Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le MoDem a bien géré son scrutin interne | Page d'accueil | Pas achetable ! »

mardi, 22 décembre 2009

Béatifier Pie XII ?

Je ne suis pas catholique, et on pourrait donc me dire que la béatification de Pie XII ne concerne que les Catholiques, mais c'est oublier que le Catholicisme est une religion universelle qui a vocation à rayonner bien au-delà de la communauté de ses fidèles. Ensuite, si je ne suis pas catholique, je suis néanmoins de culture catholique et donc, je me sens impliqué par les décisions de l'Église et du Pape.

Le débat fait rage sur la Toile, actuellement : on reproche à Pie XII sa passivité pendant la Seconde Guerre Mondiale face aux forces nazies et fascistes. On lui reproche également les Accords du Latran.

Sur ce premier point, on oublie un point tout à fait essentiel : le Vatican n'est pas seulement le chef-lieu de la chrétienté, c'est aussi un État. Dans l'histoire de l'Italie, qui n'est unifiée que depuis un siècle à peine, c'est même un État bien avant d'être le centre du catholicisme. Analyser les accords de Latran à la lueur de ce fait historique souvent méconnu par les analystes (a fortiori par les journalistes) permet de les recontextualiser dans une perspective diachronique. En 1929, ce qu'a tenté avant toutes choses l'État du Vatican, c'est de se mettre à l'abri des visées centralisatrices du fascisme triomphant. Ensuite, en décrétant le catholicisme religion d'état, il s'est assuré de conserver un certain contrôle sur les consciences à un moment où de forts courants paganistes traversaient l'extrême-droite italienne (tout comme en Allemagne d'ailleurs).

Il va de soi que de con côté, le fascisme n'a que pour but de fasciser l'église catholique. Ni les uns ni les autres ne réussiront dans leur entreprise respective, mais les relations demeureront pacifiées jusqu'à la fin.

Face aux Nazis, le pape Pie XII n'a pas agi autrement que bien des États neutres. A tout moment, le Vatican pouvait être envahi, ou, du moins, soumis à un blocus mortel. Si elle n'a pas toujours dénoncé haut et fort l'entreprise maléfique nazie, notamment contre les Juifs, la papauté a fini par la condamner de plus en plus vivement. Vraisemblablement, il a tente de temporiser, tout en s'indignant plus ou moins officiellement des exactions nazies. Il reste le seul dirigeant européen, parmi les neutres, à avoir condamné à mots à peu près clairs les horreurs nazies en temps de guerre. Il est établi que le Vatican a organisé de nombreux réseaux de protection et de fuite pour les Juifs là où il pouvait agir. L'article de wikipedia, bien documenté, en rend assez bien compte.

Si l'on veut pouvoir juger l'action de Pie XII, il est essentiel de ne pas oublier qu'il portait une double casquette : chef des Catholiques et chef d'État. Comme chef des Catholiques, il a été somme toute assez ordinaire. Mais comme chef d'État, il a bien agi.

Dans la religion catholique, la béatification est rite par lequel on déclare bienheureux (et on rend un culte public) à un catholique dont la vie a été exemplaire. Pie XII est controversé parce que son existence n'est pas exemplaire. Ni plus, ni moins que les papes qui l'ont précédé ou suivi. D'ailleurs, bien réfléchi, sans doute plus que bien des papes qui l'ont précédé.

In fine, il ne mérite ni excès d'honneurs, ni excès d'iindignités. Il a, je le crois, essayé d'agir comme il pensait qu'il devait le faire en temps de guerre, sans trop lâcher de lest sur les valeurs. On ne le béatifiera sans doute pas, mais on le réhabilitera certainement tôt ou tard.

10:19 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : pie xii, pape, fascisme, nazisme, juif, nazi |  Facebook | | |

Commentaires

La religion est la pire des choses, elle partage et divise l'humanité toute entière.

Sous couvert de textes, dits sacrés, elle permet l'édification de temple, donne prétexte à quelques érudits en théologie à consacrer leurs propres rois.

