Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009, l'hérétique dépasse le million de pages lues | Page d'accueil | Crédit P2P, le cauchemar des banques »

lundi, 04 janvier 2010

Vaccins contre la grippe A et concert de hyènes...

Quand j'entends les principaux responsables politiques hurler au loup et beugler à qui mieux qui beugle le plus fort contre le gouvernement pour avoir eu la sagesse d'appliquer un principe de précaution élémentaire, je sens de la moutarde très forte me monter aux narines. Qu'eussent-ils dit, les donneurs de leçons, si l'épidémie s'était avérée mortelle après une mutation du virus ? Le gouvernement fait bien de ne pas céder une once de terrain. Côté organisation, en revanche, je donne quitus à François Bayrou (que je salue pour ne pas avoir rejoint le choeur des hyènes) des critiques qu'il fait valoir sur la stratégie de diffusion du vaccin. Je rejoins à cet effet entièrement les réflexions d'Humeurs de Vache : les réactions les plus saines, dans cette histoire, sont venues du centre, avec celles de François Bayrou (MoDem) et Jean-Christophe Lagarde (Nouveau Centre).  Sur la logistique et la distribution du vaccin, Jean-Jacques Jégou, trésorier du MoDem et Sénateur du Val de Marne, avait rendu pourtant un rapport aussi complet que prémonitoire.

Je ne veux néanmoins pas jeter la pierre au gouvernement, qui a du gérer comme il a pu cette première alerte à la pandémie, car, il ne faut pas l'oublier, il y a eu pandémie. En revanche, il est légitime d'analyser les défaillances auxquelles a donné lieu la distribution des vaccins afin d'être mieux préparés une fois prochaine, si une situation analogue se présente.

[EDIT] Excellente réflexion, en commentaire, de Laurent Grandsimon, un blogueur radical, je la publie :

La question sur les Hyènes, cher Hérétique ce n'est pas "Qu'eussent-ils dit, si l'épidémie s'était avérée mortelle après une mutation du virus?"

La question c'est « qu'ont ils dit quand l'annonce était faite de commander ces millions de doses? ». RIEN, pour la majorité d’entre eux ils n’ont RIEN dit il ya six mois. Ce sont les sportifs du lundi matin, les experts du 12 septembre etc.. A part les quelques individus qui ont publiquement questionné la possible démesure début 2009, le reste, ils n’ont RIEN à dire de crédible
. [/EDIT]

23:16 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : grippe a, vaccin |  Facebook | | |

Commentaires

La question sur les Hyènes, cher Hérétique ce n'est pas "Qu'eussent-ils dit, si l'épidémie s'était avérée mortelle après une mutation du virus?"

La question c'est « qu'ont ils dit quand l'annonce était faite de commander ces millions de doses? ». RIEN, pour la majorité d’entre eux ils n’ont RIEN dit il ya six mois. Ce sont les sportifs du lundi matin, les experts du 12 septembre etc.. A part les quelques individus qui ont publiquement questionné la possible démesure début 2009, le reste, ils n’ont RIEN à dire de crédible

Écrit par : lg | lundi, 04 janvier 2010

@ Laurent
Très exact. Zut, j'aurais du le dire. Hop, je rajoute votre commentaire

Écrit par : l'hérétique | lundi, 04 janvier 2010

Je me souviens, aie aya aye!!!
Il y a possibilité un jour de pandémie et il conviendrait d'y etre préparé, en ce sens les interventions de JJJ, m'ont paru pertinantes, car: il s'interrogeait sur les structures d'organisation.
Bon, je sors raaapidos avant les baaaaffes!

Écrit par : Martine | lundi, 04 janvier 2010

Oups!
Je repasse avant le pugilat, simplement pour dire que pendant cette période je me suis attachée à observer les mesures prises dans différents pays, mon dernier commentaire sera: il y a du "TRAVAIL" !
La seule mesure intelligente et non traumatisante aux frontières, je l'ai observé à Rabat.
Voila, voili, voilou!

Écrit par : Martine | mardi, 05 janvier 2010

Il fallait bien sûr un principe de précaution mais dès le départ on a pu observer que cette grippe était moins mortelle qu'une grippe classique.

Le gouvernement a répondu à un déchainement médiatique et a fait de la surenchère et c'est là que les critiques interviennent.

Par contre, il est clair que peu de politiques ont apporté des réserves au départ et il l'a ramène maintenant, c'est un peu facile.

Écrit par : David Guillerm | mardi, 05 janvier 2010

Je suis de ton avis l'Hérétique, et je comptais justement écrire un billet sur le sujet. Tu m'as devancé, mais je l'écrirai quand même demain. Car c'est bien trop facile de dire après coup (hors peut-être JL. Debré qui s'est prononcé très tôt sur la grippe A), que tout cela était gaspillage. Encore qu'un deuxième pic de grippe A est attendu en février et peut-être que certains pourront changer opportunément d'avis.

Il vaut mieux un principe de précaution trop appliqué que pas de principe de précaution du tout. Même si le principe de précaution le plus efficace eut été de circonscrire l'épidémie dès le début, ce qui n'a pas été fait. Car effectivement, personne ne connaissait ce virus qui aurait pu être le H5N1.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 05 janvier 2010

euh... pardon B. Debré et non pas JL. Debré!!! :)

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 05 janvier 2010

Je ne suis pas d'accord :
a/ il n'y a pas eu pandémie. Il y a eu une modification de la définition de pandémie par l'OMS pour faire rentrer la petite épidémie observée dans le cadre d'une pandémie, histoire d'assoir ses gesticulations.

b/ même en imaginant qu'il fallait deux doses par personne vacciné, on ne table jamais sur 100% de personnes vaccinées sur un territoire. A 50%, on est déjà très bien. Ce qui fait 50 millions de doses max. Avec 96, on est très au-delà du normal.

c/ les prix pratiqués sont supérieurs à ceux du marchés ; la France a payé ses vaccins plus chers que les autres pays.

d/ l'organisation a été, dès le départ, catastrophique. Coût supplémentaire.

