Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 novembre 2010

Ils sont payés dix mois sur douze ou pas les enseignants ?

Tiens, avec l'idée d'augmenter le temps de travail des enseignants ressort un vieux serpent de mer : la réalité de la rémunération des enseignants. Il se dit sur la Toile qu'ils ne seraient payés que dix mois sur douze depuis un obscur décret du 10 juillet 1946. Brighelli, sur son blogue Bonnet d'âne, a même confirmé la chose en juin dernier. Mais il s'est pris une volée de bois vert d'un enseignant en mathématiques, Michel Delord, qui y voit une légende urbaine, et apporte des preuves à l'appui.

Il est difficile de faire des recherches exactes sur le sujet avec Légifrance, pour la bonne raison qu'en deçà de l'année 1947, le site ne dispose pas des textes mais seulement de leur objet.

Michel Delord renvoie à un décret du 10 juillet 1948 qui établit les traitements de tous les fonctionnaires. Il affirme ne pas avoir connaissance d'une délibération du 6 janvier 1945 à laquelle renverrait le texte du 10 juillet 1948. De fait, pas trace sur legifrance. Seulement, voilà, le texte de loi que cite Delord évoque une ordonnance du 06 janvier 1945 portant réforme des traitements des fonctionnaires de l'État et aménagement des pensions civiles et militaires. Ce texte cite également une loi du 19 octobre 1946.

Problème : au moins sur légifrance, la dite ordonnance ne figure pas. Idem pour la loi citée. Brighelli cite une délibération du 11 avril 1946.  Pas de délibération, mais en revanche, il existe bien un décret de la même date sur la création et la composition d'une commission chargée d'étudier le reclassement des rémunérations accordées aux différentes catégories de fonctionnaires.

Michel Delord a mal cherché...Ne lui en tenons pas rigueur, manifestement, des textes juridiques font défaut sur légifrance, avant 1947, et même quand il en reste une trace, on ne dispose que de leur titre.

Le député Robert André Vivien a posé une question sur ce sujet le 02 juin 1986, citant les mêmes dates que Brighelli. Il avait 23 ans en 1946, mais pas de chance, il est décédé en 1995 si bien qu'on ne pourra plus lui poser la question de ses sources.

Bref, pas moyen de conclure sur une affirmation qui demeure, in fine, pour le moins mystérieuse. Il y a en tout cas un témoignage intéressant : celui de Roger Grégoire, le premier directeur de la fonction publique ; une chose est probable, c'est que les modalités de calcul des salaires des fonctionnaires avant la loi 1948 étaient un authentique foutoir, au point que la Commission Coyne, probablement celle qui fut mise en place le 11 avril 1946, s'étiola dans un long endormissement, sans doute en raison de discussions sans fin, chacun défendant son bout de gras.

 

samedi, 02 juin 2007

Le mystère n'arrête pas la pensée mais il donne encore à penser

Je lisais tout récemment le compte-rendu d'une disputatio (controverse théologique) que faisait Pierre Albertini sur son blog, notamment, sur les rapports qui unissent ou opposent le mystère à la pensée. En effet, les religions monothéistes entrant dans la catégorie des religions révélées, elles fondent leur doctrine généralement sur le mystère, et, en ce sens, tout au long de l'histoire, ont pu paraître être en opposition à la raison, puisque par définition, la raison s'arrête là où commence le mystère.

Pour ma part, dans le rainsonnement suivant, issu de les lectures platoniciennes et tout particulièrement de l'interprétation que le philosophe Nicoas de Cluses fait des thèses platoniciennes, j'ai tenté de dépasser la controverse :

 Le mystère est à l'origine, de toutes façons, de  la dialectique, tout du moins, la dialectique platonicienne.
Il faut bien en effet l'admettre pour que la pensée chemine. Pourquoi ? Parce que la pensée est d'abord un aller-retour permanent entre l'identité et l'altérité. J' ai besoin de moi, c'est à dire du même, de l'identique, pour me fonder, mais, paradoxalement, je ne prends conscience de moi que grâce à l'autre parce qu'il il est différent : si l'autre n'existait pas, je n'aurais pas conscience d'être le même.
Or, ce seul élément est en soi mystérieux : dialectiquement, le même et l'autre sont en principe inconnaissables l'un à l'autre puisqu'ils n'ont rien de commun. Mais, dans ce cas, comment peut-il s'établir une relation entre le même et l'autre ? Et si la pensée est bien un aller-retour continuel et incessant du même vers l'autre et vice-versa, comment est-elle possible si aucun point commun n'unit l'autre au même, cas dans lequel, l'essence du même participerait de l'autre, ce qui est logiquement et dialectiquement impossible, sauf à admettre que le blanc bien qu'opposé radicalement au noir, comporte du noir.

Alors, dans ce cas, dans un contexte platonicien, sans doute revisité par la catholicisme, il est vrai, il faut bien admettre que le cheminement même de la pensée est transcendant, ce qui revient à dire qu'il est en soi un mystère.

Et voilà pourquoi le mystère n'arrête pas la pensée, mais donne à penser.

 

NDLR : petite précision sur ce qu'est la disputatio, au fait...

Il faut entendre ici le terme de disputatio - traduit par 'dispute' ou encore 'discussion' - au sens le plus technique du terme. Au Moyen Âge, en effet, la disputatio est tout à la fois une méthode d'enseignement et de recherche, une technique d'examen et une forme d'exercice omniprésente dans les mours intellectuelles et universitaires des médiévaux . Liée à la définition aristotélicienne de la dialectique, elle se présente sous la forme d'un débat oral entre deux ou plusieurs interlocuteurs et se tient devant un auditoire. Un "opponens" vient présenter des objections à la thèse proposée puis un "respondens" est chargé d'opposer des contre-arguments aux objections premières, de sorte qu'il pouvait s'établir un véritable débat d'arguments par cette mise en oeuvre de la méthode du sic et non. Une fois l'ensemble des arguments épuisés, le maître tranche le débat en une solution argumentée, dite "determinatio".