Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un piou-piou déterminé à sauver usine et made in France | Page d'accueil | Table à induction française : des distributeurs pas clairs... »

vendredi, 01 juin 2012

La terrifiante illusion socialiste

Il n'est pas un jour qui passe qui ne révèle que François Bayrou a averti à juste titre les Français de ce qui attend la France. Jean Quatremer qui ouvre l'oeil et le bon a mis la main sur un rapport de la Commission Européenne qui nous prophétise l'Enfer.

TOUS les voyants sont au rouge et les Socialistes veulent l'ignorer. Au moment où il faudrait restaurer la compétitivité de nos entreprises qui a subi un crash brutal en 5 ans, les Socialistes font exactement l'inverse de la politique qu'il faudrait mener : ils augmentent le SMIG, veulent rendre les licenciements plus difficiles, accroissent la dépense publique et reviennent sur une réforme des retraites qui n'est pourtant pas financée.

Les Socialistes, Hollande, Ayrault mentent aux Français et les Français les croient. Bayrou dit souvent que nous vivons la pire crise depuis la fin de la guerre. Moi, quand je pense à la France, je vois Troie. Un rêve avait averti Hécube que son fils Pâris provoquerait la perte de la cité et pourtant, Priam et elle l'ont accueilli comme le fils prodigue quand il est revenu dans sa ville natale. Cassandre leur fille n'a cessé de mettre en garde les Troyens jusqu'au dernier moment contre les projets des Grecs. En vain. Laocoôn, le prêtre d'Apollon avait pressenti que le cheval de Troie n'était pas une idole mais un piège : nul ne l'a écouté et il est mort enserré dans les anneaux d'un monstre marin. Troie a péri dans les flammes.

Et nous Français, nous traitons François Bayrou comme Troie a traité Cassandre. On le moque, on ne veut pas entendre la vérité qui sort de sa bouche, pas plus, sans doute, que les Grecs, les Espagnols, les Irlandais, les Portugais, les Anglais n'ont voulu écouter les esprits éclairés qui leur prédisaient les catastrophes économiques à venir.

La presse de gauche (mais n'est-ce pas un pléonasme, au fond) encense Hollande et Ayrault alors même qu'ils n'agissent pas et que les annonces qu'ils font nous mènent dans le mur.

Dans le Béarn, on s'apprête à renvoyer l'homme politique le plus lucide de France pour lui substituer l'une de ces idéologues mêmes qui nous font tant de mal.

Que diront les fonctionnaires qui ont cru à l'illusion socialiste quand leur traitement chutera de près de 20 à 30% parce qu'il n'y aura plus un centime d'euro dans les caisses de l'État ?

Que compte faire l'État socialiste contre les plans sociaux au moment même où il s'apprêtre à accroître les charges qui pèsent sur les entreprises ?

Quelle action escompte-t-il entreprendre pour restaurer la compétitivité entamée de nos entreprises au moment où le Matamore du redressement productif ne promet en fait de relance de la production que le lynchage de nos plus grosses entreprises ?

La gauche nous entraîne dans un cercle mortifère dont nous aurons le plus grand mal à nous dégager une fois l'illusion tombée.

Seul le MoDem s'engage à mettre en place une politique économique sur la base de ce que nous possédons réellement et pas de ce que nous empruntons. Ce parti a bien des travers et j'ai souvent été le premier à les dénoncer sans ménagement, mais il a un mérite : jamais il n'a cherché à tromper les Français dans quelque domaine que ce soit, même s'il a pu parfois faire fausse route.

Je l'ai souvent jugé avec sévérité, je lui ai préféré l'ancienne UDF pour laquelle je conserve un attachement sentimental, mais force est de reconnaître que dans le paysage politique actuel, c'est la seule offre politique crédible.