e/ le tamiflu, ce n'est pas gratuit non plus. On parle des doses, parce que c'est le gros morceau, mais l'antiviral est lui aussi payé, conservé, géré. Gabegie là aussi.

f/ l'argument "Et si ?" ne tient pas : la logique du principe de précaution, totalement délétère en l'espèce, aurait voulu qu'on stoppe le trafic de passager - on voit les dégâts -, aurait imposé le port du masque à tous, et surtout (argh argh) imposé la diminution au maximum des transports en commun. Juste avant Copenhague, c'eut été drôle. En pratique, le gvt français (et de bien des pays) a cédé à la franche panique médiatique, ayant surtout peur qu'on puisse lui reprocher de ne pas avoir fait, alors qu'objectivement, des douzaines de médecins (qu'on n'a très peu relayé dans la presse) - dont Debré - avaient clairement dit que tout ceci était exagéré.

Enfin, les études médicales sur la grippe espagnole ont montré (et ce, depuis quelques années déjà) que les gens mouraient surtout à cet époque d'un manque chronique d'antibiotiques (complications de la grippe) par pneumonies notamment, et non de la grippe elle-même, à l'exception des quelques cas (observés de nos jours) des réactions violentes - tempêtes de cytokines - qui sont de l'ordre de 1 pour 10.000 malade env.

Bref.

Le principe de précaution, c'est une bouffonnerie pénible. On est dans la même hystérie gouvernementale du "Je Montre Que Je Fais Des Choses A Tout Prix" que pour le réchauffement climatique.

Écrit par : h16 | mardi, 05 janvier 2010

Ce sont les médias qui ont lancé la panique... unique dans le monde !

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

Tu devrais lire:

http://www.rue89.com/2009/12/25/grippe-a-lecons-de-zenitude-dune-francaise-vivant-en-allemagne-131046
et les commentaires

ainsi que

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/societe/20100104.OBS2466/debre__nous_avons_achete_10_des_vaccins_du_monde.html

et

http://www.droit-medical.com/actualites/4-evolution/647-pologne-refuse-vaccin-grippe-ah1n1

Vivant en Allemagne, je peux assurer qu'il n'y a eu AUCUNE panique entretenue pour l'Etat pour écouler les vaccins achetés, on les a déjà revendus il y a des semaines. Pour avoir de la famille en Pologne, idem. On conseillait aux habitants de se laver correctement les mains et d'éviter de tousser dans la nature... simples mesures d'hygiène élémentaire.

Quand j'écoutais les spots aux radios françaises, du style "stop au virus de la grippe", j'avais l'impression qu'on parlait à des débiles...

Incroyable comment les Français acceptent de se faire traiter par un Etat-superpapa...

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

Je trouve que tu es un peu de mauvaise foi quand tu parles de "hyènes" et justifie le "principe de précaution" en quelque sorte.

Ce n'est pas vrai que personne n'a tiré la sonnette d'alarme à temps. Beaucoup l'ont fait dès l'été.

Sur ton site, j'avais écrit ce commentaire il y a 2 mois:

http://heresie.hautetfort.com/archive/2009/12/01/grippe-a-bebe-est-vaccine-et-moi-du-squalene-coule-dans-mon.html#comments

Ecrit par : Danièle Douet | mercredi, 02 décembre 2009

Merci Géraldine pour cet article concernant la Pologne, pays qui m'est proche.

En Allemagne, les médias parlent ouvertement de la situation.

Voici par exemple ce qu'écrit le Spiegel http://www.spiegel.de/wissenschaft/medizin/0,1518,664044,00.html:

"28.11.2009
De moins en moins de contagions

Les médecins constatent la fin de la première vague de grippe porcine.

Il semble que le pic de la première vague de grippe porcine ait été dépassé. Selon les informations du Spiegel les Länder (régions) veulent voir s'ils peuvent négocier avec le groupe phramaceutique GlaxoSmithKline pour ne pas prendre tous les vaccins commandés.

En Bavière, ou l'épidémie de grippe porcine a démarré, le nombre de patients qui vont consulter un médecin pour des troubles des voies respiratoires est en baisse depuis deux semaines. "C'est une faible tendance", déclare au Spiegel Susanne Glasmacher, porte-parole de l'Institut Robert-Koch.

Entre-temps, la situation semble aussi se détendre en Allemagne du Nord. La responsable des urgences de l'hôpital des enfants d'Altona à Hambourg, Doris Schrage, déclare "Il semble que la grande vague d'infection soit passée."
Le personnel de l'hôpital des enfants de Hanovre savoure le calme après la tempête. "Nous ne savons pas encore si c'était tout" dit le médecin chef Thorsten Wygold au Spiegel. Le pédiatre Heiko Krude de la clinique Virchow de Berlin croit que les médecins ont l'épidemie sous contrôle. "Les symptômes sont assez bénins, nous n'avons pas de pénurie de lits en réanimation ni en appareils respiratoires".

L'institut Paul-Ehrlich a enregistré au 19 novembre 452 cas de réactions au vaccin, dont 10 cas mortels.

Cependant, pour aucun des cas, il n'est absolument avéré que le décès soit dû au vaccin. Un vaccin spécial pour femmes enceintes doit arriver la semaine prochaine.

Les Länder sont d'avis qu'ils n'utiliseront pas les vaccins commandés. "Nous voulons voir avec le laboratoire GlaxoSmithKline si nous sommes obligés de prendre toutes les doses de vaccin". Une demi-douzaine de pays, dont l'Ukraine, ont indiqué être intéressés par le vaccin allemand."

Et voilà, comme toujours la population est informée de tout ce qui se passe dans le pays par des médias qui font leur travail...

Quand j'écoute la radio française, avec tous ces spots qui font peur, je me dis que nous ne vivons pas sur la même planète.