Mieux, universaliste, la religion empêche toute autre légitimité spirituelle. Pire encore, fondamentaliste et orthodoxe dans la base même de ses rituels et autres dogmes, elle est de fait irresponsable de tous les maux.

Prônant l'espérance, quelque pauvreté terrestre et l'humilité pour le fidèle lambda d'un côté, elle appelle de ses vœux tous les abus aristocrates de l'autre.

Pourquoi faudrait-il des temples et à leur tête des rois pour croire en quelque rémission ?

Écrit par : Amexour | mardi, 22 décembre 2009

---
Je crois que Pie 12 est stigmatisé par sa bénédiction donnée aux armées allemandes.

Sinon, en Allemagne, l'Eglise a dénoncé l'euthanasie des malades mentaux et des gens victimes de simple dépression, qui étaient piqués comme des pauvres chiens malades.

Il est vrai que beaucoup de chrétiens ont collaboré avec les nazis, et participé aux déportations, et aussi des musulmans au Moyen-Orient (voir le Mufti de Jerusalem et ses accords avec Hitler) ce qui n'est guère madiatisé, par diplomatie.
Mais d'autres ont caché, aidé, et se sont battu dans la résistance.

Ce ne sont pas les religions qui partagent les humains, ce sont toutes les croyances intégristes : politiques, racistes, et religieuses : nazisme, communisme, apartheid, christianisme, islam...
---

Écrit par : Chriz | mardi, 22 décembre 2009

"In fine, il ne mérite ni excès d'honneurs, ni excès d'indignités." ...je crois que c'est effectivement un bon résumé qui signifie néanmoins qu'il aurait été préférable que l'Église Catholique s'abstienne de le mettre à l'honneur en le "nommant" Bienheureux !
D'une manière générale, sanctifier ainsi ses papes est c'est un peu s'auto-glorifier, et ainsi faire preuve d'une certaine suffisance et d'énormes certitudes...le trop plein de certitudes une des principales tare des religions !

Écrit par : Nicolas | mardi, 22 décembre 2009

"D'une manière générale, sanctifier ainsi ses papes est c'est un peu s'auto-glorifier, et ainsi faire preuve d'une certaine suffisance et d'énormes certitudes...le trop plein de certitudes une des principales tare des religions !"
C'est entièrement mon avis ! :-)

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 22 décembre 2009

@L'hérétique,
J'apprécie plutôt votre article pondéré. La caractéristique essentielle de la politique vaticane, c'est qu'elle est complexe. Concernant les extrême droites germano italiennes, je préfèrerai parler d'une farouche dialectique violence/ paix plutôt que d'une distinction paganisme/foi. La crise de 1929 reste un phénomène contingent de la spiritualité (c'est en tout cas mon avis). Les démocraties occidentales, pas plus que le Vatican n'ont pu braver la montée des périls. Un Vatican résistant oui, des réseaux romains (en particulier allemands) blanchis de tout soupçon, non (cf les modalités des évacuations des gardes-chiourmes vers l'Amérique du Sud).

Écrit par : Jourdan | mardi, 22 décembre 2009

Pour qu'une béatification ailles à son terme il faut prouver qu'il a que le béatifié potentiel ait réalisé un miracle. Quel miracle aurait réalisé Pie XII?

Écrit par : europium | mardi, 22 décembre 2009

@l'hérétique : merci pour ce billet nuancé, bien loin des clichés et de la haine qu'on retrouve un peu partout.

@nicolas : "qu'il aurait été préférable que l'Église Catholique s'abstienne de le mettre à l'honneur en le "nommant" Bienheureux !
D'une manière générale, sanctifier ainsi ses papes est c'est un peu s'auto-glorifier, et ainsi faire preuve d'une certaine suffisance et d'énormes certitudes...le trop plein de certitudes une des principales tare des religions !"

