Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Apprends à gérer le pain dans la gueule et le coup de schlasse dans le bide... | Page d'accueil | Woerth est calomnié ? Qu'il porte plainte...! »

mardi, 06 juillet 2010

L'argent de poche des Bettencourt

La comptable des époux Bettencourt déclare avoir eu une accréditation pour pouvoir retirer 50 000 euros par semaine à l'agence de la BNP Saint-James, à Neuilly sur Seine. D'après elle, ces sommes servaient à payer des dépenses courantes ! Sans doute parce que je ne suis pas milliardaire, j'ai du mal à imaginer comment on peut réaliser 50 000 euros de dépenses courantes par semaine (Bien plus que ce que je gagne en une année...). En tout cas, il me semble que l'enquête fiscale devrait se diriger de ce côté-là en commençant par vérifier auprès de la banque les sommes effectivement retirées. 2007, en principe, cela doit figurer encore dans l'historique de la banque. Il s'agira ensuite de comparer les retraits de cette période avec les précédents et les suivants. S'il y a dépense anormale, il devrait être possible d'en trouver la trace... Dédé arrosait large, d'après Claire, la comptable des Bettencourt licenciée en 2008 (pourquoi, au fait ?). Certains hommes politiques touchaient 100 000, 200 000 euros...

Je voudrais féliciter Mediapart pour l'enquête extraordinaire que ce magazine électronique réalise. Chapeau. Mais je voudrais dire aussi que cette affaire qui prend l'allure d'un WoerthGate en grandeur nature me rappelle profondément un livre récent : Abus de pouvoir d'un certain François Bayrou. Une lecture vraiment prémonitoire...

Et dire que certains l'ont taxé de populisme lorsqu'il a dénoncé les collusions entre les puissances de l'argent et une certaine sphère politique...Je crois que Disparitus est en deçà des faits : c'est bien plus qu'un awoerthissement pour le pouvoir.

Commentaires

Quelques chiffres sur Mme Bettencourt :
Fortune personnelle : 10 milliards d'euros (Challenges)
ISF : 400 millions d'euros en 10 ans d'après les dires de la dame soit 40 millions d'euros en moyenne par an.
Bouclier fiscal : 30 millions d'euros remboursés en 2008 soit 1/7 de la somme totale allouée ( 458 millions d'euros partagé entre 14 000 foyers ).
Il serait pas plutôt là le scandale ?

Écrit par : granit | mardi, 06 juillet 2010

Ca y est tu refais ton bayrou-fan! Alalala! (-:
Je suis de bonne humeur ce jour et le reste du billet est très bien donc...allez j'arrête de te taquiner.

Écrit par : romain blachier | mardi, 06 juillet 2010

Je ne l'aurais pas dit autrement ;)
Le problème reste fondamentalement la confusion (savamment organisée) des fonctions publiques et des intérêts privés.
http://exigencedemocratique.blogspot.com/2010/07/deux-sceaux-deau-pour-eteindre.html

@ granit : en même temps, investit 150 KE dans la campagne de Sarkozy en 2007 pour recevoir 30 ME de remboursement (200 fois plus) au titre du bouclier fiscal en 2009, c'est un EXCELLLLLLENT placement ;)

Moi, mon livret A ne me rapporte que 1,75% chaque année :(

Écrit par : pierre s | mardi, 06 juillet 2010

à Pierre S : dommage qu'il n'y ait pas de touche "j'aime" pour les coms sur les blogs !

Écrit par : luciolebrune | mardi, 06 juillet 2010

@granit
Ce sont les choses illégales qui me choquent surtout. 30 millions remboursés sur quoi ? Sur des taxes qu'elle avait payées...
@Romain
Objectivement, son livre est un condensé de ce que l'on constate aujourd'hui.
@Pierre
Oui, il y a une confusion inquiétante des deux sphères.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 06 juillet 2010

Tu as raison, c'est un Woerthement de terre ))

Écrit par : Disparitus | mardi, 06 juillet 2010

Le pire c’est que cette idée absurde du président qui fait tout, tombe pile dans le défaut, dans la faiblesse du peuple français. Il y a des années que c’est notre tentation nationale : avoir au-dessus de nous quelqu’un qui va résoudre tous les problèmes à notre place. (…) C’est une faiblesse française. C’est une faiblesse parce qu’elle porte à aduler, ce qui est humiliant. C’est une faiblesse dangereuse parce qu’elle porte à sacrifier, le jour venu, l’homme providentiel qui a cessé de plaire. C’est une faiblesse surtout parce qu’elle empêche ce peuple de citoyens de se saisir lui-même des sujets qui le paralysent, de choisir lui-même, en toute connaissance de cause, le chemin qui lui permettra d’en sortir, et de s’y tenir, ce qui n’est pas la moindre condition du succès. (…) Je me souviens du jour lointain, à la fin des années 70, où le responsable de la CDU de l’époque, un homme qui disait-on n’avait aucune chance électorale, sans doute parce qu’il était très grand, très massif, peu élégant au sens français du terme, et qui s’appelait Helmut Kohl, prenait le temps de m’expliquer avec forces détails l’architecture de la démocratie allemande. Un système élaboré de contre-pouvoirs, une organisation de l’Etat où personne ne peut gouverner seul, un strict respect et une représentation équitable de toutes les opinions démocratiques, un vaste système de formation civique, bâti en collaboration avec les partis politiques, les syndicats, les Eglises même. Le tout adossé à des fondations politiques que l’Etat allemand aide puissamment, chacune organisant un réseau d’universitaires, de chercheurs, d’antennes extérieures. Rien ne paraissait trop beau pour la réflexion démocratique. Toutes les règles du jeu étaient pensées. Je n’avais pas trente ans, et j’ouvrais des yeux stupéfaits, surpris comme un Français devant un peuple qui prenait à ce point au sérieux le droit des citoyens à être respectés, et leur droit à penser. Je manifestais mon étonnement à Helmut Kohl. Et j’ai encore dans l’oreille sa réponse : « Nous avons payé assez cher notre négligence et notre ignorance sur ces sujets : nous ne recommencerons jamais. »

François Bayrou – Abus de Pouvoir (Chapitre III / L’hyper)

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 07 juillet 2010

BETTENCOURT, LA PLAGE, LES VACANCES

L’affaire de la milliardaire Béttencourt, qui n’intéresse absolument personne dans la population française à part le cercle des journalistes parisiens se croyant investis d’une mission d’information, est en train de monopoliser les rédactions du pays en pure perte.

Puis il est question des vacanciers, du bronzage à la plage, des "livres de l’été" comme on dit à dévorer sur le sable brûlant... Ces journalistes sont vraiment de purs abrutis

Franchement, est-ce que vous me voyez faire "bronzette" sur la plage tout en lisant un roman "dupontesque" sous le cagnard ? Il faut être honteusement lobotomisé, perverti, abêti par les mœurs "ânesques" de la populace pour aller s’étendre quasiment nu sur une plage sous un soleil stupide et dangereux parmi d’autres limaces humaines avachies et se taper un pavé insipide écrit par quelque imbécile auteur à la mode se prenant pour un écrivain

Et pourtant ils sont des millions à le faire

Il n’est question que de cela dans les médias, ces inepties étant mises en avant aussi bien dans les journaux papiers qu’a la radio : Béttencourt, vacances, livres de plage..

On le voit, l’information tourne dans le vide le plus absolu.

Raphaël Zacharie de IZARRA

Écrit par : Raphaël Zacharie de IZARRA | mercredi, 07 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.