Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 octobre 2012

Le blogue et ses lecteurs experts

Le sel du blogue, au fond, ce sont ses commentateurs. Sans commentaires et sans commentateurs, le blogue ne vit guère. Les commentaires, c'est un peu son sang, quelque part.

Des lecteurs qui commentent il y en a de toutes sortes, mais il y a une catégorie plutôt rare qui est précieuse : le lecteur expert.

Le lecteur expert est capable de contrôler l'information de et mettre assez vite l'auteur du blogue en défaut s'il se trompe. Lorsqu'il donne une information, on sait que l'on peut compter dessus. Il sait généralement de quoi il parle et s'abstient toujours d'intervenir quand il ne sait pas. Et de toutes façons, il vérifie, en règle générale sur la foi de sources fiables qu'il a éprouvées.

J'ai de la chance, j'en ai, moi, quelques lecteurs experts sur ce blogue. Il y a Christian (Romain) qui intervient souvent ici : en fait, si nous n'avions pas quelques divergences de vue à propos de Bayrou et sur le protectionnisme, pour le reste, on pourrait créer un parti à deux. Nous sommes souvent sur des positions proches. Quand Christian s'avance sur une info, pas la peine de tenter de le prendre en défaut. Il a fait subir un stress-test à ce qu'il écrit.

Côté MoDem, il y a Fred. L'un des plus anciennes figures de la blogosphère. Il tient un blogue, évidemment. Même rigueur, même humilité intellectuelle, même souci presqu'obsessionnel de l'exactitude. Mon gros défaut, personnellement, c'est de tendre à être assez approximatif. Je le sais. Je suis capable de creuser pas mal de sujets, mais par défaut de rigueur, je balance quelques grosses âneries de temps à autre sur le blogue. Heureusement, je suis bon en mauvaise foi :-)

Savoir que Christian ou Fred vont peut-être commenter, c'est une sécurité. Si je m'avance, mais que je sais qu'ils partagent mes vues, j'ai de bonnes chances qu'ils apportent les éléments dont mon billet aura manqué. Si ce n'est pas le cas, ça va être coton et j'ai intérêt à fourbir mes armes...

Il y a encore deux ans, il y avait Thierry, qui tenait autrefois le Scriptorium. Un lecteur indispensable. Rien ne lui échappait. Un perfectionniste. A vrai dire, je suis très inquiet et crains le pire : je sais qu'il était en mauvaise santé or, depuis plusieurs mois, j'ai essayé de l'appeler plusieurs fois, son numéro ne répond plus.

On crache souvent sur l'excellence, en France, c'est de bon ton de dénoncer les élites. Mais quelles élites ? Je ne dis pas que c'est un critère exclusif, mais nos grandes écoles sont tout de même une garantie évidente de qualité. Christian a fait HEC et Fred est polytechnicien. Ce n'est pas un hasard que ce soient mes deux principaux lecteurs experts...

Parfois, le commentateur peut être expert dans un domaine : je n'hésite pas alors à reprendre ce qu'il a écrit et à le publier en note de blogue.

Il existe évidemment d'autres catégories de commentateurs. Les groupies, par exemple (Caramba, je n'en ai pas moi, quelle tristesse...), les Trolls (argggghhhh...quand ils trollent, ils trollent : ne jamais oublier que dans la mythologie médiéval-fantastique, un troll régénère et saccage tout partout où il passe...), les copains (généralement d'autres blogueurs), les ennemis jurés (ils ne viennent que pour critiquer ce que vous écrivez et peuvent se montrer authentiquement malfaisant : j'en ai eu une, ouf, elle a fini par partir après deux années de squat ininterrompu) et bien d'autres espèces encore, mais voilà qui mériterait un billet à part entière :-) ...

01:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : lecteur, expertise |  Facebook | | |

mercredi, 08 décembre 2010

Bon concept, Wikio experts...

J'ai fait mon petit tour sur la dernière mouture wikio de contenu participatif payé : Wikio-Experts.

Pour être clair, on vous propose d'être payé pour écrire un article, s'il est sélectionné, et sous réserve que cet article réponde à des critères marchands. En effet, l'objectif terminal du billet, c'est fondamentalement susciter des achats. D'ailleurs, plus il va y avoir de lecteurs à votre article, et plus ils vont cliquer sur des liens qui les mèneront vers un site marchand en relation avec votre billet, plus vous pouvez gagner d'argent. Bon, cela rappelle furieusement le truc qu'ils ont lancé il y a quelques mois, Wikio Studio. En fait, je crois bien que c'en est l'évolution naturelle : tapez l'url de wikio studio, et vous allez constater de vos propres yeux ce qu'il en est. Ça devait être un galop d'essai, essai que Wikio tente de transformer, en somme. Je m'étais inscrit à la chose, mais je n'étais jamais parvenu jusqu'à l'article, le fonctionnement ne m'ayant guère convaincu. La nouvelle plate-forme semble plus opérationnelle et simple d'utilisation.

