dramatique ? N'y a-t-il donc vraiment aucun moyen de sauver Hannah ? Personnellement, j'ai le plus grand mal à nme résoudre à admettre qu'une enfant de cet âge puisse mourir, doive mourir. La loi Kouchner de 2002 prévoit pour les individus mineurs qu'ils puissent refuser des traitements s'ils sont en état de discernement. Les équipes médicales oeuvrent en fait un peu dans le flou, en essayant d'adopter une attitude pragmatique et en évaluant elles-mêmes la maturité de l'enfant.

Hannah a exprimé elle-même son avis sur la chaîne TV SkyNews.

J'avoue une forte détresse quand j'entends cette enfant choisir sa mort. Comment ne pas s'insurger ? Confronté à ces morts choisies de préférence à la souffrance, nous sommes désarmés, comme je l'avais noté dans mon article sur Chantal Sébire, et, pour ma part, je me tourne une fois de plus vers Épicure sur son lit de mort, dans sa lettre à Idoménée, son ami : il dit que le souvenir des bons moments passés ensemble lui permet de mourir en paix. Il me semble qu'Hannah a choisi de suivre la même voix que le philosophe grec. Si elle doit mourir, que le maximum de moments heureux aient été vécus, avec sa famille et avec ses amis. Quant à moi, tout hérétique que je suis, j'en suis à espérer le miracle pour Hannah, parce que je crois que c'est tout ce qu'il reste.

 

Commentaires

Pour beaucoup, en mourant, ce ne sont pas
les souvenirs qui importent.

Écrit par : Candide | jeudi, 13 novembre 2008

@ Candide

Sans doute, mais c'est ainsi qu'Épicure se propose de surmonter la mort.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 13 novembre 2008

Si mes réminiscences ne sont pas complètement parties, il dit qu'il ne faut avoir peur de la mort car quand nous sommes, elle n'est pas et quand elle est là nous n'y sommes plus.

Pour ma part, je dirais simplement que la mort est un fait de la nature. Ca doit être ma veine de fatalisme sicilien ...

Écrit par : Claudio Pirrone | jeudi, 13 novembre 2008

St Exupéry dans son avion, se croyant perdu
(pour de bon) dans les étoiles, pensait à
un steak-frite et une bière, dans un troquet
Parisien.
Ah être un Saint ... de la dernière heure.
Ce serait quand même beaucoup demander au
Bon Dieu.

Écrit par : Candide | jeudi, 13 novembre 2008

@ Candide

Tiens, je ne le savais pas, ça.

@ Claudio
Oui, c'est ce qu'il dit au niveau théorique. Mais la lettre à Idoménée a été rédigée sur son lit de mort par un de ses amis et correspond vraiment à ses derniers propos. C'est pour cela que j'ai choisi cette référence plutôt que la Lettre à Ménécée

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 13 novembre 2008

@Candide,

Vous allez avoir des problèmes avec Luc !

Écrit par : Champomy | jeudi, 13 novembre 2008

@Hérétique
:-) ça fait un bon bail que je ne révise pas Epicure

Écrit par : Claudio Pirrone | jeudi, 13 novembre 2008

La fin du billet d'un hérétique ressemble à un pari pascalien ;-) Cette morale d'Epicure (la mort n'est rien etc...) m'a toujours été étrangère, et dans la philosophie antique, je trouve que la morale stoicienne est bien plus applicable, si l'on pense qu'une philosophie morale peut aider à vivre: est ce que le fatalisme sicilien de Claudio n'en est pas l'héritier?
je suis tout à fait d'accord avec vous, il faudrait là un miracle. Et cette toute jeune fille, niant la possibilité d'un miracle fait preuve d'un stoicisme extraordinaire qui m'impressionne, moi qui ai peur de la mort.
cela dit je suis aussi dubitative face aux conversions de dernière minute des hérétiques ;-)

Écrit par : FB | jeudi, 13 novembre 2008

Sceptiques et Stoïciens ont été souvent opposés. Rien de plus normal que des trajectoires parallèles se rencontrent, devant l'éternité de l'infini.

Écrit par : Claudio Pirrone | jeudi, 13 novembre 2008

@Champomy

Oui c'est vrai, problèmes avec l'Evangéliste.

