Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Wikileaks, les dons de Bongo et l'article indéfini... | Page d'accueil | Deux ans de salaire pour une chambre et une salle de bains ! »

jeudi, 30 décembre 2010

Parrainage au Bénin, écrire à sa filleule

J'avais entrepris de parrainer une petite fille en septembre dernier. La difficulté, c'est d'écrire le premier courrier, par la suite. Quoi dire ? J'ai évoqué ma situation familiale, un peu ma profession et beaucoup l'environnement de ma filleule.

L'association Plan France encadre les échanges : pas de cadeaux qui pourraient provoquer des jalousies dans la communauté de l'enfant. Au maximum des stickers et des autocollants, ou encore des images. En somme, ce qui tient dans une enveloppe. Pas d'échanges directs non plus : tout passe par un intermédiaire ce qui protège les deux parties. Il est toutefois possible de rendre visite à sa filleule. Pour ce qui me concerne, elle se trouve au Bénin.

C'est du Bénin, ex-Dahomey qu'est originaire le vaudou, à ce que j'ai compris ;  tous les 10 janviers, depuis l'établissement de la démocratie, on lui consacre une fête.

Le Bénin est un pays où la transition démocratique a été exemplaire : le dernier président marxiste-léniniste a été battu et s'en est allé sans bruit. Mais il est revenu par la grande porte démocratique en battant son ex-rival en 1996. Après 10 années, il sera à son tour battu par un novice en politique, Yayi Boni, avec une participation exceptionnelle : 76% ! Une signe de grande vitalité démocratique.

Le pays abrite des réfugiés (aux alentours de 10 000) et a été salué pour la qualité de l'accueil qu'il leur réserve.

Le Bénin considère l'éducation comme sa priorité nationale : près de 20% du budget de l'état lui est consacré et depuis octobre 2006, l'enseignement en maternelle et en primaire y est gratuit.

La vitalité médiatique du pays est également impressionnante : 70 radios, 4 chaîne télévisées, de très nombreux quotidiens.

Somme toute, il y a là un environnement qui me paraît favorable pour des projets de développement.

Bref, parrainer un enfant, c'est chez Plan France, avec les déductions d'impôts, cela revient à dix euros par mois, et on peut choisir de parrainer une fille ou un garçon ainsi que sa zone géographique.

Plan France est considérée comme la seconde organisation mondiale la plus transparente par One World Trust, un organisme indépendant.

J'ai cru comprendre que c'était une émanation du Parlement Britannique, à l'origine, mais je ne suis pas sûr d'avoir bien compris le texte anglais.

Commentaires

Je confirme l'hérétique, apparemment le cas, pour une gouvernance mondiale à l'origine.
Effectivement un passage disant qu'il fallait encourager les initiatives à double finalité, tant nationale que mondiale.
"Key successes
In education “Her Majesty’s Government should encourage a dual perspective in
education – world as well as national – so that opportunity is given in the curriculum
for balancing national loyalty with a measure of conscious loyalty to the human race
as a whole in all its diversity.”
Afin que l'opportunité soit offerte dans les programmes scolaires d'équilibrer la loyauté à sa nation avec celle consciente des hommes dans toute leur diversité.
(traduction rapidos)

Écrit par : Martine | jeudi, 30 décembre 2010

en tous cas parrainer est toujours une bonne chose si ça contribue à l'éducation et la nourriture d'un enfant.

Écrit par : romain blachier | jeudi, 30 décembre 2010

@Martine
C'est ce que j'avais cru comprendre, mais je n'en étais pas sûr.
@Romain
Pour Plan International, c'est clairement la priorité. Et à la santé !

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 30 décembre 2010

L' UNICEF a aussi des programmes du meme style.
Contactée cette année pour parrainage d'enfants (éducation alimentation santé etc) avec choix du pays entre ceux qui leur paraissent prioritaires.
L'important est d'aider effectivement.
@+

Écrit par : Martine | vendredi, 31 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.