Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Du textile made in France à prix made in China ?! | Page d'accueil | Il va y avoir des déconvenues à l'UDI... »

vendredi, 23 novembre 2012

Le système Descoings mis à jour

Je vois avec satisfaction que le système Descoings que je n'ai eu de cesse de dénoncer est enfin mis à jour à l'IEP. J'avais démontré ici même que les frais de scolarité devenaient exorbitants pour les gens du commun tandis que Descoings et toute sa clique se donnaient bonne conscience ou plutôt jetaient de la poudre aux yeux en allant recruter des indigènes des cités.

On sait maintenant que toute cette esbrouffe, tout ce rêve d'high-school à la française n'avait pour objet que d'assurer les rémunérations les plus folles à un quarteron d'intervenants nantis et copains comme cochons avec Descoings.

Je n'ai jamais pu encadrer Descoings. Je me suis tu à sa mort par respect pour sa famille, mais il ne faut pas non plus pousser mémère dans les orties. 

Je crois avoir suffisamment dénoncé ici son arrogance crasse de bourgeois mondialiste pressé de dézinguer tout ce qui pouvait rappeler l'exception culturelle française pour avoir aujourd'hui la moindre retenue pour dénoncer son oeuvre.

Descoings a incarné tout ce que je déteste au sein d'une certaine bourgeoisie qui se veut internationale. J'espère que Science-po saura retrouver un autre visager que celui qu'il lui avait donné.

00:13 Publié dans Education, Société | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : iep, descoings | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je ne suis pas sûr que ton jugement ne soit pas sommaire, Casanova a exposé les points positifs de l'action de Descoings aujourd'hui à l'AN, c'est très éloigné de nos conceptions routinières. Quant aux frais d'inscription, Pébereau a défendu l'idée qu'ils étaient désormais progressifs en fonction des revenus des parents, ce qui est un système certes dérogatoire, mais permet de faire payer plus ceux qui peuvent plus. Tout cela me paraît défendable. En revanche, l'évolution récente de Sciences Po me semble avoir fragilisé le dispositif de recrutement et de formation de nos élites administratives mis sur pieds en 1945.

Écrit par : Hervé Torchet | vendredi, 23 novembre 2012

"Je crois avoir suffisamment dénoncé ici son arrogance crasse de bourgeois mondialiste pressé de dézinguer tout ce qui pouvait rappeler l'exception culturelle française pour avoir aujourd'hui la moindre retenue pour dénoncer son oeuvre."
Tu es remonté contre lui en effet !
Ce qui est troublant, c'est que ses étudiants semblaient pourtant l'apprécier. Il avait donc un double-visage ? Ou nos jeunes ont-ils changé de "valeurs" à ce point ?!
Peut-être as-tu lu le billet qu'a fait Hervé après l'intervention de Jean-Claude Casanova parlant justement des émoluments sans doute excessifs de Descoings...

Écrit par : Françoise Boulanger | vendredi, 23 novembre 2012

Le premier commentaire, celui d'Hervé donc, n'étais pas visible lorsque j'ai commencé le mien ... ;-)

Écrit par : Françoise Boulanger | vendredi, 23 novembre 2012

" rêve d'high-school à la française " suis d'accord avec ce passage.
" Quant aux frais d'inscription, Pébereau a défendu l'idée qu'ils étaient désormais progressifs en fonction des revenus des parents" confirme le: "à la francaise", système existant chez nous dans l'enseignement privé sous contrat.

Écrit par : Martine | vendredi, 23 novembre 2012

Vendredi 23 novembre 2012 :

Présidence de l'UMP : François Fillon lance : «Un parti, ce n'est pas une mafia»

8h00 : François Fillon estime qu'«un parti, ce n'est pas une mafia»

François Fillon, candidat défait dimanche, s'est montré très offensif ce vendredi matin, estimant qu'«un parti, ce n'est pas une mafia». «Un parti politique, ce n’est pas une mafia, un endroit où on peut étouffer les affaires, refuser de dire la vérité. (…) J’entends souvent dire qu’on est dans une famille et que dans une famille, on n’étale pas ses différends. Ca ressemble étrangement à la notion d’une mafia», a-t-il dit sur RTL.

http://www.20minutes.fr/politique/1048568-live-presidence-ump-francois-fillon-lance-un-parti-mafia

Écrit par : BA | vendredi, 23 novembre 2012

Vendredi 23 novembre 2012 :

"Fillon fait de nouveau marche arrière", accuse Copé.

