Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Je suis sidéré par les propos de M.Rufo sur les viols d'enfant | Page d'accueil | Rythmes scolaires, bis, ter, et cetera »

samedi, 09 février 2013

Femen, Pussy Riot, la tradition anarchiste

Je ne me suis jamais exprimé à propos des Femen et des Pussy Riot, mais je dois avouer que je n'ai guère de sympathie ni pour les unes ni pour les autres.

Les Femen ont la provocation facile en terrain conquis : quel intérêt de se promener à demi-dévêtues pour faire valoir des revendications politiques ? C'est de l'agit-prop à bon compte avec un public de pervers ou de bobos dans les pays occidentaux conquis. Dans la pratique qu'apportent-elles pour la condition de la femme ? Pour celles qui sont opprimées et martyrisées dans des pays déliquescents aux pratiques religieuses arriérées ? Rien. Absolument rien. Pire, au final, elles font passer le féminisme pour un combat ridicule et hystérique.

Je n'ai guère plus d'estime pour les Pussy Riot en dépit de leurs malheurs contre Poutine. Non que j'ai la moindre affection pour ce dernier, mais plutôt que l'action de ces jeunes femmes confine au ridicule. Se livrer à des orgies sexuelles dans des musées, piétiner les symboles des croyants pour protester contre Poutine, c'est une attitude imbécile. Poutine a fait une énorme erreur de les transformer en icône. Mais bon, on ne se refait pas : quand on a le despotisme et la tyrannie dans le sang, c'est typiquement le genre de fautes politiques que l'on fait...

Les unes et les autres s'inscrivent au fond dans une tradition anarchiste et libertaire parfois amusante mais la plupart du temps inefficace.

Il faut autrement plus d'astuce pour amener les droits des femmes et la démocratie à progresser. Un exemple, écrire une belle lettre pour demander au Président Hollande d'appeler le Mali à lutter contre l'excision, voilà qui aurait plus d'allure et d'impact que de se présenter seins nus (fussent-ils fort jolis) aux touristes venus au Brésil avec des intentions douteuses ou encore face au pape Benoît XVI pour dénoncer les positions de l'Église sur l'homosexualité.

Non, franchement si on veut faire avancer la cause des femmes et des jeunes filles, je crois bien plus aux actions comme celles de Plan International, par exemple : droitdesfilles.fr

Pour ma part, c'est par cette association que j'en suis à mon second parrainage. Pourquoi un parrainage ? parce que ce sont des filles, tout simplement.

Très agréable à écouter aussi en espagnol !

12:29 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : féminisme, pussy riot, femen |  Facebook | | |

Commentaires

Tradition anarchiste ?... Elles reçoivent des fonds et le casting des femen se fait sur la plastique.
Pas vraiment anarchiste tout ça.
:)

Écrit par : Vlad | samedi, 09 février 2013

@Vlad
Je pensais davantage aux Pussy Riot, en fait. Disons tradition anarchiste et/ou libertaire. Mais t'en fais pas, ça finit toujours par s'accommoder des bienfaits du capitalisme, un jour ou un autre...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 09 février 2013

Oui, c'est vrai...

Écrit par : Vlad | samedi, 09 février 2013

Anarchiste? Libertaire? Trop facile de coller une étiquette sur ce qui n'est que provocation. Les idées libertaires sont d'un autre niveau intellectuel que ces exhibitions.

Écrit par : Pangloss | samedi, 09 février 2013

Perso, j'ai toujours trouvé assez paradoxale cette démarche qui consiste à sélectionner sur le physique et à exhiber ses seins à tout bout de champ pour défendre... la cause féministe. Il y a, me semble-t-il, quelque chose de contradictoire à employer des attributs et des charmes typiquement féminins et à jouer sur les instincts les plus primitivement machos pour promouvoir l'égalité des sexes. Mais bon...

Sinon, n'oublions pas que les "Pussy Riot" et autres "Femen" sont parfaitement organisées et encadrées. Ce qui me rappelle ce passage de mon cher G. K. Chesterton, jamais avare de paradoxes, qui évoque dans "Le Nommé Jeudi", à propos du mouvement anarchiste, à l'époque criminel et clandestin : "Cette discipline de fer et cette hiérarchie sans faille sans lesquelles le mouvement anarchiste serait perdu".

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 09 février 2013

@Christian
Oui, je suis d'accord avec vous. Le principe me semble aux antipodes du but supposé.
En revanche, je ne suis pas certain qu'il y ait un mouvement anarchiste digne de ce nom...
@Pangloss
hmmm : vous seriez anarchiste et libertaire, vous ?
@Vlad
Tu aurais des éléments prouvant qu'il y a un casting ? Ça m'intéresse.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 09 février 2013

C'est même pas du féminisme, c'est juste la continuité de ce mouvement qui veut qu'on se définisse par sa sexualité de façons ou d'autres. Les homos défilent à moitié à poil et appellent ça leur "fierté", au tour des hétéros d'être con, pas de jaloux !

Écrit par : skunker | dimanche, 10 février 2013

Assez d'accord avec Skunker : la "Gay pride" est elle aussi un paradoxe vivant. On réclame d'être comme tout le monde en affirmant haut et fort sa différence. Les homos seront vraiment intégrés dans la société le jour où l'idée d'une "Gay pride" paraîtra aussi farfelue que l'idée d'une "Gaucher pride" ou d'une "Pointure 48 pride". Autant dire que le lobby ne fait rien pour...

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 10 février 2013

Test

Écrit par : Françoise Boulanger | dimanche, 10 février 2013

Les commentaires sont fermés.