Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Industrie : réensemencer | Page d'accueil | Ouf, on a retrouvé Marine »

lundi, 11 octobre 2010

Europe-Chine, un marché de dupes ?

Sur le papier, l'affiche est belle : 46 pays représentant 60% de la population mondiale et 60% du commerce international (mais seulement 29% des exportations européennes contre 45% des importations). Mais le 8ème Asian Europe Meeting (ASEM), qui se déroule cette semaine à Bruxelles, a pourtant toutes les allures d'une grand'messe. Puissance invitante, l'Union européenne est en effet incapable de répondre aux deux principales questions de l'ordre du jour : une vraie réforme du FMI, et non un simple ajustement comme ses Ministres des Finances l'ont proposé le week-end dernier, et la relance des négociations climatiques, question sur laquelle les Vingt-Sept n'ont pas encore de position commune. Du coup, la portée symbolique de ce Sommet devrait surtout profiter à la Chine, qui se retrouvera en position de force le 6 octobre pour le Sommet UE-Chine. 

Lors du dernier Conseil européen, les Chefs d'État et de gouvernement avaient promis que désormais la « réciprocité » serait le maître mot en matière commerciale. De ce point de vue, avec la Chine, le compte n'y est pas : le secteur du bâtiment, faramineux, est interdit aux étrangers; les marchés publics sont limités (par exemple, sur 22 000 licences de téléphonie, 14 seulement sont non chinoises); le pillage technologique prend des allures de désastre et des firmes aussi importantes pour le commerce extérieur français que Danone ou Alstom en ont fait cruellement les frais; enfin, la Chine est le paradis des contrefacteurs tant et si bien que les deux tiers des produits contrefaits saisis en Europe par les douanes sont d'origine chinoise (85% pour les produits dangereux !). J'ajoute que voir le premier ministre Wen Jibao annoncer à Athènes la création d'un fonds de 5 milliards de dollars pour aider les armateurs grecs à commander des navires à des chantiers navals chinois, n'est évidemment pas une bonne nouvelle pour l'emploi en Europe !

Face à un tel défi, au demeurant prévisible depuis au moins 10 ans, l’Union européenne doit enfin adopter une stratégie digne de ce nom. Les États membres doivent s’abstenir de jouer un jeu personnel qui empêcherait l’émergence d’un bloc européen uni. Cette stratégie serait d’autant plus crédible si l’Europe s’attachait aussi à définir une politique industrielle offensive, dans laquelle la France prendrait toute sa part. Les échanges commerciaux avec la Chine ne peuvent plus continuer de se faire au détriment de notre recherche, de nos brevets, de nos emplois. Poser cette question au prochain sommet UE-Chine montrerait que l’Europe a enfin décidé de ne pas laisser faire, a enfin décidé d’exister. 

Marielle de Sarnez, députée européenne 
Vice-présidente du Mouvement Démocrate 
Membre du Cabinet Shadow, responsable des Affaires étrangères et de la gouvernance internationale

Bon, je protestais contre les mesures prises par le gouvernement américain, il y a peu, mais réflexion faite, après ce que dit Marielle, il va falloir des mesures énergiques...

 

Commentaires

* un spammeur compulsif du Parti de Gauche qui fait chier et dont je vire les messages sans aucun rapport avec les billets*
Sacha Tognolli

Écrit par : Tognolli | lundi, 11 octobre 2010

"Les échanges commerciaux avec la Chine ne peuvent plus continuer de se faire au détriment de notre recherche, de nos brevets, de nos emplois".

Oui Marielle mais les premiers responsables c'est NOUS même. La grosse majorité des transfert de technologie et d'emploi découlent directement de la stratégie industrielle des grands groupes et des PME françaises.

On délocalise, on sous traite, on réclame la même qualité à 10% du prix Français et puis dix ans plus tard on s'étone on s'offusque etc...

Et puis de QUEL DROIT est ce que ces Chinois prétendent faire des choses qui leurs seraient bénéfiques? De quel droit est ce qu'ils pensent aux intérêts stratégiques de leur pays?

C'est vrai quoi nos dirigeants à nous, ceux de grands groupes,pour des raisons parfois légitimes, mais surtout pour le benéfice des actionnaires et de leur propre bonus, implémentent des programme qui vont gravement nuire aux intérêts stragégiques de leur pays!

Écrit par : lg | lundi, 11 octobre 2010

@Tognolli
vous commencez à sérieusement me gonfler à spammer en moins de cinq jours deux fois mon blogue. Je vais faire du ménage, tiens...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 11 octobre 2010

"Face à un tel défi, au demeurant prévisible depuis au moins 10 ans, l’Union européenne doit enfin adopter une stratégie digne de ce nom. "

C'est impossible car l'Union européenne n'est pas une entité politique, elle ne peut donc pas adopter une stratégie.
Elle continuera à faire de la morale, cela uniquement est dans sa nature.

Écrit par : Paul | lundi, 11 octobre 2010

+1, Paul.

Autre remarque, c'est un peu agaçant de lire NOTRE recherche, de NOS brevets, de NOS emplois. A moins que l'on ait soviétisé l'economie Européenne dans la nuit, il ne s'agit pas de NOS emplois mais ceux des entrepreneurs qui les creent.

a part ca, sur le fond, l'interrogation est interessante. car nous n 'echangeons pas que des euros avec la Chine, mais aussi des emplois.
En 1 heure, une usine Vuitton produit 15 sacs, et ce avec 24 ouvriers qui travaillent dessus. Ce sac est vendu 1000 euros. Un ouvrier Vuitton génère donc en une heure un chiffre d'affaire de 625 euros. Soit l'equivalent de 70 sacs Tati, beaucoup plus intensifs en travail http://www.tati.fr/chaussures-accessoires/sac-bagage.html

question, sachant que les européens achetent des sacs chinois et qu une partie du pouvoir d'achat des européens (= la quantité de biens et services que l'on peut acheter) est augmenté à court terme par ces biens disponible à faible cout, va t on expliquer aux Europeens que les sacs chinois, c'est fini ? (protectionnisme, droits de douane, taxe verte, etc) ou alors leur faire accepter l'idee que soit ils produisent du haut de gamme, soit ils auront un probleme ?

Écrit par : Le Parisien Liberal | lundi, 11 octobre 2010

LUTTE CONTRE L'HIPPOPHAGIE

NON ! UN CHEVAL CA NE SE MANGE PAS !

Obtenez un autocollant gratuit en écrivant à :
AEC
Résidence La Pléiade
98, rue de Canteleu
59000 LILLE

Joindre une enveloppe timbrée pour le retour du courrier.

Merci aussi de visiter les sites :

http://aec89.site.voila.fr

http://www.dailymotion.com/apocalipsflo/video/xan6v_hippophagie

http://www.reseaulibre.net/rage/video3.html

REJOIGNEZ LE GROUPE SUR :
http://www.facebook.com:80/group.php?gid=63542203218

Faites passer le message à vos amis.

Amitiés.

AEC.

Écrit par : AEC | vendredi, 15 octobre 2010

Encore un spam? :o) Cela y ressemble^^^

Écrit par : Martine | vendredi, 15 octobre 2010

@AEC
si un cheval ça se mange : faisons la promotion de l'hippophagie pour lutter contre la famine !

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 15 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.