Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Information politique introuvable | Page d'accueil | Crèches : ouste, bébé, pousse-toi de là que je m'y mette ! »

vendredi, 19 février 2010

Le MoDem enfin de retour sur la voie de l'indépendance !

Je ne puis que saluer avec une grande satisfaction le retour de François Bayrou aux fondamentaux du MoDem. Il vient de clairement annoncer que la ligne générale du MoDem, s'il est présent au second tour des élections régionales, sera l'autonomie. Il n'exclut toutefois pas des alliances au cas par cas dans certaines régions. Cela me semble de bon sens. La plupart des têtes de liste sont favorables à cette solution. Exit, le rassemblement démocrate, social et écologiste, qui me semble davantage un piège à cons démocrates qu'autre chose. Ouf, je me sens mieux, moi qui n'ai jamais vu d'un bon oeil le virage du MoDem vers la gauche. Cela ne doit pas nous empêcher de travailler avec les sociaux-démocrates ou la gauche réformiste, de manière ponctuelle, mais que chacun garde son identité. Et si alliance il devait y avoir, ce devrait être sur les mêmes bases que celles qu'exige le NPA : liberté de vote, pas d'engagement à soutenir automatiquement la majorité. Sans exclure radicalement toute alliance avec les partis actuellement au pouvoir, Bayrou a tout de même clairement laisser entendre que cela lui paraissait difficile tant les divergences et les différences d'appréciation avec ses partis sont grandes. Tu l'as dit, mon Françoué, je suis bien d'accord avec toi.

23:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : modem, bayrou, régionales |  Facebook | | |

Commentaires

LOL. Des fois l'hérétique on en viendrait presque à se demander si vos articles ne sont pas du 2nd degré, ou c'est sans doute que vous être très candide alors si ce n'est pas le cas....

C'est vrai que prôner l'indépendance quand très peu, voir aucune liste ne se maintiendra au 2nd Tour, c'est avoir beaucoup de courage de se dire indépendant et de ne pas donner de consignes de vote.

C'est d'autant plus courageux, que les autres partis sont tous à nos portes pour nous supplier de les soutenir si nous ne sommes pas au 2nd tour tellement ils espèrent que nos 3%...4%...5% de potentiels votants feront toute la différence.

Sachant bien évidemment que les électeurs Modem sont des gens qui en général se divisent en 50/50 à droite/gauche et sont de nature à se contreficher royalement d'éventuelles consignes de vote.

Ségolène doit encore s'en mordre les doigts et dans les autres régions ca rigole bien que ca soit à l'UMP ou chez les écolos.

Bayrou a donc pris son courage a deux mains, c'est incroyable, il risquait tellement gros si il ne l'annonçait pas...
Ca sent encore un calcul politique foireux de dernière minute à la De Sarniaize tout ca.

Malheureusement pour eux et pour tous ceux qui les suivent encore aveuglement que cela ne changera rien. Il est trop tard pour eux de sauver la face.

Je dirai même que c'est une manœuvre pathétique qui ferra plouf.

L'essentiel désormais c'est l'avenir et la renaissance du Mouvement Démocrate.

L'essentiel c'est que tout le monde sache que partout en France les anciens adhérents du Mouvement Démocrate, et les vrais démocrates de ce parti, ceux qui défendent notre charte des valeurs et la véritable Démocratie se préparent et qu'ils s'unissent.

Bientôt nous serons majoritaires et nous mettront un terme définitif aux dérives autocratiques du cartel Bayrou/Sarnez et leurs courtisans

Le règne du tyran Bayrou touche à sa fin.

Écrit par : Elensar | samedi, 20 février 2010

;-))))

@ elensar : c'est pas vous qui étiez candidat à la présidence du MoDem en concurrence avec François Bayrou ? oups non, il n'y en avait aucun. Bon ben, avant de parler de "tyrannie", présentez-vous à la prochaine élection ! ça devrait être fin 2010.

Écrit par : FrédéricLN | samedi, 20 février 2010

ca fait du bien d'entendre à nouveau ce discours d'indépendance!

Écrit par : David Guillerm | samedi, 20 février 2010

Certain renard gascon, d'autres disent normand,
Mourant presque de faim, vit au haut d'une treille
Des raisins mûrs apparemment,
Et couverts d'une peau vermeille.
Le galant en eut fait volontiers un repas ;
Mais comme il n'y pouvait point atteindre :
"Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats."

