Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« École, les axes directeurs de Bayrou | Page d'accueil | Les propositions d'Hollande ? Que du flan ! »

dimanche, 22 janvier 2012

Quelques nouvelles de mon lave-vaisselle français

J'ai entendu Bayrou dire ce matin que bien des Français pouvaient mettre deux euros de plus pour acheter français. C'est aussi mon avis. Il faisait référence aux malheureuses qui travaillaient pour Lejaby et se trouvent privées d'une existence de labeur.

Moi, je pense tout de même qu'il y a d'abord un problème de distribution : tenez, ce sont les soldes, actuellement. J'ai fait donc un stock de linge et vêtements divers. Mais faute de temps, je commande par Internet ou je vais dans des enseignes aux choix étendus. On n'y trouve jamais de produits français, et, pour être franc, cette année, je n'ai vraiment pas le temps de me rendre sur 36 sites différents pour sléectionner un panel de vêtements français. Quand j'achète occasionnellement, OK, mais là, je suis sur une logique d'achat en gros.

A mon avis, c'est une dimension que Bayrou doit introduire dans son programme. Ce n'est évidemment pas simple, parce qu'il est difficile pour l'État de dicter à la grande distribution ce qu'elle doit proposer ou non.

Pour revenir à mon lave-vaisselle Brandt (Salut la Roche sur Yon, c'est là-bas qu'il est fabriqué), je ne puis que m'en réjouir. Niveau bruit, c'est clair qu'on l'entend nettement moins que mon ancien whirlpool qui n'avait pourtant que 4 ans. Côté séchage, pas de soucis pour les programmes longs. En revanche, pour les programmes très courts (30 minutes surtout), c'est un peu juste, mais largement acceptable.

L'hâbitacle est très bien pensé. Dans le whirlpool, je ne pouvais passer de très grandes assiettes. Dans le Brandt, c'est possible. En outre, il y a un astucieux système, pour les couverts, qui permet de les fixer dans une sorte de couvercle troué tête en haut. La panier à couverts du bas se divise en deux zones de même que ce couvercle. On peut donc fixer un demi-couvercle et laisser la seconde partie du panier libre. La panier en question glisse sur toute une rangée d'assiettes. Selon le chargement du lave-vaisselle, on peut donc le placer à droite ou à gauche. Bien pensé.

Il y a un second panier à couverts, mais petit, plutôt pour les petites cuillères, qui se trouve à l'étage supérieur. Côté verre, il y a un bon système pour les verres à pied : on parvient facilement à les bloquer sur les rangées latérales, contrairement au whirlpool. A ce sujet, j'en profite pour dire que Miele ne fait pas mieux sur ce point. Mes parents viennent d'en acheter un, et les verres à pied continuent à s'y promener ou s'entrechoquer désespérément...

Pour mémoire, mon lave-vaisselle français est un Brandt VH13TFB. Une dernière particularité : il est produit par une SCOOP ! Oui, je m'explique : Brandt a été racheté par Fagor, maque espagnole, qui est elle-même une émanation de la SCOOP basque Mondragon ! Une incroyable épopée à lire sur Wikipedia. Cela dit, malheur à deux, les salariés français ne sont pas des socios et ils ne bénéficient donc pas de tous les avantages inhérents à ce statut...

Commentaires

Concernant la période des soldes, comme on dit si souvent, ce serait bien mieux qu'elle n'existepas en pratiquant tout simplement un prix raisonnable toutes l'années et laisser le libre choix au vendeur ou au fabricant de solder un produit pour fin de série.
Les pratiques de vente sont à revoir. Perso j’achète quand il y a un besoin ou, c'est vrai parfois, une envie.

Ensuite pour le lave-vaisselle ce qui compte c'est qu'il lave bien et qu'il soit pratique.
De part le monde il y en a des centaines. qu'il soit français est un plus

Et ensuite et surtout comme vous le dites concernant la coopérative Mondragon, certains salariés associés se comportent comme des nantis vis à vis des travailleurs qui n'ont pas le même statut - là comme ailleurs il n'y a pas forcément de solidarité - mais attention ce n'est pas forcément ce que désire tous les salariés associés, beaucoup d'entre eux rejette ce système pour encore plus d'égalité. merci à eux

Écrit par : Jacques Berthe | dimanche, 22 janvier 2012

@L' hérétique,
Vous savez que je ne goutte guère les entreprises versant dans l'éducatif ou la formation à termes elles voudront elles-meme émettre les diplomes^^^.
Ne serait-il pas possible de réactualiser revaloriser les équivalences avec diplomes à la clé?
Ne serait-il pas possible, dans certains cas de prendre en charge un départ anticipé à la retraite, soit total ou partiel en échange d'heures de formation ( raisonnables) qui pourraient se pratiquer en entreprises mais aussi en soutien dans le milieu éducatif?
Je pense aux "Lejaby" ^^^
Plutot que des allègements de charges qui existent déjà me semble-t-il.

Écrit par : Martine | dimanche, 22 janvier 2012

@L' héré,
J'adore votre dernier paragraphe,et voui rien que 30000/60000 salariés non représentés au CA.
J'ai cliqué sur le lien, ne m'étonne pas que la Pologne sortant de xxxannées de collectivisme forcené ne soit pas enthousiaste.
Ensuite, modèle qui fut presque copié/collé chez nous pour assurer la transition du secteur public au privé, et il semblerait que sur du long terme cela ne fonctionne pas très bien...
Une action/une voix, peut provoquer des déséquilibres cf le dernier paragraphe de Jacques.
Après, effectivement le système syndical chez tel qu'il est concu, son financement par exemple serait à revoir...
Je sais que les grosses syndicales ne sont guère appréciées de certains salariés, elles ne les informent qu'à la dernière minute des problèmes ( du style pravda, aucune objectivité) et fonctionnent comme certains partis politiques, qu'en périodes électorales.
Je sais aussi que les 'tits syndicats "corporatistes" prets du terrain, les ennuient au possible, s'ils pouvaient disparaitre, cela les arrangerait bien.

Écrit par : Martine | dimanche, 22 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.