Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un point sur les Serres d'Auteuil | Page d'accueil | Trop d'impôts tue l'impôt »

mercredi, 10 juillet 2013

Et si on prenait acte du nomadisme des Roms ?

Les Roms défraient souvent la chronique dans l'actualité et font l'objet assez souvent de raccourcis faciles.

Il existe depuis un bon moment déjà des fonds européens pour améliorer l'accès aux droits élémentaires (l'éducation, la santé, l'hygiène notamment) des Roms.

Mais quand ils sont utilisés, c'est toujours sur la base d'une sédentarisation. L'inconvénient, c'est que les Roms ne sont pas sédentaires mais nomades.

Pourquoi ne pas investir dans des unités de santé mobiles et des postes enseignants nomades ? On pourrait imaginer ce type de postes ou un médecin et un enseignant vivraient au contact d'une caravane de Roms, se déplaçant de campement en  campement et assurant enseignement et santé ? 

Ce ne serait pas forcément plus coûteux que les lourdes campagnes menées par les différents services de la Commission ou par les États et , qui sait, peut-être plus efficace en raison de la proximité qui s'établirait entre professionnels et Roms.

Je dis ça en lançant une idée en l'air qui m'est venue, sans doute parce que j'ai jugé "urticantes" et          "(mal)odorantes" certaines réflexions récentes entendues sur le territoire français...Sans parler du "matodidacte" qui a décidé de jouer les matamores du côté de Nice...

Commentaires

Qu'ils aillent se faire foutre ?

Écrit par : skunker | mercredi, 10 juillet 2013

@ l'hérétique :

Je serais curieux de savoir ce que tu sais des "itinérants" avant que tu commences à parler d'urticaire ...

De mémoire un rassemblement de 30 000 personnes : une compagnie de CRS + 200 gendarmes qui évidemment ne contrôlent que les locaux, des monuments profanés, des vols en veux-tu en voilà dans les campagnes avoisinantes, des décharges à ciel ouvert et ainsi de suite.
Je connais quelqu'un qui s'est fait casser le bras alors qu'on l'avait envoyé réparer une canalisation qui leur distribue gracieusement de l'eau que moi je dois payer plus de 3€ le mètre cube. Et évidemment jamais un mot dans les médias.

On en fait pas encore assez ?
Eau et électricité gratuite de fait vu qu'ils se branchent directement sur le réseau; aires de stationnements qu'ils ravagent à chaque fois quand ils n'arrachent pas des grillages pour s'installer sur des propriétés privées , et puis bon, on subventionne déjà pas mal me semble ...

Prendre en compte leur "itinérance" ce serait commencer par se demander comment des gens qui ne travaillent pas peuvent se payer des caravanes. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'il ne faut pas mélanger tziganes, gitans, manouches, roms ... : même façon de vivre donc même problématique.

Et puis si la soupe n'est pas à leur goût ils peuvent toujours partir voir si l'herbe est plus verte ailleurs.

Écrit par : skunker | mercredi, 10 juillet 2013

Ras le bol de cette idéologie qui veut que les roms-manouches etc...soient des pauvres persécutés, victimes d'à prioris! Vous ne savez pas ce que c'est de se lever la nuit (ce que j'ai fait 60 fois en 12 ans à raison de 5 cambriolages, dégradations par an!) pour défendre ses biens. Vous ne savez pas ce que c'est de se contenter de retraites misérables alors que ces gens se font des fortunes en volant tout ce qui peut l'être, en occupant des terrains publics ou privés en TOUTE IMPUNITE, en "éduquant" leurs rejetons à voler sans arrêt et à agresser tout ce qui de près ou de loin ressemble à de l'autorité ou tout simplement parce votre tête ne leur revient pas. Je les connais bien : vol et trafic de chiens (le plus juteux après la drogue) , vol de métaux sur lignes sncf, plaques d'égouts etc...Production massive des déchets et d'excréments dans des terrains appartenant à des agriculteurs, vu près de chez moi, la valeur de 6 camions bennes d'ordures laissées dans un site protégé de la région nantaise, près d'un cour d'eau. Vu des voitures de luxe style Ferrari, Porsche dans les camps proches de la Loire. Vu de charmantes personnes vous ouvrir une valise contenant 15000 euros en liquide pour acheter un véhicule et se prétendant "sans revenus" "chiffoniers" ! Vu des manouches se faire offrir par le contribuable que vous êtes une partie de leur caravane ou camping car de luxe grâce à de généreuses subventions de l'état. Vu des manouches ne pas payer la cantine des enfants, agresser les enseignants, agresser la police municipale, casser les bornes à incendie, se brancher sur le réseau électrique en causant des milliers d'euros de dégâts, défoncer les barrières, pousser les blocs de pierres pour s'introduire dans un magnifique parc public. Si vous ou votre famille possédez un terrain, prenez les donc chez vous, mais ne venez pas ma dire à moi qu'ils sont persécutés, quand leur pays d'origine qui reçoit en passant des millions d'euros de la communauté européenne (allant droit dans les circuits de corruption) n'en veut même pas et les intègre très mollement. Je dois leur payer en plus la CMU, des allocations familiales et quoi encore? Je terminerai en signalant que suite à cette torture que sont des cambriolages à répétition et des agressions verbales, je suis maintenant femme de ménage à raison de 600 euros pas moi et que j'ai honte de que ce pays est devenu : un vaste terrain de jeu pour les racaille en tout genre.

