Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Que reste-t-il des protagonistes de 2007 ? | Page d'accueil | Contrôle continu au bac = examen à l'entrée en fac »

jeudi, 14 juin 2012

Rythmes scolaires et mensonges

Il rue dans les brancards, Docteur Peillon : il frétille d'aise à la perspective de se livrer à toutes sortes de pédagogolâtries aussi diverses que variées.

Quand Docteur Peillon se lance dans de grandes envolées lyriques sur le temps scolaire de sa jeunesse, il est prudent de vérifier ce qu'a en tête Mister Vincent. Ainsi, Peillon assure que de son temps, on étudiait les week-ends et que l'année scolaire était plus longue.

Rien n'est plus faux et en voici la preuve : le Ministère de l'Éducation Nationale a eu la riche idée de donner accès à tous les calendriers scolaires depuis l'année 1960. Eh bien regardons donc l'année 1960 ! L'école finissait cette année-là le 28 juin. Pour l'année en cours, elle s'achève le 05 juillet. Les écoliers reprenaient le 16 septembre mais le 05 septembre pour l'année 2011-2012 (02 septembre pour les enseignants). Différentiel ? presque 3 semaines de vacances d'été en moins. Ce sont ces vacances-là toujours davantage rognées que Docteur Peillon veut abréger encore plus. Entre-temps, en revanche, les vacances intermédiaires ont enflé à mesure de l'amincissement des vacances d'été. 

Je ne pense pas que Mister Vincent soit d'un âge canonique, on doit avoir une dizaine d'années de différence à peu de choses près : d'autant que je me souvienne de mon école, j'ai toujours connu le week-end. Docteur Peillon assure pourtant qu'on travaillait la samedi après-midi. Pour ma part, c'était repos le mercredi et école le samedi matin.

Mais Mister Vincent parle peut-être d'un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître...

Quoi qu'il en soit, les rythmes scolaires ont évolué considérablement depuis cette époque sans que jamais n'apparaissent significativement des gains en termes de perfomances à l'école.

En revanche, ce qui a inflationné sous l'effet des prémices du pédagogisme, ce sont les disciplines d'éveil de toutes sortes et puis bien sûr, la masse apprenante . L'école s'est démocratisée : elle est devenue pour tous, mais elle est restée unique, ou presque. Aucun socialiste (et encore moins chez les Populaires) ne veut admettre de commencer à réfléchir sur cette donnée fondamentale : le principe marxiste immuable de l'éducabilité universelle continue de faire force de loi au mépris des développements de chaque individu.

Rien ne semble venir à bout de la frénésie réformatrice de notre sémillant Docteur Peillon. Enfin...presque : je sens qu'Ayrault commence à s'agacer quelque peu. Il vient de le recadrer une fois de plus sur les vacances de la Toussaint que notre apprenti ministre entendait allonger unilatéralement (personne n'avait été consulté à l'exception d'un quarteron de chronobiologistes en mal de reconnaissance). Au passage, toute la presse a titré bêtement que Peillon allongeait les vacances de quatre jours. Encore une peillonerie : les cours devaient reprendre le jeudi 08 novembre. En réalité, ce sont les jeudi 08 et vendredi 09 que Mister Vincent s'apprêtait à donner généreusement aux écoliers de France et de Navarre (attendons le second round, au passage, car il est évident qu'il allait certainement les reprendre ailleurs par la suite...). Le 10 et le 11 étant un samedi et un dimanche, ils ne sont pas ouvrés. Comme j'ai étudié l'algèbre à l'école, je sais encore compter. Total, deux jours supplémentaires ni plus ni moins.

Pour ceux qui doutaient du retour des années Jospin et de toutes ses dérives démagogiques il suffit de voir les pédagogols de tout ordre se pâmer de satisfaction : on met l'enfant au centre. Si c'était pour voter Bayrou, why not, mais là, en fait, c'est juste pour servir de faire-valoir à nos experts ès pédagogolâtrie patentés.

 

23:20 Publié dans Education, Politique | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : peillon, rythmes scolaires | |  Facebook | | | |

Commentaires

Fin des cours le 5 juillet, vraiment? Ca c'est ce que dit le calendrier officiel de l'Education Nationale. Et dans la pratique?!

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 15 juin 2012

"Je ne pense pas que Mister Vincent soit d'un âge canonique". L'âge canonique, ça démarre à partir de 40 ans. Donc Peillon est d'âge canonique....

Écrit par : RPH | vendredi, 15 juin 2012

Comment on peut espérer influer sur l'éducation avec des histoires d'emploi du temps ?
C'est clair que c'est pas ça qui empêchera des enfants d'arriver au collège illettrés ...

Écrit par : skunker | vendredi, 15 juin 2012

Je pense que là où on va avoir droit à de belles bagarres, c'est quand on va parler de l'éventuelle suppression du redoublement.

