« Le voile et l'ordre public | Page d'accueil | Une retraite progressive ? »

lundi, 09 juillet 2012

Témoignage d'un enseignant

J'ai lu récemment dans un commentaire le témoignage d'un enseignant qui écrit sous le pseudonyme de John Keating. Je pense qu'il vaut vraiment d'être lu...

Croire que le problème principal de l'école d'aujourd'hui c'est le rythme scolaire ou la date et la durée des vacances est tout bonnement hallucinant. Et pourquoi pas la couleur des salles, le vouvoiement des élèves l'uniforme et le tchador.

On ne veut pas voir l'état catastrophique de l'école (Collège surtout) dont les missions sont tellement multiples qu'elles sont par avance vouées à l'échec. Le découragement, les dépressions, les suicides de nombreux profs (des chiffres vont bientôt sortir et France Telecom à côté c'est Bisounoursville) qui sont au front tous les jours avec des élèves odieux insultants menaçants méprisants et soutenus par des parents vindicatifs et fiers de leur médiocrité et de leur vulgarité histoire de donner l'exemple à leurs rejetons. Et nous obligés de comprendre, pardonner, excuser car ils sont jeunes et en construction; sinon on arrête le métier. De toute façon faut bien les garder jusqu'à 16 ans, mêmes les pires crapules soupçonnées de racket, vols et j'en passe. 

Les rapports de force qui s'établissent dans certains quartiers avec la police ou les pompiers on les retrouve dans les classes; tout ce qui représente l'Etat et l'autorité est rejeté avec force. L'instruction est minimale pourtant c'est le coeur du métier
L'échec est tellement immense qu'on en est réduit à accepter l'inacceptable pour un brin de paix sociale et se contenter du minimum c'est-à-dire qu'au moins dans la classe personne ne s'égorge ou se balance des compas dans la figure. Le prof devient un maton mais il est seul pour faire parfois face à des mutineries quand les exigences simple civisme sont trop élevées. La hiérarchie ferme les yeux fait semblant de ne pas voir et se décharge de toute responsabilité.

Ce constat alarmant n'est certes pas le même partout loin de là et varie du tout au tout selon les filières, les villes, les régions, mais dans les établissements les pires on en est aux caméras de surveillances, on parque les élèves dans la cour pour éviter les dégradations des locaux, la police intervient de plus en plus souvent, des profs font régulièrement des mains courantes car menacés par des élèves ou des parents.

Ah oui mais c'est vrai un prof peut rien dire parce qu'il a des vacances, qu'il travaille 3h par jour (entendu sur i-télé par un "expert")...pardon j'ai blasphémé. Et en plus le métier est une vocation donc il faut se la fermer sinon on avait qu'a en choisir un autre. Désolé. De toute façon si je vous dis que seulement 2 semaines de vacances nous sont payées vous ne me croiriez pas. Que dans mon cas je bosse tous les soirs après 22h, tous les WE entre 5 et 10h, pendant la moitié des vacances car l'autre moitié je tiens à la partager avec mes gosses.
Mais pourquoi le métier de prof n'attire plus dit-on dans les salons parisiens bien-pensants ? Pourtant ils sont payés plus que le SMIC ils n'ont pas à se plaindre ces branleurs.
Pourquoi je continue? Parce qu'enseigner c'est ce que je sais faire de mieux, parce que parfois on réussit qqch d'incroyable...on allume la flamme, on crée l'envie, la curiosité.
Donc pour moi rester 1 ou 2 ou 3 semaines de plus ou de moins je m'en contrefout. La semaine de 4,5 ou 9 jours même et bien soit pourquoi pas mais ça ne changera rien.

La société est gravement malade on a cru que l'école pourrait la soigner mais elle agonise de récupérer des blessés graves qui ne veulent pas guérir et d'être sans cesse accusée d'être la cause de la maladie.
Vive le capitalisme, l'individualisme qu'il engendre et l'argent comme valeur première.

Un prof furieux et réaliste mais qui résiste.

09:16 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : enseignement, violence, école | |  Facebook | | | |

Commentaires

Coïncidence : je viens de publier ça sur Facebook" :

"En fin de semaine dernière, je fais travailler quelques élèves pour les préparer à l'oral de rattrapage. Pour répondre à une question, l'un d'eux en arrive à devoir calculer :141,95 x 100. Illico, il sort sa calculette. Comme je m'en effare, il me dit "Oh M'sieu, j'ai toujours été nul en maths..." Et ce garçon de dix-sept ans va sans doute avoir son bac ! On peut raconter tout ce qu'on veut, on ne me fera pas croire que le niveau monte. En tout cas, pas partout."

