Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'inanité | Page d'accueil | Mondial : belle performance pour la francophonie »

samedi, 21 juin 2014

Pauvres Musulmans, victimes de la racaille

Quand j'y pense, je ne puis m'empêcher de plaindre les Musulmans de France. Sur le fond, le mode de vie préconisé par l'Islam est assez tranquille. La principale difficulté à laquelle est confronté l'Islam, en France, c'est sa récupération par la racaille qui essaie de se refaire une virginité à bon compte, et, ce-faisant, salit constamment cette religion au grand dam de ses pratiquants.

Cela dit, il faut être honnête : nombre de délinquants embrassent l'Islam parce que rien d'autre ne semble pouvoir les doter d'un honneur et d'une reconnaissance sociale à laquelle ils aspirent fondamentalement.

On sait que dans les prisons, se déclarer musulman et se montrer extérieurement très pieux protègent. En arriver là montre la faillite absolue de l'intégration à la française.

Le Front National,  Sarkozy en son temps, abordent le problème à l'envers. Les Français de souche n'ont pas de problèmes d'identité. C'est une partie de ceux qui ont rejoint notre pays qui sont en souffrance depuis fort longtemps dans ce domaine.

L'Islam ne devrait pas être autre chose qu'une histoire de foi, comme l'est globalement le christianisme en France. Or, il est fortement instrumentalisé et se substitue bon gré mal gré aux autres mécanismes d'assimilation.

Je vais être direct : je ne pense guère plus de bien de l'UOIF que du FN. Mais l'un et l'autre ont choisi le légalisme et le jeu républicain pour faire valoir leurs idéaux politiques et religieux. Ce sont donc des interlocuteurs valables, quoi qu'on en pense.

L'extrémisme religieux est finalement autant l'échec de l'Islam de France que de la République. Ni l'un ni l'autre ne parviennent à s'introduire au coeur des cités et des prisons ou encore sur Internet, là où se développent les pratiques les plus radicales. Y compris quand ils travaillent de concert, comme l'a imaginé un temps Nicolas Sarkozy.

Il y a donc une longue réflexion à mener des deux côtés sur les remèdes qu'il convient d'apporter, même si certains me paraissent évidents à titre personnel. J'y reviendrai dans un billet futur.

08:39 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : islam, extrémisme | |  Facebook | | | |

Commentaires

"On sait que dans les prisons, se déclarer musulman et se montrer extérieurement très pieux protègent. En arriver là montre la faillite absolue de l'intégration à la française."
Oui, c'est toujours le même problème, les ravages du clientélisme.
Tant que la politique fonctionnera sur le système du "puissant" qui domine en écrasant les autres, les gens chercheront un "protecteur". C'est logique.

Il faut trouver le moyen de donner confiance en la politique. A mon avis, la seule solution c'est l'exemplarité (et donc l'effort !). Changer cette mentalité qui consiste à placer l'argent comme seule valeur d'une personne.
Immense programme...

Écrit par : Françoise Boulanger | samedi, 21 juin 2014

"Pauvres musulmans de France"... Oui. Sauf que, lorsque les intégristes, les islamistes radicaux et autres "fous d'Allah" se manifestent, on n'entend de ce côté rien d'autre qu'un silence assourdissant. Pas de condamnation, pas de réprobation, RIEN !

Il y aeu le mouvement MOSAIC, auquel j'ai adhéré avec enthousiasme. Il se positionnait comme la voix des musulmansde France qui refusaient ces dérives et disaient "Pas en notre nom". Mais il a évolué en n-ième mouvement de défense des petits jeunes des banlieues, perdant de vue sa vocation première.

Tant que les musulmans français ne se décideront pas, collectivement, à rejeter et à dénoncer les actions des "fous d'Allah", il ne faudra pas qu'ils viennent pleurer à "l'islamophobie" (terme d'ailleurs construit et instrumentalisé par lesdits "fous d'Allah" pour servir leur propre propagande).

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 22 juin 2014

"Pauvres musulmans de France"... Oui. Sauf que, lorsque les intégristes, les islamistes radicaux et autres "fous d'Allah" se manifestent, on n'entend de ce côté rien d'autre qu'un silence assourdissant. Pas de condamnation, pas de réprobation, RIEN !

Il y aeu le mouvement MOSAIC, auquel j'ai adhéré avec enthousiasme. Il se positionnait comme la voix des musulmansde France qui refusaient ces dérives et disaient "Pas en notre nom". Mais il a évolué en n-ième mouvement de défense des petits jeunes des banlieues, perdant de vue sa vocation première.

Tant que les musulmans français ne se décideront pas, collectivement, à rejeter et à dénoncer les actions des "fous d'Allah", il ne faudra pas qu'ils viennent pleurer à "l'islamophobie" (terme d'ailleurs construit et instrumentalisé par lesdits "fous d'Allah" pour servir leur propre propagande).

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 22 juin 2014

"Pauvres musulmans de France"... Oui. Sauf que, lorsque les intégristes, les islamistes radicaux et autres "fous d'Allah" se manifestent, on n'entend de ce côté rien d'autre qu'un silence assourdissant. Pas de condamnation, pas de réprobation, RIEN !

Il y aeu le mouvement MOSAIC, auquel j'ai adhéré avec enthousiasme. Il se positionnait comme la voix des musulmansde France qui refusaient ces dérives et disaient "Pas en notre nom". Mais il a évolué en n-ième mouvement de défense des petits jeunes des banlieues, perdant de vue sa vocation première.

Tant que les musulmans français ne se décideront pas, collectivement, à rejeter et à dénoncer les actions des "fous d'Allah", il ne faudra pas qu'ils viennent pleurer à "l'islamophobie" (terme d'ailleurs construit et instrumentalisé par lesdits "fous d'Allah" pour servir leur propre propagande).

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 22 juin 2014

Tiens ? Le système de commentaires s'affole ?

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 22 juin 2014

@Christian
C'est bien là où le bât blesse : il n'y a pas d'Islam organisé en France. Et même ailleurs, au demeurant, si l'on excepte les Chiites qui eux, ont un clergé.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 22 juin 2014

Qui ne dit mot consent ?
Quand il s'agit de dénoncer l'islamophobie ils en trouvent, des représentants. Comme quoi ils savent s'organiser quand ils veulent faire passer un message.

L'islam n'est pas compatible avec notre république, pas sans compromis.
https://www.youtube.com/watch?v=Rlvm1r0Jjf8
Ceux qui sont près à les faire sont minoritaires, les autres attendent l'occasion de faire avancer leurs idées.

Écrit par : skunker | mercredi, 25 juin 2014

@ Skunker

Je ne pense pas que "ceux qui sont près à le faire sont minoritaires". Je crois plutôt au poids sur les habitudes et les esprits du mélange traditionnel entre règles religieuses et règles civiles, poids qui empêche les remises en question et facilite la reproduction aveugle de certains comportements. Mais je crois aussi que, alors que les garçons ont tout à perdre à une telle remise en cause, les filles ont tout à y gagner et que c'est de là que pourrait venir l'espoir. A condition de les aider, par exemple en se montrant d'une plus grande fermeté sur les histoires de foulard, les "tournantes", les insultes et autres façons de faire "rentrer dans le rang" celles qui tentent de s'émanciper.

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 27 juin 2014

Écrire un commentaire