Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 22 mars 2010

Sur le tas de fumier de Job, ils sont deux maintenant...

Tiens tiens, l'éviction de Xavier Darcos m'a ramené deux années et demie en arrière, presque trois : le nouvel évincé, futur déçu du Sarkozysme, écrivait alors un billet apitoyé sur le sort de François Bayrou, seul sur son tas de fumier, comme Job. Pas de chance, le billet a disparu, depuis (sale manie) ; soyons honnête, depuis cette époque, c'est sûr qu'il y a moins de monde sur le tas de fumier de Bayrou.

Mais, considérons celui de Xavier Darcos qui a perdu tous ses mandats, il ne va va y avoir, à mon avis, plus grand monde dessus, d'ici peu. On a bien essayé, du côté de l'Élysée, essayé de lui refiler le bâton merdeux du Ministère de l'Immigration, mais, ça personne n'en veut plus, même pas le Diable venu tenter notre bon périgourdin.

Je ne suis pas certain que ce soit très malin de virer Darcos. Certes, l'homme tend à faire passer sa carrière politique avant ses convictions, ce que je juge désagréable et peu estimable, mais quand il exprime des idées, primo, elles sont authentiquement de droite, et secondo, elles sont intéressantes. Mauvaise pioche : si Darcos a fait un score faible, c'est surtout qu'il a trouvé en travers de sa route une centre véritablement indépendant, pas compromis dans des parties de risette avec la gauche, et un bilan gouvernemental et présidentiel désastreux. Il a donc bon dos, la victoire de Rousset, en Aquitaine, n'est pas si large que cela.

Tiens, une méditation pour Darcos : le livre de Job, finalement, pose la question de savoir si l'infortune est toujours les fruit d'une punition divine. La Bible n'est pas la seule à aborder le problème, je crois qu'il a plus que largement inspiré un Euripide dans ses tragédies. De quoi donner matière à réflexions à l'agrégé de lettres classiques qu'est Xavier Darcos...

Une petite et dernière remarque, tout de même : dans la tradition biblique juive, c'est un des trois conseillers que Pharaon consulte à propos de la multiplication des enfants hébreux. Or, quand Pharaon envisage de les passer par les armes, Job, bien que d'avis contraire, demeure silencieux. Les Juifs en ont conclu que c'était ce silence qui était à l'origine de son châtiment...

Sans doute une autre petite leçon à méditer pour Darcos, qui pourra ainsi reconsidérer les deux années passées sous l'égide de Nicolas Sarkozy...

23:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : darcos, bayrou, lassalle, job |  Facebook | | |

samedi, 19 mai 2007

La solitude de Job ?

Xavier Darcos comparait récemment Bayrou à Job sur son tas de fumier . Je n'aurai que deux remarques à faire à Xavier Darcos.

1. Job n'était pas entouré de 100 000 militants (70 000 Modem + 35 000 UDF)

2. Puisqu'il évoque cette légende biblique, je lui ferai remarquer que c'est Satan qui vient tenter Job dans l'Ancien Testament. Alors, est-il si sûr de la pertinence de sa parabole ?

3. Enfin, puisqu'il en appelle à la Pythie de Delphes, il devrait se souvenir que l'on appelle Apollon, Loxias, c'est à dire l'Oblique, et que les prophéties de la Pythie sont souvent à double-sens. Il me semble qu'un certain Crésus y a laissé son empire...


15:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Darcos, Job, Bayrou |  Facebook | | |