Écrit par : carpediem | jeudi, 11 juillet 2013

Salut Carpe diem et Skunker
Je n'ai pas dit que les Roms étaient des pauvres victimes persécutées : où lisez-vous cela dans mon billet ?
Je dis juste que l'accès à l'éducation pour les Roms serait plus pertinent avec un enseignant nomade, et que plus généralement, tenter de les sédentariser est une erreur.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 21 juillet 2013

@ l'hérétique :

Si on accepte de payer pour eux c'est qu'on reconnait implicitement qu'ils ont besoin d'aide et c'est faux. S'ils voulaient un meilleur accès aux soins ou à l'éducation ils pourraient l'avoir d'eux même.

Sur ce coup je crois que t'es simplement trop honnête pour comprendre comment ils fonctionnent.
Pour toi c'est chose honteuse que d'élever des enfants dans ce qui ressemble plus ou moins à des décharges, pour eux ça relève d'un choix de vie : ce sont des marginaux, la version européenne des bikers "outlaws" américains si on veut.
Ils vivent de vols et de petites escroqueries, de ce fait tout ce qui peut représenter l'état de près ou de loin est détesté d'office.
Si on envoie des fonctionnaires là dedans ils se feront dépouiller tôt ou tard.

Et puis bon, payer pour améliorer la qualité de vie de gens qui détériorent la mienne ... tu me suis ?

Écrit par : skunker | dimanche, 21 juillet 2013

@skunker
tu es rude avec les Roms : tu les mets à ce point tous dans le même sac ?

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 21 juillet 2013

@ l'hérétique :

Bah écoute, les seuls que j'ai vu passer sans entendre ensuite des gens s'en plaindre ce sont de petits groupes évangélistes et des forains.
Et j'ai eu l'occasion de voir comment ça ce passe de près, il y a toujours un camp collé au collège que j'ai fréquenté plus jeune.

Ils s'organisent en clan, se servent des gamins pour les basses besognes du style repérage, petits vols, mendicité etc ...
Les camps sont à la limite du retranchement, il faut envoyer une force considérable pour y faire respecter la loi.
Les femmes sont réduites à l'état de bonniche et sans en faire une généralité, j'ai pu voir pas mal de coups pleuvoir sur elles ou sur les mômes.
C'est assez glauque en fait.

Honnêtement j'ai même peur de choquer si je dis certaines choses que j'ai déjà pu voir.
Vraiment tu va te frotter à des réactions outrées si tu essais de soutenir une proposition comme celle la.

Écrit par : skunker | dimanche, 21 juillet 2013

Bonjour,

Merci pour cet article lumineux. Oui, vous avez raison, l'administration française ne sait pas traiter le nomadisme comme tel. Il faut le faire entrer dans un cadre sédentaire. D'où des impasses politiques infinies. (Il y aurait des choses identiques à dire sur une partie des SDF.)

Cette question mériterait une réflexion approfondie et à plusieurs, il me semble.

Écrit par : Guillaume de Lacoste | lundi, 22 juillet 2013

Bonjour Guillaume,
à vrai dire, je disais justement qu'il ne fallait pas penser les populations roms dans un cadre sédentaire...
Je pense que les SDF répondent à une problématique toute différente car ils n'ont en aucun cas choisi leur mode de vie : ce sont les fractures successives dans leurs existences qui les ont amenés là où ils sont.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 22 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.