"François Fillon avait accepté hier la proposition d'Alain Juppé. C'était une voie de sagesse et de soulagement pour nous tous (...) J'apprends ce matin qu'il fait de nouveau marche arrière, qu'il refuse nos statuts en expliquant que désormais il ne leur fait plus confiance", a déploré Jean-François Copé lors d'une déclaration au siège de l'UMP.

"Pire, il a des mots extrêmement blessants et injurieux pour l'ensemble de notre famille politique, des mots qui provoquent l'indignation de tous", a-t-il déploré.

"J'ai accepté qu'Alain Juppé intervienne avec une commission ad hoc dont l'objet ne peut pas être de se substituer - ce n'est pas statutaire - à la commission des recours mais de veiller à la transparence absolue des travaux de la commission nationale des recours", a rappelé Jean-François Copé. "J'ai eu Alain Juppé au téléphone sur ce point ce matin qui me l'a confirmé".

Cette instance est "la seule qui puisse juridiquement vérifier, valider les réclamations ou les recours des candidats", a-t-il insisté. "Si on s'affranchit de cette commission on s'affranchit de nos statuts et donc on se place de fait dans l'illégalité. N'importe lequel d'entre vous serait en mesure de faire annuler une décision prise en dehors de cette commission".

"Je le sais, vous êtes déboussolés, indignés, choqués par ce qui se passe. Moi aussi, je le suis profondément", a-t-il assuré, s'adressant aux militants, dont beaucoup expriment leur colère sur les réseaux sociaux. "Comme vous, je ne me suis pas engagé en politique pour des batailles de chiffonniers".

"Personne, personne n'est au-dessus des règles. Personne n'a le droit de choisir ce qui l'arrange selon son bon plaisir", a-t-il lancé, visant François Fillon. "Personne n'a le droit de choisir selon son bon plaisir".

Écrit par : BA | vendredi, 23 novembre 2012

@BA,
Vous etes hors sujet...;)
Si à tout hasard vous cherchiez un commentaire de ma part sur ce sujet, je dirai que je le trouve très courageux de dénoncer des pratiques connues et qui nuisent à un exercice démocratique sain, et à toute la classe politique.
Il a raison de donner un coup de pied dans la fourmilière et de vouloir et assainir et libérer les différents courants de son mouvement.
Il a fait appel à A Jupé, qui de mieux que le père fondateur pour effectuer les travaux d'entretien et de réfection qui semblent s'imposer à cet édifice plus très jeune?
Et puis, leur déconseillerais un nouveau vote (com suggéré par NKM et sa boite à idées, me demande ou elle a pu pécher un nom pareil^^^;o))): une fois ca va, deux fois bonjour les dégats^^^.
Salut!

Écrit par : Martine | vendredi, 23 novembre 2012

@BA,
Oups, j'évoquais le premier bien sur ;)

Écrit par : Martine | vendredi, 23 novembre 2012

""Je le sais, vous êtes déboussolés, indignés, choqués par ce qui se passe. Moi aussi, je le suis profondément", a-t-il assuré, s'adressant aux militants, dont beaucoup expriment leur colère sur les réseaux sociaux. "Comme vous, je ne me suis pas engagé en politique pour des batailles de chiffonniers".
Je trouve ce passage surréaliste, suis pdlol!
Qui bourre les urnes? Les chefs ou les militants zélés? Rhooo
Je serai A Juppé j'essaierai de croiser les chiffres des nouveaux militants avec ceux en "trop", et puis à tout hasard si pas à double encart-h-age^^^Cela pourrait etre très instructif...;o)))
Bon sur ce, j'arrete le hors sujet
Bonne journée

Écrit par : Martine | vendredi, 23 novembre 2012

@David Guillerm,
Billet dans le vent actuel...Dois-je publier la suite, ici?
Réf aux marmottes requinos, aux couleurs de plumage de mouette?

Écrit par : Martine | vendredi, 23 novembre 2012

sympa ... super article .

Écrit par : hebergement web | samedi, 24 novembre 2012

Écrire un commentaire