Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un rassemblement centriste ? Peut-être, mais sur la base des idées d'abord ! | Page d'accueil | Hello les Atelières, au revoir Lejaby ! »

lundi, 18 juin 2012

Bayrou, entrer dans le gouvernement Ayrault ? Surtout pas, malheureux !

Je crois que mon ami Yves se fourvoie largement depuis quelque temps. Il est convaincu que l'alliance avec la gauche est la seule issue pour le centre à l'avenir, et, le voilà à suggérer à Bayrou de se joindre aux Socialistes.

Il n'y aurait pas plus mortelle erreur, et pour plusieurs raisons.

Je l'ai souligné à l'issue du premier tour de la présidentielle, Bayrou n'a pas tout perdu en 2012, et c'est encore plus vrai maintenant : il a reconstruit son image, et, je puis vous garantir qu'il y a un an, je n'aurais jamais imaginé que cela se serait produit aussi vite.

Mieux encore : son attitude lui a donné le visage de l'intégrité, et, chose vraiment rare en politique, il a gagné l'estime ouverte de ses adversaires. Je crois les Socialistes sincères quand ils soulignent les qualités du Béarnais et l'assurent de leur estime. J'entends çà et là des électeurs de gauche, et je vois qu'ils ont bien enregistré le vote de François Bayrou même s'ils n'ont pas voté pour lui. Ils sont nombreux à lui en être reconnaissants.

A droite, évidemment, on en veut à Bayrou, mais je crois que ce serait bien pire si l'on devait constater qu'il pourrait avoir agi pour un maroquin. Ce n'est pas le cas, et, au fil du temps, je pense que les électeurs de droite (du moins une partie) lui pardonneront. L'UMP devra bien finir par se poser une question après toutes ces élections perdues : pourquoi Diable François Bayrou a-t-il voté pour François Hollande alors qu'il estimait que son programme économique allait conduire la France dans le mur ? 

Que l'UMP visionne à l'envie le clip de deuxième tour de Nicolas Sarkozy, et je pense qu'elle aura des éléments de réflexion. Bayrou n'est pas un homme de gauche, ils sont nombreux à l'avoir dit à droite, alors : quid ? Quando ? Quomodo ? Cur ? 

Enfin, Bayrou n'est pas en accord avec le programme socialiste : comment pourrait-il le rejoindre ?

Moi, voilà, ce que je conseillerai à Bayrou : Rodolphe Geilser du Figaro se livre fort opportunément à une analyse politique qui me paraît loin d'être bête : foin des clivages et des prises de position, c'est bien plutôt l'éloignement de sa circonscription qui a joué des tours à Bayrou bien que je le sache profondément imprégné de son identité béarnaise ; il aurait donc tout intérêt à revenir dans les conseils municipaux de Pau et à s'immerger à nouveau dans son département en comprenant bien qu'il ne suffit pas d'aller voir les maires mais qu'il faut aussi parler aux gens. Qu'il commence par cela, je pense que c'est une jouvence salvatrice.

Ensuite, comme je l'ai conseillé récemment, il pourra réfléchir à des propositions européennes non seulement pour l'Europe, mais aussi pour la France et également pour sa région, les Pyrénées Atlantiques.

Rejoindre la gauche reviendrait à gâcher tous les acquis des mois qui viennent de s'écouler et à brouiller irrémédiablement son image. Ce n'est souhaitable à aucun point de vue. Bayrou a perdu, certes, mais, de l'avis unanime, dans l'honneur. J'ai été frappé de consater qu'une courte majorité de Français à l'échelle nationale souhaitait le voir présent à l'Assemblée , juste avant le second tour des élections législatives. Ce fait laisse augurer un possible rôle national à l'avenir.

Reste le MoDem : dans un mariage, il est de coutume que la mariée apporte une dot. Je pense que le MoDem n'a actuellement rien à offrir : ni score aux élections ni idées à faire valoir. Avant de songer aux noces il vaudrait mieux commencer par remplir le trousseau, et, vu la claque magistrale prise à la dernière élection, cela va être un travail de longue haleine.

Bref, plutôt que de faire la manche avenue de Matignon, je suggère à tous ceux qui veulent espérer un avenir plus radieux pour le MoDem de s'organiser pour constituer ou reconstituer des commissions où l'on réfléchisse, non où l'on échange des concepts creux comme j'ai pu le voir et l'entendre parfois, que l'on essaie d'accoucher de quelques premières idées fortes et étayées d'ici quelques mois, et, le cas échéant, pourquoi pas, que nous proposions aux autres forces centristes des commissions multi-partites quitte à ce que chaque chapelle centriste fasse ensuite son propre chemin. Au moins auront-elles eu le mérite d'établir une plate-forme commune, chose qui facilite les retrouvailles après en règle générale.

23:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : bayrou, modem, ayrault, centre | |  Facebook | | | |

Commentaires

Eh bien mon cher César, ton billet m'a bien fait plaisir. Alors disons-le évideent je ne partage pas ton argumentation. Tout en respectant ton point de vue. Mais il est une chose qui ma fait plaisir c'est ton exorde "Mon ami Yves". Car j'ai bien conscience que nous sommes à la croisée des chemins et que notre échec collectif nous pousse à faire des choix. Et choisir c'est nécessairement se séparer. Mais je sais nos valeurs communes, et Dieu sait combien nous partageons des pans entiers de ces valeurs. Et tôt ou tard les lignes se rejoindront. Car nos valeurs a-partisanes sont destinées à rayonner. Mais au-delà de la Vème.

Écrit par : Yves DELAHAIE | lundi, 18 juin 2012

J'ai lu vos deux billets - celui de l'Hérétique et celui de Yves Delahaie - à la suite. C'est bien représentatif de deux des grandes attitudes actuelles dans le parti... Et on sent évidemment le centre-droit et le centre-gauche. ;)
A mon avis, il n'y a pas vraiment d'avenir possible sans plusieurs éléments.
1 / réussir à réunir au maximum le centre et les personnes souhaitant une troisième voie raisonnable. Même si ça paraît mission impossible pour l'instant. En tant que jeune démocrate, je vois avec plaisir que la jeune génération des partis du centre est beaucoup plus prête à cela que les aînés et que les élus, mais ce serait bien si on n'attend pas 30 ans non plus.
2 / faire tout ce qui est possible pour assurer la dose de proportionnelle représentative pour le prochain scrutin législatif.
3 / en accord avec le premier point, faire comme tu l'écris L'Hérétique, des réflexions communes et poussées.
4 / montrer que le centre et que la "troisième voie", ça existe, ça a un sens, surtout dans le paysage politique actuel, et faire en sorte que lorsque les médias parlent du centre ils ne pensent pas d'abord au ni-ni ou à telle phrase de Mitterand, mais au fait que le centre existe et a un contenu.

Écrit par : Mairon | lundi, 18 juin 2012

Eh bien, je vais vous mettre d'accord tous deux contre moi, mais pas grave.
@L' héré,
Naaan, sur un de mes coms précédents, lui suggère la Bretagne.
@Yves,
Il s'est suffisamment battu pour etre indépendant, n'est-ce pas? Si dans l'esprit de M.Ayrault tra-ns-verse l'idée d'une prise au lasso, il se trompe mais normal au pays des éléphants, parait-il. :DDD

Écrit par : Martine | mardi, 19 juin 2012

Je suis d'accord avec l'hérétique, Bayrou ne doit pas se rallier à la gauche qui sera pris pour un ralliement du désespoir. Il a plus intérêt de garder une certaine neutralité... Il est fortement possible que le Modem se sépare mais attention à ceux qui veulent y aller de ne pas se faire absorber par le PS car là, le combat, le sacrifice n'aurait servit à rien. Il faut un centre gauche indépendant et qui soit plus réactif que le PRG. il faut aussi reconstruire le centre droit où le terreau existe mais ca ne sera pas à Bayrou de le faire, il faudra dans un premier temps un émissaire pour négocier et je ne vois que le premier secrétaire pour le faire. est ce que cela donnera quelques choses ? j'en sais rien mais il faut avancer. Le problème est ceux du centre-centre qui risque de tout perdre et de pas se reconnaitre dans ses rapprochements qui risque de grossir les rangs des abstentionnistes ou faire du papillonnage.

Écrit par : AG59 | mardi, 19 juin 2012

@L' héré,
J'ai cliqué sur tous les liens...L'ump locale est représentée par M.Oxibar ( ancien conseillé de M.H Lucbéreilh sarkozyste convaincu dans tous les sens du terme ^^^) donc les liens de Yves... Ensuite ce personnage O n'a aucunement appelé à un report de ses voix sur Jean.
De plus, Jean a dit qu'il ne voterai ni FH ni blanc, si il a eu la meme analyse que la mienne: quand les programmes sont nuls, eh bè "on" vote nul et pis c'est tout.