Fit-il pas mieux que de se plaindre ?



La Fontaine

Écrit par : Ch. Romain (Nanterre) | samedi, 20 février 2010

L'annonce de François est frappée du bon sens et c'est ce que je souhaite depuis le début.

Néanmoins, pour annoncer, il faudrait avoir consulté le Bureau Executif et les instances au préalable, ce qui, comme d'habitude n'est pas fait.

Et enfin, c'est une positioin facile à énoncer quant on imagine le score que fera le MODEM. Disons, que c'est la seule position annonçable !


Yves Clément, président MODEM LOIRET qui a jetté l'éponge

Écrit par : yves CLEMENT | samedi, 20 février 2010

@ch Romain
Je connaissais celle d'Ésope, mais je ne me souvenais plus que La Fontaine l'avait reprise. C'est vache, mais bien placé...
@Elensar
Sans doute y-a-t-il un effet d'opportunité mais aussi la pression de plusieurs têtes de listes : celles qui ont une petite chance d'atteindre la barre des 10%.
Pour le reste, sans vouloir vous vexer, je ne m'allierai pas à vous. Votre projet est sans avenir à mes yeux, et parmi les constestataires, certains font de la politique d'une manière qui ne sera jamais la mienne : diffamation, menaces, insultes, écrits au niveau du caniveau, visage lisse sur les listes, coup de poignard sous pseudo sur la Toile, mails anonymesd et cetera...la politique autrement, quoi...
Pas demain la veille que je vous rejoindrai.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 20 février 2010

@Yves Clément
Il a des qualités, mais...aussi des défauts qui énervent...
Pour le score du MoDem, attendons tout de même. 4-5% cela m'étonne tout de même.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 20 février 2010

Certes, ce retour en arrière est intéressant, mais il intervient bien tard. Surtout, on se demande où est la cohérence après le numéro de MdS avec Peillon ou après la création d'Ecologie et Démocratie qui affirme soutenir le rassemblement de Peillon.

Et puis surtout, cela ressemble à une énième palinodie alors que les sondages sont très mauvais. Il y a peu de chances que le MoDem dépasse souvent les 10 % (chose qu'il a rarement réussi d'ailleurs au cours de son histoire). Du coup, Bayrou se refait une virginité "centriste" à peu de frais.

Il y a tout lieu de croire que la plupart des listes MoDem ne dépasseront pas les 10 % et on sait ce qu'il adviendra de l'indépendance du MoDem en pareilles circonstances.

Écrit par : Fulrad | samedi, 20 février 2010

@ Ch.Romain

Je vous conseille la fable:"Le Villageois et le Serpent"
( souvenir d'école primaire - bien loin ... mais toujours en mémoire -)

En voici la Morale:
" Il est bon d'être charitable
Mais envers qui? c'est là le point.
Quant aux ingrats, il n'en est point
Qui ne meure enfin misérable."

Écrit par : marie | samedi, 20 février 2010

@L'hérétique
J'ai toujours été partisan d'un rapprochement entre le centre et la social-démocratie, mais je dois admettre qu'électoralement, c'est moins payant qu'afficher son indépendance et le refus de la bipolarisation. Cela étant, si l'on veut des élus....


@Elensar
Je ne vois pas très bien quelles sont vos perspectives : lorsque le MODEM est à 4/5 % et Bayrou à 12 %, on peut difficilement affimer que ce dernier est un boulet pour son parti.
Vous pouvez mettre l'arme au pied jusqu'au lendemain des présidentielles de 2012, la majorité des adhérents et militants continuera à plébisciter FB. Vous avez eu votre heure au lendemain des européennes, après le débat sur France 2, qui avait créé une vraie crise de légitimité et un trou d'air dans la popularité et l'image de Bayrou. C'est fini.

L'autre problème des contestataires et schismatiques, c'est que leurs comportements ne donnent guère envie de les suivre : méthodes (le faux rédigé par le Président du MODEM de l'Isère pour flinguer Begag par exemple), vénalité, ressentiment (cf entre autres les posts et blog de Ginisty, qui manifestement n'a pas fini son travail de deuil).
Voici vos options :
- continuer un travail de sape en interne, je conçois que cela procure une certaine joie mauvaise ;
- vous vendre à un parti dit de gouvernement, qui vous offrira une gamelle si vous avez un peu de visibilité ;
- rejoindre EE et y cotoyer une société civile issue de la gauche de la gauche associative ;
- disparaître dans le néant politique en rejoignant un groupuscule centriste ou ecolo-centriste (AC, Cap 21, démocrates européens...) à moins que vous fondiez le votre.

