Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le bonheur animal | Page d'accueil | Et pourtant l'électorat de centre-droit existe ! »

dimanche, 17 juin 2012

Ce n'est qu'un au revoir, François !

Bayrou a donc été battu dans sa circonscription. Cette défaite était hélas inévitable car il avait à  affronter les deux principaux partis français, l'UMP et le PS. Une chose m'étonne, au fond : les derniers résultats dans sa circonscription laissaient à penser la gauche bien plus forte que le résultat obtenu finalement par Nathalie Chabanne. A 42% des voix, la gauche n'est pas majoritaire là-bas. 

Pour Bayrou, une fois le temps de la réflexion passé, il faudra se reconstruire, pour lui d'abord, bien sûr, puis reconstruire une force politique sur des bases saines.

Je crois en avoir esquissé assez largement les principes sur ce blogue. Je pense aussi, sans prétention aucune, avoir assez souvent indiqué des chemins pertinents pour la démocratie-chrétienne en France.

Je pense qu'avec 1.5% des voix, il est désormais acté que l'alliance avec la gauche est une impasse. C'est dans l'opposition que nous nous referons, même si je suis plus que dubitatif sur la pertinence d'accords avec l'UMP à l'heure actuelle. Je n'oublie pas toutes les âneries que ce parti aura voté sans états d'âme pendant toute l'ère Sarkozy.

Nos prochaines échéances, ce sont les européennes. Nous pouvons nous reconstruire, j'en suis convaincu, d'autant que les crises qui s'annoncent feront du devenir de l'Europe et de son mode de fonctionnement une question centrale.

Bayrou pourrait devenir un eurodéputé dans deux années à peine, à condition d'avoir restauré un programme et un parti. C'est possible avec ceux qui lui sont fidèles, mais il doit les écouter, désormais.

François Bayrou est un formidable porte-voix. La Dalle d'Épidaure, c'est lui ! Celle-là même dont il vantait les mérites acoustiques fin 2007 au plus fort du MoDem. Avec des idées fortes et construites, il est une caisse de résonance sans égale au centre.

Je sais qu'il faut digérer les législatives, mais je suggère de commencer très vite à réfléchir sur notre programme européen. Deux années, c'est court et les évènements risquent de se précipiter, notamment si la France doit faire face à des taux d'emprunt élevés parce que la politique économique de la gauche se sera soldée par un échec.

Entre-temps, notre industrie, nos services souvent, continuent de disparaître. Bayrou a compris qu'il y avait là un enjeu fondamental. Il faut aller plus loin encore : le souhait de réhabiliter les circuits courts et les productions locales devrait logiquement nous amener à reconsidérer et réinterpréter les traités européens en cours.

J'ai souvent disserté ici sur ce que j'appelais une concurrence libre et non-faussée, mais je crois sincèrement que ce concept demande une discussion approfondie, une réévaluation sémantique, même. Non que je sois hostile à ce principe libéral, bien au contraire, mais plutôt que je refuse de voir dans ce dernier l'autorisation sans frein ni limites de faire n'importe quoi dans le domaine commercial, particulièrement au détriment des consommateurs et usagers. J'attends que cette concurrence soitr associée à une transparence totale, faute de quoi, toutes les cartes ne sont pas sur table.

 Bref, au MoDem, ou toute appellation que nous choisissions par la suite, nous devons désormais tourner nos regards vers l'Europe. N'est-elle pas, au demeurant, dans notre code génétique ?

Bayrou peut conduire notre parti à la bataille, mais pour cela, je le redis, travaillons d'ores et déjà nos propositions (et jetons, au passage,  une bonne fois pour toutes à la poubelle ce fichu projet humaniste).

Je dois faire un aveu : je n'ai pas encore réadhéré au MoDem pour l'année 2012. Je ne cotiserai à nouveau que dès lors que je saurai où ce parti va. La seule chose sur laquelle je m'engage, c'est de continuer à soutenir Bayrou coûte que coûte car je lui conserve ma confiance.

