Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« On n'arrête pas le progrès, chez les Verts... | Page d'accueil | Louise, Louison et Artémis »

lundi, 07 juin 2010

Bébé oublié et détours de la mémoire

Le Faucon, à la suite d'un fait divers tragique, renvoie à la responsabilité individuelle l'oubli d'un enfant dans une voiture. Il s'en prend même à Nadine Morano, Secrétaire d'État chargée de la famille et de la solidarité, parce que cette dernière veut demander la mise en place d'un détecteur de présence automatique dans toutes les automobiles. Une mère de famille de quatre enfants , de Brétigny sur Orge, a oublié son bébé dans une voiture et est parti travailler. En raison de sa chaleur, celui-ci est décédé. C'est horrible, et quand j'apprends quelque chose d'aussi terrible, cela me touche profondément.

Je suis tout à fait en désaccord, cependant, avec ce qu'écrit le Faucon. Il est très imprudent de confondre oubli et abandon ou négligence. Au temps de Platon, on s'est beaucoup moqué d'Hippias d'Élis, ce sophiste qui analysait les mots à la nuance la plus infime, estimant qu'ils ne portaient pas la même charge sémantique. On s'en est moqué, et pourtant, il avait raison : un abandon dénote une indigne indifférence à l'égard de son enfant. C'est l'attitude la plus condamnable. La négligence est une absence de sens commun et de responsabilité : elle peut avoir des conséquences tragiques, mais elle ne signifie pas qu'un parent n'aime pas pour autant son enfant.

Mais l'oubli, lui, comment le qualifier ? Qui sait comment fonctionne la mémoire ? Dans cette très triste circonstance, cette femme n'a pas laissé son enfant, elle l'a oublié, oublié, comme si l'enfant avait disparu de sa mémoire pour un temps déterminé. Il suffit que l'esprit soit préoccupé, qu'il se tende alors tout entier vers l'objet de sa préoccupation, fût-elle anodine, et il devient alors possible d'oublier un autre objet de la mémoire. C'est terrible. Je suis presque sûr que cette femme a réellement eu un trou de mémoire. Cela peut nous arriver à tous. Et qu'on ne dise pas qu'elle est assez punie par ce qui lui arrive, j'en serais scandalisé. Comment pourrait-on parler de punition quand il s'agit de la mort d'un enfant que l'on a porté et que l'on aime ? En réalité, c'est un drame terrible qui la frappe, et qui va la ronger, alors que, je le pense profondément, elle n'y est pour rien.

Aristote, dans on Éthique à Nicomaque, au livre III, essaie de fixer les divers degrés de responsabilité en analysant actes volontaires et actes involontaires. Un oubli ne saurait être un acte volontaire, puisque par définition même, l'oubli échappe justement à la volonté ! Dans son éthique, Cette femme aurait provoqué un mal sans intention de la donner, et vraisemblablement sans négligence.

J'en viens à Nadine Morano : elle a raison. Tout à fait raison. Pour ceux qui oublient, un détecteur, c'est leur garantir une sécurité supplémentaire contre leurs défaillances. Pour les négligents, c'est un rappel à l'ordre : laisser un enfant tout seul dans une voiture est dangereux. Pour les indifférents, enfin, si le détecteur se met en marche, on peut espérer qu'il réveille un soupçon de responsabilité de leur part, à défaut, qu'il attire l'attention de l'environnement.

Cette histoire est atroce. Les parents du bébé mort avaient veillé toute la nuit au chevet d'un de leurs autres enfants qui était très malade. Atroce. Vraiment atroce. J'en frémis à la seule pensée. Pauvre femme, pauvres enfants. Surtout ne pas l'accabler, mais au contraire, l'entourer, lui apporter de l'attention et de la consolation autant qu'il est possible. Quant à la proposition de Nadine Morano, j'applaudis des deux mains, mais concrètement quand est-ce que le gouvernement passe à l'action et vote la loi ad hoc ?

Quoi qu'il en soit, j'en finis avec cet appel : si vous voyez un jour un enfant seul dans une voiture, même un peu plus âgé, n'ayez aucune, je dis bien, aucune hésitation  à alerter la police. Plus généralement, quand vous voyez un jeune enfant seul, vérifiez si sa famille ne se trouve pas autour. Si ce n'est pas le cas, prévenez la police. Rien ne doit être ignoré ni épargné pour la sauvegarde de nos jeunes enfants.

