Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Si Bayrou n'y va pas, je soutiendrai probablement Lassalle au premier tour | Page d'accueil | Si peu de bio, en France ? »

dimanche, 06 mars 2016

Rassembler les centristes ? Pas sans programme commun.

Je ne parviens pas à m'accorder avec mon ami Des mots crates : je le vois s'affliger sur son blog de ce que le centre arrive à l'échéance de la prochaine présidentielle en ordre dispersé. Mais qu'importe l'ordre du centre. Je ne crois pas à une majorité centriste. Je ne crois qu'à une majorité d'idées. Je regrette de devoir le dire, mais ce que j'ai vu des différentes chapelles centristes ne m'incite pas vraiment à l'optimisme. Plus grave : je pense avoir plus en commun avec Mélenchon sur l'éducation, par exemple, qu'avec l'UDI. Beaucoup plus. Comment imaginer former une majorité avec des gens dont je ne partage à presqu'aucun point de vue les idées dans ce domaine ?

Ce n'est pas tout : j'ai lu, sur le site de l'UDI, dans un communiqué du 24 février 2016, que Philippe Vigier estimait que la loi el Khomri allait dans le bon sens. Ce n'est pas mon opinion, je l'ai déjà écrit ici. Jamais je ne signerai la pétition de Caroline de Haas (je me méfie tout à fait de cette socialiste professionnelle et de son parcours idéologique) mais je ne m'associe pas pour autant à la loi. Les Républicains ont été bien imprudents de juger cette réforme courageuse : près de 70% de leur électorat la récuse. Cela devrait les faire réfléchir. J'approuve, à l'inverse, le bon sens et la sagesse de François Bayrou et Marielle de Sarnez (on peut lire son entretien avec Yves Thréard sur le site du MoDem). Plutôt que de lancer à l'improviste une loi qui fragilise tout le monde, il aurait été plus intelligent d'étudier la piste d'un contrat unique à droits progressifs, une idée que François Bayrou et Marielle de Sarnez proposent depuis plusieurs années. Malheureusement, je n'ai pas souvenir d'avoir vu une proposition de ce genre figurer à l'UDI ou dans toute autre chapelle centriste.

Des différentes mesures qu'a pu suggérer l'UDI, il n'y a que sur les retraites (à lire ici) que j'ai pu à peu près me retrouver.

Je ne vais pas épiloguer. J'aimerais que les différents militants centristes travaillent sur les idées plutôt que les sur les alliances ou les rassemblements. Quand nous aurons des idées communes, les rassemblements se feront naturellement.

00:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : udi, modem, centre |  Facebook | | |

Commentaires

Je ne suis pas un grand fan de l'UDI à la base, mais je suis d'accord avec leur position actuelle qui serait logiquement de ne pas participer à cette mascarade de primaire de la droite et du centre comme je l'ai déjà écrit : LR se fout complètement du centre et lui marche même dessus en permanence!!!!!
http://www.lepoint.fr/politique/l-udi-absent-de-la-primaire-des-republicains-05-03-2016-2023262_20.php

la présidentielle sert à mesurer les différents rapports de force au premier tour, puis a éliminer au second.....

je suis a fond pour la "loi travail" et on devrait édifier une statue a Waals,Macron et El Khomery : la droite et le centre en ont rêvé, la gauche pragmatique va peut-être réussir à le faire....

Cette loi en fin de compte est un copier/coller de ce qui est en train de marcher en GB,en Italie et en Espagne....il est grand temps de remettre en cause ces "putains d'acquis sociaux" qui sont à l'origine des problèmes récurrents de la france....il faut libéraliser le travail en ces temps difficiles pour remettre la france au travail et fracasser ceux qui défendent un modèle complètement obsolète qui ne fait que créer du chômage, de la précarité, de l'assistanat et rendre la société française invivable et de plus en plus divisée..... ceux qui récusent cette loi le font au profit de leur petit pré-carré personnel en se foutant complètement de ceux qui galèrent.....ces trous du cul d'enseignants qui vont faire grève pour s'y opposer le font par pur idéologie rétrograde et dans une logique d'Hollande-basching.....et ces petits cons de lycéens et d'étudiants le font par une approche immature de ce qu'est le marché du travail actuel, leur endoctrinement conservateur par les enseignants est gravissime....ils ont peur de l'avenir certes mais il faut savoir manger de la vache enragée pour réussir.....

Quand à la posture des syndicats gauchisants, n'en parlons même pas....ils essayent de nouveau d'exister médiatiquement pour tenter un coup.....mais eux ne sont jamais force de propositions réalistes!!!!!

Il faudra un jour comprendre que la mondialisation est une jungle à laquelle il faut s'adapter et que la france est en phase de GRECISATION....

vive les stage, l'intérim, les emplois précaires, les CDD pour se faire connaître du monde du monde du travail et faire ses preuves : c'est marche ou crève dans un premier temps puis dans un second tu te réalises et non l'inverse!!!!!

