Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 février 2012

HADOPI a été efficace. ACTA le prochain round ?

Quand je pense au concert de récriminations qui a suivi la mise en place de la loi HADOPI, en mon for intérieur, difficile de m'empêcher de ricaner abondamment.

Ne disaient-ils pas que cette loi n'empêcherait pas le téléchargement illégal ? Tout faux. Il s'est littéralement effondré. Et c'était à prévoir. Il allait de soi que seuls les usagers avancés, voire experts d'Internet tenteraient de contourner la loi au risque de prendre une amende et de se voir couper la connexion.

Le plus drôle, au fond, dans cette histoire, et  je compte ACTA au nombre des épisodes, ce sont les hypocrisies de tout bord.

Les utilisateurs font de l'agit-prop sur la Toile, brandissent des grands concepts comme la liberté ou encore la neutralité du net, mettent en avant des théories fumeuses, mais n'aspirent au fond qu'à continuer à télécharger sans payer le moindre droit. Le comble, au final, c'est de consommer les produits des grandes compagnies et autres Majors qu'ils conchient tous les jours.

Mais ce n'est pas tout : de l'autre côté, les "artistes" et le star-système dans son ensemble véhicule depuis longtemps l'idéologie libertaire du laisser-faire en moquant et dégradant régulièrement tous les symboles de l'ordre et de la loi. Or, les voilà à se prendre dans la gueule le boomerang des valeurs qu'ils propagent depuis plusieurs décennies. Touchés au portefeuille, ils pleurnichent et sollicitent l'assistance des mêmes pouvoirs publics qu'ils traitent plus bas que terre en temps ordinaire devant leurs fans. Le plus drôle, c'est de les voir fermer leur gueule face à leur public "libertarisé" mais venir couiner en douce auprès des éléments influents de la classe politique pour s'assurer de conserver leur gagne-pain.

Bref, les premiers sont bien les dignes clients des seconds.

Quant aux tentatives de faire appel à la charité publique sur la Toile, elles ont fait long feu : tous ceux qui ont essayé se sont ramassés en beauté. Les naïfs. L'internaute est rapiat au possible. La culture du "gratuit" a fait des ravages. Quand il fait un généreux versement de quelques centimes d'euros, il croit encore avoir réglé son écot.

On peut percer via My Major Company, mais certainement pas se faire produire par la gentille coopérative des Samaritains de la Licence Globale. C'est juste un moyen supplémentaire d'attirer l'attention des gros producteurs.

La Licence Globale, revenons-y : une sorte de collectivisation globale de la production des oeuvres. Tout le monde paie pour tout le monde. Sauf qu'il y a un problème d'équation : tout le monde paie, mais...pas pour tout le monde. Pour quelques uns seulement. Au fond, la Licence Globale est une sorte de super-impôt collectiviste. Un de plus.

Dans cette histoire, ne nous trompons pas : chacun défend ses intérêts, et rien d'autre. Il n'y a nulle morale, nul principe, nul éthique généreuse. Absolument rien de tout cela.

Les utilisateurs cherchent simplement à ne pas payer. A fortiori ceux qui se prennent pour l'avant-garde de la Toile et invoquent les droits de l'homme pour leur combat mercantile.

Les producteurs mènent une guerre honteuse : non parce qu'elle serait illégitime, amais parce qu'ils en ont honte, et pour cause, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé.

ACTA, l'actuel accord en discussion entre les pays occidentaux pour contrer la contrefaçon émergente recèle bien des dangers. Mais ne nous y trompons pas : à l'exception de quelques esprits à la fois éclairés et honnêtes, tous ceux qui le conspuent sont motivés avant tout par la crainte égoïste de se faire alpaguer quand ils téléchargent illégalement ou achètent un produit contrefait.

Aucune autre motivation que l'intérêt personnel, in fine.