Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Soldats israéliens débonnaires avec un jeune lanceur de pierres de 9 ans | Page d'accueil | Islam /Catholicisme, deux poids, deux mesures ? »

mercredi, 04 juillet 2012

Tu trouves pas de boulot parce que t'es voilée ? C'est bien fait pour ta gueule !

Rue89 retentit depuis quelques temps de couinements de femmes «parfaitement éduquées» mais portant le voile : les pauvres chéries ne trouvent pas de boulot et expriment leur désappointement dans un français aussi châtié que parfait.

Le plus drôle, c'est la baby-sitteuse voilée : alors là, moi qui fais appel très souvent à des baby-sitter, plutôt crever que d'engager une baby-sitter voilée ! Elle n'a qu'à aller voir en Arabie Saoudite ou en Afghanistan si elle trouve du boulot : si elle réchappe à la lapidation, quelques bons caillasses dans la gueule, des traditions locales de là-bas, ne tarderont pas à la convaincre des mérites de la laïcité à la française.

En fait, que des femmes voilées ne trouvent pas de travail (mais au fait, en ont-elles demandé l'autorisation à leur seigneur et maître barbu ?), c'est un très bon signe : cela signifie que la France résiste encore à la talibanisation avancée qui prend pied d'ores et déjà  dans nos souriantes banlieues pré-islamisées à la mode afghane.

Mais c'est trop drôle de les voir brandir les Droits de l'Homme, avec un D et un H majuscules. Pas de pot, les droits de l'homme à la française, ce ne sont pas ceux des femmes voilées.

Et de toutes façons, c'est le libre marché du travail qui décide si leur tenue est adaptée ou non. Elles déclarent parfois être prêtes à enlever leur voile mais elles viennent tout de même candidater en burka (j'exagère à peine).

Et quand elles se vantent d'être blondes et d'avoir les yeux bleus, voilà qui montre clairement qu'elles ne font pas l'objet d'un rejet sur une base ethnique mais bien idéologique : leur idéologie mortifère qui fait de la femme un simple appendice du mâle !

Pour revenir à la baby-sitter de rue89, elle peut jurer ses grands dieux que sa religion et ses convictions n'ont pas d'impact sur sa manière de s'occuper des enfants, je n'en crois rien. Je pense bien au contraire que cela influe sur sa manière de considérer les filles et les garçons et c'est bien pour cela qu'il est hors de question que je mette ma petite dernière entre ses sales pattes.

J'entends souvent des Musulmans se plaindre du rejet dont l'Islam est l'objet en France : plutôt que de s'en prendre sans cesse à l'intolérance française (et je crois, sur ce point, que le Français, très indivualiste, est de ce fait, au contaire, particulièrement respectueux des différences dans la sphère privée), ils devraient se demander pourquoi nous en sommes là. 

Si nous en sommes là, c'est bien parce que l'Islam a changé de forme en cette fin de XXème siècle : il prétend dominer religieusement la planète et les pouvoirs que l'on voit émerger partout dans le monde arabo-perso-musulman et même au-delà sont tout sauf des modèles de tolérance et de justice.

Les radicaux islamistes sont impliqués dans tous les coups les plus tordus de la planète : aucune autre religion ne porte une telle...«croix».

J'adore la réflexion finale de notre baby-sitteuse à voile :

Mesdames, Messieurs, je peux comprendre que vous recherchez la perle pour vos enfants, mais je ne comprends pas en quoi un tissu peut tout changer.

Ben ma pauvre, tant que t'auras pas compris pourquoi, t'es pas prête de trouver du travail en France...

PS : tiens, j'ajoute un post-scriptum, tant que j'y suis ; observez que je ferais encore moins confiance à un barbu pour quelque poste sensible que ce soit. On ne sait jamais trop ce qui peut leur passer par la tête, à ces gens-là. J'ajoute, in fine, que ce n'est évidemment pas les femmes que je stigmatise quand elles portent le voile mais bien la pratique «culturelle» qui prétend leur leur imposer. Cette pratique n'a pas sa place dans notre pays et les Français n'en veulent pas.

18:56 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (113) | Tags : voile, islam |  Facebook | | |

Commentaires

Moi pareil : mon garagiste voulait mettre une roue voilée à ma bagnole, je l'ai envoyé chier.

Écrit par : Didier Goux | mercredi, 04 juillet 2012

L'Hérétique va être accusé de raciste.......Ceci étant je comprends bien le propos . Je suis favorable à l'accueil de l'étranger , mais à condition qu'il s'intègre à la culture française.A proximité de chez moi , dans certains quartiers....nous sommes ailleurs !Cela peut être , il me semble , source de racisme.

Écrit par : Daniel54 | mercredi, 04 juillet 2012

@Didier
Faut pas se laisser emm... je suis bien d'accord :-)
@Daniel
Oh, là, ce ne sont même pas des étrangers : ce sont des Françaises ! On a là la combinaison d'un discours dégoûlinant et gauchisant sur le droit à la différence et celui de l'islam radical.
Les théories différentialistes de SOS racisme et compagnie ont fait évidemment des ravages chez des jeunes femmes qui autrement auraient trouvé d'autres voies que le voile pour marquer leur différence...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 04 juillet 2012

Je trouve très regrettable de voir la liberté de culte bafouée chaque jour pour des prétextes aussi ridicules que l'incompatibilité avec la culture française.


Pourriez vous définir clairement cette culture française ?

Écrit par : eskapad | mercredi, 04 juillet 2012

Enfin on ose parler ainsi en France ! On commence a prendre conscience du danger j'espere qu'il ne sera pas trop tard ! Certains en parlent pourtant depuis longtemps et se sont fait traiter de fachos pendant des decennies...

Écrit par : chantal | mercredi, 04 juillet 2012

@eskapad
Ce n'est pas une question de culture mais de respect de la condition féminine.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 04 juillet 2012

@L'héré,
Blonde aux yeux bleus qui avance voilée...
Otez moi un doute, de la famille LP?
z'aiment bien les "icones", si je ne m'abuse.

Écrit par : Martine | mercredi, 04 juillet 2012

@ Eskapad

Où voyez-vous bafouer la liberté de culte ? La liberté de culte est totale en France, dès lors qu'elle s'exerce soit en privé, soit dans les lieux prévus à cet effet. Par contre, prétendre travailler voilée dans une crèche (qui est un lieu public) ou au domicile de personnes privées, ce n'est pas une question de liberté de culte.

Au surplus, il faudrait démontrer que le port du voile participe bien d'un culte.

Vous ne me semblez pas avoir les idées très claires sur cette question.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 04 juillet 2012

@ l'hérétique : ne pensez vous pas une seconde que c'est en tant que femme libre et libérée qu'elle aurait pu faire ce choix ? Rien ne lui a été imposé à ce que je sache, comme à toutes les autres femmes qui comme elle, ont fait ce choix de cacher leur cheveux aux personnes autres que leur mari ou famille proche.

@Ch Romain : vous voulez donc dire qu'il est parfaitement normal de bafouer la liberté de culte dans les lieux publics ? Tant que c'est respecté dans un cadre privé, peut importe que ce qu'il en est dans le cadre public ?

Écrit par : eskapad | mercredi, 04 juillet 2012

@ L'Héré

J'ai lu sur Rue89... Ce qui me frappe, c'est le double discours permanent de la jeune femme. D'un côté, le voile est un élément tellement essentiel de sa personnalité que le rejeter lui, c'est la rejeter, elle et qu'elle l'assimile même à la couleur de peau de certaines de ses amies. De l'autre, c'est un "simple bout de tissu", un "voile léger" dont elle s'étonne qu'on puisse faire un tel fromage.

"Je suis oiseau, voyez mes ailes !
Je suis souris, vivent les rats !"

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 04 juillet 2012

Et... oui, pardon, c'est encore moi. Je trouve que la plupart des commentaires faits en réponse à ces deux femmes (la baby-sitter et celle des glaces) sont remarquables d'équilibre, de bon sens, de clarté et de pédagogie. Je sais pas vous, mais moi, ça m'a un peu rassuré de les lire.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 04 juillet 2012

@L'héré,
En ce qui concerne Saudi Arabia, à Jeddha avant une des guerres du golfe: soit abaya, soit avoir les membres couverts sans tenues sexies, vétements amples et couvrants suffisaient, mais très orthodoxe aussi n'est-ce pas?
Bien sur que si: blonde sollicitée, tout comme peut l'etre une jolie femme chez nous.

Écrit par : Martine | mercredi, 04 juillet 2012

L' objet est : "ne me soumez pas à la tentation" en termes religieux, sauf que "aide toi toi-meme et dieu t'aidera".
A chacun ses croyances, mais la foi relève de l'intime, du privé.
J'estime que chez nous, avons subi suffisemment de guerres de religions...Il suffit!
Si j'en avais le pouvoir, j'interdirais tous signe distinctif d'appartenance religieuse sur la voie publique.
Par contre, m'opposerais culturellement parlant à l'éradication de notre passé, à savoir des croix aux abords de routes etc, dslée Mme G...! :p

Écrit par : Martine | mercredi, 04 juillet 2012

@martine : selon vous, dans notre beau pays, toutes les religions sont égales, mais certaines plus que d'autres.

Écrit par : eskapad | mercredi, 04 juillet 2012

@escapad,
Vous laisse à vos interprétations tordues de mes propos,sera ma seule réponse.

Écrit par : Martine | mercredi, 04 juillet 2012

@ Eskapad

Pourriez-vous s'il vous plaît définir précisément ce que vous entendez par "bafouer" et par "liberté de culte" ? Cela permettra de vous répondre de façon plus précise. Merci d'avance.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 04 juillet 2012

@Ch Romain :
Par bafouer, j'entends traiter avec mépris. Pas uniquement un mépris en provenance des citoyens. Mais un mépris en provenance du gouvernement et des lois qui lui sont rattachées.

Par liberté de culte, j'entends le droit à tout un chacun de pratiquer sa religion, tant que celle ci ne perturbe pas l'ordre public, bien entendu. Donc dans le respect de la loi. Mais comme dit dans les lignes précédentes, certaines lois en france méprisent de nombreux impératifs religieux. Et je ne parle pas uniquement du voile porté par les femmes musulmanes.

Écrit par : eskapad | mercredi, 04 juillet 2012

@ eskapad :

La liberté de s'enlever des libertés. Sacré concept.

Tu crois pas que les femmes ont eu assez de mal à s'émanciper sans qu'on laisse deux emmerdeuses sectaires en repasser des couches ?

Je veux pas voir de burka dans la rue pour la simple et bonne raison que je ne veux jamais avoir à expliquer à mes filles ce qu'est la soumission. Et c'est pas pour une soit disant liberté de culte dont les musulmans modérés ne veulent même pas que je vais changer d'avis.

Qu'elles la portent par choix ou par obligation, la burka ici c'est un retour en arrière de 200 ans. Chez nous les femmes ne sont pas traités comme ça, et si ça ne convient pas à certaines elles peuvent surement trouver leur bonheur ailleurs.

Surtout que je ferais remarquer à ces dames que c'est juste débile. La burka doit leur permettre de passer inaperçu; pour le coup ça a plutôt l'effet inverse. On les remarquerait moins habillées normalement ...

Écrit par : skunker | jeudi, 05 juillet 2012

Ils en parlaient à la télé l'autre jour: en Arabie Saoudite, ils veulent faire passer une loi obligeant les femmes TOURISTES à se couvrir: rester voilé sur la plage ou dans les rues, trop top. Certaines estiment que lorsque tu visites un pays, il est logique de s'adapter et de respecter coutumes et lois. Dès lors, la réciproque est vraie: être voilé dans les lieux publics en france est interdit... Y'a pas deux poids, deux mesures.

Écrit par : Homer | jeudi, 05 juillet 2012

En adoptant leurs tenues, les femmes bâchées veulent se rendre visibles. Qu'elles ne viennent pas se plaindre du résultat: leur bâche c'est un refus de leur part de s'intégrer, eh bien on ne les intègre pas. C'est somme toute très logique.

Écrit par : RPH | jeudi, 05 juillet 2012

@skunker,Homer,RPH
Tout à fait d'accord avec vous trois.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 05 juillet 2012

@skunker :

Pourquoi évoquez vous la burka ? Ce n'est pas le sujet de ce billet. Savez vous ce qu'est le voile porté par cette femme ? Un petit foulard cachant ses cheveux, voire aussi ses oreilles et son cou. Celui ci n'a absolument rien à voir avec la burka !

Pour vous répondre, sachez que je suis contre la burka, pour la simple et bonne raison que le visage est le minimum devant être visible en société. J'ai été profondément déçu de voir les débats s'orienter autour de la burka uniquement alors qu'ils auraient pu se concentrer de façon plus globale sur l'interdiction de masquer son visage. Mais non, il a fallu mettre sur la sellette encore plus une religion et tout le peuple la pratiquant.
Bref, fin de la parenthèse en ce qui concerne la burka.


@Homer:
Vous comparez une république démocratique à une monarchie islamique absolue. Ne comparez pas l’incomparable, merci.

@RPH:
Le principe du foulard n'est pas de se rendre visible, bien au contraire. Renseignez vous.
Sauf quelques cas rares, ce n'est pas non plus un refus de s'intégrer en France.
Dites moi, selon vous, pour s’intégrer en France, doit-on renier toutes ses origines, croyances et modes de vie pour adopter une vie "à la Française" ? Merci de bien vouloir définir les conditions d'intégration "à la Française".

Écrit par : eskapad | jeudi, 05 juillet 2012

@ Eskapad

Très bien. Les mots étant clairs, je peux vous répondre.

En posant la question ainsi, vous utilisez une astuce rhétorique connue depuis 4 ou 5000 ans et qu'on appelle la "pétition de principe". Cette astuce consiste à utiliser, pour formuler la question, des termes qui en réalité supposent implicitement que vous avez raison.

En demandant "Trouvez-vous normal de bafouer ainsi la liberté religieuse ?", vous supposez implicitement A) que port du voile = liberté relligieuse et B) que la loi "bafoue" (càd "traite avec mépris") cette prétendue liberté.

