Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Culture et Soft-power, la démission de Terra Nova | Page d'accueil | Pauvre Thalès, si tu avais goûté notre eau... »

dimanche, 16 mai 2010

Moi j'aime bien Gloria Allred

J'ai lu quelques articles de presse sur la nouvelle affaire  Polanski. Je suis frappé de la manière dont l'avocate de Charlotte Lewis, Gloria Allred, est présentée. On la représente en spécialiste de l'action judiciaire et de la procédure, experte en dommages et intérêts contre les célébrités. En réalité, Gloria Allred est une spécialiste du droit de la famille et des femmes. Partout où elle intervient, c'est là où des femmes qui semblent victimes, et elle ne défend pas que des people ou des victimes de people. Quand j'entends les Kouchner et Lang exprimer leur peine devant les "souffrances" de Polanski, les BHL traiter d'emblée Charlotte Lewis de menteuse, ou de simples commentateurs sur la Toile y voir une opportuniste vénale, j'ai juste envie de gerber.

Est-ce qu'ils savent, tous ces bien-pensants, ce que c'est que la souffrance d'une femme rongée par la culpabilité après avoir subi un viol. Tiens, cela me rappelle un témoignage d'une amie beaucoup plus jeune que moi : elle m'a rapporté qu'à 15 ans, elle avait été agressée par le garçon avec lequel elle sortait. Pendant des années, elle s'était interrogée en s'imaginant que c'était sa faute si elle avait été agressée. J'invite à la lecture de l'excellent billet de Sandrine sur le blog A dire d'elles , tant elle me semble avoir fait de très pertinentes réflexions sur cette affaire.

Non, ils sont bien plus soucieux des psychothérapies pour people, nos artistes et politiques engagés, ou encore des vices de procédure qui permettraient d'échapper à un juste châtiment.

Je suis d'accord pour estimer que Polanski est un grand artiste. Et alors ? Céline écrivait très bien, il n'en aurait pas moins mérité la corde, à mes yeux. Brasillach était un helléniste et traducteur hors pair, riche écho de la poétesse Sapphô, mais c'est à bon droit qu'il a été fusillé à l'issue de la Seconde Guerre Mondiale. L'art ne doit pas constituer un échappatoire à la responsabilité pénale.

L'impression ignoble que donne tout ce beau monde grouillant, c'est celle d'uns société fermée sur elle-même de gens qui se connaissent, se couvrent et se protègent.

Ce que fait quelqu'un comme Gloria Allred, aux USA, c'est de taper un grand coup dans la fourmilière, notamment contre tous ces hommes du show-bizz et du sport, qui se croient autorisés à humilier et traiter mal les femmes qu'ils croisent. C'est d'une mahonnêteté insigne de la présenter comme la candidate des scandales.

Commentaires

+1, le plus "risible" dans l'affaire, c'est Woody Allen qui prend position pour défendre Polanski...
Soon-Yi !!!

Écrit par : luciolebrune | dimanche, 16 mai 2010

Bien vu l'Hérétique, je n'avais pas pensé vérifier l'info donnée sur l'avocate. Cette histoire me donne la nausée depuis le début et c'est encore loin d'être terminé. Je trouve totalement ahurissante la position de BHL. Celui-ci excommunie ceux qui ne signent pas sa pétition en faveur de Polanski et n'hésite pas à traiter de menteuse Charlotte Lewis. Mais enfin, qui est-il donc pour se permettre cela ? Etait-il planqué dans le placard de Polanski au moment des faits ???
Vivement que la justice fasse son travail.

Écrit par : Vlad | dimanche, 16 mai 2010

Allons bon, j'ai cru sans me poser la question ce que j'entendais dans les medias de cette avocate.
Pour le coup, je m'en vais vérifier votre propre version.
Merci de ce rappel salutaire tout de même.

Écrit par : Axel | dimanche, 16 mai 2010

+1000

Je découvre ton blog, tu résumes tout.

Écrit par : NoPeople | lundi, 17 mai 2010

De toute façon elle pue par tous les bouts cette histoire...

Tant que Polanski n'a pas été jugé, chacun peut l'accabler ou le soutenir à sa guise. C'est au verdict que cela risque ne pas être drôle pour certains.

Tout ce que je sais, c'est que ces lynchages ping-pong par voie médiatique ne sont pas très glorieux, voir totalement indignes de la part d'états de droit si fiers de leur prétendue civilisation.

Écrit par : Didier | lundi, 17 mai 2010

"st-ce qu'ils savent, tous ces bien-pensants,"

Mouarf ! C'est toi qui te pose en bienpensant...

Écrit par : Nicolas | lundi, 17 mai 2010

@Nicolas
Je me disais bien qu'il y aurait quelqu'un pour me le retourner, ça...
Non non, la bien-pensance, elle n'est pas du côté de ces femmes humiliées que l'on accuse trop facilement d'être vénales. Quant à frapper au porte-monnaie, il n'y a que cela de vrai dans le monde dans lequel nous vivons.
@Didier
Oui, attendons in fine le jugement, mais ce sont les positions publiques des people qui m'exaspèrent par-dessus tout.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 17 mai 2010

Ben si, c'est de la bienpensance. Je vais être provocant en disant un truc que je ne pense pas : aussi bien c'est une vulgaire salope qui a couché pour avoir le rôle. Je ne suis pas bienpensant. Quand tu prends sa défense tu es bienpensant.