23:25 Publié dans Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags : bayrou, europe, modem |  Facebook | | |

Commentaires

Arrêtons de faie les bisounours. Aux candidats sortis de nulle part le tapage ne fera rien. Il faut des candidats bien implantés et les municipales sont fait pour cela.

Écrit par : IDDEO | dimanche, 17 juin 2012

@IDDEO
Oui, mais ça, c'est une autre problématique que l'élection européenne et bien plus long à construire...

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 17 juin 2012

"J'ai souvent disserté ici sur ce que j'appelais une concurrence libre et non-faussée, mais je crois sincèrement que ce concept demande une discussion approfondie, une réévaluation sémantique, même. Non que je sois hostile à ce principe libéral, bien au contraire, mais plutôt que je refuse de voir dans ce dernier l'autorisation sans frein ni limites de faire n'importe quoi dans le domaine commercial, particulièrement au détriment des consommateurs et usagers."


Bon, on progresse ! Cela dit, je reconnais volontiers que vous professez ce point de vue depuis un moment déjà. Il faut juste arrêter de vous dire libéral...

Oui, je sais : je suis taquin.

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 17 juin 2012

Bonsoir Christian
Je prépare un billet sur le libéralisme en France qui va permettre de poser à plat cette question, justement...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 18 juin 2012

"François Bayrou est un formidable porte-voix. La Dalle d'Épidaure, c'est lui ! Celle-là même dont il vantait les mérites acoustiques fin 2007 au plus fort du MoDem. Avec des idées fortes et construites, il est une caisse de résonance sans égale au centre."

"La seule chose sur laquelle je m'engage, c'est de continuer à soutenir Bayrou coûte que coûte car je lui conserve ma confiance."

Même engagement ! Plus que jamais je reste de "son camp". Hervé Torchet a lui aussi écrit un magnifique billet sur ce bilan d'après législatives. Je vous recommande sa lecture.
http://jour-pour-jour.hautetfort.com/archive/2012/06/17/mon-camp.html

Et je fais malicieusement mais fermement mienne ta réflexion : "C'est possible avec ceux qui lui sont fidèles, mais il doit les écouter, désormais."

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 18 juin 2012

Condoleances pour le geronimo des centristes, et egalement aux mini geronimos qui ont mouille leurs chemises et leurs finances et esperaient une recolte meilleure.

"La seule chose sur laquelle je m'engage, c'est de continuer à soutenir Bayrou coûte que coûte car je lui conserve ma confiance."

Quels sont les criteres qui vous permettent d'accorder votre confiance a Bayrou? Ou plutot ou se situe la ligne jaune de la perte de confiance? Sans criteres ce n'est pas de la confiance mais de l'amour aveugle.

La question du liberalisme est effectivement une question centrale en politique: ou doit s'arreter la regulation de notre societe par son gouvernement? Aux USA il arrive que des senateurs votent contre une loi non parcequ'ils soient contre ses objectifs, mais parcequ'ils considerent que les lois ne doivent pas micro-manager. Quand je vois la regulation de taxis qui est tres chocante a paris, ou les lois pour limiter les licenciements (qui en fait sont des entraves contre les employeurs et les decouragent) ou pour securiser les locataires (qui dissuadent certains proprios de mettre leur bien en location) - je me dis que les lois sont souvent des balles tirees dans le pied des objectifs poursuivis, mais profitent a l'univers des parasites lobbyiste qui arrivent a profiter des faiblesses legisltives: marchands de sommeils, taxis ou autres en oligopoles, marchands d'espoir qui profitent du chomage, speculateurs fonciers qui ont des terrains a batir, ...

Écrit par : david thevenon | lundi, 18 juin 2012

Tout a fait d'accord Cesar, sur toute la ligne. Ou presque: l'opposition oui, mais tres clairement independante de la droite et ceux qui s'alignent pour quelques postes. Mais oui, 2014 se prepare aujourd'hui!

Écrit par : Olivier DesMotsCrates | lundi, 18 juin 2012

Je suis triste pour lui. Rhalala :(
Sinon, je partage ce billet dans son ensemble.