Or c'est simplement faux.

Primo, les comportements "religieux" relèvent du privé et n'ont aucun "droit" à s'imposer à autrui dans l'espace public. Si ma religion m'oblige à lâcher des pets sonores toutes les 20 mn, je peux le faire chez moi, mais je n'ai aucune "liberté" de l'imposer à autrui dans un restaurant, dans le métro ou ailleurs. La notion de "liberté de culte" telle que vous la défendez, c'est-à-dire en somme une prétendue liberté de manifester et d'exercer un culte partout et en tout temps, cette liberté n'existe tout simplement pas. Elle n'existe pas, car elle s'oppose à une autre notion, qui est celle de la vie en collectivité et qui prime sur les caprices individuels.

Secundo, le mot "bafouer" suppose que la loi viendrait contrarier avec mépris les aspirations individuelles. Dire cela, c'est à la fois exact et une sottise. C'est une sottise dans l'emploi du mot "bafouer" qui suppose un certain mépris et une certaine illégitimité (ce qui est bien l'effet que vous recherchiez - et ce en quoi l'emploi de ce mot est une astuce rhétorique). Mais c'est vrai dans l'absolu : sans qu'il y ait pour autant mépris, l'objectif de la loi est PRECISEMENT de contrarier les aspirations individuelles pour les réguler et permettre ainsi une vie sociale. Il y a des comportements qui sont "naturels" et pourtant proscrits par la loi. En utilisant votre technique, je pourrais demander si vous trouvez normal que la loi "bafoue la liberté de fumer dans le métro", ou "bafoue la liberté de rouler à 120 à l'heure dans un village", ou "bafoue la liberté de pisser où et quand on en a envie"...

Bref, si vous voulez avoir un vrai débat, commencez par ne pas essayer de le truquer avec des questions qui n'en sont pas. Merci.

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 05 juillet 2012

@Ch. Romain :

Tout d'abord, merci d'avoir prit la peine de répondre de façon aussi détaillée.

Vous comparez le port du voile à un lâcher de pets, un pipi contre un mur(qui sont des nuisances désagréables pour autrui), au droit de fumer dans un espace clôt (qui est encore une fois une nuisance désagréable et potentiellement dangereuse pour autrui) et au droit de rouler vite dans un village (qui est cette fois ci clairement dangereux pour la communauté).

Pensez vous réellement qu'une femme portant un simple foulard serait une nuisance ou un danger pour notre communauté ?

De plus, je ne voit pas ou est "l'imposition à autrui" que vous évoquez.

Écrit par : eskapad | jeudi, 05 juillet 2012

@ Eskapad

Je craignais ce malentendu. Je ne "compare" pas le port du voile et tout ce que vous évoquez. Mon propos, avec ces exemples que je reconnais volontiers caricaturaux, est de bien souligner que le concept de "libeté de culte" tel que vous l'employez n'existe pas. Il n'y a aucune "liberté de culte" qui permettrait à quelqu'un de faire quelque chose dans l'espace public au nom du respect d'une religion. En d'autres termes, rien n'oblige qui que ce soit, dans l'espace public, à accepter de qui que ce soit quelque comportement que ce soit au SEUL motif que ce comportement serait dicté par une observance religieuse. C'est une affaire de tolérance réciproque. La notion de "liberté de culte" au sens où vous l'employez a été forgée par vous pour les besoins de votre cause, mais n'existe tout simplement pas.

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 05 juillet 2012

@Ch. Romain :

Et pourquoi donc ?
Tant que cette pratique ne perturbe pas l'ordre public, je n'arrive pas à saisir le problème.

Écrit par : eskapad | jeudi, 05 juillet 2012

@ Eskapad

Parce que vous mettez la question à l'envers. Vous posez en principe l'existence d'une "liberté de culte" qui pourrait s'imposer à autrui. A partir de là, vous discutez pour savoir si cette "imposition" serait gênante et vous essayez de calculer ou d'évaluer un "degré" de gêne. Mais ce faisant, vous oubliez (ou vous ne saisissez pas) que c'est votre principe de départ qui est faux.

Pour remettre les choses - et la discussion - dans le bon sens, vous devez commencer par admettre qu'il n'y a pas de "liberté de culte" permettant à qui que ce soit d'imposer quoi que ce soit dans l'espace public. A partir de là, nous pourrons discuter sur le degré de tolérance collective de la société française actuelle, et sur ce qui peut être ou non accepté dans l'espace public - en distinguant les diverses sortes d'espaces publics. Observez par exemple que rien n'empêche qui que ce soit de se promener dans la rue avec un voile sur les cheveux (je ne parle pas du visage). Alors que, par exemple, en Arabie saoudite, je crois savoir que les femmes n'ont pas le droit de se promener dans la rue "en cheveux". J'ajoute que je n'écris pas cela pour tenter une comparaison France/AS, mais simplement pour faire comprendre ce que j'appelle "degré de tolérance collective".

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 05 juillet 2012

@ eskapad :

Le voile islamique porté par ces femmes s'appelle un hijab. Le mot est issue de la racine "hajaba" qui signifie "cacher, dérober aux regards".

La différence entre hijab et burka ? 20cm² carré environ. Symboliquement c'est la même chose : une image et une place de la femme dans la société que je trouves plus que détestable.

Aujourd'hui en France, on rejette ce genre d'idées. Faut pas s'étonner d'être rejeté dans la foulée quand on en porte l’étendard. Mais c'est pas spécial aux musulmans, même pas aux religieux. Les connards se retrouvent toujours entre connards.

Avant d'en appeler à la tolérance elles feraient mieux de se demander pourquoi elles sont rejetés dans une société qui s'apprêtent pourtant à donner le droit de vote aux étrangers, à donner le mariage et l'adoption aux homosexuels etc ...

Écrit par : skunker | jeudi, 05 juillet 2012

Les thèses de l'extrême droite se normalisent, et à vous lire, dangereusement. Que vous le vouliez ou non, les "voilées" sont vos concitoyennes. Considérez-les donc comme telles. La liberté de culte est un droit fondamental inscrite dans la Constitution. Elle s'impose à tous et n'autorise aucune objection au même titre que la liberté d'expression. Reste à soupirer devant cette France fantasmée, fermée et frileuse que vous promouvez. Je préfère humblement la vraie France, la France plurielle et tolérante que nous aimons et que vous ne représentez absolument pas, Votre discours et vos idées n'intéressent personne. Vous transpirez la haine et ne méritez comme réponse qu'une ferme et absolue condamnation. Vous vous faites une curieuse idée de la liberté d'expression: une expression qui attaque et qui cherche à nuire en permanence.

Écrit par : mickey | jeudi, 05 juillet 2012

@ Mickey

Pourriez-vous s'il vous plaît nous indiquer l'acte de la Constitution auquel vous faites référence lorsque vous écrivez que "La liberté de culte est un droit fondamental inscrite dans la Constitution" ?

Ensuite, pourriez-vous nous préciser ce que vous entendez précisément par "liberté de culte" ?

Enfin, n'y a-t-il pas de votre part un certain paradoxe à vous faire le chantre de la liberté d'expression pour conclure par un refus complet de dialogue et par une phrase comme "Vous transpirez la haine et ne méritez comme réponse qu'une ferme et absolue condamnation" ? ;-)

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 05 juillet 2012

@ Mickey :

Quand on a aucune subtilité de raisonnement on évite de traiter les autres d'extrémistes.

On a pas inscrit la liberté de culte dans la constitution pour s'entendre dire en 2012 qu'une femme respectable se couvre le corps et les cheveux.
Parce que si tu avais grandi au même endroit que moi tu saurais que c'est bien de ça qu'il s'agit pour les musulmanes : se couvrir ou passer pour une pute au quartier.

On a pas à tolérer ça en France, et ça vaut autant pour les autres confessions que pour les musulmans, rien à voir avec du racisme.

Écrit par : skunker | jeudi, 05 juillet 2012

@Ch. Romain :

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi. »
Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, article 10 - 1789


« 1.Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public et en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites.
« 2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale publique, ou à la protection des droits et libertés d'autrui. »
Convention européenne des droits de l’homme, article 9 - 1953

Fin de la parenthèse.


Je ne vois pas ce que le port du voile peut imposer à tous nos compatriotes français. Pourriez vous être plus précis ? Merci de m'expliquer clairement quel est ce problème qui a l'air de vous feindre le cœur à chaque fois que vous croisez une femme voilée dans la rue.



@skunker
N'oubliez pas que de nombreuses femmes ont fait ce choix de se couvrir les cheveux ! Une femme peut être respectable tout en se couvrant les cheveux. Penser le contraire montre une grande ignorance de votre part.

Quand au "se couvrir ou passer pour une pute au quartier", je dis : LOL.

Écrit par : eskapad | jeudi, 05 juillet 2012

Le prosélytisme sur les enfants est interdit en France non ? Donc si on bosse avec des enfants, pas de voile (et pas de petit jésus non plus).

Écrit par : melianos | jeudi, 05 juillet 2012

@ Eskapad

Mille pardons : Mickey nous parle de la CONSTITUTION et vous me citez la déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Ce n'est pas la même chose.

Revenons maintenant à cet article 10. Puisqu'il le faut, faisons un peu de philosophie politique.

Au départ, vous avez des individus, animés par des besoins, des souhaits, des envies, des caprices... bref, par des pulsions individuelles. Ces pulsions sont nécessairement, pour beaucoup d'entre elles, contradictoires d'un individu à l'autre, voire antagonistes. Dès lors, la vie en collectivité nécessite l'instauration de règles qui, tout aussi nécessairement, brideront certaines de ces pulsions ou en tempèreront l'expression. L'ensemble de ces règles forme ce qu'on appelle la loi, et l'état qui en résulte est appelé "ordre public".

La façon dont loi est ordre public sont l'une adoptée et l'autre instauré a varié d'un moment à l'autre et d'une époque à l'autre : tyrannie, démocratie, aristocratie... Ce n'est pas le propos d'en faire l'historique.

Dans le système qui est le nôtre, la loi et l'ordre public résultent d'un consentement mutuel exprimé par l'élection de représentants. Nécessairement, les lois ainsi conçues reflètent un état des mentalités à un certain moment. La loi évolue donc en fonction de cet état des mentalités. C'est ainsi que ce qui a pu paraître choquant à un certain moment pourra sembler admissible quelques années plus tard : divorce, contraception, peine de mort... en sont quelques exemples.

La notion "d'ordre public" est donc une notion absolue, mais dont la manifestation change au cours du temps : dans une même société, ce qui est jugé "contraire à l'ordre public" à un certain moment pourra ne plus l'être à un autre moment.

Si à un moment donné le législateur trouve nécessaire de proscrire certains comportements (je parle en l'occurrence d'un législateur effectivement représentatif du peuple et librement choisi par lui, pas d'une tyrannie - je sais qu'on peut discuter sur la représentativité du législateur, mais là encore cela nous entraînerait en dehors du sujet), c'est que le refus de ces comportements correspond à un état général de l'opinion et pose problème. C'est ainsi par exemple que la cigarette, acceptée ou subie pendant des dizaines d'années, a été proscrite par la loi des lieux publics le jour où l'état général de l'opinion s'était suffisamment retourné contre elle. Le fait de fumer dans un restaurant était devenu "contraire à l'ordre public".

Aujourd'hui, en France, la question du voile est devenue suffisamment clivante et problématique pour qu'il soit devenu nécessaire de faire une loi. Cette loi définit certaines conditions de non-acceptation de certains voiles, soit de façon "forte" (pas de visage masqué dans les lieux publics), soit de façon plus circonstanciée (pas de signe trop visibles d'affirmation religieuse dans certains lieux ou dans le cadre de certaines fonctions). C'est cela qui définit l'ordre public, c'est à dire en somme certaines des normes de comportement et de "vivre-ensemble" que l'état général de l'opinion souhaite voir respectées.

Dès lors, vous voyez que la situation en France n'est nullement en contradiction avec les articles que vous citez.

Cela dit, je n'ai pas le cœur fendu chaque fois que je croise une femme voilée dans la rue. Si vous appelez "voilée" une femme portant un foulard sur les cheveux, j'en croise chaque jour des dizaines, spécialement quand il pleut, à commencer par ma concierge portugaise.

En revanche, lorsque je croise une "Belphégor" enveloppée des pieds à la tête, y compris avec des gants, alors oui, je suis choqué. Je suis choqué parce que, à tort ou à raison, je vois dans cette tenue l'expression d'une doctrine barbare et obscurantiste, que j'associe (à tort ou à raison) à des comportements et à une vision du monde archaïque et inégalitariste. Et tout ce que je peux entendre à propos de la vie dans les pays où cette tenue est majoritaire me conforte dans ce sentiment. Y compris le fait que dans quelques pays cette tenue, non pas choisie mais imposée aux femmes, s'accompagne de lois et de règles qui m'apparaissent elles aussi comme inégalitaristes, archaïques, obscurantistes et barbares.

Donc, le port d'un voile léger ne me gêne pas dans la rue, le port d'une tenue type "Belphégor" me gêne (notez néanmoins qu'elle n'est pas interdite et que je suis bien obligé de l'accepter, que cela me plaise ou non. Ce qui montre que notre société est finalement bien moins contraignante que vous ne le dites.

Maintenant, il reste le cas du voile utilisé comme étendard ou même comme casus-belli pour obtenir autre chose. Il y a, et vous le savez très bien, une réelle volonté de la part de certains groupes d'obtenir l'introduction graduelle d'une exception religieuse dans la loi française, ce qui serait la porte ouverte vers la création de juridictions communautaristes. Ces groupes emploient le foulard comme un cheval de Troie (si j'ose cette image) et utilise le double discours que j'ai déjà souligné dans un autre commentaire : "Ce n'est qu'un bout de tissu / c'est un symbole essentiel et une partie de mon identité". C'est bien face à ses tentatives qu'il a fallu légiférer. Et c'est bien en réaction à ces tentatives et à ce double discours que nous constatons aujourd'hui un rejet dont témoignent les petites dames de Rue89.

