Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La violence et les extra-punitifs... | Page d'accueil | Tours triangles, querelle des Anciens et des Modernes ? Vraiment ? »

jeudi, 31 mars 2011

Cantonales 2008-2011 et scores du MoDem

Je suis assez surpris, bien réfléchi, par le traitement des scores du MoDem par la presse. On y lit çà et là un effondrement de ce parti.

En 2008, à l'échelle nationale, le MoDem a obtenu 1,31% des suffrages ; en 2011, 1,21% environ. Donc, certes, je conçois qu'on dise qu'il vivote, mais qu'il s'effondre, pas plus que cela. Ce n'est pas la troisième force, à l'évidence, c'est un petit parti, mais il subsiste quasiment sans alliance sauf dans les Pyrénées-Atlantiques, avec peu de moyens et des candidats souvent jeunes et nouveaux.

Ramemé au nombre de candidats qu'il a présenté, il ne s'en sort d'ailleurs pas si mal.

Mais bon, j'ai observé que les médias fonctionnaient selon une logique qui leur est propre, c'est à dire par "séquences médiatiques". Il y a eu l'heure de Mélenchon, aujourd'hui, c'est celle de Marine Le pen, on peut donc espérer qu'un jour Bayrou et son parti y refasse surface ; je pronostique toutefois une séquence à venir sur Hollande d'ici relativement peu de temps...

Commentaires

Le traitement du modem est très avantageux. On parle bien moins de partis qui font des score comparables (NPA, LO) voire supérieurs (PCF)

Écrit par : romain blachier | jeudi, 31 mars 2011

Le système de calcul du poids des partis aux Cantonales par les médias est totalement bidon.
Il suffit de présenter des candidats partout. Ca ne coute pas cher, et te voilà à peser dans le débat.
Cela n'a aucun sens et devrait être pondéré selon le nombre de candidats.
Le score est aussi à relativiser... Certains "Modem" ne le sont que de la fesse gauche, voire plus du tout...

Écrit par : KaG | jeudi, 31 mars 2011

C'est notre belle France démocratique et tout, et tout…

Comment croire que quelque chose peut encore être traitée de façon simplement "raisonnable" dans ce pays.

Drôle de Démocratie, dans un pays où l'on accepte que :

1°- des partis connus comme prônant des politiques NON démocratiques participent aux élections. Voir à l'extrème droite ET à l'extrème gauche…

2° - l'extrème gauche pérore régulièrement dans les médias (avec qq % seulement) alors que l'extrème droite est interdite de ces mêmes médias (avec 10 à 15% des voix) !

Incohérence, irresponsabilité…alors Bayrou dans tout cela…ce n'est même plus un pion, ce n'est plus qu'un mauvais bouton sur la tronche de notre Démocratie. Et un bouton, on l'écrase…

Ô pinaise !

Écrit par : jcg48 | jeudi, 31 mars 2011

@Romain
Tu plaisantes ? On parle de Bayrou, oui, du MoDem, quasiment plus, sauf pour le dénigrer.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 31 mars 2011

Sans compter que le parti, avec 12 sortants, obtient 32 élus s'ajoutant à ceux déjà élus en 2008. En comparaison, Europe-ecologie fait qq 8% des suffrages et obtient... 32 élus!

Écrit par : Crapoto | jeudi, 31 mars 2011

Enfin bon, les espoirs de 2007 se sont évanouis !

Écrit par : Tietie007 | jeudi, 31 mars 2011

Bayrou est le plus dangereux pour Sarkozy en 2012, voilà pourquoi les médias n'en parlent pas ou passent leur temps à le dénigrer. On assiste à l'effondrement parallèle de l'UMP et du PS; logiquement cela devrait profiter à Bayrou et au Modem -qui n'est pas dans le système et propose une alternative au combat droite-gauche- mais les médias, complices du pouvoir manipulent l'opinion en faisant du FN le centre du débat politique. En effet, Sarkozy en 2007 a repris les idées du FN pour siphonner son électorat, cette fois il cherche à se retrouver contre Le Pen au second tour de l'élection en la faisant monter, ce qui mathématiquement l'assurerait de la victoire. Les électeurs FN en croyant sanctionner Sarkozy ne feront que le conforter. C'est assez diabolique, mais Sarkozy est habitué à pire quand il s'agit de garder le pouvoir par tous les moyens.

Écrit par : Mire | lundi, 04 avril 2011

Le cas du Modem est exemplaire d'un mal français : F. Bayrou garde une image sympathique - pas forcément séductrice ! - alors que le Modem n'inspire rien aux électeurs . Cela tient probablement à la nature de l'électeur français : il attend un chef qui le transporte , et l'exempt de responsabilité , ou un coupable à abattre , ensemble, en meute - mémoire animale des rassemblement en place de Grève . Actuellement, on a trouvé le coupable d'autant plus savoureux qu'on l'a porté aux nues , ce menteur qui nous disculpe .
Voilà, un petit peuple qui réfléchit avec ses pieds : le PS passera moins parcequ'il convainc que pour humilier NS et ses méprisables laquais qui le méritent bien .
Dommage pour F Bayrou et son entourage , probablement sincères , mais nous ne sommes pas dans un pays nordique . Cependant je pense que je voterai une nouvelle fois pour eux même si, je me le demande sans prétention, ce choix ne prolonge pas leur agonie dans ce désert intellectuel de la bipolarité politique .

Écrit par : Plem | mercredi, 06 avril 2011

Les commentaires sont fermés.