Commentaires

Comment fonctionne la mémoire ? je ne crois pas que ce soit le problème dans le cas présent ... tu le dis toi même : les parents avaient veillé toute la nuit un autre de leurs enfants ... ils étaient crevés, c'est tout !

Écrit par : Mirabelle | lundi, 07 juin 2010

Ce système me paraitrait plus sécuritaire que les gadgets de confort du style: allumage automatique des feux idem pour les essuie-glaces...

Écrit par : Martine | lundi, 07 juin 2010

Effectivement cette femme est plus à plaindre qu'à blâmer! Bon billet...

Écrit par : Brubois | lundi, 07 juin 2010

Tu as raison, rien ne doit être épargné pour sauver nos gosses.

Ce qui me dérange, et tu l'as assez bien mis en avant (c'est notre désaccord), c'est que je crains une société de déresponsabilisation individuelle. Cette société qui fait que le fumeur porte plainte contre son bureau de tabac parce qu'il a un cancer, et qu'une femme qui se perd sur une autoroute porte plainte contre Google Maps. Ca me dérange, et me fait un peu peur.

Et de fait, je ne me suis "pas pris" à Morano comme tu l'écris. Mais simplement exprimé un désaccord. Cordialement et courtoisement, comme nous le faisons sur nos blogs.

Sur le fait divers en lui même, pas de polémique à avoir. C'est affreux, atroce. Je n'arrive pas à comprendre comment on peut oublier un enfant dans une voiture, mais me l'a dit aspi, sans doute cette dame non plus. Jusqu'à ce que l'accident arrive.
Non, c'est affreux, ça ne mérite vraiment pas de polémiquer sur l'acte d'une mère qui est, de toutes manières, totalement détruite...

Bonne semaine !

Écrit par : falconhill | lundi, 07 juin 2010

en même temps, une société où une femme doit aller travailler avec un enfant malade qu'elle a dû veiller toute la nuit et un bébé en bas âge, une société où on ne laisse même pas aux parents le temps nécessaire pour pouvoir décemment s'occuper de leurs enfants,je crois que c'est ce système qui est condamnable!

Pour moi, les condamnables, c'est les Simone de Beauvoir et autres Badinter qui écrivent que la maternité est une aliénation de la femme et que tout doit être fait pour les en libérer: voilà ce que ça donne: cette femme là, elle peut être heureuse, selon ces théories: elle est enfin libérée de cette stupide maternité qui lui aliénait la tête quand elle allait au travail. Il ne lui reste plus qu'à se débarrasser de son autre enfant.

Quand les femmes auront vraiment le choix, par un salaire parental (même modeste) entre travail ou famille, on aura enfin des enfants élevés correctement sur le plan affectif, et qui pourront notamment être un peu plus disponibles à l'école à 6 ans pour apprendre à lire et à écrire.

Écrit par : do | lundi, 07 juin 2010

Merci pour ce conseil l'hérétique !
Je rajouterai : si vous voyez un enfant, une personne apparemment endormie ou un animal dans une voiture fermée en plein soleil ..... cassez la vitre avant toute chose, puis appelez la police ou les pompiers! Vous risquez au pire d'avoir une vitre à payer, au mieux d'avoir sauvé une VIE !

Écrit par : verso | lundi, 07 juin 2010

@do
Ahem...là, vous allez chercher loin. Hélas, il s'agit d'un fait divers avant tout. Il n'y a pas de coupable, seulement (peut-être) des causes. On peut en revanche essayer de prévenir ces accidents tragiques.
@falcon
Je te comprends à propos de la société de déresponsabilisation, mais en la circonstance, je pense que ce n'est pas le problème, et que, de toutes façons, mettre en place un détecteur de présence dans les automobiles ne rendra pas pour autant les parents moins responsables.
@Brubois
Je suis vraiment et sincèrement très malheureux pour ce qu'il lui est arrivé.
@Mirabelle
c'est sans doute la cause principale, mais tu sais, parfois, on peut être étonnant par ce qu'on peut oublier

Écrit par : l'hérétique | lundi, 07 juin 2010

@Verso
Oui, en effet, cela peut être nécessaire.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 07 juin 2010

Encore une fois, César, nous partageons le même avis.