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 05 juillet 2012

@ eskapad :

Si je te dis que j'ai des amies non-musulmanes qui se voilent pour prendre le bus histoire de s'éviter les "hey mademoiselle tu sais que t'es bonne ?" ça te fait toujours rire ?

Qu'est-ce que tu connais de la banlieue mon pauvre ami ? Même certains musulmans commencent à trouver que ça pu ...

Le port du voile par choix, c'est sur ça. Le choix de le porter ou d'être regardé de travers par les hommes de sa famille. Il est beau ton choix.

La logique sous-jacente du hijab, c'est de se dire que si une fille en mini-jupe se fait violer, dans le fond c'est de sa faute, elle avait qu'à être voilées après tout. Et les choses sont présenté de cette façon dans le coran : si tu veux t'éviter les ennuis couvres toi.

S'il s'agissait uniquement d'un signe d'appartenance religieuse comme une croix autour du coup, ça ne me poserai aucun problème, pas plus qu'une casquette ou un bob.

Écrit par : skunker | jeudi, 05 juillet 2012

@eskapad

Qu'exprime pour vous la laïcité ?

Écrit par : AG59 | jeudi, 05 juillet 2012

Surtout que le port du hijab est tiré d'un hadith faible, ce qui n'est pas suffisant pour le rendre obligatoire.

Écrit par : skunker | jeudi, 05 juillet 2012

On peut ne pas souhaiter prendre une baby-sitter voilee (comme on pourrait ne pas souhaiter en prendre une qui a une boucle sur la langue, ou je ne sais quoi encore), c'est un droit de chaque parent ; mais ce n'est pas une raison pour deverser autant de haine envers les musulmans (ni pour justifier ou banaliser cette stigmatisation).

Il faut faire attention, si on laisse la violence populaire s'exprimer contre les musulmans aujourd'hui, demain, les juifs en auront leur part aussi. Le cercle vicieux de la haine, on sait ou il commence, mais on se sait pas ou il s'arrete.

Écrit par : jm | jeudi, 05 juillet 2012

@Ch. Romain :

Attention, je ne parle que du foulard. Je ne parle pas de ce que vous appelez le "Belphégor". Merci d’arrêter d'évoquer ce genre de vêtements et concentrons nous sur le foulard, ce morceau de tissu utilisé par certaines femmes pour cacher leurs cheveux, et uniquement leurs cheveux (quoi que, comme je l'ai dit précédemment, les oreilles et le cou peuvent être cachés aussi).

Donc ce voile, ce foulard, ne vous dérange pas. Pourquoi dans ce cas là vouloir vous y opposer ?
Vous avez l'air de surtout avoir peur des conséquences politiques et juridiques possibles de l'acceptation de celui ci.


@skunker :
"Mon pauvre ami", vous voudriez savoir ce que je connais de la banlieue ? Loin de moi toute envie de partager ma vie, tout ce que je pourrais vous dire est que je suis né à l'étranger, j'ai passé le début de mon enfance dans le 19ème, j'ai résidé dans une cité HLM où j'ai effectué mes 4 années de collège (classé ZEP) dans le 93, idem pour mes années lycée (toujours ZEP) mais cette fois dans une banlieue "rouge" du 92 sud. Pour finir, j'ai terminé mes études supérieures dans le nord du 78.
Je pense donc avoir le recul et les connexions avec les personnes concernées nécessaires pour pouvoir me forger une opinion constructive. Mais nous ne sommes pas là pour parler de moi ni de la banlieue.

Certes, il est imaginable que certaines personnes se font imposer le voile par des pressions familiales. Sachez que celles ci ne le gardent jamais bien longtemps. D'autres font le choix de le porter, d'elles même, arrivées à un certain age.
Encore une fois, renseignez vous.


Enfin, hadith faible ou pas, c'est à tout un chacun de vouloir l'appliquer ou pas. Je n'ai a aucun moment dit que celui ci était obligatoire. Il est possible d'être musulmane, de pratiquer sa religion, sans porter le voile. C'est un choix personnel. C'est ce choix qui devrait être respecté.


@AG59 :
Pour moi, la laïcité évoque une séparation entre les affaires de l’État et les affaires religieuses.
Pour éviter de paraphraser, je vais citer une partie de l'article wikipedia :

"Au sens contemporain, elle est le principe d'unité qui rassemble les hommes d'opinions, religions ou de convictions diverses en une même société politique, distincte par conséquent d'une communauté. Dans une perspective laïque, les croyances et convictions qui ont rapport à la religion (religions proprement dites, croyances sectaires, Déisme, Théisme, Athéisme, Agnosticisme, spiritualités personnelles) ne sont que des opinions privées, sans rapport direct avec la marche de l'État. C'est là considérer la politique comme une affaire humaine, seulement humaine. Réciproquement, la liberté de croyance et de pratique doit être entière; dans les limites de "l'ordre public", l'État s'interdit d'intervenir dans les affaires religieuses, et même de définir ce qui est religion et ce qui ne l'est pas (pas de religions officielles ni même reconnues selon l'article 2 de la loi de 1905)."

Écrit par : eskapad | jeudi, 05 juillet 2012

@jm
Je n'ai aucune haine d'aucune sorte contre l'Islam. Mais quand l'Islam va vraiment mal, et je trouve que c'est le cas depuis un moment, il ne faut pas avoir peur de le lui dire.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 05 juillet 2012

@Ch. Romain
Il faudrait etre attentif a ne pas donner une primaute absolue a ce que vous appelez l'"état général de l'opinion".
Reportez-vous a ce que les allemands et les francais ont fait aux juifs lors de la deuxieme guerre mondiale.

Écrit par : jm | jeudi, 05 juillet 2012

@L' héré,
Je pense que cette histoire tend vers la remise en cause, de cette loi qui fut adoptée par le Sénat en Janvier 2012:
http://www.senat.fr/dossier-legislatif/ppl11-056.html
@+

Écrit par : Martine | jeudi, 05 juillet 2012

@l'hérétique

Soyons directs.

La strategie des sionistes est de faire passer l'Islam et les musulmans pour le mal absolu afin de justifier l'expansion coloniale d'Israel (et quand on se souvient que cette expansion se justifie par des principes religieux, on voit bien ou le serpent de mord la queue). On l'a bien vu lors lorsque Netanyaou a repris Juppe suite a l'affaire Merah. Le but est que les peuples occidentaux soutiennent de moins en moins leurs gouvernements s'ils venaient a prendre la defense des palestiniens contre Israel.

C'est ainsi qu'on observe depuis quelques annees une alliance de plus en plus explicite entre les sionistes et l'extreme droite ; alliance incarnee par des personnalites comme Eric Zemmour. Et vous, l'heretique, vous vous inscrivez dans cette meme mouvance.

Mais ce que vous semblez sous-estimer, c'est que si vous continuez a donner du poids a l'extreme droite en soutenant, comme vous le faites, leur haine des musulmans, alors ca risque a un moment donne de se retourner contre vous, car l'antisemitisme (le vrai, pas celui de Hessel) n'a pas disparu, loin de la.

A bon entendeur

Écrit par : jm | jeudi, 05 juillet 2012

Oups, vous noterez que le texte 61^^^.
CQFD

Écrit par : Martine | jeudi, 05 juillet 2012

@jm
Tiens, tiens, chassez le naturel, il revient au grand galop...Israël, les Sionistes, hé hé...Voilà qui accrédite l'idée que je me fais d'un certain Islam, proche, au fond, des thèses de l'extrême-droite traditionnelle...

Bref, venir me faire des leçons sur l'extrême-droite, c'est trop drôle de votre part...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 05 juillet 2012

@l'hérétique
Trop fort comment vous bottez en touche, avec zero argument.

Écrit par : jm | jeudi, 05 juillet 2012

@jm
Ben non : je suis sûr que vous brûlez de dire autre chose qu'anti-sioniste. En fait, personne ne parlait des Juifs jusqu'à ce que vous les ameniez sur le tapis...
Allez-y, hein, ne vous gênez pas, tapez du "youpin", je sens que vous en crevez d'envie...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 05 juillet 2012

@l'hérétique,
Vous partez d'une idee difficilement discutable (comme quoi un parent a le droit ne ne pas vouloir d'une baby-sitter qui serait voilee) pour deverser (et au passage, justifier et banaliser) une haine inouie des musulmans et de l'Islam.
Donc, je ne vois pas ce qu'il y a d'illegitime a rappeler ce qu'il s'est produit il y a quelques annees contre une autre minorite.
Je vais me repeter : le cercle vicieux de la haine, on sait ou il commence, mais on se sait pas ou il s'arrete.

Écrit par : jm | jeudi, 05 juillet 2012

@l'hérétique,

Et SVP, ne cedez pas a la facilite de tenter de me faire passer pour un antisemite...
On commence a avoir l'habitude de ce discours qui essaie de faire passer ceux qui s'opposent la la politique expansionniste d'Israel pour des antisemites, mais ca ne marchera plus tres longtemps, la ficelle est trop grosse.

Mais bon, le fait que vous recouriez a ce subterfuge montre bien (s'il etait besoin) l'etat d'esprit qui vous anime.

Écrit par : jm | jeudi, 05 juillet 2012

@ l'heretique

Peu convaincant et peu serieux: que de raccourcis grossiers et partiaux. antisionisme=antiyoupin (équation islamique qui plus est); croyant/pratiquant= proselyte... et j'en passe. Ce n'est pas parce que l'on est musulman que l'on cherche à convertir tout le monde. Tout comme l'athé, parce qu'il serait athé, ne chercherait pas à convaincre son interlocuteur. Vous vous livrez à tant de désinformation et d'amalgame que cela en devient indécent. Vous abusez de notre chere liberte d'expression, d'une credibilite illegitime (en publiant aux côtés de journaux sérieux comme Le Parisien; je pense á News Republics ) pour tromper vos lecteurs. Site à éviter car résolument haineux et inutile á la pensée

Écrit par : mars | jeudi, 05 juillet 2012

@eskapad

C'est une partie de la réponse mais incomplète. Nous sommes dans une nation Laïc qui a bien séparer l'Eglise et l'Etat. Mais l'Etat dit aussi que pour le bien de tous dans certains lieux public, il est interdit de montrer un signe religieux et cela va pour toutes les religions. Donc si je vois un prêtre en soutane dans une mairie, je lui demanderais de la retirer ou de partir. La laïcité n'empêche de suivre sa religion mais de respecter les autres qui ne sont pas de votre religion. C'est pour çà que la religion doit rester dans la sphère de la vie privée.

Écrit par : AG59 | jeudi, 05 juillet 2012

@AG59:

"Mais l'Etat dit aussi que pour le bien de tous dans certains lieux public, il est interdit de montrer un signe religieux et cela va pour toutes les religions."

Vous me pardonnerez mon ignorance, mais j'ai beaucoup de mal à comprendre en quoi il pourrait être mauvais, pour le bien de tous comme vous le dites, de montrer un signe religieux.
En quoi un prêtre en soutane dans une mairie serait-il gênant ?

C'est ce que j'essaye de comprendre dans ce débat.

Écrit par : Eskapad | jeudi, 05 juillet 2012

car cela peut déranger les personnes d'une autre religion ou les non croyant et une marie est un lieu public(donc un lieu neutre) et non privé. cela s'appelle le respect mutuel. La France a défini un cadre de vie concernant cette Laïcité et celle-ci est différente au USA. Nous devons respecter cette règle de vie. Il n'y a pas plus de débat que çà.

Écrit par : AG59 | jeudi, 05 juillet 2012

En quoi cela peut il déranger ? Je suis désolé, mais vous ne répondez pas à la question.

Écrit par : Eskapad | jeudi, 05 juillet 2012

ce n'est pas en quoi peut il déranger, la question mais est ce que cela peut déranger quelqu'un ?
Oui, cela dérangera le républicain car ça serait contraire aux règles établies.

Écrit par : AG59 | jeudi, 05 juillet 2012

@ Eskapad

Eh bien, vous avez droit à votre point Godwin ! Je suis même étonné que vous ne l'ayez pas obtenu plus tôt. Néanmoins, je maintiens que dans une démocratie la loi reflète un "état général de l'opinion". J'avais bien pris soin de préciser que je voulais me cantonner au cas des gouvernements représentatifs et régulièrement élus. Vous êtes allé chercher Hitler et Pétain, qui furent certes régulièrement élu pour le premier, régulièrement investi des pleins pouvoirs pour le second, mais qui pour autant n'illustrent pas absolument ce que j'appellerais un gouvernement librement consenti... Bref.

Comme je vous l'ai dit, le voile dans la rue ne me gêne pas outre mesure. Mais je suis pour sa proscription dans l'exercice d'une fonction publique et dans certains lieux de type "Ecole". Je suis également pour proscrire avec la plus grande fermeté toute fantaisie du genre "horaires aménagés" et autres menus adaptés dans les cantines scolaires.

Cela dit, je répète, et vous le savez aussi bien que moi même sivous faites semblant de l'ignorer, que le débat sur le voile et le double discours qui l'accompagne est l'un des alibis utilisés pour attaquer notre système judiciaire. Il faut donc être très attentif à ce double discours (dont, soit dit en passant, les "petites dames" de Rue89 me semblent bien être des agents). Il ne faut donc pas hésiter à dénoncer la mauvaise foi lorsqu'elle se manifeste, et qu'elle se dissimule derrière ce double discours.

Si je comprends bien, vous condamnez vous aussi les tenues de type "Belphégor" ? Parfait ! Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre ressenti sur la question ?

A plus tard !

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 06 juillet 2012

L'heretique a 1000 fois raisons sur ce post, mais il ne va pas assez loi. Il devriat dire : liberté religieuse pour tous, et liberté de rejeter la religion d'autrui pour tous, autrement dit "droit au racisme", pour peu qu'on puisse définir la haine d'une religion contre du racisme.

Pas la peine comme l'Heretique de faire appel à une culture française qui est finalement assez peu claire, il suffit juste de faire appel au concept de libre et entière souveraineté de l'individu.