Cela me rappelle Tchernobyl. En Allemagne, la population était informée et les parents avaient couvert tous les bacs à sable de bâche pour éviter que la pluie radio-active ne contamine le sable pour des centaines d'années. Je me souviens comme tous mes voisins, informés par les médias, s'étaient organisés en quelques heures pour protéger leurs jardins et tous les terrains de jeux dans un immense effort collectif. Et pendant ce temps, en France, juste de l'autre côté de la frontière, les Lorrains se moquaient des Allemands et leur disaient que leur gouvernement avait dit qu'il n'y avait aucun danger...

A vous de voir...

En tout cas, chapeau bas à la Pologne, petit pays qui en a tant vu et qui affirme son indépendance... Dobrze, dobrze...

Pauvre France où il devient impossible de penser, tant les médias sont manipulés.

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

Personnellement, je peste contre l'organisation de cette campagne qui a fait dépenser 2 milliards d'euros pour 5 millions de personnes vaccinées... 400 euros la piqure, je trouve la note salée, et je pense qu'il aurait été possible de faire mieux.

Je constate également que le rythme de vaccination est si faible que, lors du pic constaté de l'épidémie, seules quelques centaines de milliers de personnes étaient protégées par le vaccin. Là aussi, je suis persuadée qu'il aurait été possible de faire mieux si l'on choisissait l'option vaccin.

Ceci étant, permettez-moi de vous transmettre un point de vue légèrement différent et a-politique.

Depuis cet été les chiffres de l'épidémie dans l'hémisphère Sud montraient clairement que cette grippe n'était pas si dangereuse que cela. Très contagieuse oui, mais très mortelle non. Du moins pas plus que celles des années précédentes si l'on parle en nombre de personnes décédées par rapport à l'ensemble de la population.
cf. les chiffres disponibles sur le site de l'OMS.

Dès fin aout, donc, pour le quidam moyen la seule vraie crainte à avoir était une mutation importante.

Si l'on considère qu'il existe d'autres méthodes de prévention (comme se laver régulièrement les mains et faire une cure de vitamines...) et qu'une campagne de vaccination et surtout de prescription très massive d'anti-viraux ne peut qu'accélérer ces risques de mutation, la question doit donc être reformulée.

La balance risque / bénéfice du vaccin, depuis cet été, aurait dû être discutée ainsi : accepter une grippe ne tuant pas plus que les autres années (mais tuant des personnes plus jeunes, reconnaissons-le) ou tout faire pour essayer de sauver ces personnes et risquer de provoquer une mutation du virus vers une variante contre laquelle nous n'aurions peut être ni vaccin ni anti-viraux efficaces...

Personnellement, je n'aurais pas fait le choix qui a été fait. Et personne, dans ma famille, n'a été ou ne sera vacciné.

Bien sûr, pour faire ce choix, je prenais en compte la faible dangerosité de la maladie constatée dans les pays déjà touchés. Je n'aurais pas fait le même face à, par exemple, une variante hautement transmissible à l'homme de la grippe aviaire. Mais c'est justement dans la crainte de voir apparaitre une variante de ce type que je me suis opposée à cette campagne de vaccination massive. Car, en résumer, le principe de précaution peut avoir des effets secondaires extrêmement sournois.

J'espère, sincèrement, que l'avenir rendra mes craintes aberrantes.

Écrit par : Naia | mardi, 05 janvier 2010

Sans parler de l'ineptie totale vis-à-vis de l'Afrique où l'industrie chimique ne force pas du tout la recherche pour les maladies tropicales, car l'Afrique a peu d'argent...

On préfère laisser mourir les gens là-bas et traire les contribuables français.


Quand est-ce que quelques citoyens lucides se lèveront pour dire STOP !!!!

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

Et en France, les médias n'ont pas parlé des dizaines de personnes décedées suite au vaccin...

Black-out total...

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

J'écoute à l'instant "La tête au carré" sur France Inter et voici ce que dit:

Marc Peschanski - directeur fondateur de l'ISTEM (Institut des cellules souches pour le traitement et l'étude des maladies monogéniques)au Génopole d'Evry et Biologiste spécialiste des maladies neurodégénératives et des cellules souches

qui me semble plus qualifié en tant que scientifique que l'Hérétique - sorry :-( - quant à un avis sur la politique de santé du gouvernement.

Il dit à l'instant que la gestion de la "grippe A" a été CATASTROPHIQUE...

A écouter sur France Inter, cette émission du 5 janvier 2009:

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/lateteaucarre/archives.php

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

oups, 5 janvier 2010 (pas encore habituée :-))

http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/lateteaucarre/index.php?id=86959

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

Et que penser des "quelques six mille" décès et des suites à la grippe humaine chaque années...? Sans parler du cancer ou du sida : que fait la police ? Et pourquoi les médecins, les infirmières et centres de soins existants n'ont-ils pas été au coeur même de l'organisation, et comme cela fut le cas dans d'autres pays européens comme l'Angleterre ou l'Allemagne par exemple ; cela en lieu et place d'une hypothétique réception, par voie postale, du fameux sésame et formulaire de vaccination personnel et de la dépense excessive constatée à l'occasion de l'ouverture de centres spéciaux, énergivore en personnels et matériels...?

Ou encore du peu d'effort sanitaire des pouvoirs publics, et dans le cas des maladies dites rares (soit moins d'une personne sur 2000 touchée) et leurs cortèges pourtant dramatiquement élevés de cas constatés (plus de 3 millions) en France...Et à ne pas confondre avec les maladies orphelines que seule "la solidarité" non gouvernementale semble préoccuper...toujours à grands renforts de spectacles populistes tous plus irréels que vertueux !

Tout ceci est quand même pour le moins curieux et de constater que des sommes faramineuses puissent être engagées avec si peu de vergogne, si spéculatives ???

Comment ne pas s'indigner du manque Étatique et dans sa première action solidaire, pourtant parfaitement régalienne, et un perpétuel déremboursement des médicaments... Aujourd'hui encore, avec plus d'une centaine de médicaments pourtant indispensable aux plus pauvres d'entre-nous, et ceux dits, "de service médical rendu faible ou insuffisant" seulement remboursés à concurrence de 15 pour 100 ? Et paradoxe des paradoxes, de la désertification de médecins allopathes de nos campagnes entrainant de fait des pathologies lourdes, prises souvent avec trop de retard et devenant soit irrémédiables et ou extrêmement couteuses?