Vous avez dit "enseignement minimal" ?

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 09 juillet 2012

Merci à l'Hérétique pour cette analyse objective. Notre société est malade : on se voile la face sur la réalité de la situation , notamment de l'Ecole .
Que nos dirigeants , ministres et compagnie , certains parents d'élèves aussi, fassent cours quelques heures dans certaines classes......Alors ,seulement ils commenceront à comprendre la réalité de la situation . Ils comprendront pour quoi de moins en moins de jeunes étudiants se tournent vers le métier d'enseignant.

Écrit par : Daniel54 | lundi, 09 juillet 2012

Je partage. Cependant conclure que la société est malade ne peut qu'enfoncer dans le pessimisme. Une société, par essence, se transforme à chaque instant et on est obligé de constater que, depuis la nuit des temps, elle prend une direction quasiment constante qu'on appelle le progrès. Sauf à revoir la définition de ce qu'on appelle le progrès, il ne faut pas s'étonner des changements auxquels on a à faire face au long d'une vie et toujours tenter de s'y adapter du mieux qu'on peut...

Écrit par : RPH | mardi, 10 juillet 2012

@ RPH

Quelle drôle de conception du progrès ! Pour vous, le progrès, c'est le fait d'avancer, quels que soient le sens et la direction ?

Pour moi, on ne peut parler de progrès que si on a défini (plus ou moins clairement et explicitement) un but. Lorsqu'on se rapproche de ce but, on progresse ; lorsqu'on s'éloigne de ce but, on régresse. C'est ainsi, par exemple, qu'on pourra parler de "progrès social" ou de "régression sociale", selon que l'état de la législation rapproche ou éloigne d'un droit du travail (par exemple) considéré comme juste ou souhaitable.

A cet égard, je ne suis pas certain que le fait de voir les enseignants transformés en gardes-chiourme d'élèves incapables de faire de tête une multiplication par 100 puisse réellement être considéré comme un progrès. En tout cas, ça ne correspond pas à l'idée que je m'en fais.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 10 juillet 2012

Bonjour,
j'enseigne dans un petit collège privé sous contrat rural. Je me sens pleinement professeur de la République, au service de la collectivité publique.
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, mes motivations et mon constat sont les mêmes que notre "prof' furieux et réaliste qui résiste" ! Car la médiocrité, l'agressivité et cet individualisme grandissant, s'ils ne nous touchent pas autant que dans les zones en difficulté, sont de plus présents. Sans parler des résultats d'examens (Diplôme National du Brevet) corrigés par l'administration de l'Académie afin de correspondre aux statistiques attendues...
L'école est malade de se voiler la face, de mener un double discours, de ne pas attendre réellement des élèves les objectifs multiples qu'elle impose pourtant aux enseignants. Ces objectifs sont très ambitieux mais surtout, il ne faut pas que les enseignants fassent tout pour les atteindre, car il leur est alors reproché de trop en demander aux élèves... Faudrait savoir...
Il est heureux que partout, dans le public comme dans le privé sous contrat, des enseignants résistent parfois contre l'école elle-même afin de permettre aux élèves de progresser et de s'épanouir, d'entrevoir que l'effort intellectuel peut être motivant et que l'on peut, oh suprême étonnement, Graal de l'enseignant, y prendre quelque plaisir...

Écrit par : DW | mardi, 10 juillet 2012

@ Ch. Romain

"Pour multiplier par 100, il faut décaler la virgule vers la droite de deux rangs et éventuellement ajouter autant de zéros que nécessaire à droite"

Extrait d'un cours de mathématiques de 6ème.

Mais avant de faire des multiplications, il faut au moins connaître les tables (niveau primaire): en Terminale S, certains élèves - heureusement une minorité - ont encore des problèmes avec les tables de multiplication...

Écrit par : JF le démocrate | mercredi, 11 juillet 2012

@ JF

Euh... oui, je sais.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 11 juillet 2012

@JF,
Très franchement, suis heureuse de savoir que mes enfants, ne mettront pas la pointe de leurs chaussons chez HEC...
Après l'Christian, peut bien aller se soulager et essayer de faire "bonne figure" de facon très factice, sur fesse de machin ou autre...Son problème, pas le mien.