Écrit par : Martine | mardi, 19 juin 2012

Les gens qui pensent à droite, et s'expriment à droite, ne seront ils pas tous tombés du coté où ils penchent dans quelques temps. Combien en restait il à lever la main au dernier Conseil national du Modem ?
Par ailleurs, le chemin pris par la droite, c'est à dire celui de l'extrême, et qui est la mort des valeurs du centre, laisse-t-il un choix?
Bayrou a compris cela. Et fait le sien.
Sauf à voir rapidement l'UMP revenir vers des valeurs plus proches du centre, que porteraient des Juppé et des NKM. Est ce possible? Les Copé, Hortefeux, et autres, ne disparaitront pas, bien au contraire.
La seule raison invoquée dorénavant, par ceux qui sont contre la voie Bayrou: “non à une opposition de principe, non à la participation complaisante, oui à la responsabilité", est la raison d'un programme économique de gauche qui nous mènerait à la ruine. On est prêt sur ce critère à laisser tomber les valeurs. Sauf que la faillite économique est supposée, quand la faillite des valeurs a déjà été actée à droite.
Vu la situation du monde, je ne pense pas que nous puissions attendre de travailler sur le temps long. Lancer un travail de "longue haleine" signifierait regarder passer le train, ne pas suivre la voie de l'union. Il peut y avoir d'autres chemins. Ils ne dépendent, ni des militants du Modem, ni totalement de François Bayrou lui même. Peut être du Président Hollande. Peut être des évènements. Peut être du temps. Mais du temps court.
Si un centre libre et sans complaisance est possible, il se reconstruira autour de Bayrou. Et il continuera de s'appeler Modem. Sinon ce sera complaisance, abandon des valeurs, choix du ralliement à une droite qui n'est parfois plus républicaine. Le contraire de ce que nous a enseigné François Bayrou.

Écrit par : Leon | mardi, 19 juin 2012

On voit à vous lire que le clivage gauche droite divise même le Centre. Autrement dit, on se situe facilement dans le Centre à l'aide de cet horizon créé par le scrutin majoritaire. Naturel. Mais, apparemment, ravageur.

Et si l'on pensait plus à ce qui nous réunit et à un projet sur lequel on se retrouve tous, et qu'on signe pour x années ? (Histoire de pas passer pour des girouettes aux yeux des électeurs).

Ensuite, pragmatiques, on participerait aux décisions dans la mesure où elles font progresser vers l'horizon qu'on s'est fixé ; ce qui implique bien sûr des concessions, des compromis, etc. et nulle alliance avec l'un ou l'autre des 2 gros appareils.

Il me semble que c'est bien l'idée de FB que je viens de reformuler. J'y adhère !

Écrit par : ZigHug | mardi, 19 juin 2012

Je vais résumer ici ce qui me semble intéressant dans ce que j'ai lu.
ZigHug a raison de souligner que, même au sein de la famille centriste, on peut en revenir facilement à un clivage G/D stérile, car imaginer une nouvelle représentation ideologique, pas encore utilisée à aujourd'hui, peut faire peur car c'est aller vers l'inconnu.
Au contraire, nous devons dépasser ce bête clivage qui fait des ravages pour l'union des centristes. Comment faire? Evidemment, c'est bien de se servir de ce qui nous rassemble : les valeurs humanistes, l'attention particulière portée à la dépense des deniers publics, la vision européenne, le souci de l'éducation de nos enfants...
Cela se fera par un rassemblement des centristes à tous les étages, des leaders jusqu'à la base.
Une jeune génération doit émerger, supportée par les leaders d'aujourd'hui qui doivent bien comprendre l'échec du Centre de ces dernières élections.
Le Centre doit être indépendant, donc non rallié, ce qui ne l'empêche pas de donner son accord pour des mesures proposées. Le Centre doit représenter la raison au service de la France et des Français.

Écrit par : FDB750 | mardi, 19 juin 2012

D'accord avec ton Post L'hérétique. Bayrou a conscience qu'une alliance avec la gauche serait sa fin définitive. D'aucuns diraient que c'est déjà le cas, mais comme tu dis, retrouver et re-cultiver sa circonscription ne serait pas un mal. Il ne faut pas qu'il oublie quel est son électorat. A mon avis, un bon nombre de celui-la n'a déjà pas compris la décision de 2007, alors le choix de l'entre-deux-tour... A partir de là, on peut facilement déduire que rejoindre Hollande serait mortel. De grâce, qu'on ne cherche pas midi à 14h pour une fois.

