Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quels impôts après les régionales ? | Page d'accueil | Les enfants de nos enfants »

dimanche, 27 décembre 2009

Humanisme

«Nous plaçons l’homme au centre de chaque question de société. L’homme est partie prenante de la nature, il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Il est relié à elle et en même temps s’en distingue par sa capacité de conscience. L’émancipation de la personne humaine, femme et homme, le respect qui lui est dû, son épanouissement, constituent donc la fin principale des organisations sociales. Toute personne humaine, quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, valide ou handicapée, porte en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect. Nous avons confiance dans la capacité de progrès de l’humanité, en science et en conscience

C'est ainsi que le MoDem définit l'humanisme dans son projet. Ce qui me frappe, c'est qu'en dehors de l'attachement à la démocratie, le MoDem n'exprime aucune préférence pour un système politique, ni rejet. Tout juste est-il réaffirmé la prééminence de l'économie de marché, et encore, ce n'est pas explicite dans la charte des valeurs introductive.

Commentaires

Le voile des illusions commence-t-il à se déchirer chez l'hérétique ?

Écrit par : Orange pressé | dimanche, 27 décembre 2009

Est ce que l'humanisme et la démocratie ne se suffisent pas pour s'édifier en système politique? A t-on besoin de faire référence à un système ancien et désuet pour exister et lequel? Doit on revenir au socialisme ou au capitalisme et à tous leurs dérivés qui ont tous montré leurs limites et leurs inadaptation à nous rapprocher d'un idéal de vie, pour guider notre réflexion? N'est-il pas mieux de tout gommer et de reconstruire du neuf, justement en s'appuyant sur cette belle définition de l'humanisme et en revenant aux sources en retrouvant nos trois piliers de la république, liberté, égalité, fraternité?

Écrit par : andre777 | dimanche, 27 décembre 2009

"La liberté c'est le Droit, l'égalité c'est le fait, la fraternité un devoir" Victor Hugo. Sinon quoi d'autre ?

Quand l'Humanité finira-t-elle pas arrêter de ce regarder le nombril ? Quand l'Humanité prendra-t-elle conscience qu'elle n'est pas exclusive ? Quand l'Humanité prendra-t-elle acte d'être égarée ? Quand l'Humanité aura dépassé le stade du projet ?

Alors peut-être sera-t-il venu le moment de se poser ces questions, et du bilan dressé, que la synthèse soit enfin proclamée !

En attendant toute sagesse est mal-venue et seule l'action doit répondre des engagements déjà pris ; pour qu'enfin le Droit et le devoir soient réunis.

Dans l'attente, seule le meilleur ou le moins pire du chaos ne peut être qu'équilibré, cela au hasard des essais, l'Humanité détruit puis répare comme elle peut. Dans la nature humaine, rien de très "évolué" que la nature elle-même n'ait pu endiguer, combattre, expurger ou s'approprier.

L'issue pour l'instant semble être écrite, qui de la nature Humaine ou de l'écologie, aucune issue, si l'Humanité continue, elle a forcément perdu...Aucun Dieu, aucun Home, aucune divinité n'y pourra rien changer !

Écrit par : Amexour | dimanche, 27 décembre 2009

L'Humanisme aspiration à la Renaissance.

Écrit par : Lucn | dimanche, 27 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.