Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Dette, les prophéties de Bayrou | Page d'accueil | Travail sur le programme du MoDem »

mardi, 23 juin 2009

Âge de la retraite, le foutage de gueule

J'entends le gouvernement se pâmer, dans le clair-obscur des cabinets ministériels à la seule évocation de l'âge de la retraite actuelle. Ce qui est remarquable, c'est l'agit-prop et l'intoxication organisée auxquelles cela donne lieu dans les rangs gouvernementaux. Soyons clair : je ne serai pas radicalement opposé au principe d'un allongement des annuités d'emploi si emploi il y avait.

Mais la vérité, c'est qu'il n'en est absolument rien. Il n'y a pas d'emplois pour les seniors. En fait, derrière le pseudo-prétexte de laisser libres les individus de travailler plus longtemps se cache un tout autre projet : allonger la durée de cotisation pour la retraite. Mais comme il ne sera pas possible pour une large part des individus de travailler plus, cela reviendra ni plus ni moins à minorer les pensions de retraite pour en réduire les coûts. Astucieux, non ?

J'ai évoqué le sort réservé aux Seniors dans un billet daté du 23 février dernier. C'est simple : le gouvernement est pris en sandwich entre tous les jeunes qui vont arriver sur le marché du travail et l'impact grandissant des départ à la retraites qu'il faut financer. Je ne parle même pas du chômage. En fait, passé 50 ans quand ce n'est pas 45, il est très difficile de retrouver du travail si l'on est au chômage.

La France est dans la nasse et je ne vois pas comment elle va pouvoir en sortir. Une chose est sûre : il  faut taxer le moins possible ceux qui créent de l'emploi, c'est à dire les entreprises. Mais on ne peut pas non plus les exonérer par les temps qui courent parce que nous n'avons pas les moyens de le faire.

Nicolas Sarkozy a assuré que le gouvernement sera au rendez-vous pour la réforme des retraites en 2010. Doit-on comprendre qu'il attend que les élections régionales soient passées pour éviter un éventuel vote-sanction en raison des difficiles mesures à prendre pour assurer leur équilibre ? Il ferait mieux d'engager immédiatement le débat avec les Français. Il y avait un aspect, dans la manière avec laquelle François Bayrou escomptait traiter le problème, lors de la présidentielle de 2007 qui m'avait beaucoup plu : l'idée absolument nécessaire qu'il fallait, sur les retraites, légiférer par référendum.

Ne nous leurrons pas, la proposition de Bayrou lui-même, avalisait sur le fond qu'une augmentation des cotisations serait nécessaire. Le principe d'une retraite par point concédait nécessairement que le montant des pensions serait variable selon la durée des cotisations. Toutefois, elle permettait le rachat d'années et mettait le cotisant face à ses choix personnels. Mais le plus important, et je le redis, c'est que Bayrou ne voyait pas d'autres possibilités de régler cette question qu'en consultant directement le peuple. Un acte de courage politique et un langage de vérité qui font cruellement défaut aujourd'hui...

09:57 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : retraite, cotisation, bayrou |  Facebook | | |

Commentaires

Je suis entièrement d'accord

juste une remarque qui n'a pas grand chose à voir :
"le gouvernement est pris en sandwich entre tous les jeunes qui vont arriver sur le marché du travail et l'impact grandissant des départ à la retraites qu'il faut financer"

toujours avec ma candeur économique, je me disait que si on produisait plus en France pour le marché français (ou en Europe pour le marché européen, bref si on arrêtait de consommer chinois, on réduirait le chômage, on réduirait la pression sur les salariés, et on pourrait financer (au moins en partie) les retraites.
Après on pourrait envisager une retraite par points.

Ais-je tort ? Ca me semble presque trop simple.

Écrit par : vincent15 | mardi, 23 juin 2009

le problème de l'âge de la retraite est à prendre en compte, peut-être pas dessuite mais demain sûrement. Il suffit d'analyser des études démographique pour se rendre compte de l'étendue du problème
http://www.debat2007.fr/index.php?id=260

je rappelle que le système de retraite a été mis au point par de Gaule et les cocos au sortir de la 2ème guerre mondiale et qu'a l'époque le ratio inactif/actif était de 1/12...

Actuellement certains directeurs de laboratoires très compétents partent aux USA car ils sont atteints par la limite d'âge(65 ans) alors qu'ils voudraient rester. Le Professeur Montagnier prix Nobel de médecine en est l'illustration parfaite.

Dans le secteur privé suivant les conventions collectives, des problèmes analogues sont répertoriés.

Moi je suis pour laisser la liberté et préparer l'opinion publique à cotiser plus longtemps petit à petit car une étude européenne sur le vieillissement de la population indique que cela posera des problèmes de plus en plus sérieux cette étude sérieuse évoque bien qu'il faudra cotiser plus longtemps.... c'est un sujet complexe , politiquement casse-gueule...qui sera douloureux à traiter comme celui de la sécu!!!!!
http://www.senioractu.com/Vieillissement-de-la-population-europeenne-les-systemes-de-sante-survivront-ils-_a5458.html

Écrit par : europium | mardi, 23 juin 2009

@ Vincent
C'est certainement vrai, mais on ne peut pas instaurer une préférence nationale sans se prendre des mesures de rétorsion économiques de l'autre côté. Et vu le poids grandissant de la Chine (désormais seconde puissance économique mondiale) on a intérêt à ne pas trop en faire de ce côté-là...

@ europium
oui, ça va être douloureux, et pourtant, il va bien falloir dire la vérité aux Français. Mais pour avancer sur un terrain aussi miné, il faut une contexte générale d'équité sociale. C'est quasiment un pré-requis.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 23 juin 2009

En terme d'équité sociale, la notion de pénibilité devra être prise en compte car il existe des différence sérieuses sur la durée de vie et sur la qualité de vie en retraite.

Ce qui me fait sourire c'est que Sarko en débattant avec Ségo avait dit que le problème des retraite avait été réglé par Fillon jusqu'en 2015,ce qui était évidemment un mensonge. Si elle avait maîtrisé le sujet elle aurait pu le contrer facilement....

Comment sur un sujet aussi clivant, qui fera que la gauche s'opposera coûte que coûte, dire la vérité aux français.Le livre blanc de Rocard commence à dater et rien de sérieux n'a été décidé. Il y a bien eu les régimes spéciaux, mais aux dernières nouvelles il n'aurait pas fallu y toucher du moins de cette façon car les syndicats ont tellement bien négocié en terme de prime, de revalorisation salariale et introduction des primes dans le calcul de la retraite que ça coûte plus chère à l'état qu'avant..

Écrit par : europium | mardi, 23 juin 2009

en 2012, ça va forcément revenir en force dans la campagne, les retraites. On a intérêt à se positionner.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 23 juin 2009

Voila un des grand problème de la France, les retraites. Et de ce coté la, j'aimerais beaucoup que le Modem arrête très rapidement ses propositions afin d'avoir un véritable contre projet à ce que va lancer la gouvernement après les régionales.

Écrit par : Latour d'Orange | mardi, 23 juin 2009

@ la tour d'orange
100% d'accord. c'est une priorité.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 23 juin 2009

Les commentaires sont fermés.