Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 décembre 2009

Grammaire pour sondeurs du dimanche

J'ai remarqué que de plus en plus de magazines, entre autres électroniques mais pas seulement, se livrent à des sondages en ligne aux titres pompeux quand ils en publient les résultats.

On trouve souvent, par exemple, "Les lecteurs de...[...] pensent que". En fait, la plupart de ces sondages n'ont aucune validité scientifique et surtout, ne constituent pas un panel représentatif.

Un bon maniement de la langue française et un minimum d'honnêteté devrait donc obliger, en la matière, à utiliser un article indéfini plutôt que défini. En effet l'article défini suppose connu des acteurs de l'énonciation ce dont on parle alors que l'article indéfini se garde bien d'une telle prétention. "Des lecteurs...[...] pensent que" serait donc autrement plus sensé et prudent : l'indétermination est de rigueur.

15:25 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sondage, grammaire, article |  Facebook | | |

jeudi, 05 juin 2008

Article du Canard Enchaîné sur le MoDem, étude de texte...

C'est marrant, ça, certains dramaturges (pour reprendre la terminologie Ginistéenne) au sein du MoDem, arguent d'un article du Canard enchaîné du 04 juin 2008 sur le MoDem, pour perpétuer (perpétrer, même...) leur agit-prop habituelle sur un prétendu manque de démocratie au MoDem.

Or, pour moi qui ai en mémoire mes bons vieux cours de grammaire française, voilà ce que je constate :

le Canard écrit :

"Leur grief : François Bayrou aurait établi le règlement intérieur du parti tout seul"

puis, plus loin, réponse du cabinet du Béarnais

"on a pourtant fait une réunion publique de sept heures sur ce règlement intérieur"

et enfin, un peu plus loin :

"Pour calmer le jeu, le MoDem vient de créer un poste - inédit en politique - de "médiateur des adhérents"."

Question de grammaire : analysez les modes utilisés dans les trois phrases ci-dessus et rappelez les caractéristiques de chaque mode.

Réponse :

phrase n°1 : conditionnel (aurait établi)

phrase n°2 : indicatif ( a fait)

phrase n°3 : indicatif (vient)

Le conditionnel est le mode de l'imaginaire, de l'hypothèse, utilisé notamment pour exprimer des iréels du passé (faits imaginaires dans le passé qui ne se sont pas réellement déroulés). J'aime bien la définition que wikipedia donne du conditionnel : Il est employé pour exprimer une action soumise à une précondition, ou pour rapporter des faits tout en exprimant un doute à leur sujet.

L'indicatif, au contraire, est le mode du réel, et sert à exprimer la réalité des faits.

Rappel des valeurs de l'indicatif selon le site Etudes littéraires :

# Les valeurs de l'indicatif :

    * Par le mode de l'indicatif (du latin indicativus, « qui indique, désigne »), on asserte, on indique.
    * L'indicatif est le mode du réel.
    * L'indicatif est le mode de ce qui est tenu pour vrai par l'énonciateur.


CQFD (ce qu'il fallait dire...ou démontrer...) ou encore, Quod erat demonstrandum...(j'aime bien le latin). Comme quoi, pas de quoi pavoiser pour nos dramaturges qui feraient bien d'étudier la grammaire avant de se lancer dans la dramaturgie...Une dernière remarque : le Canard Enchaîné n'est pas du genre à utiliser un conditionnel quand le volatile n'a pas de doutes sur la réalité des faits énoncés...