Tout comme la plupart des parents refuseraient d'embaucher une baby sitter tatouée, piercée ou punk à chien, pourquoi donneraient ils sa chance à une jeune femme voilée ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | vendredi, 06 juillet 2012

Bonjour,

@AG59:

Ce n'est selon vous qu'une vulgaire question de principe ?
Excusez moi de me répéter, mais où est le dérangement dans le fait de voir une femme portant un foulard sur la tête ? Concrètement !

@Ch. Romain:
Oui, c'est avec une grande déception que j'ai vu ce point Godwin attend bien assez tôt. J'ai quand même bien fait attention de ne pas y accorder d'attention, je ne pense pas que ce soit le sujet. Mais vous devez faire erreur, je n'ai pas fait la moindre référence à ces deux personnalités.

Pour ce qui est de la tenue "Belphégor", ça s'appelle le jilbâb. Je n'aime pas ce vêtement parce que je trouve qu'il en fait trop. Il y a beaucoup plus simple pour cacher ses cheveux et les formes de son corps. Si vous voulez tout savoir, mon avis est que ce vêtement est plus ostentatoire que religieux. Il est porté pour montrer à tous sa religion. Il y a beaucoup plus simple et discret pour être en accord avec l'islam.

Je connais certaines femmes qui étaient convaincues que le jilbâb était LE vêtement à porter. Qu'un foulard et des vêtements pas trop moulants n'étaient pas suffisants, mais qu'il était nécessaire de porter tout ce jilbâb. J'ai été vraiment surpris de cette réponse.
Après quelques minutes de conversation, il s’est avéré que l'éducation religieuse qui leur a été apporté dans leur mosquée était plus radicale que d'autres. Pas uniquement par rapport à ce jilbâb, mais à d'autres sujets aussi.
N'étant pas un expert, je leur ai juste conseillé d'aller discuter avec d'autres imams, d'autres mosquées, afin de croiser les informations et de se forger leur propre point de vue.

Écrit par : eskapad | vendredi, 06 juillet 2012

@Ch. Romain,
Encore une fois, c'est trop facile de crier au point Godwin pour vous dispenser de repondre a mes arguments.
L'etat general de l'opinion n'a pas a avoir la primaute, et ce n'est pas aller au point Godwin que de rappeler leurs errements du passe.
C'est parce qu'il y avait besoin d'un rempart contre l'arbitraire des politiques qu'on a etabli que les lois devaient respecter une constitution.

Écrit par : jm | vendredi, 06 juillet 2012

@ eskapad :

Arrêtes de demander ce qui est dérangeant concrètement, on te l'a répété 10 fois et tu fais abstraction systématiquement dans tes réponses.

Le voile, peu importe sa taille, c'est le symbole d'une image de la femme qui n'est pas compatible avec les idées égalitaristes que notre république défend. Ca pourrait être un ruban autour de la main ou un chichi dans les cheveux, ça pourrait être des hindous ou des bouddhistes, ça poserait toujours précisément le même problème.

On a pas à tolérer que ces idées puissent se développer sur le sol français. Parce que la religion, par définition, ça essaie de convaincre, de convertir, de changer les mœurs, et pour le coup celles-ci ne sont pas acceptables.

Écrit par : skunker | vendredi, 06 juillet 2012

@skunker :

La seule chose que je retiens des divers propos, c'est que le voile dérange. A aucun moment, je n'ai eu le pourquoi de ce malaise.

Vous devriez laisser de coté vos principes de bienveillance universelle. Chacun est libre de ses choix, ses idées, ses opinions. Si une femme ne veut pas porter de voile, elle sera respectée. Si elle désire le porter, elle doit être respectée. C'est tout. C'est un choix personnel et pas une idée de position de dominée/dominant ou je ne sais quoi.

Relisez les deux articles des différentes déclarations que j'ai cité plus haut. Vos propos sont en totale contradiction avec ceux ci.



Enfin, si votre motivation est la défense de l'image de la femme, allez plutôt faire un tour du coté des publicitaires.

Écrit par : eskapad | vendredi, 06 juillet 2012

Le voile ne devrait pas déranger. Chacun devrait avoir droit à l'indifférence vis à vis des autres. Mais cela a pour corollaire le droit à l'ignorance.

Que les deux babysitters mettent un voile, si ca leur chante. Mais donnons le droit aux parents de choisir à qui ils confient leurs enfants.

Écrit par : Le Parisien Liberal | vendredi, 06 juillet 2012

@ eskapad

vous voulez partir sur des sentiments, de l'émotion et la réalité n'appartient pas à cela mais elle quelque chose de supérieur qui est la Nation Française, la Loi et la culture Française. Ces trois éléments éléments suffisent par eux même et d'éviter se genre de question mielleuse, dégoulinant de bon sentiment. pour l'intérêt du peuple Français, nos décisions doivent être prisent avec la tête froide.

Écrit par : AG59 | vendredi, 06 juillet 2012

@AG59:
Vous ne répondez pas à la question.
Mais comme vous y êtes, pourriez vous définir, s'il vous plait, cet ensemble de notions que sont la Nation Française, la Loi et la culture Française ?

Écrit par : eskapad | vendredi, 06 juillet 2012

mais d'un point de vue de la laïcité française, je n'ai pas à répondre à cette question. la loi, la culture française défini notre cadre de vie.

C'est trois ensembles sont les éléments sont le cadre et les règles qui régissent notre vie.

Après, on peut discuter de ce cadre de vie mais il ne faut pas oublier l'objectif de ce cadre. Donc vous avez le droit de ne pas être d'accord avec celui-ci mais que vous l'accepter car elle régit la vie de tous.

Écrit par : AG59 | vendredi, 06 juillet 2012

@eskapad
Tout symbole religieux (ou anti-religieux) me dérange quand il est dans un lieu acceuillant des enfants, car le prosélytisme religieux est interdit dans ces endroits-là.

Ensuite dans la rue... m'en fout.

Écrit par : melianos | vendredi, 06 juillet 2012

@ Eskapad

Je vous fais mes excuses : une lecture plus attentive me montre en effet que je vous ai attribué un point Godwin indu...

Pour le reste de votre réponse, je note que vous désapprouvez la tenue "Belphégor" pour des raisons de communication (si je comprends bien : vous la trouvez contre-productive par rapport à la position que vous voulez défendre et promouvoir, celle du foulard islamique dans tout espace public). Par contre, vous semblez trouver normal (sinon souhaitable ?) que les femmes dissimulent leurs formes, lorsque vous écrivez : "Il y a beaucoup plus simple pour cacher ses cheveux et les formes de son corps".


Je note aussi que, pour vous, le fait pour une femme de cacher son corps et ses formes correspond au respect d'un commandement religieux, puisqu'à propos de ces tenues "Belphégor", vous écrivez : "Il y a beaucoup plus simple et discret pour être en accord avec l'islam".

Eh bien, voyez-vous, c'est justement là que je peux le mieux vous expliquer pourquoi le voile islamique me choque.

Dans la conception occidentale des choses, chaque individu est responsable de ses actes et de lui-même. Cela veut dire qu'il m'appartient, à moi, de réfréner et de domestiquer mes pulsions. Si une femme m'excite, c'est MON problème et c'est à moi qu'il appartient de policer ce désir, de le rendre socialement acceptable et - pourquoi pas ? - de le lui faire partager en lui faisant la cour ou, plus directement, en la draguant. Mais si une femme m'excite, c'est d'abord une affaire entre moi et moi.

Faire porter le foulard à une femme, demander à une femme de "cacher ses formes" (comme vous le dites si élégamment), cloîtrer et enfermer les femmes sous prétexte qu'elles seraient "des agents de tentation", c'est transférer la responsabilité de soi vers l'autre. C'est rendre l'autre responsable des pulsions qu'il ou elle fait naître en moi. C'est m'éxonérer de ma propre faiblesse en cherchant à faire disparaître ce à quoi je ne puis résister.

Ce que le voile symbolise, c'est une vision du monde où l'homme rend la femme responsable des pensées "impures" qui peuvent naître en lui, et décide de supprimer la femme pour supprimer ces pensées plutôt que de se retrouver face à face avec lui-même. Une vision qui débouche très vite sur l'équivalent d'un apartheid fondé sur le sexe (voyez l'Arabie saoudite) et que je refuse de toute ma raison et de toute mes tripes.

Notez d'ailleurs que cette tentation de "déresponsabilisation" a été longtemps présente dans la tradition chrétienne qui a fait de la femme la tentatrice suprême, et se retrouve encore dans les réflexions de beaufs du genre "S'il l'a violée, c'est qu'elle l'avait allumé". Mais justement, l'occident est sorti de cette vision primaire et archaïque pour accéder à la notion de responsabilité individuelle. Tandis que la doctrine qui promeut et revendique le voile, cette doctrine-là en est encore à prétendre faire des femmes les uniques responsables des "pensées impures" des hommes : elle en est encore à un stade primaire et archaïque.

Et attention : ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. ce n'est pas l'Islam que je juge "primaire et archaïque". Tous les musulmans - et nombre de non-musulmans - savent que la tradition du voile (sous quelque forme que ce soit) n'est pas directement corrélée à l'Islam. Par contre, le voile est bel et bien corrélé avec une vision primaire, archaïque, rétrograde, étriquée et jalouse de l'Islam : ce qu'on appelle le fondamentalisme.

Reste un argument que vous pourrez m'opposer : puisque je porte si haut la notion de responsabilité individuelle, pourquoi ne puis-je pas reconnaître le droit de ces femmes à porter le voile, si c'est un choix qu'elles ont fait en toute liberté et en toute responsabilité ? A cette question, j'apporterai deux réponses. D'abord, je vous dirai que ce "libre choix" demande dans bon nombre de cas à être vérifié. Et ensuite, je vous dirai qu'un principe général doit être défendu contre des applications particulières. Le rejet du foulard - ou plus exactement, de tout ce que symbolise le foulard - c'est le rejet d'une vision obscurantiste et rétrograde du monde, une vision qui fait de la femme l'éternelle tentatrice d'un homme éternelle victime fascinée et irresponsable. Cette vision, porteuse à terme d'un véritable fascisme sexuel, doit être combattue ; et ce n'est pas l'existence de quelques dizaines "d'idiotes utiles" qui y changera quoi que ce soit. Et c'est l'honneur de nos concitoyens de l'avoir plus ou moins obscurément senti, même s'ils ne sont pas toujours capables de le verbaliser.

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 06 juillet 2012

Si je comprends bien, il y a deux points :

a) est-ce qu'une religion (par exemple l'islam) prescrit le port du voile ? Le point est contesté, disons que je laisse aux musulmans, je reconnais donc le droit à certaines musulmanes de penser que oui, la religion le leur prescrit.

b) est-ce que le port du voile "trouble l'ordre public" ? Là, évidemment, la notion d'ordre public étant plus floue encore que celle de religion, difficile à dire. Au moins nous sommes d'accord 1) sur ce critère, 2) sur l'autorité chargée de dire si oui ou non, il y a trouble à l'ordre public : en démocratie, c'est le Parlement (et pour exécution dans les cas individuels, c'est le juge).

Il reste alors notre liberté d'électeurs, puisque le Parlement est élu. Mais ne rejetons pas l'existence même de lois sur ce sujet (ou de lois contre les discriminations, etc.), sinon la démocratie serait en danger.

Écrit par : FrédéricLN | lundi, 09 juillet 2012

@ FrédéricLN,
Mais pourquoi faut-il donc rappeler a tout le monde au'au-dessus des lois, il y a la constitution, et donc, les droits de l'homme ?

@ Ch. Romain,
Vous avez tort de croire que le voile soit uniquement destine a protéger la femme du viol.
Il s'agit avant tout d'une manière de faire en sorte que les femmes soient moins libertines, et plus enclines a une vie monogame.
On sait maintenant que l'homme n'est pas naturellement monogame, et que la monogamie s'est culturellement imposée dans certaines sociétés. La monogamie a permis d'accroitre la cohésion sociale, et a ainsi pu donner un avantage compétitif aux sociétés qui l'ont adoptée.

Un article intéressant a ce sujet :
http://tuvalu.santafe.edu/~bowles/fortunatoArchetti2010.pdf
Ou on peut lire entre autres : " indirect behavioural cues may include the conformity of females to norms regulating their sexual behaviour "

Ceci pour dire que le voile peut aussi être interprété comme une résistance a la remise en question de la monogamie traditionnelle qui s'opère depuis la révolution sexuelle de 1968.
Or, attention a ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain, il est fort probable que la monogamie ait fortement contribue a la prospérité de nos sociétés, et que sa remise en question ne conduise a terme a leur éclatement.

C'est pourquoi il me semble plus qu'urgent de bien réfléchir aux questions qui se posent a nous (en évacuant au possible les passions) et les travaux récents des disciplines comme la psychologie évolutionniste ou l'anthropologie peuvent nous y aider.

Écrit par : jm | lundi, 09 juillet 2012

@ jm

Vous devez confondre : je n'ai jamais exprimé l'opinion que vous me prêtez concernant le voile et le viol.

Pour le reste, je vous ai déjà dit ce que je pense de vos fadaises.

Bien cordialement,

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 10 juillet 2012

@ jm

Accessoirement, je vous signale que le voile est traditionnel plutôt dans des pays qui pratiquent la polygamie. Ce serait bien que vos "théories" soit un tout petit peu en ligne avec la réalité.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 10 juillet 2012

@ Ch. Romain,

Je vous trouve quand même assez prétentieux de qualifier les idées que j'ai développées de fadaises. Vous devez décidément être un éminent érudit pour pouvoir vous permettre de balayer comme vous le faites d'un revers de la main l'article que j'ai cite sans même l'avoir lu.

Et puis c'est quand même vous qui avez fait le lien entre le voile et le viol en ces termes :
[...] cette tentation de "déresponsabilisation" [...] se retrouve encore dans les réflexions de beaufs du genre "S'il l'a violée, c'est qu'elle l'avait allumé". [...] la doctrine qui promeut et revendique le voile, cette doctrine-là en est encore à prétendre faire des femmes les uniques responsables des "pensées impures" des hommes.