Qui peut se rappeler avec exactitude s'il a bien refermé la porté à clé, le robinet de gaz ? Certains gestes sont tellements quotidiens, il suffit d'un détournement de notre attention (il y a peu, un papa avait oublié son enfant parce qu'au moment où il sortait de sa voiture, il était témoin d'un accident avec délit de fuite).

Toutes ses vies brisées et ce sentiment de culpabilité à traîner toute sa vie...

En tant que parent, aucun de nous n'est à l'abri d'un tel geste, oui c'est pour cela que les constructeurs doivent faire ce gadget d'alarme en relation avec les sièges-enfants occupés alors que nous avons fermé la voiture. Il n'est nulle question de déresponsabilisation là-dedans, mais d'un filet de sécurité complémentaire (et vu le nombre de ces cas, ce n'est pas superflu).

Ce n'est pas la même chose que les procès contre les fabricants de tabac, dans le cas des enfants oubliés dans la voiture nous avons une absence, et pas un choix en connaissance de cause comme peut l'être celui de la personne qui se met à fumer de nos jours.

D'accord donc pour éviter la déresponsabilisation en portant les efforts là où ils sont nécessaires, et pas de l'infantilisation.

Pour aborder une autre facette de cette infantilisation, déclencher l'alerte canicule avec la météo actuelle de ce mois de juin me paraît être plus un coup de com qu'autre chose, tandis qu'en cas de réelle canicule, il faut peut-être penser aux personnes âgées isolées qui n'ont plus assez de facultés d'adaptation (ce qui est la définition de la vieillesse) pour pouvoir être assez vigilantes pour elles-mêmes.

Écrit par : luciolebrune | lundi, 07 juin 2010

oui, je vais apparemment chercher un peu loin, mais ça m'agace qu'on cherche toujours les causes des problèmes liés à l'enfance en évitant soigneusement de remettre sur sur le tapis ce fait qu'un enfant de moins de 3-4 ans serait plus à sa place avec sa mère que n'importe où ailleurs, parce que personne ne veut l'entendre, parce que ça a un coût.

Pour moi, ce n'est déjà pas normal de voir tous les jours des quantités de femmes sortir de leur siège auto des bébés emmitouflés, à 7h15 le matin en hiver, pour les amener chez une nourrice. Et des petits de 2 ou 3 ans passer 8 à 9 h par jour dans une collectivité, repas compris. C'est déjà de la maltraitance en soi.

Là, oui, je suis bien d'accord, c'est un fait divers, et ça aurait pu arriver à une femme en Afrique à la suite d'un simple malentendu avec une personne à laquelle elle aurait cru confier son enfant. Mais ça me semble quand même un peu symptomatique de la vie qu'on mène et qu'on fait mener aux enfants (mais bon, je travaille en maternelle, avec des enfants exténués par 8-9h en collectivité chaque jour, ça explique mon point de vue.)

Écrit par : do | lundi, 07 juin 2010

Bravo pour votre analyse, ...mais un bémol quand même: le système d'alerte existait bien dans nos voitures, mais ce sont les constructeurs qui l'ont supprimé: cela s'appelait une CLE: parce que pour fermer sa voiture à clé, il fallait être debout devant et on voyait ce qui se passait à l'intérieur!!!!

Et avantage supplémentaire, ce système fonctionnait pour tout: les enfants mais aussi les porte documents, les surgelés,....^-^...

Écrit par : Nahera | lundi, 07 juin 2010

@Nahera,
En voila une excellente nouvelle :) si le système existe, il sera d'autant plus facile à mettre en oeuvre à couts constants, bah voui adieu les gadgets, ils peuvent bien etre optionnels pour les plus joueurs d'entre nous, non? ;)
@Do,
Pas entièrement en désaccord, simplement avant de "révolutionner" notre société, il me parait sage d'essayer de trouver des solutions pour éviter ce style d'horreur, rapidement. Bien à vous.