Écrit par : Martine | lundi, 18 juin 2012

Je ne comprends pourquoi tu invoques le mot "chrétien": c'est la pire impasse idéologique face au progrès, à la science, à la naturelle évolution des sociétés, montage de bric et de broc qui fait croire, par exemple, qu'il y a 9 classes d'anges et que l'un d'entre-eux est chargé de veiller particulièrement sur nous. Manifestement celui de Bayrou faisait grève ces derniers temps....

Écrit par : RPH | lundi, 18 juin 2012

Je suis très triste ce matin car le leader politique que je soutiens depuis 10 ans n'a plus aucun avenir et son parti est en cendre.

Pour ma part je suis allez à la pêche hier et je crains que cela ne ce reproduise..

J'ai eu des hauts le coeur en écoutant les politiques hier soir disserté sur leurs victoires ou défaites, prêt de 44% d'abstention à une élection majeure et tout le monde s'en moque, elle est belle notre démocratie!

Écrit par : Luc | lundi, 18 juin 2012

Je suis d'accord avec plusieurs points de ton billet, mais pas tous.

Je dirais (à l'instar de David T.) qu'il ne faut pas confondre confiance et inconditionnalité.

Et, surtout, que je ne pense pas une seconde qu'il va écouter ceux qui le méritent : il ne changera pas sur ce point-là. Donc tu n'es pas près de reprendre ta carte.

Écrit par : luciolebrune | lundi, 18 juin 2012

@RPH
Mais parce que la démocratie-chrétienne est un courant politique : ceci ne signifie pas que l'on soit nécessairement chrétien pour s'y retrouver. Tiens, par exemple, je suis agnostique tendance athée et pourtant, je me reconnais dans la démocratie-chrétienne.
Je suis d'accord que ce s....d d'ange-gardien a du se convertir au socialisme et du coup, fait grève depuis un moment :-)
@Luc
Tout n'est pas perdu.
@luciole
L'important, pour moi, c'est d'être sur la même longueur d'ondes. Je déteste faire les choses à reculons. Je pense, contrairement à toi, que les problèmes du MoDem ne viennent pas de François...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 18 juin 2012

@César : bien pour te dire le fond de ma pensée, je sais que les problèmes du MoDem ne viennent pas que de lui.

Beaucoup de responsables du MoDem, nationaux ou non, ont largement leur part, et même pour certains plus que lui, en fait je partage ton avis sur ce point précis.

Mais il est le leader : il aurait dû y mettre bon ordre.

Écrit par : luciolebrune | lundi, 18 juin 2012

"Mais il est le leader : il aurait dû y mettre bon ordre."
D'accord avec toi Isa et je sais que dorénavant il va le faire.

Hier, Robert Rochefort a comparé François Bayrou à un casque bleu entre la gauche et la droite... Et tout le monde a tiré sur le "casque bleu" ! Une image qui résume bien la réalité.
Rappelons-nous seulement ce qu'a provoqué l'élection du Cartel des Gauches le 11 mai 1924. François Hollande est-il conscient que l'hégémonie, surtout lorsqu'elle est arrivée par des promesses démagogiques, est un risque majeur ? Là est la grave question, très grave question. Depuis l'intervention ridicule de sa compagne je me le demande sérieusement.
Personnellement je compte sur les journalistes réellement intelligents pour donner l'alerte.

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 18 juin 2012

"'autorisation sans frein ni limites de faire n'importe quoi dans le domaine commercial, particulièrement au détriment des consommateurs et usagers. "

est ce que tu penses que le but d'une boite est de léser ou de tuer ses consommateurs ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 18 juin 2012

@Parisien
Non, je ne pense pas que cela soit son but, mais bon, je pense qu'elle cache très facilement les informations qui la dérangent.
La transparence me semble donc une nécessité absolue et il faut l'imposer par la loi.
C'est d'ailleurs le rôle d'un État-gendarme au sens libéral du terme...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 18 juin 2012

on est bien d'accord. Ce qu'il faut, c'est un systeme judiciaire qui fonctionne, et une opinion publique qui est réactive. La force des consommateurs, est que, tous ensemble, ils savent.