L'autre au contraire il a confiance en Dieu et en ses paraboles.
Il lui demande juste l'heure exacte de départ...

Mais moi je ne suis pas comme lui, cela
me parait risqué (c'est pas comme les trains ces transports là, ça peut être
en avance) et penserais peut-être un peu comme FB.

Moi j'aime bien Pascal (un rare que je connais) mais il n'a pas du tout découragé sa soeur trés douée pour la poésie d'arrêter toute jeune pour ne se vouer qu'à Dieu.

Ne peut-on pas se vouer à un "divertissement" saint ?

(Pensées Un peu Décousues).

Écrit par : Candide | jeudi, 13 novembre 2008

Ce que j'ai mis avant est trop décousu,

mais j'espère que ce n'est pas du n'importe quoi (Je ne suis pas du tout philosophe, encore un truc que je ne suis pas) :

Je voulais dire que l'on est bien obligé

d'être fataliste,

est-ce que cela empêche d'avoir une croyance ou de se la donner ?
et d'avoir une passion ou de se la donner ?

Et quand cette passion sert ou (accompagne)
cette croyance, voilà la meilleure manière
de ne plus avoir peur de la Mort (ou de l'oublier ?).

Pourquoi Jacqueline Pascal n'a-t-elle pas fait des poèmes en les vouant à Dieu ?

Une institutrice (qui adore les enfants et
la pédagogie) Missionnaire, Un architecte
(passionné) Arabe construisant des Mosquées, Une femme de ménage Indienne(adorant la propreté) officiant dans les temples n'ont-ils pas déjà un pied au (ou dans leur) Paradis ?

Et "Dieu Fasse" que cette jeune fille ait, se mariant, une passion (du moins un fort "divertissement") et
ait (ou se soit donnée) une croyance ?

(Au moins me suis-je lancé ...)

Écrit par : Candide | jeudi, 13 novembre 2008

@Candide,

Plutot Stoicienne et sceptique à la fois, alors vous comprendrez que ce débat n'est pas pour moi et m'est difficile, je vous ai répondu car inquiète pour Luc, vos propos ne sont pas dénués de sens pour autant.

Écrit par : Champomy | jeudi, 13 novembre 2008

@ FB
Mais que le stoïcisme est plus triste, austère et sombre, puisque la vie n'y est qu'une épreuve.
Quant au miracle, je le crois, par optimisme, possible, sans intervention du divin, tant le corps humain est merveilleux, complexe et surprenant. Et puis il y a toujours l'espoir d'une avancée inattendue de la science. Imaginez ce qu'ont du éprouver les premiers enfants vaccinés par Pasteur contre la rage !

Écrit par : L'hérétique | jeudi, 13 novembre 2008

Que peut on souhaiter à quelqu'un qu'on aime? Le bonheur? Je n'ai pas encore compris ce que ce mot veut dire. Sa signification est si différente d'un individu à l'autre! Je préfèrerais parler du plaisir de vivre. Je ne sais pas ce qu'Epicure et Pascal auraient souhaité dans sa situation, mais le respect de sa volonté me parait une condition indispensable pour qu'elle puisse vivre quelques instants de plaisir avant de mourir.

Écrit par : Philippe BISSON | vendredi, 14 novembre 2008

@ Philippe Bisson

Oui incontestablement, mais comment voulez-vous que l'on sa fasse à l'idée que cette enfant va mourir ?

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 14 novembre 2008

@Champomy
Je me suis embrouillé hier soir.
Je ne sais pas pourquoi. Quand même

Le "Divertissement" Saint

bonne pub pour les livres de Messe.
(Et pour l'Evangile selon St LUC).

Écrit par : Candide | vendredi, 14 novembre 2008

Ce qui est triste et révoltant, ce n'est pas le refus d'une intervention chirurgicale de Hannah, c'est la condamnation à mort d'un enfant par la maladie. La médecine a offert le maximum de ce qu'elle est capable de faire: c'est bien. L'enfant a choisi et on a respecté son choix, c'est parfait.
L'affaire Chantal Sebire, en obligeant les gens à réfléchir sur la fin de vie, a-t-il pesé sur la décision de la Cour? Je voudrais bien le savoir.

Écrit par : Philippe BISSON | vendredi, 14 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.