L'Islam ne déresponsabilise pas l'homme qui a commis un viol, pas plus qu'il ne rend la femme davantage responsable que l'homme en cas d'adultère ou de fornication (en théorie en tout cas, car en pratique, ce n'est pas toujours vrai, en effet).

Il est naturel que l'homme soit "excite" par certains attributs de la femme. Ce que vous condamnez, c'est l'idée que cette excitation voit qualifiée d'"impure", de même que l'idée qu'il soit demande a la femme de faire en sorte de ne pas trop "exciter" les hommes.
Cela fait partie des normes culturelles qui ont contribue a imposer socialement la monogamie (sexe uniquement dans le cadre du mariage, pas de multiplication des partenaires).

Car si on libéralise le marché, que se passe-t-il ?
Plus de compétition, que ce soit entre les males ou entre les femelles (et donc moins d'entraide, de cohésion, course a la consommation, individualisme) , un partage inégal des ressources féminines , avec les males alpha (de haut rang) qui multiplient les partenaires, et les autres qui se partagent les restes (et qui pour les plus faibles sombrent dans des comportements antisociaux ou violents), une structure familiale éclatée, etc...
cf http://en.wikipedia.org/wiki/Parental_investment

En ce qui concerne la polygamie en Islam, elle est limitée et déconseillée en théorie (a l'exception du salafisme), et rare dans la réalité (sauf dans certains pays ou elle était relativement présente traditionnellement). L'Islam prône la monogamie, même si c'est en effet de manière moins radicale que le christianisme.

Écrit par : jm | mardi, 10 juillet 2012

@ jm

Désolé, mon vieux, mais la citation que vous faites de mon propos et l'interprétation que vous en donnez prouvent définitivement que vous n'avez rien compris.

Dès lors, j'ai toutes les raisons de penser que vous ne comprenez rien à ce que vous lisez, d'une façon générale. Ce qui explique que vous soyez capable de bâtir des pseudo-théories délirantes en croyant les appuyer sur des articles auxquels vous n'aurez rien compris non plus. C'est bien ce que je disais d'emblée après vous avoir lu : des âneries issues de notions mal comprises et mal digérées.

Par ailleurs, l'Islam prône tellement la monogamie que Mahomet lui-même était polygame. Vous racontez vraiment n'importe quoi.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 10 juillet 2012

@Ch. Romain,

Sur la polygamie en Islam, un simple recherche sur Wikipedia aurait pu vous montrer que vous avez tort.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Polygynie#Polygynie_et_islam
Ce petit article est loin d'être complet sur la question, mais au moins donne-t-il les grandes lignes.

La légèreté avec laquelle vous venez de traiter la question de la polygamie est bien révélatrice de la manière dont vous réfléchissez en général. L'analyse que vous nous avez faire de la dimension idéologique du voile n'est en rien issue d'une recherche documentée de votre part, il s'agit juste du reflet des préjugés a la mode actuellement.

La domaine dans lequel vous excellez est plutôt l'art de discréditer vos interlocuteurs sans argumenter, vous semblez disposer d'une réserve de vocabulaire illimitée pour cela.

C'est vraiment dommage que vous ne soyez pas a la hauteur, car le sujet est intéressant et important dans le contexte actuel.

Écrit par : jm | mardi, 10 juillet 2012

http://reloaded.e-llico.com/depeche.htm?un-saoudien-decapite-pour-enlevement-et-viol&articleID=28751
Pour autant que je me souvienne, en AS, le viol que cela concerne tant les femmes que les hommes, ont toujours trouvé cette issue, là-bas.
Pour autant ne pas croire que je sois favorable au retour de la peine de mort, oh que non, à titre d'info/recadrage tout simplement.
@jm,
Ca pour discréditer, lui et sa bande...Fortiches!

Écrit par : Martine | mardi, 10 juillet 2012

Désolé, mon vieux : je suis tout à fait d'accord pour discuter, mais il y faut un minimum de bon sens et de connaissance du sujet.

Je ne discute pas d'astronomie avec quelqu'un qui me soutient que la Lune est en fromage blanc et que le soleil tourne autour. Et je ne discute pas littérature française avec quelqu'un qui commence par m'expliquer que Balzac a écrit "Le Petit prince" et que c'était en 1452.

Continuez plutôt à échanger avec la foldingue : vous allez adorer !

Voilà, voilà. Et bonne fin de journée à vous aussi.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 10 juillet 2012

Jolie prestation, qui trouve ici ses limites. :o)

Écrit par : Martine | mardi, 10 juillet 2012

Dslée, le Christian chairman sir...
Ai un passé cosmopolite, ce qui ne me semble pas etre votre cas, de plus ainsi que je l'ai dit et redit, n'ai aucune vocation à jouer les "mères inuits".
Quand à certains retournements de veste, sans commentaire.
Bon courage!

Écrit par : Martine | mardi, 10 juillet 2012

La foldingue a un passé cosmopolite. Elle a fréquenté les asiles du monde entier...

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 10 juillet 2012

Trop mignon, de fournir de l'eau à mon moulin...Suis pdlol!
Pour le reste, ne vous en déplaise le cas. :p

Écrit par : Martine | mardi, 10 juillet 2012

Oups, non pas pour les "asiles" mais pour la vraie vie.
Z'ètes pathétique, somewhere/how, votre problème, absolument pas le mien.

Écrit par : Martine | mardi, 10 juillet 2012

@L'héré,
Un faucon oeuvre sur le web depuis xxx années.
Sa blogroll est fournie mais de facon factice, si l'on clique, la pluaprt des liens sont opérants, les seuls viables alimentent certains blogs très précis.
Je sais bien que la plupart d'entre vous fonctionnent via inscriptions, pas mon cas.
Donc, chez cet individu, l'échiquier fonctionne à sens unique depuis très longtemps, ensuite je pense que si Nico 1er savait...Depuis le temps^^^, S'il avait su il serait trèèèès énervé.
Enfin bon bref, ils se "d" et puis c'est tout.

Écrit par : Martine | mardi, 10 juillet 2012

@Ch. Romain,

Vous ne connaissez pas les développements scientifiques sur lesquels je fonde mes analyses, et au lieu de vous documenter, vous prétendez que je ne les comprends pas, ou qu'ils sont farfelus.
Je donne en lien des articles de recherche, alors que vous, vous ne prenez même pas le temps de faire une recherche sur Google avant d'écrire une réponse (comme on l'a vu au sujet de la polygamie).
Vous n'êtes décidément pas beau joueur.

Dans le christianisme, le voile de la femme est un symbole de la soumission a l'homme (Corinthiens 11:7-10 : Car l'homme, étant l'image et la gloire de Dieu, ne doit pas se couvrir la tête ; mais la femme est la gloire de l'homme. Car l'homme ne procède pas de la femme, mais la femme de l'homme ; car aussi l'homme n'a pas été crée à cause de la femme, mais la femme à cause de l'homme. C'est pourquoi la femme, à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l' autorité à laquelle est est soumise.). Dans le récit de la création, Ève est la tentatrice a perverti Adam l'innocent.

Or, point de tout cela dans le Coran. Eve n'a pas été crée a partir d'une cote d'Adam, et c'est Satan qui pervertit Adam et sa compagne.

L'histoire de la création d'Eve a partir d'une cote d'Adam est certes réapparue dans l'islam suite a des récits forges sans doute par des convertis issus du christianisme. Et il y a d'autres croyances ou pratiques qui ne figurent pas dans le Coran et se sont greffes a l'Islam dans les premiers siècles de son histoire, la lapidation en est l'exemple le plus connu, et l'obligation pour la femme de se couvrir la tête en fait sans doute aussi partie.

Mais reste que les maux que vous imputez a l'Islam sont en réalité davantage les maux du christianisme.

Écrit par : jm | mercredi, 11 juillet 2012

@ jm

Tout cela est extrêmement convaincant. :-)

Bonne journée.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 11 juillet 2012

A partir de maintenant, quand vous voyez des barbus et des femmes voilées

au supermarché. Placez un saucisson de porc dans leur caddie. Première

étape de la lutte. A suivre…

Écrit par : riposte | jeudi, 06 septembre 2012

@ riposte :

Et si je tombe sur Chabal qui emmène sa grand-mère faire des courses ?

Écrit par : skunker | jeudi, 06 septembre 2012

Chabal aime très certainement la charcuterie...Le Sud Ouest

Écrit par : riposte | mercredi, 10 octobre 2012

Excusez moi je voudrais juste parler par rapport à un commentaire que j'ai pu voir, je cite : "La logique sous-jacente du hijab, c'est de se dire que si une fille en mini-jupe se fait violer, dans le fond c'est de sa faute, elle avait qu'à être voilées après tout. Et les choses sont présenté de cette façon dans le coran : si tu veux t'éviter les ennuis couvres toi."
Dites moi ou avez vous vu cette logique si une fille en mini jupe se fait violée ce n'est pas de sa faute et ce n'est pas ce que dis l'Islam et je parle en connaissance de cause ,la personne qui a écrit son commentaire à citer une partie qu'elle aurait vu dans le coran , euh ou exactement j'ai lu ce livre alors que je ne suis pas de confession musulmane et à aucun moment il n'est dis sa et je trouve sa vraiment affreux de parler comme tel d'une religion que l'on ne connaît pas et de prétendre se mettre à la place de femme voilée qui on était obligée de le porter , en connaissez vous pour pouvoir dire cela ?
Je suis de confession chrétienne et j'ai beaucoup d'ami musulman pourtant je ne suis pas issu d'une banlieue, ces amies sont réspectueux envers ma religion ils me disent : On croit nous aussi en Jésus et en tout les prophéts"
Je m'éloigne peut-être un peu trop du sujet,je peux savoir pourquoi une femme voilée n'aurais pas le même droit qu'une femme non voilée à travailler ? Ceci ne serais ce pas du rascisme ou pire encore de l'islamophobie ? J'ai bien peur que si et j'ai vraiment honte quand je lis vos commentaires qui sont choquants , car oui vous alliée Islam à terrorisme , vous alliez Islam à Violence mais avez vous appris à allez au delà des médias et à rencontrer et parler avec ces personnes .Vous vous arrêtez à l'apparence , vous jugez sur l'apparence vous qui ne voulez pas qu'on vous juge alors que vous avez une mini jupe , Vous apprenez à les connaître à apprendre leurs idées ce qu'ils pensent car OUI Ce n'est pas TOUS Les mêmes . Je m'habille en mini jupe ect et cela n'as jamais déranger mes amis musulmans , car EUX ne s'arrêtent pas à l'apparence et HEUREUSEMENT .Et aujourd'hui cette société blesse les musulmans et les vise spécialement, maintenant posez vous une question , aimeriez vous qu'on s'attaque à votre religion ou à vos croyance comme vous faites à la leur ? Pour ma part je n'aimerais pas et je serais profondément blessée

Écrit par : Julie | vendredi, 23 novembre 2012

@Julie,
Libre à vous d'avoir honte de mal interpréter et de chercher à salir...A l'occasion voyagez avec les low-cost de moins en moins onéreux, en meme parfois plus économique que de rester en France pour le meme laps de temps, ensuite les voyages forment la jeunesse^^^.
Sur ce, excellente soirée!

Écrit par : Martine | vendredi, 23 novembre 2012

je n'ai pas connu mon père et je n'ai pas eu d'éducation religieuse , et pourtant aujourd'hui je porte le voile et aucun homme ne me la imposé . Les propos dit a mon égard , car je les prend pour moi , ne me touche absolument pas mais c'est a ceux qui pense que le voile est une forme d'infériorité et que la visibilité d'un signe religieux gène. Pour moi , le foulard n'est qu'une pudeur que la femme s'autorise, et donc je le voit comme une liberté d'expression ,et pas comme une femme soumise a des traditions

Écrit par : Anaisse | lundi, 26 novembre 2012

@Anaisse
Bien sûr que c'est un signe d'infériorité.
En tout cas, je peux vous garantir que comme DRH, je ne vous recruterais pas, particulièrement dans le domaine éducatif.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 26 novembre 2012

Le problème c'est que n'avoir aucune connaissance du sujet qu'on traite empêche tout pragmatisme, et tout revient à discuter de l'aspect philosophique des choses. Et quand je dis philosophique, entendons nous bien, philosophie de comptoir. Oui on sait le discriminage say poooo bien.

Remarquez que nous traiter de racistes à chaque occasions n'est pas totalement dénué de sens : tous les peuples musulmans ont subis l'arabisation de leur culture. Partant de là comment critiquer l'Islam sans critiquer le monde Arabe et sans remarquer que leur religion à toujours servie des intérêts politiques expansionnistes ? Comment ne pas remarquer qu'eux même font montre d'un suprématisme à toute épreuve ?

Pourtant aucune autre religion n'est ainsi pointée du doigt, l'accusation selon laquelle la couleur de peau joue un rôle là dedans tombe donc vite à l'eau.
Mais alors comment se fait-ce ? Pourquoi l'Islam ?
L'explication tient dans la simple actualité de tous les jours. J'attends encore de voir des cellules terroriste hindoues, chrétiennes, rastas etc ... se développer sur sol français. J'attends encore de voir des juifs demander de la nourriture kascher dans les écoles. J'attends encore de voir des témoins de Jéhovah menacer des médias parce qu'ils en font des caricatures et ainsi de suite.

Le voile (et je ne parle pas de burka), comme le dit bien Anaisse, est perçu comme de la pudeur. Mais depuis quand avoir les cheveux à l'air est-il devenu impudique pour une femme ?
L'idéologie qui sous-tend cette assertion c'est qu'une femme pour être respectable se doit d'être asexuée, et c'est ce que le féminisme combat depuis si longtemps.
Le voile est donc un signe d'infériorité par opposition au progressisme dont font preuve la majorité des français. C'est rétrograde.

Et ce regard en arrière des musulmans sur le monde touche à tous les domaines. Ainsi en 93 (1993 je précise) Ibn baz, autorité religieuse suprême d’Arabie Saoudite de l'époque pouvait-il affirmer sans rougir que la terre était plate et que dire le contraire était œuvre d'athées méritant châtiments. Et le non rayonnement culturel des pays musulmans tend à prouver ce que j'avance : quelles avancées ne doivent-ils pas à tout ceux qui ont su aller au delà de leurs propres superstitions ? Aucune, à part des interprétations contextuel du Coran.