Certes, l'UMP a fini par prendre le chemin d'un projet économique plus ou moins acceptable, mais on ne doit pas oublier qu'elle a contribué à nous conduire dans le mur depuis 10 ans, et qu'une large part de son projet social et sociétal consiste à opposer des Français entre eux.

Le projet économique est une dimension importante, très importante, mais il ne saurait suffire pour mériter les suffrages des Français. Et si l'UMP est revenue à la raison dans ce domaine, on ne peut pas dire pour autant que l'audace ni l'originalité ne prélude à ses grandes orientations...

Je suis vraiment très inquiet. Seule une force politique vigilante et ferme ayant pour ambition non de bloquer tous les projets politiques de l'actuel gouvernement, mais de le contraindre à ne pas faire n'importe quoi pourrait nous empêcher de glisser vers le désastre. Cette force politique, c'est le MoDem, et, le drame, c'est que les sondages lui prédisent 2% à peine des intentions de vote en dépit de la justesse des analyses et des propositions de ses candidats...

Commentaires

La situation est parfaitement bien décrite !
Il ne reste qu'à comprendre que François Bayrou a rendu service à tous les français en votant contre un homme déterminé à provoquer la division pour garder le pouvoir.

Mais que par contre ce n'est pas la loi de la plus grosse masse qui l'emporte obligatoirement. Une tonne de plumes (même indignées) fait-elle le poids contre un seul kilo d'or par exemple ? Dès la première bourrasque on aurait la réponse...

Écrit par : Françoise Boulanger | samedi, 02 juin 2012

L'Etat et les services publics semblent posséder un carnet de chèques avec droit de tirage illimité.
Cette semaine, on apprenait que France Télévisions enregistrait pour l'instant sur l'année 2012 un retard de 35 millions d'euros de recettes par rapport à l'année dernière.
Mais on fait comme si tout allait bien alors qu'une gestion normale impliquerait de réduire la voilure (par exemple en supprimant une des chaînes de la TNT).
Je ne suis pas certain qu'un gouvernement d'union nationale arrive à ce genre de conclusion.
En attendant, ça fait mal de regarder le paquebot France couler.

Écrit par : Régis L. | samedi, 02 juin 2012

Oui, Régis, cela fait très mal. Les chaînes publiques ne sont pas une priorité. L'État pourrait garder France3, France5/Arte, France Ô et TV5 et le reste, hop, revendu un très bon prix...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 juin 2012

Toujours optimiste, Françoise :-)

J'aimerais pouvoir te croire.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 juin 2012

Je vous rappelle tout de même que votre ami Bayrou a clairement appelé à voter pour Hollande…

Écrit par : Didier Goux | samedi, 02 juin 2012

Oui, Didier, mais il s'est décidé au dernier moment et uniquement pour aider au départ de l'homme qu'il considérait dangereux pour une société qu'il a toujours voulu plurielle mais respectueuse des différences.

Il n'a cependant jamais caché qu'il n'approuvait pas le programme de François Hollande alors même qu'il estimait l'homme pour sa personnalité simple.

Puisque Hollande a promis l'exemplarité, qu'il ose clamer être le président de tous les français, il ne peut qu'écouter toutes les sensibilités. De recevoir les syndicats est déjà une bonne chose... Et s'il est réellement honnête il se rendra à l'évidence que certains points sont à revoir de toute urgence !

En définitive, si le premier ministre devait ne pas appliquer cette ligne de conduite, le président sera bien obligé de changer de gouvernance. Sous peine de se renier. Bayrou a très certainement misé sur cette particularité de Hollande. Il a eu raison.

