Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Idées sur l'école, de l'UMP au MoDem. | Page d'accueil | Hollande, un homme d'État ? Mouuuââââârf ! »

lundi, 13 juin 2011

Bayrou,Borloo et les centristes...

Europium est venu me rappeler opportunément une remarque de François Bayrou en mars dernier sur la difficulté de rassembler les centristes : 

Rassembler les centristes, c'est comme conduire une brouette pleine de grenouilles: elles sautent dans tous les sens.

Du coup, cela m'a rappelé un poème de La Fontaine tout à fait à propos, au sujet des centristes, de Bayrou et de Borloo : les Grenouilles qui demandaient un roi...

Les grenouilles se lassant 

            De l'état démocratique,  

            Par leurs clameurs firent tant  

Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique. 

Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique:  

Ce roi fit toutefois un tel bruit en tombant, 

            Que la gent marécageuse,  

           Gent fort sotte et fort peureuse,  

            S'alla cacher sous les eaux,  

            Dans les joncs, les roseaux,  

            Dans les trous du marécage,  

Sans oser de longtemps regarder au visage  

Celui qu'elles croyaient être un géant nouveau.  

            Or c'était un soliveau,  

De qui la gravité fit peur à la première  

            Qui, de le voir s'aventurant,  

            Osa bien quitter sa tanière.  

            Elle approcha, mais en tremblant;  

Une autre la suivit, une autre en fit autant:  

            Il en vint une fourmilière;  

Et leur troupe à la fin se rendit familière 

            Jusqu'à sauter sur l'épaule du roi. 

Le bon sire le souffre et se tient toujours coi. 

Jupin en a bientôt la cervelle rompue: 

«Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue.»  

Le monarque des dieux leur envoie une grue, 

            Qui les croque, qui les tue,  

            Qui les gobe à son plaisir;  

            Et grenouilles de se plaindre.  

Et Jupin de leur dire:« Eh quoi? votre désir 

            A ses lois croit-il nous astreindre?  

           Vous avez dû premièrement 

            Garder votre gouvernement; 

Mais, ne l'ayant pas fait, il vous devait suffire 

Que votre premier roi fut débonnaire et doux 

            De celui-ci contentez-vous,  

            De peur d'en rencontrer un pire.»

Commentaires

Durant la révolution l'un des noms donnés au groupe des plus modérés était le "marais" et que trouve-t-on en abondance dans un marais?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Marais_(Révolution_française)

Écrit par : Europium | lundi, 13 juin 2011

Vu que l'on oscille entre humour culture et politique.....

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1964_num_14_1_403411

Écrit par : Europium | lundi, 13 juin 2011

Et dans l'histoire on pourrait comparer Bayrou à la grenouille de la fable "La Grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf"

Écrit par : Chris | lundi, 20 juin 2011

Bof...Z'en avez d'autres com ca? Sur les sujets économiques, il a vu juste depuis longtemps.
Simplement, la situation s'étant aggravée, les remèdes de l'époque ne sont plus adéquats, dommage pour les "plagieurs". :DDD

Écrit par : Martine | lundi, 20 juin 2011

Yep, très juste analyse, la preuve:
http://www.lefigaro.fr/politique/2011/06/26/01002-20110626ARTFIG00216-pour-borloo-l-alliance-des-centres-est-la-force-anti-fn.php
@+

Écrit par : Martine | dimanche, 26 juin 2011

Les commentaires sont fermés.