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 18 juin 2012

Ouh, Françoise, à ta place je ne prendrais pas les paris...

Écrit par : luciolebrune | lundi, 18 juin 2012

Bonjour à tous,

D'accord sur un point essentiel avec l'Hérétique : il faut repartir dès maintenant, et l'enjeu européen vaut qu'on se mobilise. Il faut une pré-campagne aussi bien conçue qu'en 2008-2009, mais, en plus, le courage d'aller plus loin au lieu de la tiédeur qui nous a empêchés, en 2009, de nous mettre clairement du côté des fédéralistes ! Nous avions, en GPE, travaillé sur l'avenir des institutions européennes, mais on nous avait intimé l'ordre de ne pas effrayer les Français et le mot "fédéral" avait été proscrit de la campagne. DCB, en l'utilisant, n'a pas fait fuir les électeurs ! Nous avions tort ! Quant à l'altercation qui nous a coûté cher, elle n'aurait pas eu lieu si au lieu d'aller sur le plateau, alors qu'il n'était pas candidat, FB avait envoyé Sylvie Goulard, certainement la meilleure pour ce genre de débat !

Pour ce qui est du Mouvement Démocrate, c'est vrai que François Bayrou n'a pas su écouter, ni déléguer... et sur ce point, il a de grands torts et d'énormes marges de progrès ! Il aurait pu, par exemple, s'appuyer sur l'expertise de certaines personnalités et éviter d'envoyer des gens peu sûrs sur les plateaux ; mais voilà, il ne supporte pas la contradiction et il décide, mais comme tout le monde, il peut se tromper !

Par ailleurs, de nombreux militants ont été découragés, et ceux qui restent ne sont pas toujours à la hauteur de la tâche (encore moins aujourd'hui qu'en 2008, évidemment puisqu'elle est plus difficile) ! On a vu des présidents départementaux ne pas rater une occasion de prouver, en petit comité, leur absence de loyauté envers François BAYROU et le Mouvement Démocrate, des querelles intestines et des coups tordus pour les têtes de listes aux régionales... Le résultat est évident, le MD a perdu une grosse partie de ses forces vives ! Dans la cacophonie des trois courants qui se sont dessinés (avec la droite, avec la gauche, indépendance), on a laissé la situation pourrir dans de nombreux départements où l'on a fermé les yeux sur les comportements d'élus (parfois sans aucun talent et sans aucune loyauté envers François BAYROU) qui ont eu l'avantage sur les militants (y compris les plus désintéressés et les moins attirés par le pouvoir). L'indépendance était la seule ligne pouvant rassembler les différents courants et les fédérer sur un projet. Aujourd'hui, le parti est réduit à pas grand chose et on est loin d'y faire de la politique autrement ! La formidable idée d'un parti DEMOCRATE a lamentablement échoué quand, par stratégie, on a reparlé du centre ! Le centre n'est qu'un appendice dans le paysage politique français bipolarisé et dogmatique. Il y avait un boulevard, mais il fallait éviter les références perpétuelles à la droite et à la gauche (ravivant au passage les éternelles querelles internes entre les potes du PS, ceux de l'UMP et les partisans de l'indépendance). Il s'agissait de construire une autre voie, de laisser de côté les "tristes" "centristes" pour dire aux Français qu'on pouvait faire de la politique de façon pragmatique.