La vie et le pontificat de Pie XII ne se résument pas à la seconde guerre mondiale loin de là. Et béatifier ne signifie pas dire quelqu'un est parfait ou au dessus de l'humanité, ni de l'ériger en modèle absolu dans toutes les caractéristiques de sa vie et de sa pensée. La béatification a pour but de PROPOSER (et non imposer, la beatification ne relève pas de l'infaillibilité) un exemple de vie chrétienne aux fidèles. Point.
L'exemple qui me vient en tête immédiatement en support est l'exemple de saint Pierre, premier pape. Il a renié le christ par trois fois, a fui ses responsabilités pendant un bon moment, et cela ne l'a pas empêché d'être saint...

Quant à l'auto-glorification, la suffisance et les certitudes, je ne vois pas trop ce que tout ceci vient faire ici. Tous les papes ne sont pas bienheureux ou saints, loin de là. Et ceux qui le sont ne le sont pas en tant que papes, chefs de l'eglise voire chefs d'Etat, mais en tant que chrétiens.

Écrit par : laloose | mardi, 22 décembre 2009

@l'hérétique
Je me joins aux remerciements déjà exprimés pour ce billet pondéré. Le silence du Vatican (qui entourait également les massacres dont était victime au même moment le clergé polonais) et son apparente neutralité étaient également motivés par la volonté de ne pas fragiliser la situation des catholiques allemands.
En revanche, avant la guerre, l'opposition du Vatican au racisme nazi est sans ambiguité (encyclique "mit brenneder sorge" de 1937, que la gestapo retrouvera dans la chambre du colonel Von Stauffenberg, le "spirituellement, nous sommes tous des sémites" de Pie XI....).

Il est par ailleurs intéressant de constater que les catholiques allemands sont resté la frange de l'électorat la plus hostile au nazisme.

@Amexour
"La religion est la pire des choses....". Il faut dépasser la vulgate voltairienne. La religion peut être instrumentalisée par un pouvoir ou une institution tyranniques, elle peut aussi, si elle accepte le pluralisme, marcher de concert avec la démocratie (Etats-Unis).

L'histoire du XXème siècle nous enseigne également que des idéologies antireligieuses comme le nazisme et le stalinisme peuvent aboutir à des atrocités infiniment plus graves que l'inquisition ou la saint barthélémy.

Écrit par : Megalon | mardi, 22 décembre 2009

Ne pas confondre le Pierre traqué et le Pierre qui a reçu l'Esprit Saint ! Les deux hommes sont différents et vous le sauriez si vous aviez reçu l'Esprit Saint !
Quand à dire que Pierre fut le 1er pape je doute qu'a l'époque cela soit un objet d'intérêt ? Il est évident que l'église catho n'est pas dirigé par le saint Esprit sinon elle ne ferait pas d'erreur !
L'eglise n'est pas une création humaine son fondement remonte à la pentecôte jour où l'Esprit de Dieu envahi les disciples et se mient à parcourir le monde !
Rien à voir avec le Vatican !

Écrit par : Fauvage | mercredi, 23 décembre 2009

@Fauvage semble être en contradiction avec lui même, il est peut-être ainsi sur la bonne voie.

Par contre @Megalon, qui plein de certitudes citant Voltaire sans grande inspiration, enfermant l'individu en abstraction, en somme prend son égal pour un dindon ; et se servant de l'Histoire comme alibi, délaisse ainsi la cause ne prenant que les effets.

Mais au fait, comment voir ici les Etats-Unis d'Amérique comme un exemple vertueux de souveraineté populaire capable de pluralisme ? alors que ces aïeux tuant toute originalité, de guerres indiennes infectés, qui hier encore célébrait le premier un veau d'or, de mormon, orthodoxie puritaine, intolérances réunies, se permet de tuer encore ses enfants dans le couloir de la mort...

L'idée même de "démocratie pluraliste" est de fait utopie, quand il n'est pas seulement vulgaire populisme, "on né" maître ou serviteur, quelques tribuns tout au plus sortent de la plèbe.