Écrit par : Megalon | samedi, 20 février 2010

Rester autonomes chaque fois que le seuil des 10% sera franchi et j'espère bien que ce sera le cas me parait évident, négocier au cas par cas entre 5% et 10% pourquoi pas à condition que ce soit pour peu de cas et que ce ne soit pas une alliance systématique avec le PS. Vous vous faites tous des gorges chaudes de ce glissement à gauche qui pour ma part n'a eu lieu que dans les titres des médias. A la lecture de tout ce qui a été dit chez Peillon ou ailleurs, à aucun moment je ne trouve une seule phrase pouvant accréditer ce glissement à gauche.

Écrit par : andre777 | samedi, 20 février 2010

Pas mieux que Megalon.

Evidemment, on nous critique sur l'oscillation entre le discours "alternance - coalition - travailler ensemble - arc central" et le discours "indépendance - nos couleurs - Mouvement démocrate - valeurs du centre".

A ceci près que les valeurs du centre, les valeurs démocrates, conduisent directement à écouter les autres, à vouloir travailler avec les autres, à rejeter le sectarisme.

C'est ce qui fait toute la difficulté pour construire et souder un Mouvement démocrate. C'est tellement plus facile de souder un groupe humain sur la méfiance et le rejet de l'autre. A ceci près que je n'ai pas la moindre envie de faire partie d'un groupe humain de ce genre - et aucun des adhérents MoDem que je connais n'en a envie, non plus.

Hier sur le marché, une personne d'une liste concurrente (celle des sortants) criait en brandissant son tract "Un bouclier social pour barrer Sarkozy !" ... ce genre de discours pseudo-guerrier (pour un objectif purement conservateur), je le leur laisse.

Écrit par : FrédéricLN | dimanche, 21 février 2010

Pour info, ce qu'en pense JFK
http://www.jeanfrancoiskahn.com/Bayrou-est-il-devenu-neutre_a59.html

Écrit par : Thierry P. | dimanche, 21 février 2010

Comme c'est énervant encore une fois cette notion de gauche ou droite qu'il faudrait obligatoirement choisir ! Et de ce fait, la personne qui ne le ferait pas deviendrait "neutre", insipide, molle ?! Et pourquoi pas "lâche" pendant qu'on y est ?!!!
Non, la vérité qu'il faut dire et clamer sans honte c'est que le MoDem (le centre si on est obligé... d'en passer par là !) est capable de travailler avec tous les bords, tous les côtés. Il ne veut rassembler que le meilleur des gens, le meilleur des projets et rien d'autre. Va-t-on reprocher à un entraineur d’une équipe de foot ou de rugby, de demander à chacun de ses joueurs, tous différents pourtant, de ne donner que le meilleur de lui-même ?!!

Le problème quand on dit ça c'est que l'on se fait accuser d'être opportuniste. Alors que ce n'est que du bon sens.
Prendre le meilleur des projets, c'est écouter tout le monde et voir l'intérêt général. Peu importe que celui qui brandit le cahier des charges y ait mis une couverture rose bleu ou orange, ou que la main soit rouge, noire ou jaune. Et que la blanche main ait tout de même taché ou corné les pages... Du moment que le texte est lisible et compréhensible par tous.

Oui, restons indépendants. Rassemblons toutes les différences et les talents...
Quelqu'un m'a dit hier que c'était de l'angélisme ! Pas du tout, c'est au contraire du pragmatisme. Dans une grande boîte, allez-vous choisir vos collègues de travail ? Bien sûr que non... Vous choisissez votre patron à la rigueur et après vous trouvez en général l'ambiance que vous y amenez vous. Tout bonnement.

Le MoDem c'est ça : un chef, dont la vision est suffisamment élevée pour voir loin en arrière et se projeter loin en avant. Et des militants assez différents pour se compléter et s'enrichir mutuellement d'une réflexion percutante.

Ne pas faire de politique "contre" comme le dit Frédéric. Mais plutôt que "pour" je dirais "avec".

Écrit par : Françoise Boulanger | lundi, 22 février 2010

Les commentaires sont fermés.