Écrit par : Laurent | mardi, 19 juin 2012

Tout a fait d'accord avec toi. L'heure est a l'action locale pour tous, la reflexion et la collaboration avec tous ceux qui veulent faire avancer la 3e voix. Meme si ca n'est que sur des projets et que les chappelles comme tu dis ne parviennent pas, dans un premier temps, a se mettre d'accord sur independance vs. alliance. Mais c'est de nous que doit venir le courage de l'independance. Surtout pas donner une image de mendicite apres ce qui a ete fait... Rebatir sur cette image d'integrite et de courage? Ca pourrait etre pire! J'y crois.

Écrit par : Olivier DesMotsCrates | mardi, 19 juin 2012

Le canard enchaîné pense à un autre "lot de consolation" pour François Bayrou. Soit :

- une nomination au Conseil Constitutionnel
- un poste au CSA
- une fonction de commissaire européen.

Je ne commente pas, je ne connais pas leurs sources. J'attends donc de voir ce qui va se passer.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 juin 2012

Sinon, César, tu suggères du travail dans les commissions ?

Où peut-on trouver dans le programme de F. Bayou la partie du travail qui vient des commissions ?

Les échos que j'ai eus des commissionnaires sont qu'aucun n'a reconnu ses petits, sauf notre ami Orange P. qui avait vu sa proposition de doublement de la garantie légale, mais je ne sais si cette proposition il l'a faite en commission ou pas.

Il y avait aussi l'histoire des bourses scolaires élargies aux classes moyennes dont F. Bayrou a dit que cette proposition venait de l'éducation et qu'il la rejetait, or la commission éducation que j'ai interrogée à ce sujet a assuré que ce n'était pas une idée d'elle.

Si tu penses donc recréer les commissions, il faut penser aussi à installer un(ou des) autres responsables pour que le travail effectué impacte vraiment le programme.

Autant dire que nous butons toujours sur le même problème au modem : le leadership. Je ne vise pas qu'une personne, je parle de (ou des) responsables.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 juin 2012

Ceci dit, je crois qu'à 1.5 %, il est peut-être un peu inutile d'y perdre son temps, non ?

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 juin 2012

Ah j'oubliais : ton troll préféré raconte souvent que son travail dans la commission éducation a porté ses fruits.

Hélas, elle ne cite jamais d'exemple quand on lui demande...

Faut dire qu'être commissionnaire dans un monde parallèle, ça laisse pas trop de traces dans le nôtre.

En fait, je me demande si au petit journal ils n'ont pas eu l'idée de l'entonnoir orange en venant ici et en lisant les commentaires de la Cerbère de service...

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 juin 2012

Abonnement au fil

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 juin 2012

Ce pôvre Yves Delahaie est comme le Modem entrain de partir en sucete complet. Il s'imagine que ce qu'il pense est l'opinion majoritaire. Or, au second de la présidentielle, en votant Sarkozy ou Blanc, 72% des électeurs de Bayrou ont voté contre le Projet du PS et le candidat Hollande ce qui lui a coûté son poste de député.
Comme tu l'as écrit cher Hérétique, un certain nombre de cadre bobo Modem parisiens et des grandes villes est en décallage complet avec l'électorat de Bayrou plus important dans les campagnes.

Tout n'est pas perdu puisque quand il aura quitté la présidence de MoDem dans quelques semaines - et qui ne lui survivra pas faute d'argent, il lui restera la président de l'UDF !

Écrit par : orange sanguine | mardi, 19 juin 2012

Ce pôvre Yves Delahaie est comme le Modem entrain de partir en sucete complet. Il s'imagine que ce qu'il pense est l'opinion majoritaire. Or, au second de la présidentielle, en votant Sarkozy ou Blanc, 72% des électeurs de Bayrou ont voté contre le Projet du PS et le candidat Hollande ce qui lui a coûté son poste de député.
Comme tu l'as écrit cher Hérétique, un certain nombre de cadre bobo Modem parisiens et des grandes villes est en décallage complet avec l'électorat de Bayrou plus important dans les campagnes.

Tout n'est pas perdu puisque quand il aura quitté la présidence de MoDem dans quelques semaines - et qui ne lui survivra pas faute d'argent, il lui restera la président de l'UDF !

