Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Marine Le pen, bonne militante communiste façon années 70 | Page d'accueil | 35 heures, le logiciel de la droite m'inquiète »

vendredi, 12 décembre 2014

Fin de vie, la loi Claeys-Léonetti est très bien calibrée

J'ai suivi tous les débats qui ont accompagné l'élaboration du rapport d'Alain Claeys et de Jean Léonetti, et franchement, je suis content des préconisations des deux députés.

Le concept de sédation profonde est un très bon compromis entre euthanasie et soins palliatifs. 

Le principal, me semble-t-il, c'est que chacun puisse choisir sa fin de vie, et surtout, de ne pas souffrir inutilement. Des sédatifs très puissants dont l'objet n'est pas de tuer mais de soulager s'accordent sans difficulté avec l'antique Serment d'Hippocrate et permettront à chacun de partir dans le repos.

Je trouve également très positif le principe des directives anticipées, sorte de testament médical, pour ainsi dire. De cette manière, l'issue de l'agonie ou de la grande souffrance ne sera plus entre des mains extérieures, celles du médecin, mais bien celles du principal intéressé.

Au passage, je suis toujours demeuré méfiant avec la loi précédente qui se contentait d'autoriser l'interruption de soins qui maintenaient en vie pour ne pas verser dans l'acharnement thérapeutique. Interrompre un traitement, ce n'est pas soulager, et, qui dit, dans ces conditions, qu'un patient ne part pas alors dans de grandes souffrances ?

J'espère que cette loi va être votée le plus vite possible, de préférence à l'unanimité, et, dans tous les cas de figure, je l'applaudis des deux mains.

15:40 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : fin de vie, claeys, léonetti |  Facebook | | |

Commentaires

@L'héré,
La loi précédente mettait déjà l'accent sur les soins palliatifs, la nouvelle semble vouloir rester dans cette lignée,j'en suis heureuse :); pour le peu que j'en ait lu (en diagonale, pas le temps).
Comme pour la précédente se posera la question des moyens mis en œuvre pour son application, formation, le suivi des familles mais aussi le lieu de mise en œuvre. Mais, je suppose que ces difficultés auront été prises en compte ;)
Cette loi sera certainement votée dans un grand élan de rassemblement, mais concrètement, je ne vois pas ce qu'elle va apporter de plus que l'existant déjà, en toute franchise, si ce n'est une ré-affirmation et un soutien supplémentaire au corps médical qui en a grandement besoin face aux pressions exrcées.
Bonne soirée

Écrit par : Martine | vendredi, 12 décembre 2014

Elle apporte l'obligation, pour les médecins d'agir comme le patient l'a souhaité et écrit, et ça c'est fondamental, ça change tout .

Écrit par : Estellle92 | dimanche, 14 décembre 2014

Voui Estelle, l'aspect positif; mais le biais choisi, la carte vitale me laisse soucieuse à la vue des sottises subies récemment par mon père par l'organisme responsable, pour la prise en charge de ses problèmes cardiaques.
A croire, que volonté sous-jacente de certains "cheffaillons" (qui doivent percevoir intéressements sur les résultats? et pas toujours compétents dans la gestion de leurs dossiers) d'envoyer certains sucer les pissenlits quand il est possible de les soigner.
Bien à vous

Écrit par : Martine | dimanche, 14 décembre 2014

Oups, sucer les pissenlits par la racine.
Et ceci d'autant plus regrettable, qu'il n'a jamais été un fardeau pour la SS. Pathétique, d'etre "em..." ainsi à 80 ans passés après avoir doublement cotisé toute sa vie.

Écrit par : Martine | dimanche, 14 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.