Pour ma part, j'ai pris ma carte, j'ai trouvé important d'apporter mon soutien à F. Bayrou pour les présidentielles. Je le crois très au-dessus de la moyenne parce qu'il a une vision d'homme d'état, mais il n'est pas toujours capable de la montrer clairement, sans doute parce qu'il pense que cela peut détourner certains électeurs potentiels et qu'il louvoie sur certains sujets : on voit bien que le calcul est mauvais ! Je crois que cet homme est celui qu'il faut à un pays mal en point comme le nôtre, mais il n'a pas été capable de faire entendre ce qu'il avait à dire, la stratégie n'est pas son point fort !Il doit en tirer les conséquences et se remettre en selle avec l'objectif clair d'éviter une nouvelle chute. C'est possible, la gauche est déjà en train de commettre d'énormes erreurs qu'il nous faudra hélas payer cher : dépenses annoncées, manque de recul sur certains dossiers, attaques multiples contre Merkel dont la proposition de saut fédéral est la seule qui puisse sortir l'UE de l'ornière (la France aussi d'ailleurs)... Bref, beaucoup de sujets d'inquiétude ! Du grain à moudre pour une autre voie, démocrate et fédérale !

Une chose est sûre, je ne soutiendrai ni un appendice de la droite, ni un appendice de la gauche, je refuse donc la qualification "centriste" qui implique une appartenance au système bipolaire !

Écrit par : Marie THUREAU | lundi, 18 juin 2012

Le centre doit rechercher un leader qui rassemble et ne plus continuer avec un leader qui divise....FB est trop clivant pour rassembler, il a son fan club, point barre....

Écrit par : europium | lundi, 18 juin 2012

Ton analyse est tout à fait juste sur bien des points, Marie, mais j'ai bien peur qu'il ne change jamais d'attitude...

Le MoDem est moribond, il faudrait un miracle, je ne suis même pas sûre qu'en y mettant tous les moyens que tu viens de citer, on a arrivera à le ranimer, et je suis pratiquement sûre que les équipes en place feront obstacle, comme d'habitude, à ces moyens.

Le rôle d'un leader est de savoir gérer ses équipes, et là on ne peut pas dire que ce soit une qualité de Bayrou. Il n'est donc pas un leader. CQFD.

Écrit par : luciolebrune | lundi, 18 juin 2012

Il va falloir que les dirigeants du MoDem fassent leur auto-critique et prouvent que le MoDem est un parti démocratique.
Pourquoi avoir créé une étiquette politique (Centre Pour la France) à la sauvette? comme si le Modem devait avancer masqué.

Mais il y a plein d'espoir.
Bel hommage de JFK à Bayrou hier soir (France2 22h).
Puis FOG avoue que la situation était telle que le discours de vérité de Bayrou allait s'imposer désormais mais que les français n'étaient pas prêts à l'admettre jusqu'à présent.

Bayrou doit-il arrêter d'avoir un coup d'avance sur tout le monde? That's the question.
- thème de la dette publique en 2007 qui n'en finit plus d'éclater au grand jour
- thème anti-Sarkozy lors des Européennes de 2009 sur lequel Hollande a surfé en 2012
- thème du produire en France en 2012

Écrit par : Régis L. | lundi, 18 juin 2012

ce qui est arrivé à Bayrou depuis le 3 mai dernier est la réplique de ce qui est arrivé à Sarnez en 2008 à Paris : une ouverture naïve vers le PS qui se fout totalement du Centre.
ces derniers mois ont fini de me convaincre que le centre n'existera qu'au centre droit. et bayrou, fini, ne pourra plus porter le projet centriste.

Écrit par : centriste en vadrouille | lundi, 18 juin 2012

A centriste en vadrouille,

Vous illustrez EXACTEMENT ce dont est en train de crever le Mouvement Démocrate, la volonté de reconstruire un centre-droit, pendant d'une volonté de constitution d'un centre-gauche ! Vous reprochez à Bennhamias, Sarnez... ce que vous proposez de faire de votre côté avec la droite !

Vos ambitions sont loin, très loin de ce qui a amené à la création du Mouvement Démocrate ! Le projet centriste serait donc, selon vous, de soutenir la droite qui flirte avec l'extrême-droite ! Beau projet, servile à souhait, dont la seule ambition est de récupérer des miettes de pouvoir pour des petits esprits prêts à s'asseoir sur leurs convictions pourvu qu'ils puissent participer à notre république monarchique ! Même remarque pour ceux qui font des oeillades appuyées au PS dont les premières erreurs sont assez graves pour que nous ne puissions pas les soutenir !