Pour finir si vous êtes libre de faire ce qui vous chante, sachez que nous aussi. Étant sur notre territoire, notre pays, c'est à vous d'en accepter les règles. On ne vous engage pas à cause de voile, retirez le ou arrêtez de vous plaindre.

Écrit par : skunker | mardi, 27 novembre 2012

Oh, je pense que dans les USA des années 1830-1850, il devait bien se trouver un Noir ici ou là pour expliquer que l'esclavage, outre son aspect traditionnel, était finalement une bonne chose et qu'au moins, comme ça, ils avaient la sécurité de l'emploi et une certaine forme de reconnaissance sociale. Lénine, vers 1920, a théorisé ce comportement en appelant ce qui s'y livraient des "idiots utiles". Rien de nouveau sous le soleil.

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 27 novembre 2012

Je n'aurais jamais pu imaginer qu'on pouvait trouver autant d'intolérance sur une seule page. Le plus étonnant c'est que vous faites des débats, des analyses, des commentaires sur les femmes voilées...C'est à mourir de rire. Si vous saviez comme elles se fichent éperdument de ce que vous pensez. Elles vivent leurs vies et leur spiritualité en toute tranquillité. Je le sais pour en être et pour en connaître un grand nombre. Cependant vous, vous décortiquez leur vie (preuve peut-être que la votre n'est pas très intéressante). Et les signes religieux dans le milieu éducatif, il y en a, du moins dans le public et j'ai vu cela de mes propres yeux. Je travaillais dans une école primaire avant de reprendre mes études. J'enlevais mon voile à l'entrée alors qu'une des cantinières portait sa croix au vu et su de tous. J'aimerais que l'on m'explique. Est ce que culturellement ça passe mieux? La loi ne parle pas de TOUT signe religieux? Eh bien il est triste, pour ne pas dire autre chose, qu'une personne a priori douée d'intelligence (quoique vindicative) s'enlise dans ce genre de propos inutiles et sans grand intérêt. Cordialement

Écrit par : Sana-Rica | vendredi, 30 novembre 2012

@San-Rica,
Vous suggère de voyager, hors circuit touristique et hors caméras pour prendre la mesure...
De vous déplacer avec voile et tout le toutim aux périodes les plus chaudes et de voyager dans les cars grillagés avec aucune place assise à l'arrière des bus,le quart du volume spécialement dédié aux femmes...Pas mon choix du tout, suis passée par ce cirque pour savoir et puis parfois pas le choix.
Vous le vivez pour de vrai, l'ai vécu, ensuite vous repassez nous donner vos impressions...C'est sur chez nous, plutot confortable pour l'instant^^^.

Écrit par : Martine | vendredi, 30 novembre 2012

@Martine : n'importe quoi.

Écrit par : Eskapad | vendredi, 30 novembre 2012

Oups, ai oublié...Mes mère belle-mère et grands-mères et arrières^^^ se sont battues comme des diablesses depuis xxx générations pour s'affranchir de ces carcans, ne comptez pas sur moi pour ne pas honorer mon devoir de mémoire tant envers elles, mais aussi par rapport à un passé très proche...La servitude volontaire absolument pas ma tasse de thé ou de kawha.
Bien le bonsoir!

Écrit par : Martine | vendredi, 30 novembre 2012

@Eskapad,
D'abord, n'import nawak mon truc, ensuite, n'importe quoi vous meme, allez y faites le test! Z'allez voir comme la vie est belle, allez confrontez vos idéaux avec la vraie vie, ensuite repassez pour déposer un vrai com...
Salut!

Écrit par : Martine | vendredi, 30 novembre 2012

Alors tout d'abord chez vous c'est aussi chez moi ne vous en déplaise. Habitant dans le sud, la chaleur j'ai l'habitude. Si ce n'est pas assez le voile je l'ai mis en pays arabe sous un soleil avoisinant les 40 degrés, debout dans le bus et portant des bagages. J'avoue que c'est pas facile mais c'est pas insupportable non plus.
Eh bien pour moi il en va autrement mes mère et grand-mère ont continué à le porter après la "libération" de la femme et j'espère avoir assez de courage pour marcher dans leurs pas. "la servitude volontaire" et le devoir de mémoire que vous honorez ce n'en est pas peut-être. Un devoir c'est une obligation et une obligation on s'y soumet... À méditer

Écrit par : Sana-Rica | samedi, 01 décembre 2012

Mouarf,
Bof, z'avez pas vécu les cinquante à l'h-ombre :o))) Pour le reste, cela a du etre très occasionnel, donc vous suggère quinze jours de ce traitement journalier la prochaine fois suis certaine de vous trouver guérie à l'issue.
Pour le reste, Mme Boutin et Marine, sortez de ce corps! :PPPP

Écrit par : Martine | samedi, 01 décembre 2012

Si je n'ai parlé que de cet épisode c'est parce qu'il est frappant. Vous parlez de quinze jours, j'y suis restée deux mois... Guérie?! Il me semble que pour qu'il y ait guérison il faut qu'il y ait maladie et je suis au regret de vous informer que je suis en très bonne santé, louange à Dieu.

Écrit par : Sana-rica | samedi, 01 décembre 2012

Oups, ai oublié Rachidaaa , mea culpa! :o)))

Écrit par : Martine | samedi, 01 décembre 2012

Oups, ai oublié Rachidaaa , mea culpa! :o)))

Écrit par : Martine | samedi, 01 décembre 2012

@ Sana-rica :

Vous avez vu des croix, moi j'ai vu des khamsa. Ça fait partie des choses acceptables parce que c'est discret.
Arrêtez un peu de jouer les opprimés ça devient lassant.
C'est pas l'Islam qui vous permet de mettre un voile si ça vous chante, c'est la France donc arrêtez vos leçons de tolérance.
Vous voulez qu'on reparle encore une fois des droits de la femme sous la charia ? C'est bien la peine ?

Et non, un devoir n'est pas forcément une obligation. Par exemple voter c'est un devoir citoyen et aussi un droit, pourtant ce n'est pas obligatoire. Mais bon, expliquer des nuances pareilles ça devient vite compliqué.

Votre comportement s'apparente à du conservatisme, du conservatisme du VII siècle donc.
Tiens la dernière en date c'est de demander la fin de la mixité dans les piscines. Donc si je vis dans certains endroits il y a des jours où je ne pourrai plus y aller avec ma petite amie. Effectivement l'Islam c'est très ouvert. La tolérance ça marche dans les deux sens, c'est un peu comme le racisme en fait; ça concerne pas que les blancs.

Et ne remerciez pas dieu pour la médecine, domaine qui ne lui doit qu'un retard difficilement imaginable.

Écrit par : skunker | samedi, 01 décembre 2012

Alors de une je joue pas les opprimées, c'était juste pour avancer le favoritisme. De deux allez vous renseigner parce que la khamsa ce n'est absolument pas religieux (et c'est même interdit en Islam, explication sur demande). Moi perso je suis tolérante, ai-je user de paroles crues, vexantes pour avancer mon propos (cf au titre, à certains passages de l'article, à certains commentaires), alors je parle d'intolérance car j'en vois ce n'est pas du conservatisme c'est de la logique. Ensuite il est intéressant que vous parliez droits de la "femme sous la charia". Ils sont tout de même apparus à une époque où elle n'en avait aucun et où on se demandait même si elle avait une âme. Et puis c'est la France qui me permet de porter le voile, sauf à l'école, sauf au travail, sauf pour garder des enfants et peut-être bientôt pour récupérer ses propres enfants (ça en fait des exceptions!). Pour ce qui est de la piscine, il y a des femmes qui sont pudiques alors qu'elles ne sont pas croyantes, il y a des femmes d'autres religions qui aimeraient aussi aller à la piscine. Si on entend surtout des musulmanes, c'est qu'elles sont plus nombreuses. Ne me dites que 2 heures un mercredi ou un samedi bouleverseraient vos habitudes. La tolérance ça marche dans les deux sens, l'intolérance aussi... Et enfin il ne me semble pas avoir parlé de médecine, j'ai palé de "bonne santé". Et j'ai les docteurs en horreur, pas un seul foutu de trouver un remède naturel à un mal quel qu'il soit. Toujours à refiler des placebos qui, quand on a un grain de jugeote, ne sont pas du tout efficaces. En extrême-Orient la médecine se fait essentiellement avec des choses provenant de la nature (et ce depuis des siècles) et ils se portent bien mieux que nous. Alors me parlez pas de médecine, en France, c'est une vraie arnaque (juste à voir les marges que se font les médecins, que se font les laboratoires pharmaceutiques et les pharmacies). Alors la médecine, ici, ça ressemble plus à une énorme machine à production de fric qu'autre chose. Et vu que vous avez sûrement déduit que je ne vais jamais chez les imposteurs de premier plan, je ne remercierai jamais la médecine...

Écrit par : Sana-Rica | samedi, 01 décembre 2012

La croix c'est pas un signe religieux non plus, ceux qui la portent le font en signe d'abnégation et de résilience. (et oui il n'y a pas que vous qui pouvez mettre en avant l'avis de certains alors que d'autres pensent le contraire)

Moi aussi je suis pudique, d'ailleurs le regard des autres hommes peut me gêner aussi bien que celui des femmes. Seulement je pars du principe que c'est mon problème et j'empêche pas le monde d'aller se baigner quand ça lui chante.

Pauvre vous, on vous demande d'être discrète sur votre religion au contact des autres, comme on le demande à tous du reste. C'est vrai que c'est exagérer de demander ça, c'est tellement important un bout de tissu dans les cheveux.

Je ne doute pas que les femmes aient été maltraités au fil du temps. Mais puisqu'on parle d'actualité vous seriez gentille de ne pas commencer à aller pêcher des références vieilles de 1000 ans.
Droit de la femme contemporain, comparaison laïcité/charia.

Vous pouvez cracher sur la médecine moderne tant que vous voulez, ça ne permettra pas à la médecine traditionnelle de réaliser des greffes d'organes, d'empêcher la transmission du sida aux fœtus, de guérir certains cancer ou encore de créer des prothèses neurologiques (liste non exhaustive).

Écrit par : skunker | samedi, 01 décembre 2012

Et le placebo ça marche, renseignez vous.

Écrit par : skunker | samedi, 01 décembre 2012

Et personnellement je suis athée, donc si vous imaginez deux secondes que je fais du favoritisme entre vos amis imaginaires vous faites une grossière erreur. Je demande seulement que la religion reste à sa place : le domaine privé.

Écrit par : skunker | samedi, 01 décembre 2012

Et (oui encore) pour la énième fois qu'y a-t-il d'impudique à se promener les cheveux découverts ?

Écrit par : skunker | samedi, 01 décembre 2012

La croix pas un signe religieux. Il ferait beau voir! Juste l'endroit où est mort Jésus (paix sur lui). Et puis la croix, désolée de vous décevoir, il n'y a que les chrétiens qui la portent. Mais moi perso je n'ai jamais demandé à ce qu'on me laisse des horaires à la piscine. D'ailleurs sans le voile j'e n'y allais pas ni à la plage alors c'est pas maintenant que je vais chercher à m'y rendre mais je comprends que certaines femmes essaient. Après tout, en Suède, dans certaines piscines il y a des créneaux pour les femmes. Il n'y a qu'en France où on se heurt à un tel mur d'incompréhension. Le voile c'est une obligation religieuse et pas culturel. Je comprends votre point de vue: montre ses cheveux c'est pas si impudique que ça. La preuve, je ne l'ai mis que tardivement. D'ailleurs au début l'Islam ne l'avait pas obligé. Mais il faut le voir comme une protection parce que les pervers, les psychopathes en tout genre, ça existe. Ça permet aussi de ne pas se faire draguer alors qu'on n'en a pas envie. Et à part le fait de l'enlever (pas mon cas vu que je suis à la Fac) je n'y vois pas d'inconvénient. Mais c'est vous qui avez évoqué les droits de la femme sous la charia, moi je n'ai fait que vous répondre... Sida, cancer, don d'organes: des choses qui ne me concernent pas. Pas égoïste au point de priver quelqu'un de l'un de ses organes pour ma propre vie, suis assez grande pour affronter la mort. Le placebo fonctionne uniquement si on ne sait pas que c'en est un. Mais moi ça ne me dérange pas que la religion reste dans la sphère privée. Ce qui m'a choquée c'est les mots employées dans cet article sont violents et tout à fait déplacés. C'est vraiment pas comme ça qu'on arrive à faire quelque chose de constructif. Du reste, je me désabonne car c'est une discussion à n'en plus finir et j'ai des examens qui approchent. Au plaisir.

Écrit par : Sana-Rica | samedi, 01 décembre 2012

@skunker,
Les horaires de piscine voilà un truc qui me fait bien ricaner...
Etant donné le fort tux d'ensoleillemnt en Suède, effectivement, cela ne pose pas trop de problème.
Mais là ou le soleil est, eh bé, c'est rigolo n'est-ce pas, mais les femmes y ont accès mais quand à l'ombre.
Ensuite, le cloisenement H/F aura fatalement des répercussions chez la jeunesse, n'est pas près d'aider durablement la lutte contre certes discriminations...Nous aurons beau légiférer et intervenir en milieu scolaire sur certains thèmes, cette lutte restera vaine.

Écrit par : Martine | samedi, 01 décembre 2012

Oups,passe corriger: fort taux..certaines discriminations, bien sur que je pianote trop vite et sans relire, mais une jolie preuve que c'est le coeur qui parle doublé de certaines connaissances terrains.
@skunker,
Seriez sympa de vous abstenir parfois, ne comptez pas trop sur mon affect toutefois, en politique il est nul!
Ca passe cette fois encore^^^.
Salut!

