Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Gaza, ce qui va changer... | Page d'accueil | Une Crise maîtrisée, Keynes sauve une seconde fois le monde »

vendredi, 16 janvier 2009

Taittinger aligne Goasguen en bonne et due forme

Tiens, il y a un nouveau magazine dans le Seizième arrondissement de Paris. Il s'appelle Seize & Plus. Dans le n°3 (janvier 2009) on trouve un entretien édifiant avec Pierre-Christian Taittinger, qui fut maire du 16ème arrondissement de Paris pendant 20 ans. Son jour le plus désagréable ? voici ce qu'il écrit :

«Le jour le plus triste reste certainement celui où j'ai du quitter mon poste. Non pas que je tenais absolument à m'y accrocher le plus longtemps possible. Mais parce que ce jour fut un jour de trahison. Monsieur Goasguen avait d'abord été désigné par Madame de Panafieu comme tête de liste à la mairie du 16ème. En accord avec eux, je devais finalement me représenter et convaincre les habitants du 16ème afin de préparer mon éventuelle succession. Mais, au dernier moment, Monsieur Goasguen a trahi ma confiance et fait fi de sa parole pour m'éliminer. C'est le côté malsain, vil et lâche de la politique qui, heureusement, n'est pas toujours ainsi.»

Et lorsque l'on demande à Pierre-Christian Taittinger ce qu'il pense de la gestion actuelle de la Mairie du 16ème par Claude Goasguen, voici ce qu'il répond :

«Je préfère ne pas répondre à cette question».

Et quand on lui demande ce qu'il manque au 16ème actuellement, il rétorque : «d'un point de vue politique, un maire capable de se battre intelligemment.» T'as entendu, Claude, comme dirait Hervé ?

12:01 Publié dans Seizième | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : goasguen, taittinger, paris, 16ème, ump | |  Facebook | | | |

Commentaires

Honnêtement, sur la façon dont Taittinger a été écarté, il devrait avoir de la mémoire, car il a fait le même coup à Georges Mesmin en 1989.

Cela étant, il est évident que le groupe qui contrôle la circo du sud de cet arrondissement de Paris a voulu anticiper sur la probable disparition de l'une des deux : Taittinger réélu maire, son alliance avec Bernard Debré aboutissait à conserver celui-ci comme député-maire unique. Ni Leban, ni Goasguen, ni Giazzi, ne pouvaient l'accepter.

La question qui se pose désormais est simple : comment enrayer le déclin du 16e ?

Écrit par : Hervé Torchet | vendredi, 16 janvier 2009

Taittainger a raison mais c'est vrai qu'il a fait la même chose autrefois à Mesmin avec le soutien de J. Dominati . Puis d'être lui même déja victime d'une éviction au Sénat..
A 80 ans bien sonnés , PC Taittinger aurait du préparer sa succession bien avant. Même si il fut un personnage politique d'un niveau nettement au dessus de la moyenne.
Tout comme Goasguen, au demeurant, même si ce n'est pas trop ma tasse de thé. Ce dont souffre le 16ème c'est de ce conservatisme qui le plonge dans la torpeur. Pour certains c'est ce qui fait son charme paraît il !

Écrit par : juste milieu | vendredi, 16 janvier 2009

la politique c'est vraiment impitoyable...

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 18 janvier 2009

Écrire un commentaire