Ce vaccin "soit disant" contre la grippe AH1N1 est un scandale de plus, voilà tout !

Écrit par : Amexour | mardi, 05 janvier 2010

Des hyènes :-))) Il n'y a donc que "des hyènes" au sein du comité européen de la Santé* qui a demandé un enquête sur la campagne de vaccination et sur l’OMS ?
(Le président du comité,le Dr Wodarg a critiqué les mesures qui ont été prises pour lutter contre la grippe porcine et les a considérées comme un des plus grands scandales médicaux du siècle).
« Les hyènes » savent la manière dont les vaccins ont été fabriqués, que les adjuvants provoqueront des effets à long terme (des maladies auto immunes invalidantes) vu les expériences faites sur les rats etc... « Les hyènes » savent qu’il y a des morts fulminantes chaque année à cause de la grippe saisonnière, elles ont lu le rapport Cochrane de 2006 et ses conclusions sur l’efficacité du vaccin contre la grippe saisonnière etc..

P.S. @l'hérétique qui dit :"Qu'eussent-ils dit, les donneurs de leçons, si l'épidémie s'était avérée mortelle après une mutation du virus ?" Ils auraient répondu qu'après une mutation mortelle donc due à une"cassure" et non à un « glissement » le vaccin ne servait plus à RIEN. Avant d'aboyer , il vaut mieux se pencher que quelques notions simples d'immunologie , consulter les fiches de l’Institut Pasteur, par exemple (et ne pas faire comme Elie Arié dans les nombreuses discussions sur la grippe de marianne2 où il raconte n'importe quoi, alors qu’il est médecin (cardiologue) et où heureusement 98% des gens ont plus de bon sens que lui...)

Écrit par : Géraldine | mardi, 05 janvier 2010

@ Géraldine
J'adore aboyer. Je roule dans la catégorie bulldog, mon toutou favori.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 05 janvier 2010

Demandez-vous surtout pourquoi on préfère vous lancer dans une polémique purement commerciale sur cette histoire en mêlant les infos sur la tentative de suicide de la fille de Johnny et quelques déclarations choc sur le débat sur l'identité nationale pendant qu'on ne dit pas un mot sur la parution de Roselyne Bachelot hier devant le juge,suite à une plainte déposée pour "empoisonnement à grande échelle.

Le Français est si facilement manipulable que ça devient désespérant

Écrit par : passage | mardi, 05 janvier 2010

@ passage:
Oui, c'est effrayant tellement les gens manquent de formation à l'information.

L'Ecole enseigne des tas de trucs archaïques, mais ne forme pas les Français à la responsabilisation citoyenne...

Et ceux qui les dirigent les mènent en bateau depuis des décennies...

Ils sont comme des "moutons de panurge".

Terrible et désespérant, comme vous l'écrivez...

Écrit par : Danièle Douet | mardi, 05 janvier 2010

@ l'hérétique qui me dit :
"J'adore aboyer. Je roule dans la catégorie bulldog,"
Exact, j'avais remarqué et d'ailleurs ça augmente la fréquentation de votre blog. Vous devriez essayer d'aboyer après avoir réfléchi plus longuement.

Écrit par : Géraldine | mardi, 05 janvier 2010

C'est amusant je trouve certains commentaires qu'on peut lire sur ton blog l'Hérétique. Y a t-il un concours consistant à revendiquer qui "l'avait dit le 1er"?

En tout cas, il y a bien effectivement une personnalité reconnue en France dans le milieu médical, B. Debré - mais qui est cardiologue et non pas spécialiste de la grippe -, qui s'est clairement positionnée dès cet été sur le sujet. C'est la seule à ma connaissance.

Je ne parle pas des blogueurs, dont l'avis sauf s'ils présentent des compétences médicales particulières, ne vaut rien dans l'absolu.

Mais aujourd'hui, tout le monde crie à la catastrophe financière, à la collusion entre R. Bachelot et les laboratoires pharmaceutiques.

Au moins, certains commentateurs ont toujours été constants dans leur opinion, et il faut leur reconnaître ce mérite. Ils se reconnaîtront.

Mais Danièle, quand tu nous nous dis que tu l'avais écrit il y a 2 mois, alors qu'il y a 2 mois c'était le 1er décembre, ne crois-tu pas que tu raccourcis un peu le temps?
Quand tu nous cites l'exemple de l'Allemagne, je suis bien d'accord avec toi pour dire qu'il y a eu des excès médiatiques en France (les JT ne recherchent plus que le sensationnel), mais l'Allemagne n'a t-elle pas commandé de vaccins? Elle a peut-être commencé un peu plus tôt à résilier ses commandes que la France, certes. Quand tu nous parles de la Pologne comme d'un pays "indépendant", c'est assez choquant. Peut-être au niveau médical, mais personnellement je ne sais pas ce que vaut le système médical polonais, alors que la qualité de nos médecins est reconnue mondialement. Mais pour le reste, la Pologne un pays indépendant, jamais sous influence américaine? Je rêve.

On s'est en France montrés totalement incapables de gérer la canicule de 2003, parce que personne de compétent n'a su tirer la sonnette d'alarme à temps, et aujourd'hui on crache dans la soupe par ce qu'on a peut-être "sur-appliqué" le principe de précaution? Encore que la grippe A n'est pas terminée, et qu'il ne faut pas oublier que tout médecin vous dira qu'un 2ème pic (couplé avec la grippe saisonnière? Je ne sais pas, je suis aussi ignorant que les autres blogueurs...) est attendu en février.

Se faire vacciner ou pas relevait et relève toujours d'ailleurs d'un choix personnel. Moi, j'ai suivi les conseils de mon généraliste, mais je sais que d'autres généralistes pensent différemment, car aucun d'eux ne possède naturellement suffisamment de connaissances sur ce virus. En revanche, ils ont eu "entre leurs mains" certains cas cliniques, ce qui a pu orienter leur jugement.

