Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'État stratège | Page d'accueil | L'industrie d'abord, la concurrence non faussée ensuite »

mardi, 28 février 2012

Un label...

Nous savons tous que la complexité de la production fait bien entendu qu'une part des produits est très souvent intégrée en provenance d'autres pays parfois lointains. Je pense que c'est légitime, l'introduction de composants, même de composants à coût de revient plus bas, n'est ni anormale ni choquante.

Je pense que l'important est de conserver les produits et de les regagner et c'est précisément la bataille que nous avons perdue en France donc je soutiendrai l'idée d'un label « produit en France », vous aurez observé que j'ai dit « produit en France » et pas « made in France », non pas que je n'arrive pas à comprendre ce que « made in France » veut dire ! On est Pyrénéen, mais polyglotte… troglodyte comme disait une grand-mère chez moi ! Et donc j'arrive à comprendre cela, mais c'est une revendication de fierté que d'employer sa propre langue.

Je propose donc un label accordé sur demande de l'entreprise, librement, sans qu’il soit imposé à qui que ce soit et par qui que ce soit, un label d'information qui indiquera aux consommateurs de manière transparente quel pourcentage de la valeur ajoutée du produit a été réalisé en France.

Ce pourcentage pourra par exemple être certifié par une association ad hoc regroupant des consommateurs. Je trouve que ce doit être léger. Ces labels montreront à chacun ce qu'il paye pour son emploi, celui de ses proches, pour la retraite et quand il fait ses courses.

Ils nous aideront aussi à prendre conscience des forces qui sont les nôtres, de la qualité, de l'excellence de nombreux produits français dont on ne savait même pas qu'ils existaient et nous verrons alors que nous avons tous les atouts pour figurer avantageusement dans la compétition mondiale car c'est évidemment dans la compétition mondiale que les choses se jouent.

made in Bayrou

11:08 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : france, bayrou, made in france, label | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je propose comme slogan de campagne à Bayrou : "Importar por creder". Voilà un slogan qui a de la gueule ! Et comme label "Made in France with european componants"

L'exclusivité de la langue, les anglophones peuvent encore la jouer, plus les francophones... soit?

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 28 février 2012

@Pas convaincu,
No entiendo nada a lo que dice usted.
Don't understand half a word of what you' re telling us about.
Rien compris à vos propos, pour résumer.

Écrit par : Martine | mardi, 28 février 2012

@ Martine

Plus trop sûr de mon espagnol, longtemps, sans le pratiquer, mais je crois avoir dis : "importer pour croître". Opposé du slogan en vogue il y a quelques années, mais qui peut prendre sens en France si et seulement si les Français sortent de leur cave.
Importer oui ! pour produire des produits à haute valeur ajoutée !

Que ne comprenez-vous pas?

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 28 février 2012

@L'hérétique,
J'crois que les fameux "donuts" américains sont Béarnais de souche... :)
Vous savez les beignets fourrés à la confiture ou autre sucrerie.

Écrit par : Martine | mardi, 28 février 2012

@Pas convaincu,
Ah... Alors crecer, enfin je crois.

Écrit par : Martine | mardi, 28 février 2012

Pas compris le rapport de l'étiquette avec l'article qui apparait sur Marianne

Veut-on nous faire croire que l'Edelzwicker, vin d'Alsace, n'est pas français ?

Déjà que le président, dans un discours dans notre région a eu le lapsus qui tue : 'ici en Allemagne' au lieu de 'Alsace'

Écrit par : JACKADI | jeudi, 01 mars 2012

Bayrou a enfin compris qu'il faut mettre en place un protectionnisme à l'échelle de la France. Il n'ose pas le dire, mais il y est presque. Pour l'instant, il préconise un protectionnisme moral - typique par exemple de la mentalité japonaise depuis les années 60 - et quand il se rendra compte que cela ne suffirait pas, il reprendra sans les nommer les idées de Marine Le Pen et de Dupont-Aignan.

Écrit par : Ch. Romain | samedi, 03 mars 2012

Écrire un commentaire