Tiens, et si nous fondions l'ADLF : l'Alliance des Démocrate et Libéraux Fédéralistes ! :-)

Écrit par : Marie Thureau | lundi, 18 juin 2012

il ne s'agit pas de soutenir la droite. Regardez juste comment Folliot a été élu, face au PS et à l'UMP ! Et que Lassalle, tout en restant lui meme, a été soutenu au 2e tour par l'UMP.
Pour peser il faut des élus, l'indépendance comme seul objectif politique n'a pas de sens. Et seule la droite est ouverte à une discussion avec le Centre. La gauche en reste aux écolos et à l'extrème gauche (qui sont d'ailleurs assez proches).
Bayrou en 10 ans a été jusqu'au bout de la logique bipolaire et d'indépendance. Et c'est l'absence du centre droit qui a conduit à la droitisation de l'UMP, pas le contraire.

Écrit par : centriste en vadrouille | lundi, 18 juin 2012

Avec Sarkozy au pouvoir, Bayrou avait un boulevard, qu'il a commencé à raboter en insultant CCohn Bendit aux européennes, puis en s'entetant dans un "entre deux" très flou.
En choisissant Hollande, les électeurs n'ont pas renié la droite, ils ont renié la bande des Copé, Guéant, Guaino Estrosi et compagnie. On voit bien qu'ils plébiscitent des personnes comme Fillon ou Villepin qui incarnent une forme d'engagement assez noble.
Dans ce contexte, BAyrou en étant habile et en écoutant un peu les gens qui sont revenus, avec un positionnement centre/centre droit, et un vote blanc au 2nd tour aurait vraiment pu rafler la mise.
Moi, franchement, je suis dégouté de cet homme !

Écrit par : centriste en vadrouille | lundi, 18 juin 2012

centriste en vadrouille a raison, , BAyrou avec un positionnement centre/centre droit, et un vote blanc au 2nd tour aurait vraiment pu rafler la mise.

Pourquoi a t il dit qu'il voterait Flamby au 2nd tour au lieu de ne rien dire ?
Comment a t il pu voter pour ce type, sans idées originales ni plan de retour à l'équilibre budgetaire ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 18 juin 2012

Marie Thureau, votre reflexion semble avancée, n'hésitez pas à vous rapprocher du Parti Libéral Démocrate !

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 18 juin 2012

Beaucoup d'espoir en lisant les commentaires ci dessus. Les militants du Modem réalisent que les socialistes sont ce qu'ils sont.

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 18 juin 2012

Pour ma part, depuis le 2nd tour des municipales à Paris, je n'ai pas de doute sur le fait que le PS ne veut pas du centre.
courir derrière cette chimère est un leurre (oui, c'est un peu redondant)
et comme il n'a pas d'élu bayrou reste l'éternel observateur qui distribue bons et mauvais points. un peu léger !

Écrit par : centriste en vadrouille | lundi, 18 juin 2012

@Marie Thureau,
Vous devriez lire le commentaire de Voltaire sur le billet suivant. :)
Car, pour autant que je me souvienne, vot' chouchoute, défendait bec et ongles dans la presse allemande sous NS les eurobonds...Voyez? Pas sympa à l'époque avec Angela, plutot virulente.
Vous pouvez aussi y lire le mien.
Effectivement, Mme Merckel appelle a plus de fédéralisme, à croire qu'elle a lu le discours de FBayrou à Strasbourg lors des présidentielles!
Sinon, si j'en crois le Figaro elle parle de "n'importe quoi" aussi...Croyez-vous qu'elle copieuheuh?!! ;o)))

Écrit par : Martine | lundi, 18 juin 2012

@MarieT
Oups...Les suivants ou en l'occurence le second.
Bonne soirée :o)

