Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Et si je me présentais à la présidence du MoDem ? (moi l'hérétique, je veux dire) | Page d'accueil | Battue, torturée, violée et condamnée à mort parce que Chrétienne... »

vendredi, 12 novembre 2010

Nick, si tu as un honneur, démissionne !

Je viens d'apprendre que les frais d'inscription pour les étudiants anglais explosent en Grande Bretagne. Entre 10 000 et 11 000 euros par an. C'est bien simple : même nos écoles de commerce, à peut-être l'exception de l'ISG, ne sont pas aussi chères. Là, on parle de l'Université anglaise. Voilà l'assurance que seuls les plus riches, plus quelques élèves très méritants parviendront à faire des études. Pour les autres, c'est cuit.

Voilà, seulement, les LibDems s'étaient engagés à ne pas augmenter les frais d'inscription et avaient fait de l'éducation le coeur de leur projet. S'ils laissent passer cela, ce sont des traîtres et des faux-culs.

Résumons : soit les LibDems votent contre, soit Clegg démissionne, et tous les ministres Lib-Dems avec. S'ils ne le font pas, ce sont vraiment des enfoirés.

Commentaires

Nick Clegg a déjà dit qu'il regrettait d'avoir fait cette promesse, ne se rendant soit-disant pas compte du mauvais de la gravité de la situation économique britannique à ce moment-là.

Ils se rapprochent du système américain, où les frais sont très élevés, et où les prêts étudiants sont censés être la solution pour ceux qui n'ont pas les finances pour les payer. Pour le coup, je trouve ça vraiment sournois.

Écrit par : xerbias | vendredi, 12 novembre 2010

---
J'ai lu que les frais s'étendaient de 6000 € pour la majorité, à 9000 pour les plus élevés ?
---

Écrit par : Chriz | vendredi, 12 novembre 2010

---
L'Hérétique, j'oubliais : le lien "Foupoudav" est périmé ; j'ai encore changé pour un style plus "feministe", en espérant conserver une stabilité.
---

Écrit par : Chriz | vendredi, 12 novembre 2010

@Xerbias
Il est gonflé : l'éducation est la pierre angulaire du programme des LibDems. A l'heure actuelle, les jeunes étudiants anglais paient déjà plus de 3000 euros par an, ce qui est déjà énorme !
En effet, c'est sournois.

@Chriz
T'as fini de changer de blog tout le temps, toi :-)
Pour le reste, moi, j'ai lu 9000 livres soit 10500 euros environ.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 12 novembre 2010

En l'absence du Premier ministre, qui était à Séoul, Nick Clegg, en sa qualité de Vice-Premier Ministre, a défendu la position du gouvernement devant le Parlement britannique. Il a dit, notamment, que chacun devait faire une contribution: en clair, le doublement des frais universitaire serait justifié.

Ergo: ce sont des enfoirés.

Écrit par : pastel | vendredi, 12 novembre 2010

les British sont passés à l'euro...lol

Plus sérieusement cela démontre qu'il y a une grosse différence comme de bien entendu entre les promesses électorales et la dure réalité des décisions a prendre lorsque que l'on a réellement les mains dans le cambouis....

Mais comparé à que payent les ricains il y a encore de la marge...

Écrit par : europium | vendredi, 12 novembre 2010

Les grandes écoles de commerce françaises ont des frais d'inscription de cet ordre et Sciences Po, qui était "abordable" vient de relever considérablement ses coûts d'inscription...

Écrit par : Interaction | vendredi, 12 novembre 2010

@Interaction
Elles sont tout de même moins chères, et surtout, ce ne sont pas des universités !
Pour l'IEP, hélas, vous avez raison ; Descoings réalise son rêve de faire de l'IEP une BusinessSchool. Nous allons à rebours de ce qui a fait la grandeur du modèle français.
Pour se donner un genre, il intègre quelques jeunes de banlieue, et dans le même temps, il flingue toute possibilité d'élévation pour les classes moyennes.
grilles ici :
http://www.sciencespo.fr/content/142/frais-dinscription-et-bourses

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 12 novembre 2010

On peut tirer une leçon de cette triste histoire... L'independance vis à vis des deux gros blocs de droite et de gauche est le bien le plus précieux du MoDem...
Nous avons un message original qui n'est pas soluble dans les mesures dogmatiques d'un camp ou l'autre...

