Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Made in Greece ? Introuvable ! | Page d'accueil | Acier : de Florange aux pays émergents. »

dimanche, 19 février 2012

HADOPI a été efficace. ACTA le prochain round ?

Quand je pense au concert de récriminations qui a suivi la mise en place de la loi HADOPI, en mon for intérieur, difficile de m'empêcher de ricaner abondamment.

Ne disaient-ils pas que cette loi n'empêcherait pas le téléchargement illégal ? Tout faux. Il s'est littéralement effondré. Et c'était à prévoir. Il allait de soi que seuls les usagers avancés, voire experts d'Internet tenteraient de contourner la loi au risque de prendre une amende et de se voir couper la connexion.

Le plus drôle, au fond, dans cette histoire, et  je compte ACTA au nombre des épisodes, ce sont les hypocrisies de tout bord.

Les utilisateurs font de l'agit-prop sur la Toile, brandissent des grands concepts comme la liberté ou encore la neutralité du net, mettent en avant des théories fumeuses, mais n'aspirent au fond qu'à continuer à télécharger sans payer le moindre droit. Le comble, au final, c'est de consommer les produits des grandes compagnies et autres Majors qu'ils conchient tous les jours.

Mais ce n'est pas tout : de l'autre côté, les "artistes" et le star-système dans son ensemble véhicule depuis longtemps l'idéologie libertaire du laisser-faire en moquant et dégradant régulièrement tous les symboles de l'ordre et de la loi. Or, les voilà à se prendre dans la gueule le boomerang des valeurs qu'ils propagent depuis plusieurs décennies. Touchés au portefeuille, ils pleurnichent et sollicitent l'assistance des mêmes pouvoirs publics qu'ils traitent plus bas que terre en temps ordinaire devant leurs fans. Le plus drôle, c'est de les voir fermer leur gueule face à leur public "libertarisé" mais venir couiner en douce auprès des éléments influents de la classe politique pour s'assurer de conserver leur gagne-pain.

Bref, les premiers sont bien les dignes clients des seconds.

Quant aux tentatives de faire appel à la charité publique sur la Toile, elles ont fait long feu : tous ceux qui ont essayé se sont ramassés en beauté. Les naïfs. L'internaute est rapiat au possible. La culture du "gratuit" a fait des ravages. Quand il fait un généreux versement de quelques centimes d'euros, il croit encore avoir réglé son écot.

On peut percer via My Major Company, mais certainement pas se faire produire par la gentille coopérative des Samaritains de la Licence Globale. C'est juste un moyen supplémentaire d'attirer l'attention des gros producteurs.

La Licence Globale, revenons-y : une sorte de collectivisation globale de la production des oeuvres. Tout le monde paie pour tout le monde. Sauf qu'il y a un problème d'équation : tout le monde paie, mais...pas pour tout le monde. Pour quelques uns seulement. Au fond, la Licence Globale est une sorte de super-impôt collectiviste. Un de plus.

Dans cette histoire, ne nous trompons pas : chacun défend ses intérêts, et rien d'autre. Il n'y a nulle morale, nul principe, nul éthique généreuse. Absolument rien de tout cela.

Les utilisateurs cherchent simplement à ne pas payer. A fortiori ceux qui se prennent pour l'avant-garde de la Toile et invoquent les droits de l'homme pour leur combat mercantile.

Les producteurs mènent une guerre honteuse : non parce qu'elle serait illégitime, amais parce qu'ils en ont honte, et pour cause, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé.

ACTA, l'actuel accord en discussion entre les pays occidentaux pour contrer la contrefaçon émergente recèle bien des dangers. Mais ne nous y trompons pas : à l'exception de quelques esprits à la fois éclairés et honnêtes, tous ceux qui le conspuent sont motivés avant tout par la crainte égoïste de se faire alpaguer quand ils téléchargent illégalement ou achètent un produit contrefait.

Aucune autre motivation que l'intérêt personnel, in fine.

01:29 Publié dans Internet, Société | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : hadopi, acta, licence globale | |  Facebook | | | |

Commentaires

Les Stars qui entre xxx films ou performances ou présences TV percoivent des revenus de certaines caisses, sans verser plus que ca^^^Quand les intermitants ou free lance, alimentent dans l'ombre leurs exploits et les caisses sans beaucoup de retour...
Ouaip suis un peu provoc, mais pas loin de la réalité.