Écrit par : Martine | lundi, 18 juin 2012

retour aux sources

je reviens après ces quatre scrutins à ce blog des départs qui m'a parfois énervé mais qui ouvre quand même des portes pour l'avenir...
Moi aussi je continue à faire confiance à Bayrou et en son analyse : c'est à lui de chercher son chemin dans la sérénité du devoir accompli
à nous, les vrais hommes d'un autre centre de construire les débats de demain (plus que les programmes sans lendemain). Il nous faut un PSU du centre qui allie liberté des débats et volonté de servir sans se servir de la politique. Ce que nous n'avons pas su faire avec ou sans bayrou, à côté de lui de toute façon, en 2007 il nous reste une possibilité de le créer aujourd'hui ... il faut une volonté de rencontrer , de débattre et de construire nos valeurs et leurs traductions dans la vie réelle. Il faut préparer à long terme les échéances électorales en privilégiant d'abord les idées et la recherche de nouveaux talents. Car dans le combat électoral, il n'est plus temps de débattre, il faut seulement se mettre gratuitement au service des candidats. En ne se réveillant qu'en période électorale on mêle les deux tempos : la critique constructive de nos choix et le combat pour les faire valoir... cette contradiction nous tue!
Quant à savoir si nous sommes de droite ou de gauche je veux continuer à me battre pour être ailleurs c'est à dire pour faire une autre politique autrement.. la scène électorale close nous allons retourner à la vraie vie : et la seule façon de vaicre nos défis sera surtout de se mettre tous autour de la même table... l'affrontement des blocs est un fait mais résumer la politique en un affrontement irréductible fondé d'abord sur les données sociologiques me semble la négation de la liberté, de l'égalité et de la fraternité...
si nous pouvions dès aujourd'hui préparer les européennes et les municipales dans cet état d'esprit la traversée du désert pourrait rester la route de ceux qui voient plus loin.
èsd
e a

Écrit par : papy5951 | lundi, 18 juin 2012

@Martine,

Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas critiquer Merkel quand elle traîne les pieds alors qu'il faut prendre rapidement des mesures pour d'enrayer la crise, mais remarquer que c'est elle qui a raison quand elle propose d'aller plus loin dans la construction européenne ! N'étant pas adepte d'une secte adoratrice de la chancelière, je m'accorde l'autorisation de dire ce que je veux !

Angela Merkel n'a jamais été une fervente partisane des eurobonds dans les conditions actuelles, vous pouvez retrouver les articles de 2011 sur le sujet dans la presse française et européenne sur Internet ! C'est très clair !

Quant au discours de Strasbourg, si vous pensez que les Allemands ont des leçons à recevoir en matière de fédéralisme, vous avez loupé au moins deux épisodes ratés de la construction européenne... parce que c'est la troisième fois que l'Allemagne propose à la France de faire le saut fédéral... et la troisième fois que nos stupides Jacobins refusent ! Et si vous voulez des références françaises, pensez aux Mémoires de Monnet, dans lesquelles il dit clairement que la seconde étape, après le marché commun, est l'étape fédérale ! Bonne soirée !

Écrit par : Marie Thureau | lundi, 18 juin 2012

@Parisien libéral,

Je prends note, merci pour la proposition ! :-)

Écrit par : Marie Thureau | lundi, 18 juin 2012

@Parisien libéral,

Je prends note, merci pour la proposition ! :-)

Écrit par : Marie Thureau | lundi, 18 juin 2012

@MarieT,
Jolie pirouette. :o))
Vous me faites bien loller, et ne dois pas etre la seule, bons nombre de lecteurs sachants de ce blog doivent etre aussi explosés de rires.

Écrit par : Martine | lundi, 18 juin 2012

@Martine, ne vous gênez surtout pas, c'est très bon pour la santé ! Et si vous ne savez pas quoi lire cet été, je vous recommande les Mémoires, vraiment !!!! :-)

Écrit par : Marie Thureau | lundi, 18 juin 2012

J'ai très bonne mémoire :)
@L' héré,
Vous devriez suggérer à FBayrou d'etre candidat dans la région Bretagne pour les prochaines élections européennes avec charge à Mme Goulard à titre de retour d'ascenceur qu'il soit élu.
;)

Écrit par : Martine | lundi, 18 juin 2012

ptdr !!!