Écrit par : Martine | mercredi, 11 juillet 2012

@ Martine

Christian, vu son dernier post, n'a visiblement pas compris la teneur de mon dernier commentaire. Ce sont des choses qui arrivent.

Écrit par : JF le démocrate | mercredi, 11 juillet 2012

@ Martine

Christian, vu son dernier post, n'a visiblement pas compris la teneur de mon dernier commentaire. Ce sont des choses qui arrivent.

Écrit par : JF le démocrate | mercredi, 11 juillet 2012

L'Ecole ne peut pas faire ce que les parents ne font pas ...

Écrit par : Le Parisien Liberal | jeudi, 12 juillet 2012

Pour répondre à Ch Romain qui dit "on ne peut parler de progrès que si on a défini (plus ou moins clairement et explicitement) un but", mais quel est le but? Qui sait où l'on va? Quel sens porte tout cela? Que fait-on sur terre? Où va-t-on? Dieu seul le sait, mais manque de bol, je ne suis pas croyant. Ceci dit, l'humanité, sans connaitre de but, parce que personne n'est capable de le connaître, sauf les religions prétentieuses en la matière, l'humanité, dis-je, progresse et avance. Étrange mouvement parce que, après tout, les choses auraient pu rester en l'état. Seule fin absolument sûre, dans 3 milliards d'année le soleil deviendra une géante rouge et grossira tellement que la terre se retrouvera à l'intérieur du soleil.... Le but ultime...

Écrit par : RPH | jeudi, 12 juillet 2012

Tiens, la folle a encore fait un commentaire. C'est sûr que vu le patrimoine génétique dont elle a dû doter ses rejetons, les pauvres mômes ont fort peu de chances de faire des études supérieures. C'est même à se demander si l'ADASS est déjà intervenue. Mais bref. Le plus ahurissant demeure le fait qu'il se soit trouvé un volontaire pour faire des enfants à la pauvre trépanée. A moins qu'elle n'ait eu recours à l'insémination... Oui, ça doit être ça. On devrait mieux réglementer l'accès à l'insémination.


@ RPH
Quel est le but ? Ben oui, c'est toute la question. C'est bien pourquoi je ne confonds pas "mouvement" avec "progrès". Je parle d'un but à vue humaine, évidemment.

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 12 juillet 2012

@ JF

Désolé... ;-)

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 12 juillet 2012

Pov' garcon,
Mon ainé 18 en Maths au Bac (comme moi, rhooo)...Quand au dernier bien plus brillant encore.
Bien le bonsoir chez vous. :o))

Écrit par : Martine | jeudi, 12 juillet 2012

En lisant son dernier commentaire, je viens de comprendre comment la foldingue a eu ses mômes : elle les a adoptés !

Je me disais aussi...

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 12 juillet 2012

@JF,
Laissez-le donc troller,vomir et j'en passe, il se fait plaisir et se sent "important"...Pas grave, il n'en paraitra que plus pathétique pour les lecteurs z'influents de ce blog. :)

Écrit par : Martine | jeudi, 12 juillet 2012

Oups, lecteurs z'influents et sachants.
Alors, qu'il continue à baver sur son clavier ainsi qu'il a toujours fait depuis si longtemps, grand bien lui fasse.

Écrit par : Martine | jeudi, 12 juillet 2012

Mort de rire !!!

La trépanée du bulbe qui se compte parmi les "influents et sachants" !

La grenouille qui se prend pour un dinosaure.

Pauvre, pauvre folle...

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 12 juillet 2012

Rien à foot! Tulipe vous-meme... :o)))

Écrit par : Martine | jeudi, 12 juillet 2012

Tulipe ???

Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu, que de désordre et de confusion dans la cervelle ravagée de cette pauvre innocente...

Franchement, je me demande si la charité ne commanderait pas de l'abattre tout de suite ?

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 13 juillet 2012

Rhooo, vous me faites penser à la "luciole" elle me fait bien rire actuellement, les points surlignés sur son blog faisaient partie de l'ensemble de mes interventions sur ce blog depuis 2008, mais aussi du programme de FBayrou qui lui déplaisait tant...
Allez, bonnes vacances!

Écrit par : Martine | samedi, 14 juillet 2012

La folle, en pleine confusion mentale, essaie maintenant de m'intéresser en me racontant je ne sais quelles vagues histoires de plagiat dont elle serait victime. Un symptôme bien connu : des dizaines d'écrivaillons de basse-cour se sont eux aussi plaints, en leur temps, d'avoir été prétendument plagiés par des auteurs qui avaient plus de succès qu'eux. Classique résultat du croisement entre folie, prétention et insignifiance mal assumée.

