Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un Airbus A 330-200 peut-il amerrir ? | Page d'accueil | La méthode Descoings, miroir aux alouettes »

mardi, 02 juin 2009

Airbus 330, Icare brisé

Je n'ai pas renoncé à m'exprimer sur la catastrophe de l'Airbus 330 en provenance du Brésil, en dépit des très déplaisants commentaires d'hier. Je ne vois pas en effet, pourquoi je me tairais sur la foi d'un procès d'intention indigne. Je veux m'exprimer sur ce drame, parce que je veux essayer de comprendre pourquoi il nous touche, moi y compris, avec une telle intensité, avec une telle violence. J'ai pris plusieurs fois l'avion, et surtout, il m'est arrivé à plusieurs reprises d'attendre quelqu'un à la sortie d'un avion. Cette nuit, j'ai été pris de sueurs glaciales  en repensant à cet accident. L'évènement n'est pas neutre pour moi, et sans doute pour d'autres. Jeune, j'aimais passer d'un continent à un autre par la voie des airs. Mais, au fil du temps, avec la conscience des accidents, j'ai commencé à avoir peur, et aujourd'hui, quand je boucle ma ceinture de sécurité et que l'avion commence à décoller, ou encore lors des atterissages, a fortiori quand il y a des turbulences, j'ai une sourde appréhension qui m'étreint. Et pourtant, l'avion est infiniment plus sûr que mon automobile que je prends tous les jours ! Aussi bien en proportion qu'en quantité, en comparaison des morts sur les routes, le nombre de morts dans les airs est infime. Mais dans mon automobile, je me sens en sécurité.

La catastrophe aérienne, quand elle survient, fait le tour du monde : radios, chaînes télévisées, journaux, et même blogs, en parlent sur toute la planète. Cette catastrophe a fait 240 morts. Le Rwanda, le Darfour, ont généré des centaines de milliers de morts sans générer la même attention ni même la même intensité dans l'émotion. Mon intention n'est absolument pas de donner une leçon de morale, je laisse cela aux concupiscents, comme dirait Nietzsche. Non, je m'étonne simplement de la force de cette émotion. Au moment où j'entends ces nouvelles terribles, mon empathie avec les familles des victimes est très forte. Ce n'est pas une question de distance ni de nationalité : l'avion était loin et il transportait des hommes et des femmes d'origines diverses.

J'écoutais France Info, ce matin, et notamment, comme Bayrou était justement là, on lui a demandé ce que lui inspirait cette catastrophe. Comme toute la classe politique, il a bien sûr déploré un drame terrible, mais ce qui m'a intéressé, c'est ce qu'il disait du transport aérien : «ça donne au transport aérien une dimension qu'il n'a pas habituellement, on finit par s'habituer à cette incroyable aventure, et puis tout le monde voit bien qu'elle conserve une dimension de risque ». C'est cette réaction qui m'a frappé, et qui m'a rappelé qu'au fond, nous sommes tous les héritiers d'Icare. Dans la mythologie grecque, Icare est le fils d'un inventeur de génie, Dédale. Ils ont été enfermés par le roi Minos dans le labyrhinte dont Dédale a lui-même réalisé les plans. Pour s'évader, Dédale, après avoir observé des oiseaux, parvient à confectionner avec de la cire et des plumes des ailes. Il recommande toutefois à Icare de ne pas trop s'approcher du soleil car la cire fondrait et il pourrait tomber. En dépit des sages recommandations de son père, Icare veut voler trop haut et il chute finalement dans la mer. Mer qui prendra son nom, puisque c'est la Mer d'Icare aujoud'hui.

Je crois que l'émotion très forte qui nous étreint à chaque catastrophe aérienne fait de nous les enfants d'Icare. Parce que notre rapport à l'air et au ciel demeure mystérieux et empreint d'étonnement, nous continuons à avoir du mal à admettre la chute.

