Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ce n'est qu'un au revoir, François ! | Page d'accueil | Un rassemblement centriste ? Peut-être, mais sur la base des idées d'abord ! »

lundi, 18 juin 2012

Et pourtant l'électorat de centre-droit existe !

Il y a tout de même un truc qui me scie, après cette présidentielle et ces législatives, c'est que lorsque les sondeurs testaient il y a un an Bayrou, Borloo et Villepin en même temps, on arrivait à un score de 20% de l'électorat.

Il y a donc bien un espace qui existe, mais personne ne parvient à en profiter. Au passage, sans centre-droit unifié, je vois mal l'UMP revenir au pouvoir. Il y a certes une usure, mais à l'UMP, on doit comprendre que ce n'est pas un hasard si TOUTES les élections ont été perdues depuis la création d'un parti unique de la droite ! Le Sénat pour la première fois à gauche depuis quasiment sa création ! Toutes les régions, toutes les grandes villes ou presque, la plupart des départements, et maintenant la présidence et l'assemblée.

Le comble de l'histoire, c'est que je ne vois pas un seul mec ou une seule nana de droite se poser des questions. C'est tout de même la création de l'UMP qui a entraîné la dissidence de Bayrou puis son évolution vers un positionnement radicalement indépendant.

Ils ne sont pas près de revenir au pouvoir, les gens de l'UMP. On est parti pour dix ans de gauche, sauf à ce que la crise vienne mettre tout le monde d'accord.

Le problème, c'est qu'au centre-droit, on n'est pas près de fédérer non plus. 

09:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : centre-droit |  Facebook | | |

Commentaires

Est ce que l'objectif, c'est que l'UMP arrive au pouvoir, ou plutot que les centristes, libéraux démocrates, arrivent au pouvoir, éventuellement supplées par l'UMP ? :-)

Sinon, spécifiquement sur Bayrou, helas, son tropisme gauchiste semblait, au delà de l'anti sarkozysme, inscrit dans les gènes de son action entre 1993 et 1995 à l'EN ...

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 18 juin 2012

C'est peut-être une nouvelle génération des femmes, type NKM, qui pourra mettre les centristes d'accord. Borloo, Bayrou, Morin ne se cederont jamais de terrain.

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 18 juin 2012

@Parisien
Franchement, je ne pense pas qu'il ait un tropisme de gauche.
NKM ? On verra.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 18 juin 2012

"Il y a certes une usure, mais à l'UMP, on doit comprendre que ce n'est pas un hasard si TOUTES les élections ont été perdues depuis la création d'un parti unique de la droite !"

A part la présidentielle et les législatives de 2007, et les européennes de 2009 ?

L'erreur historique de Bayrou, c'est de ne pas avoir participé à la création de l'UMP en 2002. Le centre droit aurait eu une autre allure à cette heure-ci s'il avait décidé de s'impliquer. Mais désormais, il n'en fait même plus partie.

Écrit par : xerbias | lundi, 18 juin 2012

L'Hérétique a écrit:
"Le problème, c'est qu'au centre-droit, on n'est pas près de fédérer non plus. "

là est toute la question.... Le non choix de Bayrou EN 2007 a contribué a la division de L'UDF en la scindant en deux parties.

L'UDF était une marque, deux sous marques l'ont remplacée ce qui a déstabilisé l'électorat centriste.....on ne construit des partis dans la défaite, mais on peut créer une nouvelle entité de rassemblement lorsque l'on gagne, cf l'UMP....

en 2007 FB a fait une bonne campagne, il a échoué, il aurait dû revenir à la logique des institutions pour les législatives c'est a dire a la logique des alliances....c'est nul mais c'est une chose que l'on ne peut pas combattre....ce sont les institutions qui donnent le "la" sauf pour la présidentielle..... on débat des idées lors de la présidentielle puis après pour les autres élections on donne d'abord une majorité au président, puis on sanctionne ou pas ce président lors des autres élections intermédiaires....le MODEM a rejeté cette logique d'ou le quasi décès de ce parti....

le centre a de bonnes idées, c'est une boite a idée, qui sont reprises par les autres ensuite, mais est nul en terme de stratégie électorale pour prendre le pouvoir...

FB commence a avoir une image de looser, il est temps qu'un autre leader centriste émerge....

Écrit par : europium | lundi, 18 juin 2012

Dix ans de gauche ? Ca ne risque pas (et tant mieux d'ailleurs - même si l'alternative n'est pas réjouissante). Hollande n'a fait que gagner un referendum anti-Sarkozy, et de justesse. On pourrait dire que les jeux sont très ouverts 2017... mais en fait c'est l'inverse. Lorsque le PS va décevoir (soit parce qu'il applique son programme, avec les conséquences désastreuses que l'on sait ; soit parce qu'il ne l'applique pas, ce qui n'exclut d'ailleurs pas d'autres formes de désastres), une partie de son électorat va soit s'abstenir soit gonfler les rangs de la protestation... Un boulevard s'ouvre pour le duo JFC-MLP, la seule question est de savoir lequel des deux aura la main sur ce camp majoritaire... Cf. le petit livre de JF Kahn sorti récemment

Écrit par : florent | lundi, 18 juin 2012

@ florent :

"Dix ans de gauche ? Ca ne risque pas (et tant mieux d'ailleurs - même si l'alternative n'est pas réjouissante). Hollande n'a fait que gagner un referendum anti-Sarkozy, et de justesse."

La gauche a la présidence, l'assemblée et le sénat, il te faut quoi de plus ?

Ce qui a mis l'UMP hors jeux c'est les 5 ans de chasse aux électeurs FN qui viennent de s'écouler. Ils y ont perdu une certaine image de la droite française : laïque, humaniste etc ...
Là ça a été petits gestes sur petits gestes avec la même mauvaise fois quand à leurs objectifs. En est la preuve la popularité de Juppé qui a sommes toute su se tenir loin de tout ça, et la quasi disparition des sbires sarkozystes en la matière.
A mon humble avis Fillon et surtout Copé ferait mieux de passer leur tour pour la présidence de l'UMP, pour l'avenir même de leur parti.

Écrit par : skunker | lundi, 18 juin 2012

C'est (heureusement) très provisoire. Ils n'ont tout ça que grâce au rejet de Sarkozy qui a conduit une partie de l'électorat à s'abstenir ou à voter socialiste (ou à voter blanc, à un niveau considérable de 5,8% au second tour soit bien plus qu'en 2002 avec pourtant l'affiche que l'on sait!). Mais la gauche est très loin d'être majoritaire et va vite.
La chasse au FN a justement permis à Sarkozy de réduire considérablement l'écart avec Hollande et d'éviter l'humiliation d'un 45% ou moins. Elle lui a certes retiré une frange de l'électorat modéré mais rapporté bien plus aux extrêmes. Sinon comment expliquer qu'il soit remonté si haut malgré son impopularité record ? Bon je mentionne ce dernier aspect parce que vous y attachez de l'importance, mais selon moi la popularité n'a aucune valeur électorale, un certain béarnais est bien placé pour le savoir...

Écrit par : florent | lundi, 18 juin 2012

L'électorat de centre-droit existAIT, absorbé par l'UMP pour une partie et désintégré par Bayrou pour l'autre...

Écrit par : luciolebrune | mardi, 19 juin 2012

Les commentaires sont fermés.