Écrit par : Martine | lundi, 07 juin 2010

Triste fait divers. Il serait intéressant d'avoir des stats sur ce genre d'accident.

@ Do, Martine > " Pas entièrement en désaccord, simplement avant de "révolutionner" notre société, il me parait sage d'essayer de trouver des solutions... "
La question est bien là, les solutions technologiques sont souvent rapides et efficaces mais elles "révolutionnent" malgré-tout incidemment notre société. On ne peut pas d'un côté se décharger sur des palliatifs (technologiques ou autres) et espérer un retour tout naturel aux fondamentaux de l'autre.

Écrit par : Didier | mardi, 08 juin 2010

@Didier,
Je n'avais pas percu le com de do, comme un retour au" moyen age" mais plutot comme un témoignage.

Écrit par : Martine | mardi, 08 juin 2010

La question est de savoir s'il s'agit réellement d'un oubli ou d'une négligence.
La réponse sera difficile à trouver, que ce soit l'un ou l'autre, il n'y a pas d'intention d'arriver à la conséquence.
Mais l'oubli est acceptable, parce que par nature non volontaire, la négligence l'est naturellement beaucoup moins.

Écrit par : BDD | mardi, 08 juin 2010

Je rajoute, ayant écrit un peu vite, que quoi qu'il en soit, oubli ou négligence, la mère ne s'en remettra jamais, et j'ai un vrai pincement au coeur en pensant à elle: poids de l'acte, poids du regard de la famille, de l'entourage, etc...

Écrit par : BDD | mardi, 08 juin 2010

@ Do,
"ne société où une femme doit aller travailler avec un enfant malade qu'elle a dû veiller toute la nuit et un bébé en bas âge, une société où on ne laisse même pas aux parents le temps nécessaire pour pouvoir décemment s'occuper de leurs enfants,je crois que c'est ce système qui est condamnable!"


ce que vous écrivez là e nomme "La Vie" et il se trouve qu'il y a des milliards de gens qui ont passé à travers et des milliards qui continuent, j'vois pas pourquoi on blâmerait "la société" sauf si ce n'est parce qu'on est viscéralement irresponsable.

Écrit par : sevand | mardi, 08 juin 2010

@ Do, sevand > C'est sacrifier la vie au profit d'un système quel qu'il soit qui est non-seulement irresponsable mais radicalement pervers. Toutes proportions gardées, un unique SMIG faisait vivre une famille de quatre personnes il n'y a pas si longtemps. Aujourd'hui les obligations sociétales détruisent le principe-même de famille au point que deux SMIC ne suffisent plus, malgré les aides, primes et autres aumônes nationales, à vivre sans souci du lendemain. L'ouvrier d'hier était-il plus performant, plus instruit, plus assidu? Très franchement je ne pense pas. Le salarié Français est reconnu par tous comme étant l'un des plus compétents et performants au monde, largement en adéquation avec son coût, il suffit de demander à ceux qui travaillent à l'étranger et peuvent comparer, alors d'où vient le problème? Certainement pas ou peu de sa vie mais bien d'un système mondial qui depuis des années lamine inexorablement tout ce qui a trait à la nature même de l'humanité. La question n'est pas de refuser toute forme de progrès mais de cesser de gaspiller parce-qu'à force de piller pour jeter, on commence déjà à ne plus rien avoir à jeter sinon l'humain. Il faut alors des responsables, des bouc-émissaires, des fusibles, etc, une sélection qui n'a plus rien de naturelle à la moindre défaillance. L'humain est ainsi fait qu'il oublie, au-moins deux ou trois choses plus ou moins importantes par jour car son fonctionnement a besoin de rationalité, plus une vie est définie dans le cadre d'un système, plus il risquera de déraper au moindre aléa. Moins il aura de place pour penser à sa propre vie, moins il sera autonome et capable d'anticiper la vie qui est, comme chacun le sait, parsemée d'embûches pour tout le monde sans exception.

Écrit par : Didier | mardi, 08 juin 2010

je "plussoie" moi aussi entièrement votre opinion

Écrit par : greffe de cheveux toulouse | vendredi, 08 avril 2011

Les commentaires sont fermés.