Très peu ont voulu se faire vacciner en France jusqu'à présent? C'est donc tout à fait logique qu'on essaye de revendre le surplus ou de résilier des commandes non encore livrées. C'est la simple prise en compte de la liberté de chacun, une liberté qu'on possède encore heureusement dans notre pays.

Mais pour en revenir à l'article de l'Hérétique, il me semble que "les hyènes", ce ne sont pas les blogueurs qui ne connaissent rien de rien au sujet, mais certains politiques qui ne se sont pas manifestés (sauf B. Debré) lors du lancement de la fabrication des vaccins, qui ne remonte pas à fin novembre 2009, mais à juillet 2009, ne l'oublions-pas.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 05 janvier 2010

@ JF:
Tout d'abord ce que j'écrivais date de novembre et non de décembre...

Ensuite, la "médiatisation" de l'incitation à la vaccination, l'instauration de "centres de vaccination" en contournant les généralistes et obligeant le personnel à des astreintes au détriment des hôpitaux, et les contrats passés avec les laboratoires... tout cela est typiquement français, désolée de te le dire.

Quant à la Pologne, ta vision du pays - je me demande si tu y as jamais mis les pieds et si tu parles polonais - est tout simplement immature. Désigner un pays, ses réflexions et sa culture par son "américanisme", dépasse tout ce que je peux imaginer en matière de "culture".

Et "oublier" que ce pays a passé des décennies sous une dictature communiste - qui a fait à l'Est bien plus de victimes que le national-socialisme, mais chut, ce n'est pas "politiquement correct" de le dire en France - en résumant toute cette souffrance à de "l'américanisme"... est historiquement terriblement réducteur. "Les ennemis de mes ennemis sont mes amis", ne pas le comprendre témoigne d'une très courte vue historique.

La Pologne fait son chemin ENFIN en toute liberté. Et la France l'a bien laissée tomber pendant des décennies, les Américains les ont soutenus (bien sûr pour des raisons géo-politiques) et les Polonais leur en sont reconnaissants, du moins les personnes âgées. Est-ce si difficile à comprendre ?

La Pologne a fait une large campagne d'hygiène et il n'y a pas eu plus de morts qu'en France - à moindres frais. Par contre, en Ukraine, pays voisin, il y a eu plus de morts, car il n'y avait tout simplement pas d'eau en multiples endroits pour assurer une hygiène élémentaire.

Bien sûr que l'Allemagne avait commandé des vaccins, mais dès novembre, elle les revendait, notamment à l'Ukraine, et ses services santé expliquaient à la population que le nombre de personnes atteintes diminuait dans tous le pays. La population était tout simplement INFORMEE objectivement par des médias non aux ordres d'un gouvernement central.

C'est LÀ la profonde différence avec la France, pays où les médias traitent les citoyens comme des benêts, aux ordres de l'Etat qui les subventionne...

Il n'y a pas de grands groupes de presse indépendants dont c'est le métier, ils sont tous dépendants en France de grands industriels clients de l'Etat, c'est aussi LÀ la différence.

Enfin, les médias jouant le rôle de conscience démocratique - ce qui a pratiquement totalement disparu en France.

Pour ton information, j'ai fait la liste des différences au niveau médias sur ce fil où il apparaît que la France est dans une situation tragique:

http://www.rue89.com/2009/12/25/grippe-a-lecons-de-zenitude-dune-francaise-vivant-en-allemagne-131046?page=0#comment-1206735

Écrit par : Danièle Douet | mercredi, 06 janvier 2010

il me semble que "les hyènes", ce ne sont pas les blogueurs qui ne connaissent rien de rien au sujet, mais certains politiques qui ne se sont pas manifestés (sauf B. Debré) lors du lancement de la fabrication des vaccins

Terrible, tu te bases sur ce que les médias français ont véhiculé. Il y avait bien entendu des tas de spécialistes qui tiraient la sonnette d'alarme. La population en a-t-elle été informée ?

Écrit par : Danièle Douet | mercredi, 06 janvier 2010

L'erreur est certes plus un problème de communication, de stratégie, qu'un excès de précautions, car le FMI criant au loup (avant même les premières analyses fiables concernant la nocivité du virus), les gouvernements n'avaient pas vraiment d'autre choix que de suivre.

Par contre, dès le mois de septembre, les statistiques australiennes (un des rares pays de l'hémisphère sud à avoir des statistiques fiables)faisaient état d'un virus bien moins virulent que prévu (de mémoire mortalité de 0.02% chez les contaminés, soit l'équivalent d'une grippe saisonnière peu virulente). Mais là, le gouvernement a voulu s'entêter dans sa politique du tout vaccinal sous prétexte que le virus deviendrait très méchant en cas de mutation (ce qui n'a qu'une faible probabilité, les mutations les plus courantes n'affectent que de peu la virulence, d'autres mutations peuvent également atténuer le virus).

De plus, si le virus mute, c'est le vaccin lui même qui risque de devenir inefficace. C'est bien pour celà qu'on sort un nouveau cru annuel pour le vaccin contre la grippe saisonnière... H1N1 n'échappe pas à la règle... Se vacciner en prévision d'une éventuelle mutation n'a pas de fondement.
On verra ce que deviendra le virus pour l'hiver prochain. Pour ceux qui veulent à présent se faire vacciner, il est judicieux d'attendre à présent la vaccination contre la grippe saisonnière de l'an prochain. H1N1 y sera considéré comme un virus à circulation saisonnière, et ses mutations déja observées y seront prises en compte.
Dernière remarque: si on se réfère au ministère de la santé, il n'y a pas eu de pandémie. Du moins, la france est restée bloquée au niveau d'alerte "extension des cas" (5A de mémoire)...