Je voulais dire aussi autre chose : on va de conjectures en conjectures pour tenter de comprendre ce qui a pu arriver à cet aéronef. Moi-même, hier, j'ai espéré qu'il pouvait avoir amerri (sans doute en vain, hélas).

Il existe en mathématiques une théorie que l'on appelle théorie du Chaos : l'effet papillon en est le phénomène physique le plus saillant. L'idée est qu'un battement d'aile à l'autre bout du monde peut provoquer une tornade de l'autre côté. Le mathématicien Edward Lorenz, qui est à l'origine de cette citation fameuse a travaillé justement sur les phénomènes météorologiques. Constatant que des variations infimes entre deux situations initiales pouvaient conduire à des situations finales sans aucun rapport entre elles, il a jugé qu'il n'était pas possible de faire de prévisions météorologiques à long terme. Il a calculé, par exemple, qu'une incertitude de 1 sur 106 lors de la saisie de données, pouvait conduire à des conclusions totalement erronées.

Je voudrais comparer cela à un autre témoignage. J'ai eu comme premières automobiles deux XM fonctionnant au GPL. La première s'est enflammée sur l'autoroute à grande vitesse. Le réservoir était le vieux système à bouchon. On l'a abandonné car on sait depuis qu'en cas de dilatation du gaz (c'est le cas d'un incendie) si le bouchon ne sort pas, l'explosion est terriblement meurtrière. Je suis resté à moins de 50 mètres de mon automobile qui brûlait sur le bord de l'autoroute, sans savoir qu'en cas d'explosion, tout ce qui se trouvrait sur un rayon de 200 mètres aurait été soufflé par l'explosion. Coup de chance, le réservoir s'est mis à fuire. Avec ma seconde XM, un soir que j'étais fatigué, j'ai percuté un trottoir assez haut par le côté à une vitesse d'environ 60 km/h. Il s'en est ensuivi une vibration qui a complètement désaxé et démoli la boîte de vitesse. L'expert qui a examiné le véhicule par la suite m'a dit qu'il n'avait jamais vu ni entendu parler d'une vibration d'une telle ampleur avec un accident de ce genre. Un cas unique dans sa carrière. Même son de cloche au garage citroën où un tel évènement ne figurait même pas dans la base de données de la marque.

Ce à quoi je veux en venir, c'est que nous ne connaîtrons peut-être jamais exactement les causes de l'accident, et ce, en dépit des mesures de sécurité, pourtant nombreuses. Quand des causes multiples, incluant des facteurs humains, de surcroît, se superposent les uns aux autres, comment savoir s'il y en a une qui est première parmi elles. Et si toutes ces causes sont infimes, mais que leur résultat final est une catastrophe, c'est imprévisible. Tous les classements de sécurité n'y pourront rien. Je sais que Toréador voudrait donner un nom à la mort et à la foudre, et je le comprends très bien, car il a tout à fait raison d'estimer que c'est absolument nécessaire pour pouvoir commencer un deuil. Mais si la cause est la résultante d'une cascade d'incertitudes, il sera bien difficile de la nommer.

Commentaires

Wow!!!
Très juste!

Écrit par : Martine | mardi, 02 juin 2009

Il y a en effet les conjectures les plus folles qui circulent, mais si on retrouve les boîtes noires, on devrait comprendre ce qui s'est passé.
Sur la théorie du chaos appliqué au cas présent, oui et non...
Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a généralement pas qu'une seule cause (les équipements électroniques sont doublés ou triplés pour éviter cela), et effectivement les facteurs humains entrent en jeu.

Allez, maintenant en m'avançant un peu, au risque d'être complètement à côté de la plaque:

- la bombe à bord, va savoir, mais ça ne colle peut-être pas avec la défaillance d'un équipement électronique transmise à la maintenance d'Air France,
- le missile, il aurait fallu qu'il soit tiré d'un avion de chasse pour atteindre un avion à cet altitude, donc quasi-improbable,
- la foudre seule, à moins d'un éclair d'une ampleur inégalée, les avions sont bien protégés,
- le fait que les pilotes n'aient peut-être pas réussi à contourner cette énorme masse nuageuse (on est dans une des régions les plus à risque au monde), que l'avion se soit retrouvé propulsé par des courants ascendants violents subitement de 10000 à 15000 mètres d'altitude, avant de retomber, peut-être même avec un élément de structure cassé, c'est tout à fait possible.