Après, on évoquera la suppression des notes.

Et puis on officialisera l'interdiction des devoirs à la maison au delà du collège.

Comme disait Souchon, "ça nous prépare une belle pagaille".

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 15 juin 2012

@JF
Dans la pratique, c'est bien fin des cours de le 05 juillet. L'année dernière, mes deux aînés ont fini la 04 juillet, cette année, mon second finit le 05 juillet au soir.
Le premier, en collège, finit le 26 juin, mais manifestement, ses enseignants restent au collège jusqu'au 5 pour corriger des examens et préparer leur rentrée.
Donc dans la pratique, je confirme...
@slunker
C'est évident.
@Christian
Bon, je pense que vous avez bien résumé les lignes directrices de l'actuel projet socialiste...
@RPH
Ah bon, on ne peut pas être canonisé avant ?

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 15 juin 2012

@ L'Héré

Tiens, je fais un peu de hors-sujet mais j'ai un cadeau pour vous. Vous trouverez ci-dessous un lien vers un article illustré d'une photo montrant M. Marchais, secrétaire général du PCF dans les années 70-80. Derrière lui, sur la photo, vous verrez une affiche éditée et largement diffusée par le PCF de l'époque (1980, donc). Je suis sûr que ça va vous plaire...

http://24heuresactu.com/2012/02/21/quand-le-pcf-mettait-en-garde-contre-limmigration-massive/

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 15 juin 2012

Sinon, "âge canonique" n'a rien à voir avec le fait d'être (ou non) canonisé. Ce terme désigne l'âge à partir duquel une femme pouvait sans "risque" devenir la servante d'un ecclésiastique, et y était donc autorisée par l'Eglise.

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 15 juin 2012

@Christian
Oh, je connais bien l'histoire du PCF à ce sujet. Il s'est effondré à dater du jour où il s'est aligné sur l'internationalisme du PS.
Le problème, c'est qu'aujourd'hui, quand on dit ça, on est accusé de faire le jeu du FN...
Je ne le savais pas pour "âge canonique". Voilà, aujourd'hui, je suis plus savant :-)

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 15 juin 2012

@ L'Héré

Ne vous fiez pas au titre du lien. Ce n'est pas ça l'intéressant, en l'occurrence. Vous êtes allé voir ?

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 15 juin 2012

Bonjour,

En 1960, la semaine scolaire durait 5 jours pleins (fin le samedi en fin d'après-midi) et une seule journée de congé, le jeudi (il existe une chanson qui en parle très bien). Je me souviens de l'octroi du samedi après-midi (je devais être en CE2 ou CM1) puis du passage au mercredi comme journée de césure dans la semaine. Ca relativise un peu les trois semaines de vacances d'été supplémentaires de l'époque (les vacances intermédiaires étant plus courtes que maintenant).
Ceci dit, j'ai bien peur que les thuriféraires du "référentiel bondissant" soient de retour (si tant est qu'ils soient partis un jour). Il n'en reste pas moins que la seule chose qui compte, c'est que les bobos puissent partir en WE le vendredi soir et puissent aller aux sports d'hiver en février. Quant à la "Fabrique de crétins", pour reprendre le mot de JP Brighelli, on peut être rassuré, elle fonctionne à plein régime.

Bonne journée

Écrit par : H. | vendredi, 15 juin 2012

@ l'Hérétique
Je n'ai pas tout compris dans ta façon de raisonner...
Ton billet parle du calendrier scolaire des élèves, le site de l'Education Nationale http://www.education.gouv.fr/pid25058/le-calendrier-scolaire.html annonce une fin des cours le 5 juillet et hors primaire tu nous dis que c'est le calendrier des enseignants qui s'arrête le 5 juillet.
Mais tout est logique puisqu'un collégien arrête les cours le 26 juin...
J'ajouterais même que dans certaines filières style STAV, des premières se sont arrêtées juste après le BAC de Français (pas d'oral de Français en STAV) dès le 7 ou 8 juin.

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 15 juin 2012

Salut JF
Eh bien au collège, les élève partent le 26 juin mais les enseignants travaillent jusqu'au 05 juillet.
En primaire, les uns et les autres travaillent jusqu'au 05 juillet.
Toutefois, un enseignant m'a dit qu'on lui avait rappelé récemment dans une circulaire qu'il devait se tenir à disposition de l'EN jusqu'au 11 juillet.
Pas toujours très claire l'EN...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 15 juin 2012

@H
En tout cas, je n'ai jamais connu cette organisation de l'école et mes souvenirs remontent vraiment à ma plus petite enfance : j'ai toujours en mémoire le mercredi.
J'ai toujours adoré le référentiel bondissant :-)))
Incroyable d'inventer un truc pareil :-)

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 15 juin 2012

@H
ça me donne une idée, tenez : comme mon fiston vient d'avoir un cours de référentiel bondissant en sport, aujourd'hui... :-)

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 15 juin 2012

Restons mesurés : je crois que le "référentiel bondissant" est à mi-chemin entre la blague devenue classique et la légende urbaine. A mon avis, aucun texte de pédagogol n'a jamais vraiment employé cette expression. C'est juste une caricature bien trouvé qui est devenue une référence.