Écrit par : diplolitique | mercredi, 06 janvier 2010

@ Danièle

Bon OK, je ne connais rien à la culture polonaise, et ... effectivement je ne parle pas polonais. J'ai juste fait remarquer que géo-politiquement et donc forcément économiquement, la Pologne était sous influence US. Et ce n'était qu'un point infime de mon commentaire. Bien sûr on peut le développer ad vitam aeternam.

"Sur ton site, j'avais écrit ce commentaire il y a 2 mois", commentaire en date du 1er décembre. Si tu considères que tu l'a écrit le 30 novembre avant minuit et que depuis 2 mois se sont écoulés, OK, pas de problème pour moi. On se connaît suffisamment via les blogs et les forums pour ne pas tomber dans ce genre de chipotage ridicule, n'est-ce pas? Même si on a l'habitude de se taquiner:)

Venons-en quand même à l'essentiel, et je pense que tu constateras qu'on est assez proches sur le fond, malgré certaines rugosités de surface.

1) Il y a eu apparition d'un virus inconnu en mars-avril dernier, qui a causé un taux de mortalité important dans un pays où l'hygiène et le système de santé ne sont sans doute pas au top (le Mexique).

2) En juillet après que le virus ait été isolé, R. Bachelot a lancé en catastrophe des contrats pour la réalisation de vaccins, auprès de 4 labos pharmaceutiques européens (d'ailleurs, puisque ça semble t'étonner, j'aimerais savoir avec qui il aurait fallu signer ces contrats? Avec l'Education Nationale ou avec l'Administration Fiscale?!:)

3) Une vaccination par les médecins généralistes aurait considérablement augmenté le coût de la vaccination, je ne vois pas ce que le système de dispensaire vient faire dans tout cela, hors qu'il a peut-être réduit le taux de vaccination du fait de l'absence de proximité avec son médecin traitant. Et de plus effectivement, désolé de te le dire sans être intoxiqué par les "médias", les généralistes ont vu une augmentation importante de leurs actes du fait de la grippe A (j'ai une soeur qui est médecin généraliste, alors sauf si elle me ment...)

4) Les médias français ont joué comme d'habitude le "sensationnel": c'est en effet pitoyable et je regrette que tant de personnes puissent encore suivre les J.T. Si en Allemagne, c'est mieux et bien ça prouve qu'il y a un problème dans notre pays.

5) Comme tu le soulignes, l'Allemagne a commencé plus tôt que la France à essayer de revendre des vaccins "inutiles" - peut-être pas dans l'absolu, cela seul l'avenir le dira -, mais parce que peu veulent se faire vacciner. Roselyne a essayé de nous en "refourguer" un peu plus (5 millions de vaccinés, c'est peu) avant de baisser les bras.

Mais je voudrais bien savoir, maintenant que le "cours de l'action" est tombé on va dire, du moins momentanément, quel politique en France (avec bien évidemment un back-up par des professionnels de santé sérieux), à part B. Debré, s'est opposé cet été au lancement de la fabrication de ces vaccins? Alors qu'aujourd'hui, tous rétroactivement - ce qui est très facile -, demandent des comptes. Encore qu'on verra si en février ils ne se recroquevilleront pas à nouveau dans leur coquille... L'avenir le dira.

En outre, connais-tu le nombre de personnes qui ont été vaccinées en Allemagne? Ce n'est pas une question-piège, car personnellement je l'ignore. C'est juste une demande d'informations.

Tout ce que j'ai pu entrevoir sur Internet durant cet été, ce sont de grandes théories complotistes dénonçant la volonté à exterminer la moitié de l'humanité...

Écrit par : JF le démocrate | jeudi, 07 janvier 2010

Bonsoir J-F
Est-ce que tu qualifies de théories complotistes les sujets suivants dont on a parlé dès l'été ?
- de la manière dont les vaccins étaient fabriqués,
- de l'"erreur" criminelle de Baxter (fin février) découverte grâce aux furets morts,
- du chèque de NS de 100 millions d'euros le 9 mars pour Sanofi-Aventis,
- de la modification de la définition d'une pandémie ,
- du squalène, du Thiomersal, du Tamiflu ...
- de l'entretien avec l’épistémologiste Tom Jefferson : « C’est toute une industrie qui espère une pandémie de grippe », Der Spiegel, 21 juillet 2009
- etc ...................................

P.S.D'autre part, à propos de l'Allemagne, une polémique a secoué tout le pays à propos des adjuvants: "La population recevrait un vaccin différent de celui prévu pour les dirigeants, le personnel de l’Etat et l’armée."

Écrit par : Géraldine | vendredi, 08 janvier 2010

---
Il est inévitable qu'une épidémie réellement dangereuse se propagera dans l'avenir, et cela viendra, étant donné le grand nombre d'élevages à risques dans le monde.

Au lieu de perdre de l'énergie à accuser ceux qui agissent, bien ou mal, ceux qui regardent, ceux qui savent, ceux qui savent pas, ceux qui disent, ceux qui disent pas, ceux qui mentent... et bien si l'on prenait conscience des dangers que représentent les élevages industriels non contrôlés et qui sont de véritables bouillons de cultures pour virus en tout genre ??

La situation actuelle est gérée dans une atmosphère de peur et de propagande, mais elle restera un exercice d'alerte utile pour l'avenir.

Je ne suis pas vacciné, car je ne veux pas dans mon sang un produit qui a été fabriqué sans le recul nécessaire ; mais en cas de pandémie très grave, je me serais fait vacciner, et mes enfants aussi...
---

Écrit par : Chriz | vendredi, 08 janvier 2010

Exact, Géraldine, la population, justement la population, a réagi et n'a PAS accepté ce que les politiques tentaient.

Car elle était INFORMEE. Comme pour Tchernobyl, l'amiante, etc...

C'est toute la différence... en ce qui concerne la pratique de la citoyenneté et du sens collectif.

Écrit par : Danièle Douet | vendredi, 08 janvier 2010

Justement Chriz....
Si on nous fait le coup de la peur et de la propagande à chaque fois, plus personne n'y croira lorsque la situation sera grave. On nous a fait le coup du SRAS, de la grippe aviaire... Du vent.... Est ce donc un exercice d'alerte? Ou plutot une campagne décrédibilisant le risque sanitaire???