Écrit par : Martine | samedi, 01 décembre 2012

Aujourd’hui plus qu’hier, par ignorance ou par orgueil, face à la vérité, certains s’attaquent à l’Islam et le critiquent. Alors que cette religion représente par excellence le respect des droits de l’homme de tous horizons et classes confondus. On l’accuse d’opprimer certaines catégories de personnes, de leur porter atteinte et de les dénigrer. La femme tout particulièrement est, prétendent-ils, considérée comme inférieure et dont les droits sont bafoués, voire inexistants, et dont le rôle dans la société est quasi inexistant. Entre haines, mensonges, ignorances ou amalgames, quel est réellement le statut de la femme dans l’Islam et en Occident ? Où est-elle vraiment respectée et intégrée dans la société et où y tient-elle vraiment un rôle ?
La condition de la femme en Occident.
En Occident, ou plus largement dans les pays non musulmans, la femme, disent-ils, est une citoyenne à part entière, égale à l’homme sur tous les points de vue. Or, cette prétendue égalité, n’a pas toujours été un acquis, elle a dû la réclamer haut et fort au prix de sa vie parfois.
A l'époque où les hordes isolées se trouvaient en pleine lutte pour l'existence ; le clan devait veiller à se débarrasser de tout rejeton qui nécessitait de grands soins. Les filles nouveau-nées, en première ligne, avaient ce caractère d'impedimenta. On cherchait donc à s'en débarrasser autant que possible dès leur naissance. On n'en laissait vivre qu'un petit nombre, celles dont on avait absolument besoin pour la reproduction de l'espèce. En Grèce, elle était un objet se vendant et s’achetant dans les marchés et ne disposant d’aucun droit. Dans l’empire romain, l’homme avait tous les droits sur sa famille. Même celui de vie et de mort sur sa femme et ses enfants, sans devoir rendre de comptes à l’Etat. En Inde, lorsque le mari mourait, son épouse s’immolait sur son bûcher de plein gré. Aujourd’hui, elle se contente de se raser les cheveux.
De nos jours, une situation persiste, se maintenant et s’aggravant toujours davantage : la prostitution. Elle était non seulement permise aux filles non mariées, mais à Babylone, chez les Phéniciens, les Lydiens et chez bien d’autres peuples encore, elle était demandée, voire ordonnée par la religion. A Babel, la puissante capitale de l'empire babylonien, il était prescrit que toute jeune fille devait se rendre au moins une fois en pèlerinage au temple de la déesse Mylitta pour s'y prostituer, en son honneur, au libre choix des hommes qui accouraient en foule. On rapporte de Chéops, roi d'Egypte, qu'il tira du produit de la prostitution de sa fille l'argent nécessaire à la construction d'une pyramide.
Chez les personnes de confession judaïque, la femme est maudite, car c’est elle qui aurait influencé Adam (que la paix soit sur lui) à pécher. Chez les premiers chrétiens, elle était considérée comme la porte de Satan. En France, en 585 lors du Concile de Mâcon, on se demandait si elle était un être humain et possédait une âme. Et si elle en avait une, était-ce celle d’un animal ou d’un humain ? Ils en conclurent enfin, qu’elle avait une âme d’être humain, mais avait été créée uniquement pour servir l’homme.L'Occident se persuade même que la sorcellerie est intimement liée à la nature féminine, et que toute femme est une sorcière en puissance (« Pour un sorcier, dix mille sorcières... »).Les bûchers brûlent surtout à partir du XVe siècle et ne s'éteindront qu'au XVIIe siècle. En France en 1804 dans le Code napoléonien, la veuve n'a aucun droit dans la succession de son conjoint et, si elle désire se remarier, elle est soumise à la décision du conseil de famille. Dans les lois anglaises, elle n’était pas considérée comme citoyenne au siècle dernier, et jusqu’en 1805, l’homme avait le droit de vendre sa femme. En Chine l’année du cheval et de la femme sont mauvais signe. Dans bien d’autres communautés, la femme connaissait ou connaît encore le même sort, voire pire.
Depuis des siècles, elle subit un avilissement certain et ne bénéficie d’aucune reconnaissance, malgré son rôle capital dans la société. Elle est humiliée, méprisée, négligée, réduite à un objet de désirs et de procréation. Mais, diront-ils, la femme n’est désormais plus considérée comme telle, elle est désormais respectée, fait partie intégrante de la société, dispose de droits équivalent à l’homme. Elle est considérée comme libre et peut travailler dans ce que bon lui semble. Certes, il est vrai que la vision qu’ils se faisaient de la femme a changé… Mais dans quel sens ce changement s’est-il fait ?
L’émancipation de la femme

Elle s’est vraiment confirmée vers la deuxième moitié du XXe siècle, quand la femme a commencé à réclamer ses droits, les mêmes que ceux des hommes à tous les niveaux. Droits qu’elle obtient petit à petit au fil des années. Parallèlement, (sous influence ou pas), naît l’idée de s’épanouir, vivre, revendiquer sa liberté, son indépendance et se détacher des mentalités des anciens naquis.
La femme obtint donc sa « liberté. » Aujourd’hui, elle fait ce qu’elle veut au nom de la liberté et de l’égalité, dispose des mêmes droits que les hommes, elle est citoyenne, elle existe et le fait savoir. Cependant, cette liberté est-elle vraiment une liberté comme on l’entend ou est-ce plutôt du libertinage ? Comme on pourrait également se demander si l’émancipation de la femme n’est-elle pas en réalité une belle expression qui dissimule, pour celui qui réfléchit, l’exploitation de la femme ?
Ces beaux discours n’ont en effet pas leur place ici. Ce sont en réalité que des cache-misère. Certes il y a eu un changement dans la vision de la femme, mais ce changement ne s’est pas fait véritablement à son avantage. De nos jours, il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que la femme n’est toujours pas respectée comme il se doit, même s’ils veulent le faire croire. Il est vrai qu’elle a acquis une liberté ; mais c’est une liberté totale, exemptée de principes, de valeurs, de pudeur ou d’honneur. Elle est passée d’un extrême à un autre, d’une absence de liberté à une liberté sans limites aux fruits amers.

Ils voudraient faire croire (et malheureusement, beaucoup y ont cru) qu’elle serait complètement l’égale de l’homme dans tous les points, et aurait les mêmes droits que lui, alors que curieusement, certaines inégalités entre les deux sexes persistent. Pour eux, s’épanouir signifierait l’absence de tabous. Une femme sera femme que si elle n’a pas de règles de conduite. On la pousse à s’habiller de façon très indécente dans la rue en prétendant que c’est cela être une femme épanouie et bien dans sa peau ! Ils répandent la mixité partout, ce qui a pour résultat l’expansion de la perversité, des problèmes conjugaux et de graves atteintes au respect de la personne. Mais aussi la multiplication des rapports avant le mariage, qui conduit à une grossesse pénible, car non voulue et à l’accroissement préoccupant d’enfants illégitimes. La plupart des avortements sont la conséquence de tout cela. En 2002 (en France métropolitaine) 205 627 avortements ont été recensés. On constate même la multiplication d’actes immoraux tels que le viol, dont le nombre déclaré en 2001 a atteint le chiffre de 9 574 et on suppose que ceux qui ont été perpétrés, sans être ébruités, seraient de 4 à 6 fois supérieures.Désormais, elle est considérée comme un objet de jouissance et un passe-temps. Ballottée d’un homme à un autre, on s’en débarrasse une fois rassasié sans se soucier de son devenir et de son honneur. Pour bien réussir sans obstacle dans sa vie professionnelle, il faut qu’elle soit « ouverte à toutes propositions. » Le grand savant Ibn Qayyim a dit à propos de la mixité : « Il n’y a aucun doute que la mixité est l’origine de tous maux et de toutes calamités, c’est aussi l’une des plus grandes causes du châtiment d’Allah (sur une communauté). Tout comme elle fait partie des causes de la perversion, qu’elle soit générale ou spécifique. La mixité entre hommes et femmes est la cause de la multiplication de la perversité, de la fornication, de la mort et des épidémies ».En 2003, 30 000 personnes vivaient avec le sida en France, où l'on estime à 100 000 le nombre de séropositifs. 7000 personnes ont découvert leur séropositivité en 2004, contre 6.000 en 2003, selon les chiffres communiqués par l'Institut de Veille sanitaire.

La femme est aussi un très bon argument de vente. En effet, pour convaincre la clientèle d’acheter, il suffit de mettre une femme séduisante à côté du produit. A l’instar des demoiselles du juste prix, on la dénude chaque fois que l’occasion se présente pour la campagne d’un yaourt ou encore pour la promotion d’une voiture ! Il n’y a pas une émission de télévision qui n’ait ses collections de nunuches dévêtues, prêtes à rire à toutes sortes de blagues malencontreuses à leur sujet provenant de la gent masculine, curieusement très satisfaites ! Elle possède souvent des postes en contact avec la clientèle, comme secrétaire, vendeuse ou encore caissière, tout en l’incitant à porter des vêtements toujours plus impudiques dans le but de mieux attirer. Si elle ne le fait pas, on cherchera des femmes beaucoup plus « dociles ». Avant qu’elle soit reconnue comme ayant du talent dans quelque domaine que ce soit, il faut d’abord qu’elle soit belle, qu’elle le montre, et qu’elle joue de tout son charme.En réalité, elle n’a acquis aucune liberté dans le vrai sens du terme, mais a plutôt perdu sa dignité, son humanité et sa nature première. Jadis, elle était certainement humiliée, mais faisait quand bien même partie d’une famille. Elle se mariait humblement et possédait un foyer.
L’humiliation et le vice n’étaient pas apparents. Aujourd’hui, elle reste toujours humiliée, mais d’une autre manière : elle est réduite à un objet de fantasmes et de convoitises avec lesquelles on passe un peu de bon temps puis on l’oublie. La cellule familiale est quasi inexistante fragilisant ainsi, toute la société, car son rôle est primordial. Depuis cette pseudoliberté, les vices n’ont fait qu’accroître. La femme n’a point connu d’émancipation positive, mais connaît plutôt une exploitation par des hommes sans aucun scrupule profitant d’elle pour arriver à leurs fins. De même, elle n’a toujours pas obtenu sa liberté dans le sens moral et humain du terme. Et cette soi-disant liberté ne profite qu’aux hommes, qui sont libres d’abuser impunément d’elle, sous les yeux indifférents et complices de tous. En acceptant cette situation, la femme a perdu sa féminité, sa beauté, sa douceur et sa distinction. Elle demande le respect, alors qu’elle tend la main aux irrespectueux. Comment, dès lors, peut-elle l’obtenir ?
De l’autre côté, il y a l’Islam, religion de juste milieu, ne basculant dans aucun extrême :
[Ainsi, Nous avons fait de vous une juste communauté afin que vous soyez témoins pour les gens et que le messager soit témoin pour vous ]
(s.2 v.143).
La condition de la femme dans l’Islam.

Délivrance, amélioration du quotidien et de la situation de l’ensemble des membres d’une communauté, interdisant l’injustice et l’oppression, ordonnant l’équité et le respect de son prochain, l’Islam donna à la femme une place sans équivalent dans aucune autre communauté. Il a reconnu à la femme des capacités et des droits inconditionnels, dans toute gestion d'ordre civil, économique ou personnelle. La femme jouit ainsi de la capacité et du droit d'hériter, de donner, de léguer, de contracter une dette, d'acquérir, de passer un contrat, d'attaquer en justice et d'administrer ses biens. Elle a aussi le droit de choisir librement son mari, de se remarier, après avoir divorcée ou être devenue veuve. Ce dernier droit n'a été reconnu à la femme occidentale que bien tardivement…Parmi ses droits sur l’homme, on peut citer par exemple : le versement de sa dot lors de son mariage, subvenir à tous ses besoins, quand bien même elle serait la plus riche des personnes, et cohabiter convenablement avec elle… comme il est mentionné dans le verset suivant :
[Et cohabitez avec elles convenablement ](s.4, v.19)

Et le Messager de Dieu a dit :
« Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec les femmes. »
Rapporté par Hâkim et authentifié par Albâny.

Elle n’est pas obligée de travailler, c’est l’homme qui subvient obligatoirement à ses besoins. Si l’homme venait à refuser d’assouvir ses besoins, alors cela est considéré comme un grave péché. Par ailleurs, si celle-ci venait à travailler, son argent lui appartiendrait et l’homme n’aurait aucun droit dessus. Quant à la double part reconnue à l'homme dans l'héritage, elle s'explique par les obligations exceptionnelles auxquelles l'homme est astreint, alors que l'exemption de la femme est totale, ses dépenses envers son mari ou ses enfants sont purement volontaires, et ceci, quel que soit son degré d'opulence.
De même, chez les Arabes avant l’Islam, elle n’était pas mieux considérée qu’ailleurs. Donner naissance à une fille était à l’époque, considérée comme une calamité, donc pour s’en débarrasser certains enterraient leurs filles vivantes comme il a été critiqué dans le Coran :
[Et lorsqu’on annonce à l’un d’eux [la naissance d’] une fille son visage s’assombrit et une rage profonde [l’envahit]. Il se cache des gens, à cause du malheur qu’on lui a annoncé. Doit-il la garder malgré la honte ou l’enfouira-t-il dans la terre ? Combien est mauvais leur jugement ]
(s.16, v.58-59)

Elle n’avait quasiment aucun droit. L’homme pouvait avoir autant de femmes qu’il le souhaitait sans forcément devoir subvenir aux besoins de chacune. Prostitutions, vagabondages et harcèlements étaient monnaie courante en Arabie.
L’Islam, quant à lui, avait réglementé certaines coutumes païennes, telle la polygamie, qu'il légiféra. Mais, il établit pour le polygame des conditions tellement rigoureuses, que le champ de cette pratique se trouva relativement rétréci. En effet, la polygamie doit s'adapter à certaines exigences telles que l’équité entre les épouses, comme il est mentionné dans le Coran :
[Si vous craignez d'être injustes n'épousez qu'une seule femme ]
(S 4, v 3),

mais aussi, pouvoir subvenir aux besoins de toutes, etc. En Occident, un homme qui a plusieurs maîtresses ne devrait-il pas être considéré comme un polygame ? Pourquoi reproche-t-on aux musulmans leur polygamie alors que celle-ci est contractée par les liens sacrés du mariage alors qu’on applaudit l’homme qui change de femmes toutes les semaines ?
Le sociologue français Gustave le Bon (1831-1941) l’a d’ailleurs reconnu par ses paroles : « Je ne vois pas en quoi la polygamie légale des Orientaux soit inférieure à la polygamie hypocrite des Européens. Alors que je vois très bien au contraire en quoi elle lui est supérieure ».(La civilisation des Arabes. p. 422) Quant à la polygamie du Prophète qui a toujours été décriée en Occident, elle s’explique surtout par des mobiles d'ordre politique, qui ont incité l'Envoyé de Dieu à ne jamais refuser des offres tribales. Autrement, comment justifier le lien monogame du Prophète avec sa première femme Khadîdja, qui avait alors atteint l'âge de la maturité (40 ans) alors que le Prophète était encore dans la fleur de l’âge (25 ans). Il vécut 25 ans avec elle, sans jamais penser à prendre une autre femme, elle mourut à l’age de 65 ans.
Dans la plupart des pays occidentaux, un problème persiste : le divorce ? Son taux a atteint les 60 %. Quelle est la signification de ce chiffre ? Cela sous-entend assurément que la structure sociale en Occident n’est pas équilibrée et tend à démanteler les liens entre les époux qui résulte à la destruction du mariage. Ce résultat était facile à prévoir : en Occident, les fréquentations mixtes sont libres à l’excès, la consommation d’alcool est répandue et le manque de pudeur de certaines femmes contribue à l’adultère, mais les hommes sont aussi responsables. Cela est une chose aisée pour ceux qui ne craignent pas Dieu. Dans tous ces pays, la formule est la suivante : hommes, femmes, alcool, nudité, fréquentations libres, ayant pour résultat la destruction du mariage, des enfants illégitimes et malheureux.