Écrit par : Françoise Boulanger | samedi, 02 juin 2012

@Didier
Certes, mais en face, Sarko, dans un autre genre, ce n'était pas mieux. Il a tout de même parié sur le fait que Hollande ne chercherait pas comme une poule à passer le tête à travers le grillage pour becqueter la feuille de chou.
Je pense que les Socialistes seront obligés de reculer : Hollande n'est pas un furieux. En revanche, je pense aussi que ce sont des menteurs et qu'ils vont réunir une majorité sur des mensonges...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 juin 2012

Ah : et il n'a pas appelé à voter pour Hollande. Je connais nombre de militants du MoDem qui se sont abstenus ou ont voté Sarko. Ce n'est pas parce que ceux qui sont sur la Toile sont tous de gauche que l'ensemble suit le mouvement.
Tenez, par exemple, la candidate que je soutiens dans le 16ème a voté pour Sarko.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 02 juin 2012

Oui, et c'est d'ailleurs amusant :

La veille de la décision de Bayrou, un sondage IFOP montrait que 37% des électeurs de Bayrou envisageaient de voter Sarko au 2nd tour, 31% pour Hollande et 32% de voter blanc.

En fait, une étude "sortie des urnes" a montré que 52% des électeurs Bayrou ont voté pour Sarkozy.

Comme si la décision de Bayrou avait eu pour effet de repousser 15% de ses électeurs vers Sarkozy ???

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 02 juin 2012

Bonjour,

Vous prêchez un convaincu. C'est Reynald Secher qui a raison: "Nous assistons depuis quelques années à un retour sur la scène politique des vieilles idées marxistes reprises en chœur par un certain nombre de candidats de gauche, y compris ceux qui pourraient apparaître comme modérés, voire mous comme François Hollande. Ils proposent, ni plus ni moins, une société collectiviste gérée par un État omnipuissant et omniscient dans lequel l’individu n’est rien sinon un élément sur lequel on a le droit de vie et de mort au nom d’un pseudo intérêt général. Ils rêvent encore à l’homme nouveau, dit de progrès, animé de l’idéal révolutionnaire." (http://fboizard.blogspot.fr/2012/05/je-vous-ai-dit-mon-estime-pour-reynald.html)

Pour avoir une idée de quoi demain sera fait (pour une description de la situation actuelle, "Atlas Shrugged" ou "la Grève" d'Ayn Rand édité aux Belles Lettres convient parfaitement surtout quand on sait que le livre a été écrit en 1957 alors que l'édition française ne date que de septembre 2011. Pour info, depuis sa parution en 57, le livre a été vendu a plus de dix millions d'exemplaires), je vous invite à lire le roman de Dominique Raymond Poirier intitulé "Grandoria". Vous ne le trouverez que via Internet (http://www.amazon.fr/Grandoria-Roman-Dominique-Raymond-Poirier/dp/1452841993). Pour un résumé-commentaire du livre, voyez plutôt ici: http://www.tupeuxcourir.com/anti-utopies-dystopies/dominique-raymond-poirier-grandoria/. Vous trouverez dans ce livre des propos qui font curieusement écho à ceux de Reynald Secher mentionnés plus haut. Entre autres choses, Dominique Raymond Poirier se livre a une analyse pertinente entre le Saint-simonisme et le Socialisme.

Si la France n'est pas encore Grandoria, elle en prend le chemin au grand galop. Je suis très pessimiste pour l'avenir.

Bonne journée

Écrit par : H. | samedi, 02 juin 2012

Quand on confond le smic avec le smig, on devrait... se renseigner !

Écrit par : piola | lundi, 04 juin 2012

@Piola,
Attaque estupida.
Sinon la photo figée de not' président "préparé", style pantomine figé devant les pierres de notre passé, les bras ballants..., m'a bien amusée de facon rhétorique bien sur.
Ne pas se méprendre, je ne gouttais guère le précédent...Comme quoi, prendre le contre-pied n'est pas toujours porteur en termes d'images.

Écrit par : Martine | lundi, 04 juin 2012

L'héritage est un sujet bien complexe à partager, que l'auteur de ce livre :-) me contacte par mail, patou.renaudet@gmail.com.

Écrit par : Renaudet | vendredi, 10 janvier 2014

Les commentaires sont fermés.