Pour les élevages industriels, il faut noter que les derniers virus grippaux qui nous aient inquiétés venaient d'Asie ou du Mexique, non pas d'élevages industriels, mais plutôt de là ou on trouve des petites exploitations mélangent veau, vache, cochons, volailles.... La promiscuité des espèces animales est bien plus dangereuse que l'élevage industriel (qui pose également des problèmes, mais ce ne sont pas les mêmes)...
Amicalement :-)

Écrit par : DIPLOLITIQUE | vendredi, 08 janvier 2010

@ Danièle

J'ai trouvé ça sur Internet, je ne sais pas ce que ça vaut, mais comme tu habites en Allemagne, tu dois avoir des chiffres plus précis sur ce pays

http://stratagemme-lavie.blogspot.com/2010/01/comparatif-des-campagnes-antigrippe.html

60% de personnes vaccinées en Suède, 15% en Allemagne (soit 7 millions) et à ma connaissance un peu plus de 5 millions en France à ce jour. Donc effectivement, il semblerait bien si ces données sont exactes, que la population allemande ait largement plus rejeté le vaccin que la population française...

@ Géraldine

On sait tous que ce qui a retenu nos concitoyens de se faire vacciner, c'est le comportement du corps médical français, au départ très réticent vis-à-vis de ce vaccin, qui ont changé d'opinion pour certains, ou qui sont restés réticents pour d'autres. Ce sont eux qui font le "baromètre" de la vaccination, et qui le font toujours, en toute indépendance. Et les médias - peut-être pas au JT -, mais en tout cas sur Internet se sont largement faits l'écho de cette réticence. Une réticence essentiellement due à 2 raisons:

- un taux de protection peut-être faible,
- une fabrication expresse incluant un adjuvant contenant le fameux squalène sur lequel on a peu de recul clinique. La seule chose dont on est sûr c'est qu'il provoque pendant 3 jours une douleur au point d'injection (et ça je peux en témoigner!).

Les vaccins sans adjuvent et donc sans squalène, qui nécessitent 2 injections étant réservés aux nourrissons et aux femmes enceintes en France.

Bien sûr si en Allemagne, une certaine "élite" a bénéficié de ce vaccin particulier, c'est un scandale, tout comme ça l'est si la même chose s'est passée en France sans que ça ne transpire dans la presse. Personnellement, j'en suis resté sur la promesse d'A. Merckel de se faire vacciner avec du Pandemrix de GSK, qui est le même vaccin que celui avec lequel j'ai été vacciné et qui contient un adjuvant, donc du squalène. A. Merckel est-elle une femme de parole?

Bien amicalement.

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 08 janvier 2010

@ Danièle

Au fait:

"Exact, Géraldine, la population, justement la population, a réagi et n'a PAS accepté ce que les politiques tentaient."

Les politiques tentaient quoi en Allemagne? D'empoisonner le plus de monde possible? alors que les commandes de vaccins ont été moindres qu'en France, et que les conditions contractuelles ont été légèrement différentes également de ce que j'ai compris (un fractionnement par lots plus important qu'en France, d'où résiliation plus aisée des commandes). A. Merckel, sous ses allures de dirigeante exemplaire, serait-elle une nouvelle Marie Besnard? :)

Écrit par : JF le démocrate | vendredi, 08 janvier 2010

@Danièle qui dit
"la population, justement la population, a réagi et n'a PAS accepté ce que les politiques tentaient.

Car elle était INFORMEE. Comme pour Tchernobyl, l'amiante, etc...

C'est toute la différence... en ce qui concerne la pratique de la citoyenneté et du sens collectif."
Oui, c'est ce que j'avais compris.

Écrit par : Géraldine | vendredi, 08 janvier 2010

@JF
Je ne sais pas ce qu'il y avait dans l'ampoule qui a servi à vacciner Roselyne. Mais vu la transparence du liquide contenu dans la seringue, il n'y avait pas de squalène.

Écrit par : Géraldine | vendredi, 08 janvier 2010

@Chriz
Si H1(contagieux) et H5(mortel) se combinent, ce sera catastrophique car on aura un grippe à la fois contagieuse et mortelle. Aussi l'"erreur" de Baxter est criminelle.

Écrit par : Géraldine | vendredi, 08 janvier 2010

Merci pour toutes ces informations, une source semble-elle intarissable, en tout cas bien instructive. Entre autre chose, "petit producteur" comme vous le savez peut-être, certaines de ces informations ont une résonance particulière à mes yeux, et encore une fois, le libéralisme spéculatif, voire le productivisme sont effectivement des plus coupables dans cette affaire. Ils seront si nous continuons à ne pas prendre garde ou davantage acte de ce type de menace l'une des causes majeurs des pandémies futures.

L'élevage intensif quel qu'il soit, le non respect du règne animal en général avec des menaces quasi constantes de cette fin de XXe siècle en suivant, aura permis malheureusement de constater les effets.

Si les différents épisodes en réaction en chaîne aux phytosanitaires avec le Gaucho, et autres "OGM", de la "tremblante" des ovins, puis de l'"ESB", suivie de très près par la grippe aviaire n'auront à elles seules vraisemblablement pas permis à faire prendre suffisamment conscience des risques potentiels de l'exploitation outrancière, et de toutes façons à la surproduction en général, les laboratoires pharmaceutiques et autres lobbies auront encore de beaux jours devant eux.

Cela au détriment bien sûr d'une vraie protection sanitaire pour les populations mondiales. Après tout, que sont quelques centaines de morts dans les pays riches en comparaison de population entièrement décimées et sacrifiées sur l'hôtel industriel d'un faux progrès déifié.

