Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'Express raconte vraiment n'importe quoi sur Bayrou... | Page d'accueil | Le gendarme devait tirer. »

vendredi, 17 septembre 2010

L'Europe, enjeu de la présidentielle de 2012 ?

Quel coup de pot de Sarko ! Voilà qu'une commissaire européenne, Viviane Reding, vient à point nommé le secourir au moment où il est mal en point dans l'opinion. La divine surprise !

S'il l'a fait exprès, alors c'est vraiment un artiste de la manoeuvre. L'Europe n'a pas bonne presse dans l'opinion, et elle ne risque pas de redorer son blason avec les interventions de Barroso et Reding. Il eût été bien plus simple de laisser Roumanie et Bulgarie régler le problème de leurs ressortissants avec la France, tout en rappelant discrètement à cette dernière qu'elle avait signé des conventions et n'était donc pas censée s'en affranchir.

Au passage, cela va bien à Reding and co de hausser la voix après avoir laissé la question du statut des Roms pourrir tranquillement des années et des années. Viviane Reding, on ne peut pas dire que cela soit l'originalité  faite femme. Commissaire à la culture, elle m'avait surtout frappé par des initiatives frappées du coin de l'opinion commune : développer les nouvelles technologies dans l'éducation (bla bla habituel, en somme) faciliter les échanges entre les écoles, mais d'action forte en faveur d'une culture européenne, nada, rien. Les technocrates n'ont pas ce genre d'audace.

Parce qu'ils sont nomades et pas sédentaires, les Roms auraient vocation à devenir les premiers citoyens supra-nationaux de l'histoire de l'Europe, mais, évidemment, cela suppose un volontarisme dont sont bien incapables la plupart des chefs d'État de l'Union...

Pour Sarko,c 'est du pain béni, cette histoire. L'élection présidentielle ne se joue jamais sur les préoccupations principales des citoyens. Pour une raison très simple : côté emploi et économie, les Français renvoient dos à dos toutes les formations politiques, jugeant qu'aucune ne leur fait de propositions convaincantes. Ils se décident donc nécessairement sur les clivages les plus forts.

Or, le camp anti-européen, en 2005, c'est 55% de la population. Une chouette magot électoral, pour un démagogue qui n'aurait peur de rien...

On pourrait se dire que c'est gonflé pour quelqu'un qui a finalement fait passer un ersatz de traité sans vote direct du peuple. On pourrait, mais ce serait malhonnête, et c'est d'ailleurs l'argument habituel des nonistes. Sarkozy avait été très clair en prévenant lors de l'élection présidentielle qu'il ferait passer un traité simplifié par voie parlementaire. On ne peut pas lui reprocher d'avoir appliqué son programme , enfin, je veux dire, on ne peut pas l'accuser d'être malhonnête. Si certains voulaient avoir un référendum, il fallait voter pour Bayrou, puisqu'il le proposait, lui...

L'idéal, en fait, c'est le cocktail détonnant que représente l'addition de la sécurité et de l'Europe. Que l'Europe hausse le ton contre la politique de sécurité de Nicolas Sarkozy, que celui-ci réplique vertement, et voilà l'électorat FN ravi, au grand damn de son leader...

Il faut dire que la presse européenne a fait assaut d’imbécillité en parlant de déportation à propos des Roms. Il fallait le faire.

C'est pourtant possible de les accueillir, les Roms, sans que cela pose particulièrement de problèmes. Un maire MoDem, Nicolas Lebas, me semble, dans les limites de son pouvoir (il ne peut délivrer de permis de travail) l'avoir amplement prouvé.

En tout cas, si Sarkozy réussit à tenir sur ces thèmes-là jusqu'à 2012, la gauche et le centre ont du souci à se faire. 

17:49 Publié dans Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sarkozy, europe, roms |  Facebook | | |

Commentaires

Très joli billet. :)

Écrit par : Martine | vendredi, 17 septembre 2010

pas tout à fait d'accord, les français ne supportent pas le merdier ambiant ... même si Reding, Barroso and co sont très impopulaires et ont tout faux, Sarkozy a foutu la merde et il a tout faux également.
ce qui est en cause, c'est la classe politique dans son ensemble in et out. Ils sont nuls, arrogants, arrivistes, incohérents, tous préoccupés par leurs petits privilèges uniquement. L'Europe c'est la cour de récré où se disputent des enfants gâtés sur le dos des populations.

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 17 septembre 2010

Ca fait froid dans le dos cette histoire de camp anti-européen ! A te lire, l'Europe fédérale avec un vrai gouvernement est vraiment très très loin. Hélas.

Écrit par : doudette | vendredi, 17 septembre 2010

@ Doudette : il n'y a pas de camp anti-européen, il n'y a qu'une Europe faite par des politiciens qui nous trahissent ! La vraie Europe, nous l'attendons toujours... et manifestement c'est pas encore pour demain !

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 17 septembre 2010

Euh Mira,
Dslée, le merdier ambiant est aussi issu du laxisme des précédentes mandatures de notre pays.
Allez , j' crois qu'une p'tite dose d'oméopathie t'aiderait...
Bizzzz

Écrit par : Martine | vendredi, 17 septembre 2010

@Martine : je n'ai pas exclu les précédentes mandatures de mon commentaire ! ;)

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 17 septembre 2010

Faudrait pas abuser, les 55% n'étaient pas tous anti-européens (et heureusement). C'est ce que n'ont jamais voulu comprendre les ouistes (et qui conduira de nouveau dans le mur à l'avenir s'ils refusent de quitter leurs oeillères et leur mépris)- ni les nonistes d'ailleurs, mais c'est moins gênants (juste énervant de les entendre s'approprier l'intégralité d'une situation hautement diverse et souvent en opposition avec leur propre discours).

Ceci dit le problème est réel et les perspectives, peu réjouissantes... hélas :-s

Écrit par : flo | lundi, 27 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.