C’est pour toutes ces raisons que l’islam interdit les fréquentations libres, prône l’interdiction de l’alcool, et la préservation de la pudeur, ayant pour résultat la protection du mariage, des enfants légitimes et heureux. Le sociologue français Gustave le Bon l’a également reconnu par ses paroles : « La situation légale de la femme mariée, telle qu'elle est réglée par le Coran et ses commentateurs est bien plus avantageuse que celle de la femme européenne ».(G. Le Bon p. 436).
Avec l’Islam, la femme retrouva sa dignité, son honneur et son humanité. Elle existe vraiment, tient un rôle concret et est indispensable au maintien de la société. La femme dans Islam est : lumière, pudeur, bon comportement, chasteté, pureté, beauté… Chez elle avec son mari et ses enfants, elle est servie, honorée, chérie, respectée, préservée, et aimée. Elle a été créée à partir de la côte de l’homme, les rendant ainsi inséparable, se complétant, et dépendant l’un de l’autre :
[Elles sont pour vous un vêtement et vous êtes pour elles un vêtement ]
(s.2, v.187).

Et le fait qu’ils soient de la même origine comme l’a dit le prophète (paix et salut d’Allah sur lui) :
« Les femmes sont les consœurs de l’homme »
Rapporté par Tirmidhy et authentifié par Albâny
Augmente ainsi le sentiment d’unité et les rapproche par un lien d’interdépendance inaltérable.
Il doit donc prendre soin d’elle comme de sa propre personne, car elle est une partie de lui-même :
[Parmi Ses signes Il a crée de vous, pour vous des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles, et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. ]
(s.30, v.21)Et comme le mentionne un hadith : « Veuillez du bien aux femmes. »Rapporté par Boukhâry et Mouslim.
Quel que soit sa situation, qu’elle soit épouse, fille, mère, il a été ordonné à l’homme de bien se comporter avec la femme. Faire le contraire est donc une désobéissance et passible d’un châtiment divin. Le Prophète (paix et salut d’Allah sur lui) a en effet dit :
« Le croyant qui a la foi la plus parfaite est celui qui a le meilleur comportement. Les meilleurs d’entre vous, sont les meilleurs avec leurs femmes »
Rapporté par Hâkim et authentifié par Albâny.

L’homme mariédoit chérir sa femme, bien lui parler, patienter sur ses défauts, lui apprendre sa religion…
S’il divorce, il doit lui verser une pension et la loger d’une durée de trois menstrues, avant qu’elle ne puisse se remarier, comme il est dit dans le Coran :
[Et faites que ces femmes habitent où vous habitez, et suivant vos moyens. Et ne cherchez pas à leur nuire en les contraignant à vivre à l’étroit. Et si elles sont enceintes, pourvoyez à leurs besoins jusqu’à ce qu’elles aient accouché. Puis, si elles allaitent [l’enfant né] de vous, donnez-leur leurs salaires. Et concertez-vous [à ce sujet] de façon convenable ]
(s.65, v.6)

S’il a des filles,qu’il leur apprenne leur religion, les éduque comme il se doit, ne les opprime pas, et elles seront pour lui un accès au Paradis comme il est dit dans le hadith suivant :
« Celui qui a une fille, ne l’accable pas, ne la blâme pas, ne fait pas de différence entre elle et son fils : Allah le fera entrer au Paradis. »
Il est aussi rapporté :
« Celui qui éduque deux filles jusqu’à ce qu’elles atteignent l’âge de la puberté, lui et moi ressusciterons le jour de la résurrection de cette façon (et il joignit les doigts de sa main.) »
Rapporté par Mouslim.

S’il a une mère, il doit être meilleur avec elle, car elle l’a porté pendant neuf mois. Elle a sacrifié son temps et sa vie pour s’occuper de lui. Il est dit dans le Coran :
[ Et Nous avons enjoint à l’homme de la bonté envers son père et sa mère : sa mère l’a péniblement porté et en a péniblement accouché ; et sa gestation et son sevrage durent trente mois ]
(s.46, v.15)

Il est aussi dit :
[Et ton Seigneur a décrété : « N’adorez que Lui, et [marquez] de la bonté envers le père et la mère ]
(s.17, v.23)

Et si cette femme est une étrangère,il doit aussi bien se comporter avec elle. L’aider fait partie de l’Islam et être injuste envers elle est un grand péché, comme le Prophète (paix et salut d’Allah sur lui) a dit :
« O seigneur ! Je mettrai dans la gêne ceux qui s’en prennent aux droits des deux faibles : l’orphelin et la femme. »
Rapporté par Nassâï et Ibn mâjah et considéré comme bon par Albâny.

La femme est un pilier dans la société dont le bon fonctionnement dépend d’elle. Si elle dévie, c’est toute la communauté qui en paiera le prix comme cela se passe de nos jours. Alors que dans l’Islam, dès les premières décades de l'ère hégirienne, la femme put s'imposer par sa large et efficace participation à côté de l'homme, dans la vie culturelle et sociale de la communauté musulmane. Aicha (épouse du Prophète et fille du ler Calife) avait une profonde érudition, qui à moins de 20 ans, fit d'elle une des plus brillantes figures de l'époque. Les grands compagnons du Prophète venaient la consulter sur les questions juridiques, historiques, littéraires et même médicales. Elle fait d’ailleurs partie de ceux qui rapportèrent le plus de hadiths (actes et paroles du prophète).
Le Prophète encouragea l’enseignement des femmes, en disant :
« Rechercher la science est une obligation pour tout musulman. »
Rapporté par Ibn Mâjah et authentifié par Albâny.
Cela concerne aussi bien l’homme que la femme. Une femme vint voir le prophète et lui dit : « O messager de Dieu ! Les hommes se sont emparés de toutes tes paroles, consacre-nous donc un moment pour que l’on puisse te rencontrer et nous enseigner ce qu’Allah t’a appris. » Le prophète dit :« Réunissez-vous ce jour-là et ce jour-ci. »Ce qu’elles firent aussitôt ; durant ces jours, le prophète leur enseignait ce qu’Allah lui apprenait.Rapporté par Mouslim.

Désormais, le champ d'action culturel de la femme s'élargit de plus en plus. Ibn Hajar, un des célèbres imams de l'Islam, cite dans ses oeuvres biographiques, plus de quinze cents femmes parmi lesquelles figurent des juristes et des savantes.
Auprès d’Allah, la femme n’est aucunement inférieure à l’homme dans ses droits. Chacun dispose d’un rôle approprié avec des droits et des devoirs. Une personne n’est supérieure à une autre que par sa piété et non par son origine ou sa richesse, comme il est dit dans le Coran :
[Certes, le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand-Connaisseur. ]
(s.49, v.13)

Le Messager d’Allah dit également :
« O vous les gens ! Votre Seigneur est unique et votre père est unique ; vous descendez tous d’Adam et Adam provient de la terre. Assurément, le plus noble d’entre vous auprès d’Allah, est le plus pieux et l’arabe n’a pas plus de mérite que le non arabe sauf s’il se distingue par la piété. »
Authentifié par Albâny dans A-targhîb wa A-tarhîb

En somme, on peut se rendre compte que la femme n’est pas opprimée en Islam. Et ceux qui prétendent le contraire sont, ou des adversaires de la religion, moyennant la ruse et le mensonge pour en éloigner les gens ; ou alors, ce sont des ignorants, qui suivent aveuglément et croient tout ce qui se dit, sans prendre la peine de vérifier ces informations. Par ailleurs, alors que l’Islam nous inculque le bon comportement avec les femmes, certains musulmans n’agissent pas comme il convient. Bien que l’Islam désavoue leurs attitudes, leurs comportements contribuent malheureusement à souiller cette religion, faire fuir les gens et créer par la même occasion des amalgames. Le Prophète est la meilleure des créatures et un exemple pour tous. Il avait un comportement inégalable avec ses femmes : il était doux et clément envers elles, demandait leur avis, les aidait dans les tâches ménagères, plaisantait avec elles, ne levait pas la voix sur elles et ne les frappait pas… Il est un modèle pour tous :
[En effet, vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre] ]
(s.33, v.21)

Il nous incombe donc de le suivre. Il n’y a qu’un Islam. Son enseignement se fait à travers le Coran et la Sunna (tradition prophétique) et non pas par les gens. Sinon il y aurait autant d’islams qu’il y a d’individus. Car chacun comprendrait l’Islam à sa manière. En connaissant véritablement ce qu’est l’Islam, on connaîtra alors les musulmans dans le vrai sens du terme, et on évitera ainsi les amalgames et les préjugés.
La femme est une perle précieuse, il faut donc qu’elle se protège. C’est un trésor à la valeur inestimable, il faut donc qu’elle se mette à l’abri des machiavéliques intentions. C’est pour cette noble raison qui lui a été demandée de se voiler. Son voile n’est autre que sa dignité. Dieu dit :
[O Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et très Miséricordieux]
(s.33 v.59)

Le voile permet à la femme de se protéger des turpitudes, d’être respectée et de préserver ainsi son honneur et sa pudeur.
De même, Dieu dit :
[Restez dans vos foyers ; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’avant l’Islam]
(s.33 v.33)

Allah a conseillé aux femmes du Prophète de rester chez elles, et cela est valable pour toutes les autres femmes. Mais cela ne signifie pas qu’elles doivent être emprisonnées chez elle à longueur de journée. Dans toute chose il y a un juste milieu. En effet, le prophète n’enfermait pas la femme à la maison, comme ils prétendent ! Au contraire, il lui a permis de sortir lorsqu’elle avait des choses à faire, mais aussi pour rendre visite à ses proches et ses amis, pour rendre visite au malade, etc. Il lui a permis également d’aller à la mosquée, en disant :
« N’empêchez pas les femmes d’aller aux mosquées. »
Rapporté par Ahmad et Aboû Dawoûd et authentifié par Albâny.

De plus, le prophète aimait la compagnie de sa femme lors des invitations et les refusait si jamais l’inviteur n’admettait pas sa femme avec lui. D’après Anas, qui raconte que le prophète avait un voisin persan connu pour ses mets délicieux. Ce voisin prépara un plat pour le prophète et le convia à sa table. Le prophète lui dit : « Et mon épouse ? »(En parlant de son épouse Aïcha qu’Allah l’agrée) » Il répondit : « Non (je ne l’invite pas) », Le prophète rétorqua : « Je refuse donc. »Le voisin réitéra son invitation et le prophète lui redemanda : « Et mon épouse ? »Il répondit : « Non (je ne l’invite pas). » Le prophète rétorqua de nouveau : « Je refuse donc. »Le voisin réitéra une nouvelle fois son invitation et le prophète lui redemanda : « Et mon épouse ? »L’homme, après trois demandes consécutives dit : « Je suis d’accord. » Le prophète et Aïcha se levèrent et se suivirent mutuellement jusqu’à atteindre la maison de l’inviteur. » Rapporté par Mouslim.
La véritable définition de la femme, de la liberté, et du respect se trouve dans l’Islam. La femme ne sera reconnue comme femme que si elle suit ce qui lui aura été demandé. Dans ce cas, elle gagnera le respect ici-bas et le Paradis dans l’au-delà. Le Prophète a dit à cet effet :
« Si la femme prie ses cinq (prières), jeûne son mois (ramadan), préserve sa chasteté, écoute son mari : elle entrera au Paradis par la porte qu’elle souhaite. »
Rapporté par Ibn Hibbâne et authentifié par Albâny.

Bernée par une idéologie qui prétend émanciper la femme, mais en réalité la dévalorise. Les personnes derrière cela targuent qu’ils ont libéré la femme, mais en l’animalisant ou en l’instrumentalisant. Elle est victime d’une société insidieuse, mais (curieusement) sans s’en rendre compte. L’Islam lui a donné sa véritable valeur, une position de respect et des droits sans équivalent.Se comporter avec la femme, comme l’Occident le veut, reviendrait à répandre le chaos et l’immoralité qui seraient à leur tour banalisés sur terre comme le montre déjà l’actualité. Se comporter avec la femme comme le veut l’Islam, donc comme Dieu le veut, Créateur, Législateur de lois sages ; aura pour conséquence logique l’harmonie de la société, la sérénité et le bonheur.
Ecrit par l’association Aux Sources de l’Islam.

Écrit par : inconnu | jeudi, 28 août 2014

Les commentaires sont fermés.