Mais encore une fois, les boîtes noires si elles sont retrouvées, devraient permettre d'expliquer pas mal de choses.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

Bonjour JF
Tu connais mieux l'aéronautique que moi, mais tout ce que tu dis me paraît frappé du bon sens. Tu vois, je préférerais que ce soit encore une erreur humaine ou quelque chose que l'on puisse améliorer dans l'avenir plutôt que l'invraisemblable effet du hasard.

Il n'existe pas de couloirs aériens qui pourraient contourner cette zone ?

Écrit par : L'hérétique | mardi, 02 juin 2009

mouais ... aujourd'hui il y a des missiles téléguidés ... la liste des passagers a été longue à sortir ... allez savoir ... et puis faire sauter un avion en plein océan, idéal pour faire tout disparaître, non ???

Écrit par : Mirabelle | mardi, 02 juin 2009

Sur les couloirs aériens permettant de contourner cette zone, très honnêtement je ne sais pas. Mais ce que je sais en revanche, c'est que du fait de l'augmentation du trafic, les couloirs aériens sont de plus en plus surchargés, et qu'on risque un jour une collision en vol entre deux avions.
Au passage, autant saluer le travail des "aiguilleurs du ciel", un des métiers les plus stressants qui soit, car gérer le trafic autour des grands aéroports, ça relève parfois de l'exploit.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

oui, mais bon ... ce n'est pas une collision avec un autre avion non plus ... on annonce qu'un pilote a vu une une épave en feu sur l'eau et on dément ... il avait du boire le pilote ??? bon, et puis avec toute notre technologie de surveillance : satellites et compagnie ... non non, on n'a toujours pas trouvé l'endroit !!! pfff de qui se moque-t-on ???

Écrit par : Mirabelle | mardi, 02 juin 2009

@JF,

La bombe ne colle absolument pas avec les messages recus, il faudrait arréter d'alimenter les rumeurs les plus loufoques!
Et les missiles non plus!!
Vous avez oublié un rapt d'extra terrestres dans l'inventaire! @@@@@ !!!
Les deux seuls points qui tiennent un peu "la route" seraient la combinaison des deux derniers!

Bon maintenant, je sors je ne veux plus rien lire à ce sujet avant l'analyse des boites noires si elles sont retrouvées.

Écrit par : Martine | mardi, 02 juin 2009

@ Martine: essayez de lire correctement mon commentaire, et vous vous rendrez compte que vous me prêtez des intentions absolument absurdes. A ce point, c'en est ridicule.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

Pour vous aider un peu Martine, vous noterez que mon commentaire commence par "il y a en effet les conjectures les plus folles qui circulent"...

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

@JF,
J'avais bien noté ;)
Je reconnais avoir oublié d'y ajouter le sourire qui aurait du accompagner mon commentaire.
Alors le voici: :)

Écrit par : Martine | mardi, 02 juin 2009

l'Hérétique oublie un chose,du moins c'est mon avis, c'est que l'ultra-dimension (émotion?) des catastrophes aériennes est amplifiée par une ultra-médiatisation quasi-consternante. Les médias ont dessuite émis parmi les différentes hypothèses celle d'un attentat (et ceci sans preuve pour étayer ou pour infirmer jusqu'à présent) ce qui amplifie notre besoin d'information sur le sujet.

D'ailleurs sur ce point il serait intéressant d'expliquer pourquoi l'information d'un avion qui ne donne plus signe de vie à 4H du matin est divulguée à 11h30 sachant que les principales procédures pour rentrer en contact avec l'avion ne prennent que quelques minutes. Le gouvernement a été très tôt informé.....