Tant qu'à cette dernière affirmation, soulignant quelque enseignement par comparaison, comment écrire que quoique ce soit puisse être plus grave que l'inquisition ? Il faut juste relire "le chevalier de la Barre" et autre "affaire Calas" pour retrouver la raison.

Écrit par : Amexour | mercredi, 23 décembre 2009

Comme vous l'indiquez très justement celà ne concerne que les catholiques croyants.

Les commentaires des autres sont hors sujet.

Écrit par : paul | mercredi, 23 décembre 2009

---
Ben merde alors... y'en a des gens qui sont instructionnés ici !!

Comme disait Coluche "quand il a fini de répondre à la question, tu comprends même plus la question que t'as posée..."

C'est bon là ? Je suis pas hors sujet ??

ah ah ah...
---

Écrit par : Chriz | mercredi, 23 décembre 2009

comment écrire que quoique ce soit puisse être plus grave que l'inquisition ? Il faut juste relire "le chevalier de la Barre" et autre "affaire Calas" pour retrouver la raison.

> quel rapport entre La Barre, Calas et l'inquisition? A ce que je sache, aucun des deux n'a été entendu ou condamné par un tribunal religieux, encore moins l'inquisition...

Écrit par : laloose | mercredi, 23 décembre 2009

Se taire devant un des plus grand crimes de l'histoire n'est pas un .c'est au mieux de la lâcheté,au pire de la complicité.Beau!

Écrit par : Maurice Korenberg | mercredi, 23 décembre 2009

Rectification de l'erreur de frappe:

Se taire devant l'un des plus grands crimes de l'histoire n'est pas un"choix opérationnel".C'est au mieux de la lâcheté, au pire dela complicité.Beau "témoignage de vie chrétienne"!

Écrit par : Maurice Korenberg | mercredi, 23 décembre 2009

Je trouve quand même que "Béatification" et Pi XII sont des mots qui ne vont pas très bien ensemble. L'infuence d'un pape est d'ordre intemporelle, c'est donc leurs prises de positions nettes (sinon infaillible ou exemplaire) qui "influence"
Celles de PI XI (comme dit par Mégalon) l'ont été et pas celles de PI XII.

Écrit par : Lucn | mercredi, 23 décembre 2009

@Amexour
Je ne reviens pas sur votre dénonciation confuse des Etats-Unis, dont j'ignore si elle relève d'un antiaméricanisme obsessionnel et/ou d'une vulgate marxiste sur la démocratie formelle qu'on croyait renvoyée aux poubelles de l'histoire depuis 1989.
Oui, je maintiens que les Etats-Unis incarnent, malgré leurs péchés originels (massacre des indiens, esclavage), une des grandes traditions démocratiques occidentales avec le Royaume Uni et la France.

Quant aux crimes de l'inquisition, qui apparait à des époques bien déterminées de l'histoire du catholicisme (volonté de contrôler des minorités converties en Espagne, contre-réforme), leur échelle est sans commune mesure avec ceux des totalitarismes sécularisés du XXème siècle : on impute 16000 victimes à Torquemada, le pire des tortionnaires en soutane. Les vies écrasées par le nazisme, le stalinisme, le maoisme, se comptent par dizaines de millions.

@laloose
L'inquisition n'a jamais joué un grand rôle en France, mais il faut reconnaître que La Barre et Calas, bien que condamnés par des parlements "laics", l'ont été pour des motifs religieux (blasphème ; accusation de meurtre d'un parent protestant converti au catholicisme).

Écrit par : Megalon | jeudi, 24 décembre 2009

Je ne suis pas en contradiction avec moi-mëme ! Ce sont les églises qui sont en cotradiction avec l'évangile ! L'Eglise catho est même apostate ! Le fossé c'est ouvert en 333 ? Association de l'eglise et de l'Etat ! Noter au passage le refus de Jesus d'être fait Roi ! Ne pas confondre Pierre et pierre ! l'Eglise apostolique existe toujous mais elle se cache... avec raison ! Quant à l'autre nous verrons ce qui lui arrivera !

