Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Audience et influence de l'hérétique | Page d'accueil | Gmail à nouveau indisponible »

mardi, 01 septembre 2009

Wanted : Justice mise à prix

C'est avec beaucoup d'inquiétude que j'assiste à la fin du juge d'instruction. En effet, c'était là le seul morceau d'indépendance qui subsistait dans le pouvoir judiciaire. Qui instruira les procès, désormais, particulièrement les procès des hommes politiques mis en examen ? Est-ce un hasard si dans les pays anglo-saxons et les pays du nord, où l'on respecte strictement la séparation des pouvoirs, la justice opère dans de bonnes conditions et nul n'échappe à la loi ?

Mais en France où le parquet dépend de la présidence et où l'on révoque ou nomine les procureurs à la volonté du pouvoir exécutif, je crains bien que cela soit là la mort des affaires politiques : non pas que la collusion entre l'affairisme et le monde politique cesse, mais plutôt qu'il n'y aura plus personne pour instruire leur procès. Le rapport Léger suggère en effet de renforcer le rôle des procureurs pour mener les enquêtes pénales. Voilà qui promet des enterrements de première classe pour les affaires les plus gênantes.

Nous sommes, avec cette réforme, en train d'ouvrir les bras en grand à la maffia. Cette réforme est très mauvaise, désastreuse, même. Je crois qu'Outreau n'est qu'un prétexte et qu'en réalité, le pouvoir a cherché à se débarasser des juges d'instruction, parce que depuis une quinzaine d'années, les juges d'instruction ont commencé à mener des enquêtes sur les frasques pénales de la classe politique. J'espère une réaction de François Bayrou, car s'il y a là un nouvel abus de pouvoir, encore plus grave que les précédents, c'est bien celui-là.

Ainsi, l'Esprit des lois sera définitivement enterré en France et Montesquieu n'aura même plus la place de se retourner dans sa tombe...

16:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : justice, rapport, léger |  Facebook | | |

Commentaires

"Nous sommes, avec cette réforme, en train d'ouvrir les bras en grand à la maffia."

Exact ! Et la seule solution actuelle semble être de constituer des commandos de blogueurs assurant la veille systématique de chaque personne politique. De manière à ce que rien n'échappe au public. Des paparazzi blogueurs à l'affût dénonçant instantanément (preuves à l'appui quand même, hein, sinon on sait comment ça tourne vite... au ridicule) la moindre anomalie. Il y aura toujours quelqu'un pour remplacer au fur et à mesure ceux qui se sont montrés trop lucides.
Oui, j'espère moi aussi que le MoDem va prendre position de façon ferme.

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 01 septembre 2009

Tout cela je pense est déjà bien exposé dans "Abus de Pouvoir".

Il y a d'autre raisons de penser que le Pouvoir nous mène à une Médiocrité souvent inquiétante.

Pousser des petits cris à chaque inquiétude me parait ne servir à rien du tout !!

Ainsi on peut penser que la seule attitude Logique est que les VRAIES Oppositions au pouvoir, chacune sans perdre son âme, trouvent des accords sans arrière pensées pour, dés maintant, commencer une alternative

(elle peut être sereine, passionnante, ne surtout pas enlever la joie de vivre mais décidée)

au SakAubrysme

(Hé oui malheureusement la partie Aubry du PS est tellement emberlificotée dans le pouvoir avec ses Lang, Rocard, Kouchner, DSK, J'en passe et des meileurs, elle y est aussi tellement connivente dans son exposition médiatique que son "Demain on Rase Gratis" sonne comme un Slogan Imaginaire).

Écrit par : CK | mardi, 01 septembre 2009

Bien d'accord avec toi

Écrit par : Claudio Pirrone | mardi, 01 septembre 2009

Outreau n'est effectivement qu'un prétexte. La preuve en est que la commission d'enquête parlementaire, qui s'était posée la question de la disparition du juge d'instruction, a estimé qu'il convenait de maintenir cette institution, mais en mettant en place une collégialité de trois juges.
Et devinez quoi ? Le législateur a repoussé l'entrée en vigueur de cette réforme, qui a pourtant été votée. La collégialité, qui devait être mise en place au 1er janvier 2010, a été repoussée à 2011...jusqu'à disparition totale.
Que les justiciables ne se leurrent pas : ce ne sont pas les magistrats, les cocus de cette histoire, mais bien eux.

Écrit par : Gascogne | mardi, 01 septembre 2009

Où est la France ? où sont les français ???
voici un beau prétexte pourtant pour faire la révolution ! je ne pense pas que Montesquieu soit mort ni has been ... je pense que la révolte couve tranquillement sous la cendre ...

Écrit par : Mirabelle | mardi, 01 septembre 2009

C'en est fini de la séparation des pouvoirs,

Les procédures inquisitoires sous la supervision de la place Vendôme

Totalement d'accord avec toi

Écrit par : disparitus | mardi, 01 septembre 2009

que feront nos députés ???

Écrit par : Mirabelle | mardi, 01 septembre 2009

Les commentaires sont fermés.