Écrit par : Martine | dimanche, 19 février 2012

"Hadopi a été efficace", la preuve voilà une pauvre dépèche AFP qui dit que... basée sur un sondage !

Cyrano dirait "c'est un peu court", moi je dis carrément c'est n'importe quoi, d'autant plus que le P2P est reparti de plus belle depuis la fin de Megaupload...
On peut trouver nombre d'études qui prouvent que Hadopi est un échec cuisant, et comment pourrait il en être autrement ? La machine à baffes initialement prévue a été flinguée par le conseil constitutionnel, et pas une seule menace n'a pour le moment été mise à exécution.

En outre, les festivals de musique explosent, et jusqu'à nouvel ordre ils sont payants non ? Signe fort que le public est prêt à payer, mais pas pour les soirées arrosées de Messieurs Nègre & co.

Écrit par : Rob | dimanche, 19 février 2012

Ahah jamais Lu un article aussi drôle !!!

Le téléchargement eradiqué... Alors qu'il n'à jamais été aussi haut.

Soit l'auteur est ironique et travaille pour Melenchon, soit il ne lit que les communiqués du gouvernement et il ne va pas très loin.

Écrit par : iguane39 | dimanche, 19 février 2012

le téléchargement illégal s'est cassé la gueule avant Hadopi, remplacé par le streaming. Maintenant que MegaUpload est out, il recommence à remonter.

Bref comme l'ont dit d'autre commentateurs précédents, ces histoires de téléchargement qui baisse, c'est une grosse blague.

Écrit par : melianos | dimanche, 19 février 2012

Ouais j'aime télécharger gratuitement. Et ? C'est le système qui est mal foutu. C'est pas avec une repression dans le genre que ca va changer (la preuve...). C'est le système capitaliste actuel (une vrai m**** en soit). Maintenant, si j'aime télécharger des oeuvres sous copyright (ah bon ? C'est sous copyright ca ? Oops désolé jsavais pas !), j'aime aussi aller au cinéma (pas trop non plus, ca coute chère quoi !) acheter un film ou un CD une ou deux fois dans l'années, une exposition, quelques livres ... Mais vu les prix, il faut même pas espérer que 1/50 de mes fichiers soient payé. Trop chère. Avec 50 euro par mois, de toute façon, j'aurais autant de culture qu'un gars en train de faire la Revolution.
F*** système :)

Écrit par : sopher | dimanche, 19 février 2012

Utiliser une étude sur le profil facebook chez les jeunes de 11-17 ans, dans une courte dépêche AFP, tout ça et en tirer des conclusions sur le téléchargement en France ... whaooo ... d'autres sources ayraient été nécessaires, comme le trafic, ou des études plus sérieuses. pas seulement hérétique, un peu trop rapide au jugement surtout sur le coup.

Écrit par : tiwibiwi | dimanche, 19 février 2012

L'étude dont vous faites référence que l'on peut trouver ici ( voir les dernières pages ) : http://www.lavoixdelenfant.org/docs/news/barometre_calysto_vde_fe_v_2012_hd.pdf
montre seulement que le téléchargement illégal ( le P2P au sens Hadopi ) progresse sensiblement chez les plus jeunes ( 11-13 ans ) et que la baisse chez les plus âgés ( qui ne peut pas être qualifiée d'effondrement ) semble plutôt être réorienté vers le streaming. A mon avis Hadopi a été complétement inefficace sur la baisse du téléchargement et si une baisse s'est fait sentir c'est plutôt grâce à l'apparition de service légaux et gratuit comme Deezer ou Spotify ainsi que le développement de certains services d'accès gratuit associé à des abonnements mobile ou autre.

Écrit par : granit | dimanche, 19 février 2012

Tout le monde se fout d'HADOPI comme de sa première chemise. Pour exemple, limewire était disponible en version "pirate" avant même que la loi ne soit promulguée ...

Couper la connexion internet des gens qui téléchargent ?
M'étonnerais que les FAI laisse faire sans bouger.
En plus suffit juste de reprendre un abonnement sous un autre nom. Celui de la chérie, des enfants etc .... et c'est reparti.
Et des moyens de cacher son identité de toute façon c'est pas ça qui manque.