Écrit par : Fauvage | jeudi, 24 décembre 2009

mais elle se cache où?

Écrit par : laloose | jeudi, 24 décembre 2009

A vous de la trouver ! Ce n'est pas à moi de vous le dire ! Demander à Dieu il vous répondra ! sinon aller prier marie joseph et tout le panthéon !

Écrit par : Fauvage | jeudi, 24 décembre 2009

A vérifier :
"Le 26 janvier 1944, deux mois après le début de la campagne d'Italie, alors que les armées américaines, françaises et britanniques font route vers Rome, le pape Pie XII dépêche son secrétaire d'État, le cardinal Luigi Maglione, auprès de l'ambassadeur de Grande-Bretagne, près le Saint-Siège, sir Francis Godolphin d'Arcy Osborne, pour lui présenter une étonnante requête.

Sir d'Arcy Osborne transmet aussitôt, par télégramme, la demande du Saint-Père au commandement des forces alliées : "Le pape espère qu'il n'y aura pas de soldats de couleur au sein des troupes alliées qui seront déployées à Rome après la libération."

Et le diplomate d'ajouter cette précision grinçante, qui montre à quel point il a été, lui-même, estomaqué par cette exigence : Maglione "s'est empressé de souligner que le Saint-Siège ne fixe pas de limite dans le degré des couleurs, mais espère que sa demande sera prise en compte". Quand arrive le télégramme, l'état-major allié est à la fois surpris et embarrassé, d'autant que la requête du souverain pontife vise non seulement les soldats afro-antillais et noirs-américains, mais aussi algériens et marocains, c'est-à-dire une grosse partie des troupes engagées dans la reconquête de la ville éternelle, alors aux mains des nazis.

Mais très vite, la décision est prise de ne rien changer au programme, au grand dam du Saint-Père. A la libération de Rome, en juin 1944, les soldats noirs, malgré la requête de Pie XII, occupent la capitale italienne.

Écrit par : Géraldine | jeudi, 24 décembre 2009

@geraldine
Il faudrait vérifier et comprendre le sens de cette requête.

Historiquement, les catholiques, plus hostiles au libéralisme politique, ont en revanche été, avec leurs prétention à l'universalisme, plus indifférents au métissage et moins enclins à dresser des barrières de couleurs que les protestants, anglicans exceptés. Ils nomment dès 1875 à Portland, Maine, un évêque afro-américain.

Inversement, l'apartheid est la fille du calvinisme des afrikaners, et a fait l'objet d'abondantes justifications théologiques de la part de l'eglise réformée néerlandaise (les non-blancs méritent leur position subordonnée car ils sont les fils de cham......).

Écrit par : Megalon | jeudi, 24 décembre 2009

@ Géraldine
vous pourriez me donner la source précise ? J'ai déjà lu ça quelque part sur internet, et même peut-être dans un livre, mais j'aimerais en avoir le coeur net.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 24 décembre 2009

C'est d'autant plus à vérifier que ce serait singulièrement incohérent de la part d'un Pape qui a écrit de nombreux textes condamnant le racisme, et qui a été celui qui a promu les clergés locaux, "indigènes", en Afrique. Ceux qui propagent ceci sont protégés par le fait qu'on ne peut rapporter la preuve d'un fait négatif. Comment prouver que ce doc n'existe pas ? On peut prouver ce qui existe, mais le reste ?

L'Hérétique, sur les Accords du Latran, il faut noter aussi qu'ils avaient pour but d'assurer la souveraineté du Vatican, et notamment l'inviolabilité des bâtiments pontificaux. Quand on sait que près de 4.000 juifs y trouvèrent refuge, la précaution ne semble pas superflue. Il faut aussi se souvenir qu'il n'était pas absurde de craindre un enlèvement. Un petit siècle plus tôt, Napoléon n'avait pas hésité.