Quand quelques larmes tout au plus sont versées devant la majesté des documentaires derniers cris, projetés sur grand écran déployé, c'est autant de forêts qui continuent à partir en fumée, de saletés projetées dans l'atmosphère, de mercure dans l'Amazone ou le Maroni, de baleines assassinées sur les mers internationales, d'abeilles qui ne se reproduisent plus ou qui perdent leurs sens, ou d'espèces tropicales qui disparaissent... Avec eux, des peuplades entières qui sont acculturées, comme privées de toute substance légitime et par privation de leur âme quant elles ne disparaissent pas totalement et depuis la colonisation, ie moins de deux siècles seulement pour certaines.

Alors et si vous voulez mon humble avis, continuons à pleurer sur quelques milliards, de ceux-là, qu'est-ce qu'on en a vraiment à fiche, et je reste courtois ?!? De toutes façon, ce pognon, et en dernier lieu, il va et finira aux lobbies, et nous n'y pourrons rien changer ! L'ordre est immuable, c'est humain, voilà tout.

Écrit par : Amexour | vendredi, 08 janvier 2010

---
Au sujet des élevages (intensifs et industriels) voisins du lieu où a démarré l'épidémie de grippe :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=13572

http://www.bastamag.net/spip.php?article566

Il existe une véritable désinformation sur le Web afin de disculper les élevages industriels : les mafias alimentaires sont très puissantes, et contrôlent de nombreux médias et politiques.

A ce sujet, il suffit d'aller en Bretagne, tout près de chez nous, pour constater les dégats des élevages de porcs sur la nature.
---

Écrit par : Chriz | samedi, 09 janvier 2010

oui Chiz, d'autant qu'au rythme ou vont les choses, chez nous comme vous l'écrivez très justement, il n'existera bientôt plus aucun producteur traditionnel, tous auront laissé leur place aux industriels et autres marchant de rêves. Mais attention, ce que l'on permet de faire à un autre animal, la nature humaine, et l'on en a la preuve chaque jour dans le monde, peut très bien se l'infliger à lui même. La variable d'ajustement d'une race à une autre, quelque fois même d'une ethnie ou pourquoi pas d'une famille à une autre. Cela tant que le voile des ignorances ne sera pas tombé.

Écrit par : Amexour | samedi, 09 janvier 2010

---
J'ajouterais que l'on devrait dire :
"Droits du Vivant", au lieu de ces "Droits de l'Homme" vidés de leur sens...

Enfin, en regardant l'actualité, pour le moment, ce sont les "Droits des Cons" qui prévalent !!!
---

Écrit par : Chriz | samedi, 09 janvier 2010

Whaou! Heureux de vous trouver là Chriz, de me sentir un peu moins seul en ce bât monde, blessé par tant d'incurie !

Partagé entre donneurs de leçons, courtiers et autres empêcheurs ingénieux de tourner en rond.

Je conseille si ce n'est pas encore le cas, de lire ou de relire un ouvrage admirable, qui bien qu'écrit il y a plus d'un demi-siècle, par Monsieur Lévi-Strauss, dépeint avec tout le cruel réalisme qu'il ait eu de raison de le faire, la cupidité et l'avidité, non seules des puissants, mais de l'humanité dans son ensemble.

Il tend à y relater non seulement son expérience de scientifique émérite, tout à la fois sociologique et empirique bien sûr, mais également d'un point de vue beaucoup plus rationnelle en témoignage de son observation des phénomènes sur plus de 50 années. Cet homme des plus admirables encore une fois, transcende ses observations en vulgarisant l'évolution humaine mais surtout une révolution tantôt quasi naturelle, tantôt artificiellement entretenue de l'environnement terrestre.

Suivant le fil de ses observations d'une part par la synthèse de ses voyages et les études qu'il en tirât, il en fait correspondance avec un génie et une érudition absolus avec l'Histoire, profitant ainsi d'une quasi "religiosité scientifique".

Sa démarche, elle, totalement humaniste, puisque ce mot semble de mode, donne une vision tout à la fois objective car scientifiquement vérifiable, temporelle et spirituelle du monde dans toute sa globalité. Gardant sa préférence peut-être pour le "nouveau monde", il ne s'y attarde que pour mieux exprimer l'intérêt qu'il portât à l'humanité.

Tout en délimitant ses observations dans le temps et l'espace, l'auteur détaille l'anéantissement des espèces par causalités des mouvements humains. Il retrace ses pérégrinations et nombreux voyages en totale immersion parfois, laissant toute accusation approximative pour quelque spéculateur, échappant ainsi à toute mode et à ces effets ; et s'il reste démonstratif quelque fois, c'est autant pour se refuser à toute vaine dénonciation calomnieuse stérile mais plus pour refuser une fatalitéintellectualisée.

Mettant en exergue sa seule accusation au crédit de l'ouest ostensiblement par voix de conséquences, aux "hasards des transhumances", cela même sans être dupe du colonialisme, et au détriment de l'est et de l'Asie d'une part, de l'Amérique du sud, des tropiques et des indigènes de l'autre. Il s'attache à démontrer la "tristesse des tropiques"...

Je l'avoue humblement, et bien que nous en ayons quelques fois discutés avec mon amie Sophie, à l'époque de sa soutenance sur les indiens Navajos, (d'ailleurs magnifique d'intérêt) je n'avais jamais osé ne serait-ce que penser lire un tel auteur, ne pouvant pas même comprendre seulement la quatrième de couverture ; et il aura fallu que ce centenaire finisse par raccrocher les gants, pour que je m'y décide enfin. Simplement génial.

Au delà de toutes provocations médiatico-culturelles, de toutes politisations, ou encore de toutes corrélations avec quelques similitudes sociétales et autres expériences qui ne pourraient être que conditionnées, du simple fait de sa condition sociale personnelle, ce type d'ouvrage fait partie intégrante du patrimoine humanitaire. Lui seul, avec d'autres bien sûr de la même veine, peuvent faire autorité et apporter l'éclairement sur la raison des engeances, des désertifications ou des explosions démographiques, de la décadence ou des équilibres naturels, et des phénomènes divers et variés pouvant être observés en réaction aux attaques qui sont simplement menées contre la nature tout simplement.

Écrit par : Amexour | samedi, 09 janvier 2010

Les commentaires sont fermés.