Écrit par : luciolebrune | lundi, 18 juin 2012

@ Marie

Ne vous fatiguez pas : la foldingue ne sait même pas qui est Jean Monnet. Elle doit croire qu'il s'agit d'un peintre impressionniste. Et encore...

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 19 juin 2012

Ce que j'aime bien quand je viens sur ce blog, c'est que la plupart du temps, les billets sont le reflet de mes opinions. J'approuve votre aveu de ne pas ré-adhérer au MoDem, parce que j'ai fait la même chose pour les mêmes raisons.

Et j'ajoute en plus, qu'il est hors de question dorénavant que je vote pour un candidat qui prétend "voter quand ça ira dans le bon sens, s'opposer quand ça ne va pas dans le bon sens". Cette pensée "bisounours" d'une vacuité incroyable est intolérable. C'est pourtant la position que défendait le député MoDem de ma circonscription, mais aussi De Sarnez et Bayrou dans les médias. C'est évident qu'on préférerait avoir du contenu, comme par exemple : soutien ou non pour les hausses d’impôts, soutien ou non pour le vote des étrangers, etc.

Écrit par : MaxF | mardi, 19 juin 2012

Poov' Christian,
Vous me faites bien loller vous aussi.
C'est dommage, de ne pas avoir accès sur le web aux arbres généa, ni à savoir si toujours liens ou pas, en l'occurence le cas et puis la famille va s'élargir en septembre un lien à y voir quand à mes dépots de liens onusiens? Très franchement je compatis à votre peine. :o))

Écrit par : Martine | mardi, 19 juin 2012

@Marie Thureau

Le parti fédéraliste ne te convient pas ?

Écrit par : AG59 | mardi, 19 juin 2012

J'ai adhéré au Mouvement Démocrate et soutenu François BAYROU, ce que globalement je ne regrette pas, même si je déplore les erreurs commises. Je ne changerai que si les orientations de ce parti évoluent au point de devenir incompatibles avec mes convictions.

Écrit par : Marie Thureau | mardi, 19 juin 2012

Oui, oui, je te posais la question si le mouvement Démocrate disparaissait ou partait dans une orientation que tu souhaitais pas ^^

Écrit par : AG59 | mardi, 19 juin 2012

@Max F
Exactement. C'est cela qui a manqué et très largement.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 19 juin 2012

@Max F et César : il est vrai que même là, on restait dans le vague sans citer d'items concrets... comme pour le programme, un assemblage de valeurs certes humanistes pour la plupart, mais certaines si consensuelles que c'était de l'enfonçage de portes ouvertes, et même au moins une fois, j'ai entendu une proposition concrète qui allait à contre-courant de cette pensée humaniste.

Oui, l'électeur veut des réponses aux questions qu'il se pose.

Le bon score de MLP s'explique aussi par cela : même si elles sont démagogiques, populistes, mensongères, ces propositions concrètes existaient chez elle.

Des propositions concrètes aussi chez le PS, et il a remporté les élections. Aussi, en moindre mesure, chez l'UMP, arrivé 2e.

(Je ne parle pas de leur bien-fondé, elles avaient au moins le mérite d'exister : ne cherchez pas plus loin pourquoi il y a 3 grands partis en France et les autres qui se partagent les miettes, même si la représentation est bi-polaire).

Ajoutez à cela une communication DÉSASTREUSE et INDÉFENDABLE, le Principe de Peter plus en exergue au MoDem que chez n'importe quel autre parti politique et vous avez les causes de la maladie.

Le problème pour le MoDem est qu'il n'aura jamais le courage d'appliquer les remèdes.

Et sa maladie est mortelle.

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 juin 2012

V'la la simplette qui parle d'arbres, maintenant. Sans doute qu'avec le retour des beaux jours, elle va remonter dans le sien. Et sa famille qui va s'agrandir, paraît-il... Tant mieux : ce serait dommage pour la science qu'un phénomène pareil disparaisse avant qu'on ait fini de l'étudier !

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 19 juin 2012

Les commentaires sont fermés.