J'espere que nous ne ferons pas la même erreur que les lib-dems...

Écrit par : serge92 | vendredi, 12 novembre 2010

J'ai diffusé sur mon mur Facebook une vidéo d'une manif des étudiants anglais qui a dégénéré.
Ben là, même moi je les comprends : l'école est le 1er et le plus légitime des ascenseurs sociaux. Le supprimer équivaut à faire que l'élite ne se reproduira plus qu'entre elle au fur et à mesure des générations, son accès définitivement fermé à qui n'est pas "bien né".
C'est la pire des choses.
Et le secteur où l'on ne doit pas faire des économies, c'est bien l'enseignement.
Sans compter que les pays occidentaux qui n'auront pas donné une éducation de qualité à leurs enfants seront le nouveau tiers-monde de demain.
C'est avoir une vision immédiate de ses propres intérêts et de ceux d'une caste, c'est n'avoir aucune vision de l'avenir, et gouverner c'est prévoir.
En plus d'être des égoïstes, des traîtres et des faux-culs, ils sont donc incompétents, et cette dernière faute est la plus grave.

Écrit par : luciolebrune | vendredi, 12 novembre 2010

Tiens...Zarbi ce com ^^^ :DDD

Écrit par : Martine | vendredi, 12 novembre 2010

En suivant ton lien, je vois que les frais de scolarité maximum annuels à Sciences Po s'applique aux familles ayant un revenu par part supérieur à 66 334. Pour une famille dont le revenu par part est inférieur à 25 000 euros, c'est 3 080.
Le tarif est donc très élevé, pour les riches.

Écrit par : André | samedi, 13 novembre 2010

Un gros piège politique pour Nick Clegg qui va perdre toute crédibilité...

Écrit par : MaxF | samedi, 13 novembre 2010

@André
Oui, mais attends : j'ai un billet en préparation et tu vas voir ce qu'il advient à l'issue de la politique pseudo-sociale des Descoings and co...
Je le publie ce soir, je pense.
@MaxF
ça, c'est clair. et tous les libdems avec.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 13 novembre 2010

Une info très détaillée là-dessus dans :

http://www.guardian.co.uk/politics/2010/nov/12/lib-dems-tuition-fees-clegg

Sur le fond :

Les frais universitaires au Royaume-Uni peuvent être prêtés à l'étudiant (qui est tout de même censé pouvoir en bénéficier dans son salaire futur : un étudiant du supérieur ne fait pas, par essence, partie des classes défavorisées ayant le plus besoin du financement public). Je ne pense pas que l'enseignement supérieur gratuit pourra survivre à la crise financière actuelle de l'Etat (en France non plus). En revanche, on doit pouvoir continuer à garantir que personne ne soit empêché, par les frais de scolarité, de poursuivre les études correspondant à son niveau - que ce soit par des mécanismes de prêts, de bourses, etc.

Sur la position de Nick Clegg :

Un programme de coalition ne peut par définition pas être le programme de l'un des partis. Nick Clegg avait souhaité enlever cet engagement du programme LibDem dès 2009.

Mais alors, pourquoi a-t-il fait campagne personnellement sur cet engagement ? annonçant encore le 13 avril son intention de supprimer les frais universitaires dans les 6 ans ! ce qui me semble bien improbable.

Il fait penser à Yukio Hatoyama qui a dû démissionner, n'étant pas en mesure de tenir son engagement sur le départ des forces américaines de l'île d'Okinawa. Vraiment, les engagements fermes, c'est risqué !

Écrit par : FRédéricLN | samedi, 13 novembre 2010

Attention aux crédits ! Je connais des personnes d'autres pays qui doivent encore rembourser des sommes folles tous les mois, depuis des années, pour leurs études passées.
Ce qui, finalement, plombe leur consommation, leur mise en ménage, leur fondation de famille...
Ce que l'état récupère d'une main, il le perd de l'autre.
C'est comme pour tout, il faut qu'il y ait certaines limites.

Écrit par : luciolebrune | samedi, 13 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.