Écrit par : Nicolas | lundi, 17 mai 2010

Céline, Brasillach. Mérité la corde, fusillé... Ces cas ne sont sans doute pas ceux qui se rapprochent le plus de l'affaire Polanski. Mais voilà qui rejoint par contre les coups de matraque dans la g..... souvent défendus ici à l'encontre des "racailles". Vous semblez avoir un goût pour la justice expéditive.

"L'art ne doit pas constituer un échappatoire pour la responsabilité pénale". Certes. Mais la peine doit être proportionnelle à la faute. Je dévie en élargissant la question : qu'auriez-vous dit de François Mauriac intercédant pour Brasillach auprès de de Gaulle et écrivant en 1967 : "Pour Brasillach, je fis ce que je pus. [...] Je compris que cette nuit qui commençait serait la dernière nuit de cet écrivain, coupable d'une faute qui, certes, n'aurait pas dû aller à la mort. [...] Brasillach aurait pu fuir en Espagne, comme tant d'autres, et il n'avait pas fui. Je me souviens, deux jours avant la Libération, de l'avoir vu assis, seul, à la terrasse des Deux-Magots. Que ne suis-je allé m'asseoir près de lui !" ?

Écrit par : JM | lundi, 17 mai 2010

@Nicolas
Peu importe si elle était mineure. Explique-moi pourquoi elle porte plainte maintenant...
Pour Gloria Allred, tu m'expliqueras aussi pourquoi je suis le seul dans le flux d'information de google à la présenter autrement que comme une affairiste procédurière...
@JM
J'avoue avoir un goût particulier pour la répression.
Pour le reste, vous posez une bonne question, mais je vais vous répondre : ce que je dénonce chez cette société du spectacle, c'est son absence de compassion pour les victimes de Polanski, son manque absolu de pudeur.
Mauriac ne me paraît pas exactement représenter cette caste de gens du spectacle qui ont continué à se repaître grassement et sans scrupules sous l'Occupation.
La défense de quelqu'un comme Mauriac est recevable. S'il se fût agi de Sacha Guitry ou même d'Arlétty, croyez-bien que je les aurais traité comme je traite nos propres people, quand bien même leur talent artistique est grand.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 17 mai 2010

L'Hérétique,

Elle porte plainte probablement pour gagner de l'oseille.

Tiens ! Voila un extrait d'un article :

"Dans un entretien donné en 1999 au journal américain News of the world (mélange de France Soir et de Voici), Charlotte Lewis aujourd'hui agée de 42 ans, donnait une toute autre version de sa relation avec le réalisateur franco-polonais rencontré lors du casting du film Pirates.

«Je savais que Roman avait fait quelque chose de mal aux Etats-Unis, mais je voulais être sa maîtresse» raconte Charlotte Lewis. «Je le désirais probablement plus que lui ne me voulait.» Dans cet entretien, il est précisé que Charlotte Lewis avait 17 ans lorsqu'elle a couché pour la première fois avec Roman Polanski (et non 16 comme elle l'affirme aujourd'hui). Et que leur relation aurait duré plus de six mois."

http://fr.movies.yahoo.com/festival-de-cannes/actualite/cannes_2010/66/charlotte-lewis-je-voulais-tre-la-matresse-de-roman-polanski

Écrit par : Nicolas | lundi, 17 mai 2010

@Nicolas
J'en ai pris connaissance. Mais il se trouve qu'elle ne demande justement pas d'argent. Pour le reste, ça corrobore ce que je disais sur les motivations d'une gamine de cet âge dans mon billet.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 17 mai 2010

Tu as dit ça dans ton billet ?

;-)

Écrit par : Nicolas | lundi, 17 mai 2010

Polanski, c'est le mal et la jeune fille, le bien, c'est ça ? Le fait qu'elle ait été prostituée depuis 2 ans et qu'elle ait voulu "se taper" Polanski du haut de ses seize ans, c'est forcément la perversion du réalisateur ?
Il faudrait arrêter de tout voir de manière aussi manichéenne, nobody is perfect !
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | mardi, 18 mai 2010

@Nicolas
J'ai dit que je pensais qu'il était difficile pour une adolescente de dire non à un homme quand son succès en dépendait. Mais sur le fond, ce qui m'a indigné, c'est surtout les réactions immédiates des people qui ont pris une fois de plus sa défense, et puis la manière dont Allred a été immédiatement présentée comme une spécialiste des scandales.
@Monsieur Poireau
Désolé, mais je vous rappelle tout de même que Polanski s'est vanté, par le passé, d'avoir un goût particulier pour les très jeunes filles...
Alors le mal d'un côté, le bien de l'autre non, mais je ne ferai pas tout un ramdam de cette histoire s'il n'y avait pas eu le viol d'une jeune adolescente de 13 ans au préalable...

Écrit par : l'hérétique | mardi, 18 mai 2010

l'hérétique : ce serait quoi une "vieille adolescente" ? Ton choix de mots est justement révélateur de ce que je soulignais ci-dessus. La pauvre enfant face à l'ogre horrible, toussa quoi !
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau | mardi, 18 mai 2010

Nan c'est vrai ça m'émeut. Une pauv'victime d'une gamine de 16 ans qui se prostituait depuis 2, l'a pas pu résister à ses besoins irrépressibles, le gonze. Et puis se prostituer depuis l'âge de 14 ans, quoi de plus naturel?

C'est mignon tout plein je trouve, les excuses que trouvent au bon Polanski les rascouilles gauchoïdes mous du genou, du bulbe et du reste, misogynes, paternalistes et machistes comme lui, juste avec le talent en moins.

Écrit par : Floréal | mardi, 18 mai 2010

Les commentaires sont fermés.