Je ne sais pas si quelqu'un a évoqué le concordat avec l'Allemagne. Si vous reprenez mon billet "Pie XII, juste parmi les nations", vous y verrez aussi que la "négociation" a été immédiatement précédée de l'arrestation et la déportation de dizaines de prêtres et de religieux, destinée à bien clarifier les conséquences d'un refus de signature.

Écrit par : koz | jeudi, 24 décembre 2009

@ Koz
Oui, pour les accords avec l'Allemagne, on a vu ce qu'il s'était produit en Hollande où des prêtres ont été arrêtés massivement.

Pour cette histoire de couleur, tant que je n'aurais pas la source, je ne pourrai pas juger. Cela me paraît aussi bizarre d'un pape, mais j'attends d'en savoir plus.

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 24 décembre 2009

j'ai justement le document sur mon bureau !
Il est tiré d'un livre de Serge Bilé et date du 25/1/19944

Écrit par : Fauvage | jeudi, 24 décembre 2009

http://www.bondamanjak.com/martinique/28-a-la-une/6310-serge-bile-repond-a-monseigneur-meranville.html

Écrit par : Géraldine | jeudi, 24 décembre 2009

Voilà le document
http://www.grioo.com/ar,serge_bile_epingle_le_vatican_dans_son_dernier_livre_et_si_dieu_n_aimait_pas_les_noirs,16263.html

Écrit par : Fauvage | vendredi, 25 décembre 2009

J'ai lu des articles sur ce bouquin, en revanche je n'ai pu trouver aucune autre source permettant de confirmer l'info...

Écrit par : Laloose | vendredi, 25 décembre 2009

Vous devez lire ce que j'ai mis sur le site ! Bien sûr cela gêne beaucoup car je n'imagine pas l'apôtre Pierre tenant de tels propos racistes et qui plus est Pie XII n'y était pas obligé par Hitler !
Ce qui prouve ce que j'ai dis plus haut : l'eglise catho se represente elle-même et n'est nullement la descendance spirituelle de Jesus et de l'eglise primitive !

Écrit par : Fauvage | samedi, 26 décembre 2009

J'ai plaisir à lire vos commentaires,c'est aussi vrai que j'apprécie d'autres lectures, et la littérature, ou l'histoire en général, mais l'écriture quelle qu'elle soit ne devrait, à mon sens, ne rester que documentaire.

Si je peux constater en effet que la majorité des expressions ici annotées, la plus part représentant un intérêt certain de par leur argumentaire mais aussi par le fait quelles sont souvent fouillées, il n'en est pas moins que leurs auteurs trouveraient quelque fois meilleurs compte à se débarrasser de la gangue historique pour mieux s'approprier l'information en passant à autre chose.

En somme, se laisser aller à leur interprétation personnelle, à leur "libre-arbitre", "en posant ainsi les valises", qui souvent peuvent se trouver quelque peu encombrantes. EN bref, il est assez inutile, je le pense, de venir inlassablement ressasser la pensée des autres, d'autant que beaucoup concourt, je crois, à ce que, ce qui était vrai hier ne l'ai peut être plus beaucoup aujourd'hui, ou vice versa.

Qui a tort ? Qui a raison ? Celui qui a raison tout seul, a tort ? Ceux qui on tort tous ensemble ont raison ? Est-ce bien important ? Qu'est-ce l'essentiel ? Est-ce le courant d'idées ou le partage de quelques pensées qui est important ? Quand je lis Voltaire, Descartes ou St-François d'Assise..., il m'importe peu de connaître la cause ou même la raison, seule l'ouverture sur ma propre quête est reine de raison. L'introspection quelle me permet d'assouvir (lecture), le chemin que cette écriture me permet d'emprunter est seul celui qui reçoit ma bénédiction.

Tout le reste n'est qu'illusion ou transport, et ne sert qu'à véhiculer ma réflexion.

C'est à mon sens l'imperfection de toutes religions, de toutes confessions, car aucune ne permet réellement cette quête personnelle, cette méditation ; précisément du fait du dogme, des enseignements et de la loi qui est suivie avec plus ou moins d'orthodoxie. La loi tue le droit.

