« Exaspération | Page d'accueil | Quel espoir pour les femmes de ménage ? »

lundi, 12 août 2013

Le voile à l'Université ? Une liberté...

J'avoue être assez gêné par la déclaration de Manuel Valls sur le voile à l'Université. Geneviève Fioraso me semble avoir très justement réagi en faisant observer que

a) aucune université n'a fait remonter de problèmes à ce sujet

b) les étudiants d'université et ceux de lycée ne sont pas les mêmes : dans le second cas, il s'agit de jeunes majeurs.

Je trouve qu'on en fait un peu beaucoup sur les signes religieux. L'important, c'est de s'assurer que des individus, les femmes en particulier, ne soient pas mis sous la coupe d'autres individus.

Tant qu'il n'y a pas trouble à l'ordre public, il n'y a pas de raison d'empêcher quelqu'un de s'habiller comme il l'entend.

Manuel Valls en fait trop parce qu'il veut briller au firmament. Ce n'était pas la peine de la ramener et de jeter de l'huile là où le feu n'avait pas pris.

Ce n'est pas à l'Université que les droits des femmes sont les plus menacés mais dans les cités où elles se trouvent prises en tenailles entre la racaille et l'islamisation radicale. Valls feraient mieux de s'occuper des jeunes filles qui y vivent et de leur sécurité au lieu d'inventer des problèmes qui n'existent pas.

14:20 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : valls, voile | |  Facebook | | | |

Commentaires

Et puis, si on souhaite vraiment émanciper ces femmes, quel meilleur endroit pour elles que l'Université ???

Écrit par : pierre | lundi, 12 août 2013

J'avoue que ce "problème" lié au voile me laisse dubitatif, je n'arrive pas à discerner quelle est le véritable positionnement de l'opinion publique et quelle est la part de responsabilité savamment orchestrée par une campagne médiatique et politique dont les motivations me semblent clairement machiavéliques .
J'ai l'impression que la différence entre voile et burka n'est pas très clair dans tous les esprits.
Je me souviens de mon adolescence ou tant à Paris qu'en province les femmes âgées de cette époque portaient de "fichus" qui aujourd'hui passeraient bien pour des voiles, non?
Et que dire des "bonnes soeurs" qui ajoutaient au voile une belle croix bien visible sans parler des coiffes régionales, Bretagne, Corse, Alsace, etc...
Alors, vous allez me dire :"Oui mais ce voile la, il est islamique!" Mais la laïcité n'est-ce pas le respect de toutes les croyances quand elles ne se mêlent pas de prosélytisme?
Dans ce que j'appellerai des "discussions de comptoir" j'ai surtout perçu que la motivation sous-jascente était un rejet de l'Islam perçu comme exogène voir envahissant, c'est une opinion respectable, sans doute, mais ce qui me gène c'est cette malhonnêteté intellectuelle qui fait toujours avancer masqué ceux qui n'osent pas revendiquer des positions claires de peur sans doute d'être étiquetés...

Et je me souviens aussi que dans les années 1960/70, le blouson de cuir noir et le bottes de moto vous désignait à coup sûr pour tous les contrôles de papiers par les policiers...
Véritablement, cette histoire de voile mériterait d'être examinée dans le calme et sans tapage médiatique, notre société a suffisamment de problèmes pour ne pas attiser un feu qui ne demande qu'à brûler.
Pour conclure dans le dérisoire, cette casquette à l'envers portée par une certaine catégorie de jeunes aujourd'hui, n'est-elle pas le signe d'appartenance ostentatoire à une "confrérie" située aux limites de la délinquance? Alors à quand une loi qui interdirait le port de la casquette à l'envers?

Écrit par : michel | jeudi, 15 août 2013

Je n'ai rien à y ajouter car je suis tellement d'accord mais aussi, tellement contente de constater que je ne suis pas la seule à penser cela car vraiment, j'ai l'impression que nous sommes peu ou alors, je me fais des idées ??? Le problème aussi est que nous sommes tellement manipulés et manipulables...

Écrit par : Cathy | dimanche, 18 août 2013

Écrire un commentaire