En outre l'avion est considéré a juste titre comme le moyen de transport le fiable,donc lorsqu'un avion a des problèmes tout le monde essaie de comprendre.

Écrit par : europium | mardi, 02 juin 2009

@ Martine: dans ce cas, vous avez également droit au mien :)

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

bon, si un A 330 n'est pas fichu de surmonter une tempête et la foudre... c'est mal barré pour l'aviation ! par contre qui vous dit qu'il n'y a pas eu 2 explosions ? une première qui par exemple commet un dégât qui permet au système automatique de se déclencher et qu'une 2ème explosion immédiatement après la 1ère rétame l'avion ? sinon qui dit que le système automatique de message ne se déclencherait pas en cas d'explosion ??? moi je ne crois absolument pas aux intempéries.

Écrit par : Mirabelle | mardi, 02 juin 2009

@Mirabelle,
Vous écrivez bien, peut-etre devriez-vous envisager une reconversion ? :D
Je sais, je sors! "Avant que le ciel ne me tombe sur la tete! Par Toutatis!

Écrit par : Martine | mardi, 02 juin 2009

@Martine : si vous n'existiez pas, il faudrait vous inventer !!! bien à vous :)

Écrit par : Mirabelle | mardi, 02 juin 2009

@ Mirabelle: je te donne le lien suivant, qui me semble tout à fait recommandable d'un point de vue scientifique.

http://www.liberation.fr/societe/0101570717-les-scenarios-d-une-tragedie

Entre parenthèses, si Toréador lit ce commentaire, je le lui recommande également car il n'est visiblement plus possible d'en laisser sur son blog, et cet article montre bien que c'est Air France qui via son directeur de la communication a parlé de foudroiement. Parenthèse refermée.

Les vents qui sévissent au sommet des cumulonimbus peuvent facilement dépasser les 200 km/h (comme un bon cyclone quoi). C'est pourquoi, les pilotes les évitent tant qu'ils le peuvent. Et apparemment, c'est dans cette région tropicale qu'on a les pires cumulonimbus, en particulier ceux qui montent le plus haut dans le ciel, donc qu'il est indispensable de contourner. Un avion commercial tel que l'A330 ne peut pas voler à plus de 10.000 m d'altitude et ce n'est pas suffisant pour passer par-dessus.

Un avion, ça ne peut hélas pas résister à tout.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

... et je continue mon explication, pour qu'une bonne fois pour toute on arrête de parler de missile en particulier. Les vents au sommet des cumulonimbus sont souvent ascendants, c'est à dire qu'ils vont projeter l'avion vers le haut. Celui-ci peut ainsi se retrouver à 15.000 mètres d'altitude, et outre des dégâts structuraux possibles, les turbo-réacteurs ont énormément de mal à fonctionner à cette altitude... Alors, la chute après devient très délicate à gérer.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

@ JF désolée, c'est pas convainquant ... ces difficultés sont connues, les pilotes formés, il y a la météo et la possibilité de contourner la zone...
maintenant ce n'est pas forcément un missile, ça peut être un attentat ... hypothèse qui n'est pour le moment pas encore mise de côté.

Écrit par : Mirabelle | mardi, 02 juin 2009

@ Mirabelle: le pilote a peut-être sous estimé l'ampleur de l'évènement météo qui a pu être exceptionnel, c'est ce qui paraît le plus probable puisque d'après les débris qu'on a retrouvés aujourd'hui, l'avion aurait semble t-il fait demi-tour.
Bien sûr qu'on ne peut jamais exclure la thèse de l'attentat. Le missile, je peux te le garantir, car sauf "complot" de la part d'un pays qui aurait envoyé un avion de chasse pour abattre pour on ne sait quelle raison cet avion, aucune organisation terroriste n'en a les moyens.
La bombe, c'est contradictoire avec les pannes électriques, sauf désinformation de la part d'Air France, et ce serait trop risqué pour eux, car ça se saurait un jour.
Après, on peut imaginer bien sûr plein de choses: des terroristes qui égorgent les pilotes et mettent en panne des équipements électroniques, afin de masquer l'attentat en accident... Mais quel intérêt?
Bien sûr qu'on ne peut rien exclure, qu'il ne faut rien exclure puisqu'on n'en sait pas assez, mais il y a quand même des scénarios infiniment plus probables que d'autres.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

Franchement je ne vois qu'une solution: tout ceci est la faute d'un chamane qui a envoyé un énorme nounours blanc culbuter le zoli navion!
Ah la sale bestiole!!