Soyons réaliste, toutefois : je me suis inscrit, par curiosité, et, j'ai même écrit un article issu de ma longue expérience de père de famille. En résumé, comment caser trois sièges enfant à l'arrière d'une berline. Chose peu aisée, et qui nécessite une observation attentive des divers sièges ad hoc qui existent sur le marché. Je ne sais pas encore si l'article sera sélectionné. Si tel est le cas, il me rapportera au mieux 3 euros. Une misère, d'autant que j'ai bien mis 30 minutes pour l'écrire dont une bonne dizaine consacrée à leur saleté de  censuré de ##*&!!! de média. En effet, et cela, le tutorial ne le précise nullement, pour que l'article en tribune libre soit proposé à la validation, il faut lui lier un média (une photo ou une vidéo, en somme). D'ailleurs, j'ai du faire une c....erie, parce que l'image que j'ai choisi n'est ni la mienne ni une image dont j'ai acheté les droits. Dans la catégorie gros raté, on devrait tout de même pouvoir au moins visualiser le texte que l'on a écrit après demande de validation. Ce n'est pas le cas à l'heure actuelle. Bref, service à améliorer.

Pour le genre d'article que j'ai choisi, l'exercice n'est clairement pas rentable : mieux vaut servir de caissier dans un MacDo ou encore d'opérateur téléphonique si je veux gagner plus d'argent, c'est payé au moins le SMIG. Bon, en la circonstance, vous n'avez aucune obligation, et vous pouvez interrompre puis reprendre l'article quand bon vous semble.

Pour ma part, j'y ai trouvé surtout une occasion de me distraire. L'Nicolas, il aurait la compétence pour faire ce genre de job (il écrit vite) mais cela ne l'intéresse pas. Moi ça m'amuse, et puis j'aime bien tout ce qui respire le profit et le capitalisme.

Sur le principe, c'est plutôt sympa d'offrir une opportunité de gains aux rédacteurs web qui veulent arrondir leurs fins de mois. Il y a par ailleurs un autre principe que je juge intéressant : une part fixe et une part variable. En fait, je trouve que wikio devrait aller jusqu'au bout de sa logique, et quitte à faire dépendre les revenus de l'article de son succès, mettre au point un système de royalties.

Ce que je serais curieux de savoir, in fine, mais cela, le temps seulement le dira, c'est si ce modèle s'avérera économiquement rentable. Certes, le commerce en ligne est en pleine expansion, parlons même d'explosion, mais, comme je l'ai déjà écrit ici par le passé, la publicité n'est pas une vache à lait inépuisable. 

Pierre Chappaz et les divers actionnaires de wikio ont mis la main à la poche : 4 millions d'euros d'investissement, dans un premier temps, et l'ambition de recruter plus de 1000 experts par pays européen visé. Et ce n'est pas tout : si la mèche prend, il escompte lever de 20 à 30 millions d'euros pour achever le développement de la chose, rien que ça...

Mais Wikio compte aller plus loin encore : leur ambition, à terme, j'ai lu l'interview de Frédéric Montagnon, le directeur marketing, c'est de constituer un authentique réseau d'experts. Problème : les écrits d'un véritable expert dans son domaine coûtent bien plus cher que les lubies d'un blogueur lambda. Bon, Frédéric Montagnon l'a affirmé haut et fort : Notre vision c'est : il faut faire de la qualité, s'il faut payer très cher, on paiera très cher. Avis à la population. Finalement, il y a dans ce projet une vision qui se développe peu à peu sur la Toile : l'idée d'une efficience de l'intelligence collective. J'en parlais récemment, tiens. C'est une idée que Ségolène Royal a beaucoup agitée pendant sa campagne présidentielle, et que le MoDem a tenté de mettre en pratique quand il s'est construit. En voilà donc un nouvel avatar dans la domaine économique, désormais.

Je conclus sur des supputations : wikio s'est construit avant toutes choses sur les réseaux que constituent les blogs français. Il y a dans ces réseaux, une très grande diversité de talents et de centres d'intérêts. Nous blogueurs, avons tous des professions, ou presque, et donc, des domaines d'expertise variés. On peut toujours rêver à un Maître Eolas ou à un Jules de Diner's room devenu l'assistance juridique experte de wikio. Pourquoi pas. Sans aller jusque là, il est bien probable que Pierre Chappaz ambitionne de s'appuyer sur la richesse de ce tissu-là pour alimenter ses projets futurs de développement. Après tout, c'est souvent par un retour aux sources, à ses fondamentaux, que l'on ne rebondit que mieux. Or, in fine, l'essence de wikio, ce sont les blogues...