Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« ça va chauffer pour les centrales, cet hiver ! | Page d'accueil | Grand emprunt : droit dans le mur ! »

mercredi, 04 novembre 2009

40% de femmes dans les CA ?

J'avais eu connaissance du rapport Grésy au mois de juillet, mais à vrai dire, l'une des dispositions les plus intéressantes du rapport m'avait échappé (page 111, 3.1 sqq) : l'accès des femmes aux postes de pouvoir et de décision, notamment dans les Conseils d'Administration des entreprises. Le rapport (qui porte sur l'égalité professionnelle entre hommes et femmes) préconise d'imposer par la loi, à partir d'un seuil suffisamment important, une proportion non négligeable de femmes au sein des Conseils d'administration : 40%, avec un délai raisonnable de 5 à 6 années pour se mettre en conformité avec la loi.

Pour un pays latin et attardé dans ce domaine, comme le nôtre, cela serait évidemment difficile à digérer, mais, il me semble que ce serait l'occasion de passer la vitesse supérieure dans ce domaine.

J'ai vu qu'Olympe lançait un appel. Personnellement, j'ai ma propre solution, mais il faudrait qu'un député ait les c.....es (notez, ça peut être aussi une députée) de s'y coller : rédiger un projet loi, trouver un maximum de signataires et la proposer au vote au Parlement. Je ne sais pas si je retiens toutes les propositions d'Olympe : en fait, ce qui m'intéresse, moi, c'est un engagement chiffré pour faire entrer les femmes dans les CA, le reste étant secondaire à mes yeux.

Je ne m'inquiète pas pour les entreprises, la Norvège l'a fait, et l'économie norvégienne ne semble pas s'en porter plus mal...Et à ceux qui jugeraient qu'il n'est pas juste de réserver par décret des places à une minorité, je les renvoie à ce que j'ai écrit à ce sujet en septembre : les femmes ne sont pas une minorité.

Commentaires

Je ne suis pas d'accords du tout. Si nous devons avoir une place dans ces entreprises, s'est avant tout en changeant le système corporatiste et et autres principes à la sauce énarques/sciences po et copinage. Là, dire il faut X% de femmes, c'est comme dire ajouter une pincée de sel dans une recette. Nous devons exister par nous mêmes et non pas parce que des politiques ont décidés d'imposés un quota, comme cela ce fait pour les élections. Résultat avec ce système lors d'élections ? On se sert de femmes pour boucher les trous et faire office de faire valoir. Quelle belle vision de la femme !

Écrit par : Carole | mercredi, 04 novembre 2009

Pour info , l'une des propositions du MODEM pour les élections régionales dans le Nord-Pas-de-Calais sera certainement de conditionner les subventions du Conseil Régional envers les entreprises au respect de la parité dans les CA . De même dans les bureaux des associations . Il est tout à fait anormal que les femmes soient aussi présentes dans les entreprises et les associations et qu'elles ne puissent pas appartenir aux organes de décision. il ne s'agit pas d'imposer X% de femmes mais de rétablir la juste représentation des femmes dans les instances dirigeantes .

Écrit par : théo | mercredi, 04 novembre 2009

@ Carole
Je ne vois pas en quoi détruire les filières d'élite rendrait service aux femmes.
Ensuite, 40%, ce n'est pas une pincée de sel, et entrer dans un CA, ce n'est pas vraiment faire office de bouche-trou...
@ Théo
Tiens, je ne le savais pas : est-ce que le Modem est le seul à porter cette proposition ?

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 04 novembre 2009

Je rejoins Carole, je trouve très humiliant pour les femmes de savoir qu'elles doivent leur poste au respect d'un quota.
Je préfère largement que l'on s'applique à combattre les vieux tabous machistes hérités de nos religions pour une bonne part et de l'homme chef parce que le plus fort pour le reste.
Imposer des quotas peut être un palliatif momentané et un "mieux que rien" pour permettre l'éclosion de la reconnaissance des capacités féminines si dûrement étouffée, mais ils devraient très vite être abandonnés au profit du seul mérite, ( comme Sarko s'en était fait le chantre avant de préférer le copinage et le népotisme au mérite).

Écrit par : andre777 | mercredi, 04 novembre 2009

Heureuse de voir quelqu'un de mon avis, nous ne sommes pas des objets, nous devons donc valoir par nous mêmes et non pas parce que femme, noire ou je ne sais quoi. Tomber dans ce piège des quotas, c'est justement provoquer l'effet inverse.


En suivant ce chemin, le MODEM ne fait que poursuivre la connerie des autres partis, et je suis plutôt déçu de vos positions là dessus l'hérétique.

Écrit par : Carole | mercredi, 04 novembre 2009

J'aime pas les quotas!!! Ras le bol des quotas en tout genre! Voui schtroumpfette grincheuse!

Écrit par : Martine | mercredi, 04 novembre 2009

Bonjour,

A mon avis, c'est un coup de com... et pas plus.

