Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 septembre 2011

J'étais kapo, euh non pardon, juge en Géorgie américaine...

C'est terrible, dans un pays, quand le justice est rendue par des petits kapos à la petite semaine en mal de pouvoir. Petits kapos mais gros cons. Pourquoi Troy Davis a-t-il été exécuté cette nuit ? Parce que les petits kapos géorgiens qui se prennent pour Judge Dredd voulaient prouver au monde entier que la justice de l'état de Géorgie est indépendante et qu'ils n'en ont rien à foutre des pressions internationales.

Au fond, ils s'en foutaient bien que Troy Davis soit coupable (ce qui me paraît au passage peu probable au vu du dossier) ou innocent. Ils voulaient faire un exemple. Comme les Iraniens, les Chinois ou encore les Saoudiens, pays réputés pour la "douceur" de leurs moeurs judiciaires s'il en est...

Cela dit les abolitionnistes s'y prennent très mal, particulièrement les abolitionnistes européens. Ils ne comprennent pas deux choses :

a) les USA sont un pays fédéral avec une histoire fédérale et des États fédérés très jaloux de leurs prérogatives.

b) la justice américaine est totalement indépendante du pouvoir politique.

Le petit b ne cesse de nous étonner, surtout nous autres Français, habitués à une perturbation continuelle du politique sur le judiciaire.

Donc, en Amérique, ce n'est pas sur le terrain politique mais sur le terrain judiciaire qu'il faut mener en priorité le combat contre la peine de mort.

L'Amérique est un pays de droit (au sens latin du mot) : c'est la loi et le droit qui comptent, pas les droits universels tels que la Révolution française les a définis.

Vous voulez mettre fin à la peine de mort ? Trouvez une faille juridique, les gars, et attaquez-vous à la législation de chaque état fédéré.

Le reste c'est de l'agit-prop : ça marche bien sur les campus des facs françaises, dans les émissions à succès du show-bizz, mais ça laisse de marbre les Judge Dredd américains.

Si vous voulez flinguer la peine de mort en Amérique, il faut engager un gars comme Brafman, l'avocat qui a sauvé la peau de DSK, pour étudier la législation de chaque état et trouver la faille. Bon, évidemment, cela coûte très cher...

L'autre élément qui peut commencer à convaincre les Américains, c'est que leur peine de mort, avec les divers recours et procédures, elle commence à leur coûter vraiment cher. Faudrait pas non plus qu'ils décident de simplifier les procédures pour faire des économies, me direz-vous, mais cette dernière option m'étonnerait de leur part : les Américains sont bien trop sourcilleux quant au droit pour s'amuser à lésiner avec. 

Bref, les grandes campagnes internationales, les kapos, ça ne les fait pas reculer, ça les excite...

mercredi, 21 septembre 2011

Troy Davis, il a fait quoi exactement ?

Je suis avec attention toute l'affaire Troy Davis. Pour moi, il n'y a pas à balancer, on ne peut pas condamner à mort un individu sur des éléments aussi minces que ceux qui sont avancés par la cour de justice géorgienne (USA). Pas de souci là-dessus.

En revanche, je ne sais pas si je m'associe à la campagne "nous sommes tous des Troy Davis" : le problème, c'est que je ne parviens pas à savoir ce qu'il a fait ou non. J'ai lu qu'à l'origine, il avait été aperçu par un policier en train de tabasser un SDF avec un copain (celui-là même qui l'a ensuite dénoncé). C'est ce que relaient beaucoup de médias. Il aurait même reconnu avoir participé à l'agression dont l'objet était de racketter le SDF...

Mais j'ai trouvé ailleurs qu'il avait nié être présent sur les lieux la nuit du crime, ce qui l'exonérerait forcément de l'agression contre le SDF.

Moi, j'aime bien connaître qui je soutiens. Pour Hank Skinner, par exemple, il y a un dossier exemplaire et très clair. Il ne fait pour moi pas l'ombre d'un doute qu'il est innocent. Son exécution serait un assassinat, et on se demande exactement quelles sont les motivations de la justice américaine pour refuser de procéder à des tests ADN, demandés par Hank Skinner lui-même.

Mais pour Troy Davis, pas moyen de trouver un dossier. Rien. Même chez Amnesty International, généralement pourtant bien informé. Comprenons-nous bien, bien que jugeant révoltante cette condamnation, je ne mettrais pas la même énergie à soutenir l'agresseur sauvage d'un SDF sans défense et un type 100% innocent qui n'a rien à se reprocher. C'est tout.