Écrit par : Martine | mardi, 02 juin 2009

@ JF : je vois mal comment on peut affirmer aujourd'hui que d'après les débris il aurait fait demi-tour ... n'importe quoi ! en plus en tombant il a pu inverser sa direction ! ce sont des arguments qui ne tiennent pas qui mettent en fait plus le doute qu'autre chose, et il y en a dans toutes ces déclarations !!!
@ Martine: pas drôle ... on est pas dans Lost, un peu de respect pour ceux qui sont partis !

Écrit par : Mirabelle | mardi, 02 juin 2009

Mirabelle, malgré toute mon amitié, qu'est-ce qui peut sérieusement te faire croire qu'il y a eu attentat ou pire "complot"?

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

@Mirabelle,
Bah, pour ta reconversion: oublie la cellule psychologique mais aussi les expertises.
J'espère que tu n'envisages pas une carrière dans le journalisme, non plus...
"Le respect pour ceux qui sont partis"...Que sais-tu de moi Mirabelle?
De ces derniers jours, comment je les ai vécu?
Deux nous deux, je ne suis pas l'irrespectueuse, oh que non...!!!

Écrit par : Martine | mardi, 02 juin 2009

Mesdames, personnellement je vous laisse entre vous. Et, promis juré (comme pourrait le dire un certain JF. Copé), je ne m'exprimerai plus sur ce billet.
Simplement je tiens à signaler au passage que le directeur de la communication d'Air France s'est au plus vite exprimé hier, en avançant la cause du foudroiement, sans doute non pas pour donner une raison de "deuil" aux familles - comme j'ai pu l'entendre -, mais plus probablement pour invoquer une cause qui serait indépendante de la compagnie Air France, indépendante de la qualité de ses pilotes, indépendante de la compétence de ses équipes de maintenance (ou de ses sous-traitants), ... et peut-être surtout afin que le cours de l'action Air France ne tombe pas en Bourse.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

@ JF, si ce n'est pas les intempéries, qu'est-ce ??? si c'est vraiment le temps, il y a vraiment de quoi se poser des questions sur la qualité de ces avions, des satellites météo etc etc ... et sur l'imprudence ou l'inconscience des équipages et compagnies de transport à faire voler un avion incapable de supporter une tempête ou de ne pas modifier la route !!!!

@ Martine, je vous que vous êtes piquée au vif ... pas la peine de répondre en sortant la grosse Bertha ... le fleuré moucheté me convient ! bien à vous !

Écrit par : Mirabelle | mardi, 02 juin 2009

@JF
Les messages recus comme vous le dites vous meme.
Pour le reste, je réserve mes commentaires en famille, pas folle l'abeille!
Cha chai clair?

Écrit par : Martine | mardi, 02 juin 2009

Un dernier pour la route: parfois, rentabilité oblige, on essaie de faire voler des avions dans n'importe quelles conditions, alors que la sagesse devrait normalement impliquer le report du vol. C'est en général plutôt l'apanage de certaines compagnies "low cost", que personnellement je n'emprunte jamais car je me demande comment leurs avions sont entretenus, ... et qui va les piloter. Mais ceci n'est qu'une opinion personnelle.
Air France est censée être une compagnie "sérieuse", et j'espère que cet accident est bien le fruit de la malchance, de circonstances exceptionnelles, et non pas d'une exigence de rentabilité exacerbée.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 02 juin 2009

Les commentaires sont fermés.