Écrit par : Europium | dimanche, 06 mars 2016

Europium, je n'aimerais pas être à votre place : haine des autres, visions paranoïaques, auto-flagellation, valorisation de l'effort poussée à l'absurde, régurgitation sans aucun sens critique de la propagande du medef, ...

Votre diatribe est tellement caricaturale que soit vous êtes un troll, soit il vous faut consulter un psychologue !

Écrit par : Vîrfau | dimanche, 06 mars 2016

@Europium
Le mieux serait de discuter point par point des aspects de la loi. Je ne crois pas que ce soit un grand progrès que de remettre en cause les acquis sociaux. Mieux vaut les repenser et les réorganiser. Les CDD, l'intérim, tout cela existe déjà. Ce n'est pas en pressurisant les salariés jusqu'à la moëlle que l'économie se redressera ni même que le chômage diminuera. Je suis convaincu du contraire. On peut trouver de la souplesse, cela ne doit pas être les travailleurs qui en font les frais exclusifs.
Par ailleurs, qu'est-ce que les enseignants viennent faire dans cette histoire ????
Je sais que l'UDI ne veut pas participer à la primaire, mais je ne pense pas pour autant qu'ils auront un candidat à la présidentielle. Au centre, il n'existe qu'une seule candidature qui a du poids : celle de Bayrou. Il est absolument incontournable.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 06 mars 2016

Avant de discuter sur les haines de telle ou telle partie de l'opinion politique ou de la population active, il faudrait revenir au terrain, au contenu des réformes.

Il faut modifier la réglementation du travail, en s'inspirant notamment de ce qui a été fait en Italie, mais pas comme le propose la loi El Khomry, ni non plus comme le proposent les candidats LR ou UDI. En particulier, les principe des accords d'entreprise hors conventions collectives semble mauvais et dangereux, dans un contexte ou l'un de sujets est l'inégalité croissante entre les PME et les grandes entreprises, à fortiori avec le secteur public.

Les accords de branche sont le bon niveau de négociation (dans une PME, les délégués du personnel qui ont déjà du mal à exister ne pourront pas s'opposer aux propositions du patron qui argumentera sur les difficultés de l'entreprise ou même son caractère familial). Il faut des interlocuteurs au niveau des branches, qui permettront de comparer les situations des entreprises, et feront le poids pour négocier avec les syndicats patronaux et aussi les organismes fiscaux. Cela nécessite au passage de revoir le syndicalisme, avec la création plus facile de syndicats par secteur d'activité, etc.

Tout le contraire de ce qui est proposé actuellement.

Écrit par : XS | dimanche, 06 mars 2016

@L'Hérétique
D'accord avec toi sur la question sociale.

Sur Bayrou, malgré le capital de sympathie qu'il a, il n'a pas su passer le flambeau à la génération suivante. Il peut se présenter une 4eme fois, mais il ne serait pas élu, et la question du relais se posera pour l'après 2017.

Sur ton sujet globalement politique, en direct sur France Inter, l'émission Agora sur le sujet "Ou est le Centre"?
http://www.franceinter.fr/emission-agora
http://www.franceinter.fr/player

Les invités sont Hervé Morin et l'historien Jean Garrigues (assez proche de l'UDI).
Le choix de France Inter est partial, mais au moins ils parlent du sujet du centre.

Vous pouvez réagir directement ici:
http://www.franceinter.fr/contact/1139439

Écrit par : XS | dimanche, 06 mars 2016

Correctif: pour les commentaires sur Agora, c'est ici:
http://www.franceinter.fr/emission-agora-ou-est-le-centre#comments

Écrit par : XS | dimanche, 06 mars 2016

La pire des erreurs est d'avoir appelé cete loi, Loi Travial, mot qui fait hurler certaines catégories de français dès qu'ils l'entendent.
Si j'ai bien compris, le but de cette loi est de favoriser la création d'emploi, or aujourd'hui, en France ,le principal gisement d'emplois se trouve dans les PME et surtout dans les TPE, il serait logique donc de mettre en place des solutions qui correspondent aux besoins spécifiques de ces PME et TPE. Je pense que le plafonnement des indemnités prudhommales en est une, les droits progressifs en sont une aussi. Ces mesures limitent,en cas de licenciement,des dépenses qui compte tenu de l'état de leur trésorerie peuvent les mettre sur le carreau. D'autres mesures sont possibles, mais les syndicats,tout obnubilés par la défense de leurs adhérents priviliegés (fonctionnaires et salariés de grosses entreprises) ne se sentent pas concernés, détournenet la question et s'en battent le coquillard C'est simple il ne faut pas que l'embauche d'un salarié soit plus contraignante qu'un mariage que le divorce le soit moins qu'un licenciement bien reglementé.
@ l'hérétique, en toute cordialité: je crois que les enseignants( l'Education Nationale) ont une lourde responsabilité quand à la vision négative des jeunes (quand il y a une... ) concernant l'économie, la petite entreprise,le dirigeant ou patron, le travail et la nécéssaire et impérative création de valeur..Mais bon... Marx est mort depuis belle lurette ,mais il n'y a que nous qui ne le savons pas.