Pauvre, pauvre petite chose...

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 14 juillet 2012

Mouarf! Suis pdlol!
Vous l'ai déjà dit, il y a longtemps, vous ne m'intéressez pas, plus du tout. Dslée, de ruiner ainsi vos "fantasmes" mais la vie est ainsi faite.
Pour le reste, très facile, il suffit de fouiller les archives.

Écrit par : Martine | samedi, 14 juillet 2012

La folle s'accroche. Beurk !

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 15 juillet 2012

M'accroche à vous? Certainement pas! Au fil sur lequel vous vous promenez tel un équilibriste sans filet surement! Et j'escompte bien le secouer suffisamment pour voir chuter vos morgue et suffisance...

Écrit par : Martine | dimanche, 15 juillet 2012

Ça s'aggrave. La foldingue a des hallucinations maintenant : elle voit des fils partout.

Triste...

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 15 juillet 2012

J'ai toujours su vos aptitudes à interpréter tant la poésie que d'autres textes, les archives de ce blog en regorgent; effectivement c'est triste, très triste...
Allez, bonnes "ouacances" :oD

Écrit par : Martine | dimanche, 15 juillet 2012

Voyez Christian,
J'avais déposé pour partie une dédicace de la part d'un poète occitan, ami de ma famille de très longue date, qui fut journaliste aussi et membre influent à une époque dans l'organisation du festival EN A.
FH le président " Normal" 1er, "toujours en campagne", a eu bien raison de s'y rendre, les festivaliers et spectateurs ont du "apprécier" à juste titre les dommages co-latéraux en termes de protection de son passage, un peu comme les usagers de la ligne Paris-Bruxelles.
Suis dslée, pour lui mais ainsi va la vie!

Écrit par : Martine | dimanche, 15 juillet 2012

Le "poète occitan", c'est le foutraque dont l'incompréhensible délire verbal nous a été asséné par la folle voit cinq à six semaines. Un copain d'asile, probablement...

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 15 juillet 2012

@Christian,
Vous ne voulez pas comprendre, votre problème...
Les "z'importants" savent, tout ce qui importe, dslée pour vous que vous ne fassiez pas partie de cette catégorie...:oD

Écrit par : Martine | dimanche, 15 juillet 2012

Mort de rire ! La foldingue qui remet ça avec ses "importants", après s'être déjà rangée parmi les "influents et sachants" voilà quelques commentaires !

Alors que la seule chose importante chez elle, c'est le degré de gravité de son dérangement cérébral !

Qu'est-ce que c'est bon de rire !

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 16 juillet 2012

Z'ètes insignifiant, le degré de votre argumentation l'a toujours prouvé...Que des insultes quand en difficulté.
C'est koaa, votre objectif? Polluer ce blog?
Ainsi que vous l'avez toujours fait dans le passé, que ce soit chez CG ou autres? Le tour de l'héré?
Vous vous imaginez koaa, exactement? Que tous les lecteurs et intervenants, ici, vont se prosterner devant "vot' majesté", issue d'un drolissime microcosme parisien de salons, déconnectés de la vraie vie?
Vos insultes me flattent. :)

Écrit par : Martine | lundi, 16 juillet 2012

Tiens, la foldinguette s'excite, on dirait. Ce doit être le retour du beau temps : ses humeurs la travaillent.

Pauvre petite chose décérébrée, torturée par une fourmilière d'hormones incontrôlables...

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 16 juillet 2012

Retour du beau temps, ou cha?
Z'ètes pas intervenu sur le dernier billet de l'héré, à savoir: les retraites, mais pas étonnée plus que cha. :o))
Z'avez toujours essayé d'avoir l'art de noyer le poisson.

Écrit par : Martine | lundi, 16 juillet 2012

La folle en pleine confusion mentale : elle me reproche de commenter, m'accuse de "polluer le blog", puis se plaint de ne pas m'avoir vu intervenir sur un billet récent.

Pauvre femme...

Bon, je vais la laisser faire joujou toute seule.

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 16 juillet 2012

@Ch. Romain :

Vous me décevez amèrement ! Après avoir débattu avec vous sur le voile, je vous pensais bien plus intelligent que ça ! Bouh !

Écrit par : eskapad | mardi, 17 juillet 2012

Question d'interlocuteur, mon cher : qui peut le plus peut le moins...

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 17 juillet 2012

Écrire un commentaire