A part Gyneco qui a tué sa carrière tout seul comme un grand, j'ai pas l'impression que les artistes se portent plus mal qu'avant. Surement parce que le gros de leurs revenus vient des représentations et que les ventes servent surtout à rémunérer les majors et la sacem.

Et pour ton info l'hérétique, certains artistes/producteurs/éditeurs etc... disent carrément aux gens que s'ils n'ont pas les moyens d'acheter ils n'ont qu'à télécharger.

http://korben.info/notch-piratage-minecraft.html

Qui à l'esprit mercantile maintenant ?

Écrit par : skunker | dimanche, 19 février 2012

entendu ce matin sur BFM : des milliers de sites ont pris le relais de MegaUpload.

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 20 février 2012

Ce qui m'inquiète le plus dans vos propos, c'est qu'en temps que bloggeur politique, vous ne sembliez pas constater le lobbying en faveur du filtrage d'internet s'est développé avec les sous des majors. Vous leurs devez le chapitre internet de la loppsi qui permet de fermer ce site sans préavis sur seul ordre que Guéant sans qu'un juge puisse intervenir.

Écrit par : Fabien | lundi, 20 février 2012

@Fabien
La loppsi, c'est autre chose.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 20 février 2012

C'est le même esprit qu'acta ou hadopi. Le but c'est d'avoir un dispositif de filtrage du net, pas de défendre les artistes, sinon ils commenceraient par changer le statut des intermittents.

Pensez bien qu'un moyen de communication universel, qui commence à être accessible à tous de n'importe où sur la planète, c'est pas du goût de tout le monde; plus difficile ensuite de cacher magouille and co, surtout avec les anonymous qui commencent à infiltrer tout ce qu'ils peuvent. C'est juste de la sécurité informatique sans avoir à chercher les failles et les réparer. Question de gros sous.

Ça permettrait d'étouffer le prochain julian assange sous le couffin avant qu'il se trouve un fan club.

Écrit par : skunker | lundi, 20 février 2012

C'est sûr qu'il faut vraiment être c** pour télécharger des films aujourd'hui, alors que le streaming permet de les regarder sans délai, et sans être dans illégalité.

Écrit par : MaxF | lundi, 20 février 2012

AHAHAH

@ l'auteur de l'article :

t'as pas loupé l'occasion de te taire LOL. C'est ça qui est bien avec internet, tout le monde peut s'exprimer, même toi. Aller, sans rancune ? je retourne à mes téléchargements (copyleft bien-sur).

Écrit par : superjem | mardi, 21 février 2012

Personnellement, je ne suis pas motivé par "la crainte égoïste de [me] faire alpaguer quand [je télécharge] illégalement." (En passant non le streaming n'est ni légal ni même toléré, juste difficilement traçable)
Voyer le nombre d'artistes qui offrent GRATUITEMENT leurs albums. Bien sûr, Schubert manque, quoique... mais pourquoi ne pas ouvrir le métier de troubadour, d'amuseur, ceux qui gagnent le moins ne s'en plaignent pas, et sont même contents

Je termine sur un lien vers The Oatmeal, sur la sopa, aux states.
http://theoatmeal.com/sopa

Peut-être l'hérétique, voudrez-vous conseiller ce site à vos collègues professeurs d'anglais. Il y a quelques bons exemples d'apprentissage ludique au niveau de la gramaire.

Écrit par : Pas Convaincu | vendredi, 24 février 2012

Si vous êtes pas convaincus :

http://theoatmeal.com/comics/game_of_thrones

Écrit par : Pas convaincu | samedi, 25 février 2012

Je vous conseille également l'ouvrage de Neuwirth sur la contrefaçon, non que je partage l'entièreté de ses thèses, mais parce qu'il me semble qu'au seuil d'acta le débat atteint (doit atteindre) un point critique, et que l'élargir au-delà de ce que les bien-pensants achetant des sacs trucs much à plein prix ou regardant machin chose TV ont à dire, est une bonne chose.

Écrit par : Pas convaincu | samedi, 25 février 2012

Afin de créer un nombre raisonnable de contenus pour fournir à mes pages web un contenu texte fourni et hautement qualitatif, je me force à la écriture régulière de communiqués de presse spinnés.,

Écrit par : mutuelle sant‚ | mardi, 06 mars 2012

Écrire un commentaire