« L'art de chercher la contrefaçon | Page d'accueil | Union civile homosexuelle »

samedi, 27 octobre 2012

Responsables...et coupables !

Je regardais les chiffres d'affluence associées à la nouvelle équipe du PSG, entièrement composées de stars acquises à des prix stratosphériques et je ne pouvais m'empêcher de faire le lien avec l'imposteur déchu du cyclisme Lance Armstrong.

Très souvent j'entends les journalistes, les intellectuels, les supporters, plus simplement, critiquer l'afflux de l'argent-roi dans la sphère sportive. Or, les mêmes qui crachent sur le fric sale sont les premiers à venir assister aux épreuves où les rois du fric viennent se pavaner.

Au fond, et je l'ai toujours pensé, nous construisons très largement le monde dans lequel nous vivons. J'avais écrit ici il y a quelques années, et cela m'avait valu une volée de bois vert, qu'un dictateur ne pouvait exercer son pouvoir sans l'assentiment de ceux qu'il mettait en sujétion.

De même quand j'entends les cris d'orfraie autour de moi autour des délocalisations des mêmes qui ensuite glapissent au nationalisme quand on évoque le Made in France et la nécessité pour nos emplois d'acheter local, je ne peux à nouveau m'empêcher de faire un lien évident.

Beaucoup d'eau coulera encore sous les ponts avant que chaque individu devienne acteur de ses propres choix. 

C'est, me semble-t-il, la démarche de Bayrou que d'engager chaque citoyen à devenir acteur du monde dans lequel il vit et c'est entre autres pour cela que je l'ai toujours soutenu.

Mais je vois que cela demeure un voeu pieux et un effort de conviction de longue haleine.

Le cyclisme est dans la tourmente : on parie qu'il va y avoir des millions et des millions de Français pour continuer à en suivre les péripéties au prochain Tour de France alors que cette épreuve ne mériterait qu'un boycottage massif pour en réduire la rentabilité à zéro. Ainsi paieraient les tricheurs et les sponsors qui ferment les yeux sur leurs tricheries depuis trop longtemps. Mais pour cela, encore faudrait-il que les usagers eux-mêmes ouvrent les leurs et fassent acte de volonté : ils savent très bien, eux aussi ce qu'il se passe ; ils savent très bien ce qu'ils pourraient faire pour que cela cesse ; et pourtant, ils ne font rien...

09:27 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cyclisme, corruption, triche, dopage, responsabilité, démocratie | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je suis d'accord sur la responsabilité... mais concernant le Tour de France, l'enjeu est plus important que ça : la France est la première destination touristique au monde, et le Tour de France est un des principaux vecteurs de promotion de ce tourisme. Le boycotter n'aurait pas que des conséquences sur les tricheurs et les hypocrites, mais aussi sur des pans entiers d'une économie du tourisme qui n'y est pour rien.

Écrit par : Nita | samedi, 27 octobre 2012

Du point de vue sociétal et symbolique, l'affaire Armstrong a joué un rôle très intéressant : elle a permis de "légaliser" le dopage dans le sport.

Cela fait des années, voire des décennies, que les cyclistes et d'autres sportifs se dopent. Dans le cyclisme, la chose était évidente : l'année qui a suivi le "grand nettoyage" anti-dopage (suite au scandale "Festina"), la vitesse moyenne du Tour a été supérieure à celle des années précédentes où un grand nombre de coureurs étaient dopés. C'est bien la preuve que, dans les faits, rien n'avait changé. Mais l'hypocrisie demeurait.

Avec l'affaire Armstrong, on a entendu un discours nouveau. On a entendu : "Certes, il était dopé, mais c'est tout de même un grand champion" et on a entendu quelque chose comme "Certes, un très grand nombre d'entre eux sont dopés, mais le spectacle est à ce prix" (voir par exemple la chronique de Christophe Ginisty sur le sujet, intéressante car émanant d'un "citoyen lambda"). Et on va voir que le prochain Tour, déjà présenté par certains médias comme si de rien n'était, va attirer autant de monde que d'habitude.

Alors certes Armstrong a été déchu de ses titres ; mais il joue le rôle de bouc émissaire. Désormais, dans l'opinion publique, le dopage cycliste est une chose admise, actée, pardonnable et indifférente. Il n'est même plus nécessaire de faire semblant de l'ignorer : c'est devenu un facteur parmi d'autres. "Show must go on" et, à l'avenir, ceux qui voudront se formaliser du dopage feront simplement figure de rabat-joie.

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 27 octobre 2012

Tout à fait d'accord : nous construisons très largement le monde dans lequel nous vivons.

Mais nous français, nous n'assumerons jamais d'être les acteurs de nos propres choix.

Article : IMPOSSIBLE MAIS BIEN FRANCAIS http://0z.fr/npcpV

Écrit par : Carbone 12 | samedi, 27 octobre 2012

Très joli billet, voui une partie de l'organisation pour le "sponsoring" est made in Lyon...(Je crois) Argh la "pépette" il y a des fessées qui se perdent... ;))Je comprends votre humeur, pour vous consoler ne dit-on pas: "les chiens aboient, la caravane passe".

Belle journée à vous.

Écrit par : Martine | samedi, 27 octobre 2012

Écrire un commentaire