Par contre, la formule "outil scripteur" pour désigner un crayon, un stylo ou un feutre m'a toujours un peu hérissé le poil...

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 15 juin 2012

Allez, deux petits cadeaux.

D'abord un procès à décharge :
http://education.blog.lemonde.fr/2008/03/31/le-referentiel-bondissant%E2%80%A6-et-surtout-medisant/

et ensuite un réquisitoire assez réussi :
http://blog.legardemots.fr/post/2007/01/14/Referentiel-bondissant

Bonnes lectures !

Écrit par : Ch. Romain | vendredi, 15 juin 2012

Bonsoir,

Pour la référence au jeudi, c'est là: http://www.youtube.com/watch?v=j4fzXItXG0M

Par ailleurs, je sors d'un jury d'accès à une bonne école de commerce (Bac+2 à Bac+3). Je fais mien les conclusions de ce rapport: http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120613.AFP9259/les-candidats-a-l-ena-juges-trop-uniformes-et-sans-originalite-rapport-du-jury.html. La pensée unique frappe très fort.

Bonne soirée.

Écrit par : H. | vendredi, 15 juin 2012

Si je comprends bien, il y a donc confusion totale entre calendrier des enseignants et calendrier des élèves (voir mes commentaires précédents).

Je n'ai rien contre les enseignants, rien contre les parents d'élèves, rien contre les élèves, rien non plus contre l'industrie du tourisme.

Mais je crois que si on veut discuter sérieusement, il faut discuter sur la base de chiffres un minimum "sérieux", c'est à dire ni ceux annoncés par l'E.N, ni ceux mis en avant par des corporatismes quels qu'ils soient.

Écrit par : JF le démocrate | samedi, 16 juin 2012

Moaa, j'aimerais bien savoir, le fin mot de l'histoire du départ de M.Descoing à NYC^^^.

Écrit par : Martine | samedi, 16 juin 2012

Comme le lien indiqué par H. ne fonctionne pas, je me permets de le remettre. Je crois qu'il y a un point à la fin de trop... ;-)
http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120613.AFP9259/les-candidats-a-l-ena-juges-trop-uniformes-et-sans-originalite-rapport-du-jury.html
Parce que ce rapport est en effet extrêmement intéressant !
En particulier cette remarque à laquelle j'adhère :
"Les candidats doivent être conscients que si l'originalité n'est pas une qualité en soi et ne doit pas être recherchée par principe, elle est bienvenue lorsqu'elle traduit simplement une forme de sincérité, de capacité à raisonner par soi-même et de curiosité disponible."

Écrit par : Françoise Boulanger | samedi, 16 juin 2012

J'aime bien les expressions utilisées par l'Hérétique : "pedagogos ,pédagogolâtries" .A l'Education Nationale , le problème est bien là : tant que l'on continuera à mettre l'élève au centre à la place de la transmission des savoirs , tant que l'on prétendra qu'enseigner c'est notamment être ludique (ce qui n'interdit pas de l'être de temps à autre)...., il n'y aura pas d'issue à ce que notre école redevienne l'une des meilleures du monde.
Du nouveau ministre de l'Education Nationale , je crains qu'il soit dans la ligne de l'école Jospin-Allègre , autrement dit , il n'y a pas grand chose , hélas, à en attendre .

Écrit par : Daniel54 | samedi, 16 juin 2012

@Daniel
:-)
D'autant qu'au fond, c'est un faux débat. Le problème de fond, c'est la transmission du goût pour le savoir.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 17 juin 2012

@L'Hérétique : Tout en sachant que c'est en apprenant et suite aux satisfactions personnelles qui en découlent, que l'on a envie d'apprendre davantage.Il ne faut pas pour autant que l'on nous bassine avec toutes ces salades qui consistent à apprendre à apprendre...

Écrit par : Daniel54 | dimanche, 17 juin 2012

@Daniel
tssss : apprendre à apprendre à l'apprenant, s'il vous plaît :-)

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 17 juin 2012

@l'Hérétique :Chez les pédagos ,un enseignant doit apprendre aux élèves à apprendre...... (voyez les théories fumeuses des sciences de l'Education)!Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué -) .

Écrit par : Daniel54 | dimanche, 17 juin 2012

Écrire un commentaire