Si c'est pour que les femmes des membres actuels se retrouvent au CA... ça a pas grand intérêt... ;o)
(et si jamais la loi passe, je suis prêt à parier que c'est ce qui va se passer... avec deux ou trois exceptions dans les grandes sociétés, pour faire bonne mesure..)

m'enfin,
@+
Nap

Écrit par : nap | mercredi, 04 novembre 2009

@andre777 et @carole : vous oubliez que la loi peut aussi être un outil de transformation sociale . Dire qu'il faut privilégier le mérite : tout le monde est d'accord . Et c'est donc bien ce qu'on veut faire en permettant aux femmes qui le méritent de passer outre les a priori sexistes en retrouvant la place qui doit être la leur dans les organes de décisions des entreprises et des associations où elles sont tres souvent tres actives mais peu représentées ...

@l'hérétique : à ma connaissance le MoDem est jusqu'ici le seul à avoir mis cela sur la table. Cette réflexion est née d'un constat de bon nombre de nos élu(e)s qui se retrouvent parfois dans des CA ou devant les représentants des chambres de commerce et d'industrie où il n'y a aucune femme alors qu'elles sont très actives dans les associations, les entreprises et les commerces ...

Écrit par : théo | mercredi, 04 novembre 2009

"vous oubliez que la loi peut aussi être un outil de transformation sociale "

Et bien non, les choses se font et se feront d'elles mêmes en supprimant les barrières donc laissant les gens monter de par leurs qualités, pas besoin d'intervention des politiques dans ce domaine de quotas, nous ne sommes pas des animaux bordel ! Je n'ai pas envi de devoir mon poste parce que je suis de tels couleurs ou de tels sexe.


"""outre les a priori sexistes en retrouvant la place qui doit être la leur dans les organes de décisions des entreprises et des associations où elles sont tres souvent tres actives mais peu représentées ..."""

Génial, ce n'est que du pistonnage pour moi. Si j'ai telles postes je le devrais à moi même. A ce rythme là, nous chercherons à mettre un handicapé noir transsexuelle dans les conseils d'administrations pour remplir tout les futurs quotas d'un coup. Interrogés vous plutôt sur ces lois et système éducatif, copinage, incompétence mais proximité du pouvoir qui empêchent notre montés plutôt que de vouloir nous rendre service mais nous rabaisser.

Écrit par : carole | mercredi, 04 novembre 2009

"La loi peut être un outil de transformation sociale" ... Brrr...

Écrit par : h16 | mercredi, 04 novembre 2009

Comment gérer des quotas qui vont demander la parité entre les noirs, les jaunes, les blancs, les rouges, les beaucoup bronzés, les pas beaucoup bronzés, tout en respectant la parité hommes femmes, jeunes, vieux, blonds, bruns, petits grands, gros, maigres, homo, étero, lesbiennes, les de droite, les de gauche, les ni l'un, ni l'autre.......batons nous pour plus d'humanisme, pour plus de justice, pour plus de respect de la différence et ne nous prétons pas à ce jeu de biens pensants qui pensent qu'en nous encartant et en fixant des quotas les problèmes vont se résoudre d'eux même.

Écrit par : andre777 | mercredi, 04 novembre 2009

http://mnr87.unblog.fr
l'avenir est ici

Écrit par : Bruno | mercredi, 04 novembre 2009

@ tous
L'erreur, comme je l'ai écrit dans le billet que je cite, c'est de considérer que les femmes sont une minorité. Rien à voir avec l'affirmative action, in fine.

Écrit par : L'hérétique | mercredi, 04 novembre 2009

effectivement les femmes ne sont pas une minorité et il faut prendre garde à ne pas les traiter comme telle.
Si on laisse faire les choses dans 30 ans on y sera encore. voyez comment avec des lois sur la parité qui date de 10 ans on arrive à 20% de femmes aux parlements. regardez comment les choses se passent autour de vous, lisez les journaux et vous verrez que les femmes sont toujours traitées comme le deuxième sexe

Écrit par : olympe | mercredi, 04 novembre 2009

> "vous oubliez que la loi peut aussi être un outil de transformation sociale "

Qu'est ce qu'il ne faut pas lire comme trucs immondes.

> "on arrive à 20% de femmes aux parlements"

Et par rapport au pourcentage de femmes impliquées dans les partis politiques ça ne vous semble pas cohérent ?

Écrit par : Bob | jeudi, 05 novembre 2009

Si le modem tombe dans ce piège idiot des quotas et de la discrimination "positive" - qui n'a de positive que le nom puisqu'elle se fait forcément au détriment d'un tiers, fût-il un mâle blanc de bonne famille (horreur !) - cela serait une fort mauvaise nouvelle, et un motif suffisant pour quitter le navire en ce qui me concerne.

Écrit par : archenemy | jeudi, 05 novembre 2009

@ archenemy
Je suis contre la discrimination positive et le système des quotas. Mais, une nouvelle fois, pour les femmes, il ne s'agit pas de cela mais de 50% de l'humanité. Rien à voir avec les minorités diverses.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 05 novembre 2009

Suis assez d'accord avec carole et andre777 la logique des quotas est humiliante et stupide. Oui il faut cassez le corporatisme, la logique de cooptation et de réseaux. C'est un mal bien français.

Écrit par : europium | vendredi, 06 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.