Écrit par : Amexour | samedi, 26 décembre 2009

Béatifier Pie XII serait un affront à tous ceux qui « sortent » un peu du lot....En tout cas , pas besoin d’avoir été spolié ou d’avoir subi toute autre souffrance physique ou morale pour se sentir touché, concerné... il me semblerait aberrant de béatifier un être qui a cautionné tant d’injustices , tant de haine , tant d’assassinats , tant de massacres.... A quand la béatification des kamifazes qui ont écrasé leur avion sur une des tours ? Après tout , ce sont des martyrs , pour certains ?

Écrit par : gode | mardi, 29 décembre 2009

Commentaire affligeant.
Qu'est-ce qui vous permet (factuellement bien entendu) de parler du cautionnement par Pie XII de la Shoah ou toute autre abjection?
Qu'est-ce qui vous permet de faire une analogie plus que douteuse et intellectuellement inepte entre Pie XII et un kamikaze?

Je comprends qu'on puisse se poser des questions sur cette annonce du Vatican (qui d'ailleurs n'est pas une béatification...), mais de là à sortir de telles contre-vérités...

Écrit par : Laloose | mercredi, 30 décembre 2009

Depuis très longtemps et c'est historique les juifs sont considérés comme déicides !
Il existe une prophétie qui annonce que Israël se convertira à Jésus ? Mais pas à L'Eglise catho ! C'est exclu ! Aucun juifs croyant ne pourrait penetré dans une église ! Trop de statut ! Hitler avait d'ailleurs repris dans ces théories fumeuses le décicide et pas mal des preceptes de l'inquisition ! Avec tous les crimes que l'on reproche aux cathos depuis 1700 ans on peut croire tous ce qu'on veut d'eux ! Entrer dans une église c'est être apostat et antisémite !
De toute façon les politiques de 1936 à 1946 être des lâches ! Soumission et lacheté !
Un autre point ! tout le monde semble trouver normal que l'eglise catho et les autres aussi fassent de la politique !C'est complétement exclu dans les évangiles ! Quant aux papes aucun n'est capable du moindre miracle difficile de croire qu'ils succèdent à l'apôtre Pierre !
L'eglise catho est reconnue dans l'apocalypse come la grande prostituée qui paiera la note au jugement annoncé ! Amen !

Écrit par : Fauvage | mercredi, 30 décembre 2009

Et comme dit le proverbe : "qui ne dit mot consent "

Écrit par : Fauvage | mercredi, 30 décembre 2009

Oui, et le proverbe dit aussi "la parole est d'argent mais le silence est d'or".

On est bien avancés avec les proverbes hein?

Fauvage votre appartenance à une crypto-église ne vous autorise pas à énoncer de tels clichés et idioties du style "pénétrer dans une église c'est être antisémite". Pensez ce que vous voulez, mais vos délires sectaires n'engagent que vous.

Écrit par : laloose | mercredi, 30 décembre 2009

la crypto-eglise c'est quoi çà ?
la seule chose que je sais c'est par l'évangile ! Quant aux délires sectaires voit pas ! Mais une chose est sure si on adhère à n'importe quelle eglise on accepte aussi son passé souvent peu glorieux. Les religieux ont en général le sec pas les croyants ! Venez me dire mainteant que l'église catho n'a pas été antisémite et même souvent raciste ! C'est l'histoire pas des délires ! Eh d'ailleurs pouquoi aller dans une église ! Dieu n'est-il pas partout ? le christ n'a t-il pas dit qu'il était préferable de prier dans sa chambre ! Si vous avez peur de ne pas être entendu par Dieu c'est qu'il y a un problème ? Car dieu entend tout le monde les impies et les cryants ! On rallume les buchers ! Ce que le christ a dit aussi c'est de renier son père, sa mère, ses amis reflechissez la-dessus mais pas trop rapidement !

Écrit par : Fauvage | jeudi, 31 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.