Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jumelles disparues : je n'aurais pas eu de pité pour Médée | Page d'accueil | Le Lys dans la vallée et les résiliences de Félix »

mercredi, 09 février 2011

De la Démocratie Athénienne à François Fillon et MAM...

Des prémices de ma démocratie à Athènes jusqu'à l'actuel gouvernement, 2500 années nous contemplent. La démocratie athénienne avait certainement des travers, entre autres de donner prise aux conflits d'intérêt, mais, au moins offrait-elle une certitude : ceux que le sort ou les citoyens choisissaient n'acceptaient pas la charge de diriger la cité pour s'enrichir. Diriger Athènes était considéré comme un honneur, et la vox populi du temps jugeait que les plus riches qui s'engageaient en politique devaient le faire à leurs frais. Je ne suis évidemment pas d'avis de rétablir une pratique qui a plus que largement montré ses limites, mais, j'écoutais François Bayrou ce matin sur France Info, et j'ai mesuré alors le chemin parcouru depuis les premiers temps de la démocratie.

Aujourd'hui, alors que les responsables politiques reçoivent déjà des salaires conséquents, l'État leur fournit la plupart du temps des moyens publics pour assurer des activités privées. Bayrou notait que le financement par d'autres états des vacances de nos responsables politiques n'était pas plus souhaible, au demeurant. Dès lors qu'on représente la France, on ne peut pas prendre le risque d'être redevable alors que l'intérêt privé ne doit en aucun cas rentrer en conflit avec l'intérêt général. 

Fillon et MAM ne sont pas pires que d'autres : ils ont juste pris leurs vacances au mauvais moment. Quant aux Socialistes, ils ont la mémoire courte : François Miterrand qu'ils honorent quasi-idolâtrement faisait de même.

Comme l'observe Bayrou, tous ces passe-droits qui accroissent constamment la distance qui existe entre le simple citoyen et l'homme d'État sont détestables et nuisibles à notre pays et à sa cohésion. Qu'est-ce que ce gouvernement où les hommes et les femmes d'État ne paient même plus leurs vacances mais les laissent à la charge d'hommes d'État de premier plan d'autres pays ? 

Je crois qu'il serait plus que temps de fixer un code de conduite contraignant pour nos hommes et femmes d'État.

Commentaires

Vite, lançons une commission sur les conflits d'intérêts, hors série "spécial vacances". Il faudrait la confier à quelqu'un qui a toujours su tenir ses distances avec le monde de l'argent et les intérêts privés, comme Patrick Balkany.

Écrit par : Aurélien | mercredi, 09 février 2011

Code de conduite ? encore un ?
Non, il faut simplement réaffirmer haut et fort les valeurs de la république, oubliées et foutre dehors tous ces mécréants ...
Tu as parlé d'honneur, c'est bien de cela dont il s'agit.

Écrit par : Mirabelle | mercredi, 09 février 2011

Ce qui se passe actuellement correspond grosso/modo a ce qui s'est passé en Afrique du sud avec le fameux bus.

Le citoyen suit en direct live tout ce qui se passe et la force du direct est sur-dimentionner l'aspect émotionnel qui nuit de plus en plus a la vie démocratique, donc il y a des sur-réactions aux informationx ( importantes ou pas). c'est un fait qu'on accepte ou pas de notre société....ça a du bon et du moins bon.....

Par conséquent quand quelque chose se passe cela fait l'effet d'une bombe médiatique ou contribue a faire le buzz.

Les fautifs comme il y a 10/15 ans ne peuvent plus faire pression sur les journalistes pour que l'information ne sorte pas au journal de 20H ou dans le journal du lendemain. Tout est instantanément sur le net, donc plus aucun moyen de faire pression et de corriger le tir.....

La faute des pipoles( politiques, fouteux, artistes, etc...) est de pas assez prendre en compte la sur-médiatisation de tout,la sur-communication de tout, etc....

il a 10/15 ans plusieurs affaires ne seraient pas sorties. Cet aspect sociétal va obliger les pipoles a être de plus en plus vigilant et il devraient engager du personnel afin de leur éviter de faire des petites bêtises qui ne sont plus acceptées.....car les anciennes pratiques, en particulier l'utilisation des privilèges ne sont plus légions.....

Qui voudra faire de la politique dans 10 s'il n'est plus possible de tricher avec le système?

Écrit par : Europium | mercredi, 09 février 2011

@Aurélien
riche idée :-DDDDDDDDD
@Mirabelle
en tout cas, au moins de sens de l'intérêt général...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 09 février 2011

Cher Hérétique,

Vous avez malheureusement raison : Puisque l'éthique a minima semble avoir déserté tant le petit clan de "décompléxés" temporairement au pouvoir que les tenors de la gauches qui ont trop peur de se voir rappeler leurs propres turpitudes, il faudra dès lors se résoudre à fixer des règles écrites. C'est malheureux que le simple bon sens et le sens de l'Etat n'y suffisent pas!...

@ Europium : Quelle vision spécieuse que la votre!!! Il y a justement 15 ans, il existait un minimum de conscience ou de formation politique de base (que quelques uns d'entre les Alcibiade ont eu le loisir de suivre auprès des services de contre-espionnages qui délivraient alors ces "cours" à tout membre d'une direction nationale d'un parti politique). On avait alors pleinement conscience qu'accepter d'un dirigeant étranger tout cadeau, tout passe-droit, toute largesse pouvait, même des années plus tard, restreindre la liberté de choix ou d'orientation.

Visiblement les Alliot-Marie et Fillon ont séché ces cours ou pire, il ont mis un mouchoir sur ces notions depuis qu'un petit egocrate de bas étage a cru bon de banaliser sa voyagite aîgue à base de yacht et jet d'un des principaux fournisseur de l'Etat (Bolloré) ou de largesses d'autres puissants (roi du Maroc ou milliardaires mexicains ou canadiens)!

Écrit par : Alcibiade | mercredi, 09 février 2011

Très juste billet.
@+

Écrit par : Martine | mercredi, 09 février 2011

@Alcibiade,
C'est cla meme rédigez donc un charte éthique et équitable...
@L' hérétique,
Savez-vous ce qui m'a dérangé? En ce qui concerne l'analyse des évènements le MoDem en a eu la vision la plus juste, pourtant écarté des plateaux télévisuels qui ont eu lieu bien postérieurement, avec pour intervenants principaux Messieurs de Villepin et Védrine.
En bon entendeur, chers alcibiades, bonne soirée.

Écrit par : Martine | mercredi, 09 février 2011

Oups, je parle de la Tunisie là, prrrééésentement! ;)

Écrit par : Martine | mercredi, 09 février 2011

Merde… je crois que c’est le mot… qu’il faut…
Pour un guignol de l’info…
Quelle âme est sans défaut ?
C’est nous qui sommes des guignols
Gouvernés par des guignols
Avec de la merde plein les yeux
Oui nous sommes trop vieux
Trop peureux… trop sérieux !

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/merde-on-srappelle/

Écrit par : le journal de personne | mercredi, 09 février 2011

Les commentaires sont fermés.