Écrit par : orange sanguine | mardi, 19 juin 2012

Billet intéressant comme souvent , merci l'hérétique
Ensuite j'aimerais exprimer mon exaspération sur l'emploi du mot centre, centriste centre-gauche, centre-droit et j'en passe. Je rejoint sur ce point Marie Thureau. Tant que le modem restera bloqué dans cette représentation géométrique et plate, il n'existera pas.
Cette idée que représente le modem, je l'ai dans le cœur mais ne trouve pas les mots pour l'exprimer.
Si vous pouviez lancer le débat, César, et qu'ensemble nous puissions trouver, ce serait bien

Écrit par : Jacques Berthe | mardi, 19 juin 2012

Je partage l'avis de Yves et l'optimisme affiché sur ce site, sur ce billet, témoigne de l'impasse du centre extrême ! Les français veulent que nous nous situyons dans un camp. C'est normal, très compréhensible et même existentialiste ! J'ai cru au MoDem mais regardons en face l'évolution de nos scores de 2007, 2008, 2012...
La solution passe effectivement par la création d'un centre gauche social démocrate. Le centre droit vient d'être relancé par Borloo, vassalisé comme toujours par l'UMP. Que ceux qui n'y retrouvent pas créé une nouvelle voie qui fera alliance avec la gauche, demain, après l'état de grâce...

Écrit par : Chadeyron | mardi, 19 juin 2012

Si je comprends bien. On a à nouveau un centre droit, avec Borloo vassalisé. Rien de nouveau sous le soleil. Un Modem dans l'expectative. Ce n’est pas le premier jour. Mais un Bayrou qui a pris une décision pour les présidentielles au 2è tour. Qui pense qu'il reviendra sur sa décision comme on va à Canossa? Reste donc ceux qui pensent que la logique de sa décision attend des prolongements. En attendant on débat pour tenter de voir qui est qui, qui veut quoi. En attendant de voir de la lumière à la fenêtre du 133. Une dernière question. Si lumière revient bientôt à la fenêtre, que feront ceux de la campagne et ceux des villes. Ceux de la campagne diront ils "fi"; Ceux de la ville diront ils "oui". Ce soir je vais relire Lafontaine. Même s'il n'y a aucun rapport.

Écrit par : Leon | mardi, 19 juin 2012

C'est curieux je trouve qu'un tel sujet puisse être source de discussion: Bayrou n'a plus rien, le MoDem n'existe plus, alors à moins que Bayrou ne s'allie avec le PS pour je ne sais quel poste de consolation, Bayrou est fini politiquement. Et pour ce qui est du MoDem, on sait tous qu'il est fini politiquement depuis un bon moment.

Dès lors, Bayrou n'a plus guère de choix. C'est juste une question de pragmatisme je crois.

Écrit par : JF le démocrate | mercredi, 20 juin 2012

D'accord avec JF.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 20 juin 2012

@Jacques,
Le problème est le suivant: le terme "humaniste" est repris par une partie de l'ump cf l'intervention de M.Raffarin hier soir; je sais bien la difficulté à pratiquer une ouverture sans pour autant se faire "gober"...
Ensuite ce terme est inaudible dans la rue, faites un test posez la question aux passants.
Pour en terminer, le FDG a contourné la difficulté avec: "l'humain d'abord".
Je sais bien l'importance d'une assise idéologique cependant, celle-ci ne me parait pas des plus judicieuses actuellement, trop cacophonique!
@Léon,
Très jolis commentaires.

Écrit par : Martine | mercredi, 20 juin 2012

@JF
Il reste un siège, un financement qui existe, quelques élus et pas mal de militants. Pas rien, donc. Comme je me souviens d'avoir vu les verts avec 1.5% et 5000 militants à peine, je ne suis pas aussi pessimiste que toi...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 20 juin 2012

@César : il est vrai que les verts étaient tombés bien bas mais il y a eu DCB qui a eu la formidable idée d'un trio iconique pour Europe Ecologie, ce qui a expliqué leur succès.

Une com au poil, en plus du capital sympathie du trio.

Ce coup-là, sans réel programme valable, et le déchirement des luttes intestines de EELV avec les Verts ont fait que ce fut un feu de paille.

Mais au MoDem, je ne vois même pas de quoi avoir ce feu de paille...

Oui, le MoDem peut repartir, mais pour cela il faudrait qu'il change sa gouvernance, sa gestion, son organisation, sa communication et qu'il ait un vrai programme.

Le problème est qu'il ne fera RIEN de tout cela. C'est couru d'avance.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 20 juin 2012

@ Luciole

Ouais... Autrefois, c'est le capitaine qui coulait avec son navire. Au MoDem, c'est juste l'inverse !

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 20 juin 2012

Ça c'est THE citation !!!!

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 20 juin 2012

Ça c'est THE citation !!!!

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 20 juin 2012

Écrire un commentaire