Écrit par : Paul SUDRAUD | vendredi, 11 mars 2016

@l'hérétique
ah, ça, en revanche, c'est possible, mais il n'y a pas qu'eux : écoutez les âneries effarantes qu'on entend et lit tous les jours dans la presse sur les entreprises, sur la finance et sur les banques...
Et puis il ne faut pas généraliser et se méfier de stigmatiser une profession plutôt qu'une autre. Ils sont loin d'être les seuls en cause et tout le monde ne pense pas la même chose chez eux. On constate d'ailleurs que le vote socialiste ne cesse de reculer chez les enseignants depuis 15 ans...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 mars 2016

@Paul
Je comprends ce que vous dites concernant les PME et TPE, mais visiblement vous n'y travaillez pas.
Il ne faut pas nécessairement que les salariés des TPE soient vus comme des salariés de seconde zone, désavantagés par rapport à ceux des grandes entreprises. Ils sont souvent moins bien payés, bien que plus polyvalents, et acceptent eux aussi le risque de faillite de l'entreprise. De plus, les négociations avec le patron de sont jamais simples. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut rien changer. Au contraire, permettre des adaptations réglementaires par branches, par concertation, en renforçant la représentation des patrons de PME, mais aussi des salariés.

Un point important à noter: le handicap du travail en France réside souvent dans son taux important de prélèvements obligatoires, deuxième au monde après la Belgique. Plutôt que de déréguler, il faudrait reporter la fiscalité sur d'autres modes, notamment l'IRPP, et au moins aligner les cotisations sociales du privé sur celles du secteur public.

Écrit par : XS | vendredi, 11 mars 2016

Salut a vous toutes et tous
@ l'heretique: j'ai dit que l'E.N avait une lourde responsabilité et pas toute la responsabilité. Quand enseignants, le fait qu'ils votent moins socialistes ne signifie pas qu'ils ne sont plus marxistes... Sinon d'accord avec toi..
@XS: effectivement je n'ai jamais travaillé dans une PME ou TPE mais j'ai travaillé aupres et avec de nombreuses TPE/PME et je suis tres loin de penser que ceux qui y travaillent sont des salariés de deuxieme zone.Mais je peux affirmer que nombreuses sont ces entreprises qui ne prennent pas le risque d'embaucher ,quitte à perdre du chiffre, devant les contraintes et les risques financiers que cela peut comporter en cas de difficultés.
En ce qui concerne les charges : absolument OK!!
On a trop fait croire au français que le salut professionnel eternel ne se trouvait que dans la fonction publique et les grosses multinationales!; C'est ce logiciel qu'il faut changer.....

Écrit par : Paul SUDRAUD | samedi, 12 mars 2016

@Paul
Je peux vous confirmer que les patrons de PME ont peur d'embaucher, et le font sur les pics de livraisons, sans les cadres n'ont pas forcément le temps de former les nouveaux arrivant. Les contraintes ne sont pas non plus insurmontables. Lors qu'il y a un licenciement économique, c'est un salarié qui en est victime.

Il faudrait sans doute avoir une discussion constructive (c'est la qu'un parti centriste qui respecterait à la fois les petits employeurs et les salariés aurait sa place). On pourrait penser à des mesures de chômage partiel, avec des allègements de charge, couplés par exemple à un chèque formation à la main du salarié, comme en Allemagne. (i.e. si une entreprise a des difficultés, on allège sa masse salariale, et on permet aux salariés de travailler leurs compétences selon leurs voeux pour rester ... ou partir ailleurs).
La solution du CDI à droits progressifs (car le proposait Bayrou?) serait aussi un progrès.
Il faut que cela soit moral: différencier l'indemnité de licenciement d'un salarié de 10 ans d'ancienneté selon la taille de l'entreprise serait immoral et illisible.

Pour cela, il faut que les interlocuteurs sociaux cessent d'avoir des méthodes sectaires. Ex de sectarisme: le MEDEF vis à vis de la CGC, pourtant très modérée:
http://www.leparisien.fr/economie/loi-travail-les-sms-de-menaces-de-gattaz-a-la-presidente-de-la-cfe-cgc-12-03-2016-5620545.php

Écrit par : XS | samedi, 12 mars 2016

Les commentaires sont fermés.