Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La Marseillaise est dépassée, je vote pour Lamartine ! | Page d'accueil | Google Street View, une caméra sur le monde ! »

jeudi, 16 octobre 2008

Crise de pauvres...

Excellent commentaire que celui d'Europium en réponse à Quindi dans les commentaires de mon billet "Europe-Amérique la pression doit monter". J'en fais la copie ici séance tenante :

Lors d'une émission JFK a dit : la crise des subprimes est le premier exemple de "bulle" orchestrée en misant sur les pauvres. Il n'a pas tort et il est quelque part logique que cela conduirait à la catastrophe.

Les très faibles taux d'intérêt aux USA et la politique de bush incitant à l'endettement (parce qu'il fallait consommer à tout prix pour soutenir la croissance)ont conduit les banques américaines a prendre des risques inconsidérés sous l'oeil très complaisant de la FED. De plus, le fait que la chine et d'autres achètent la dette américaine faisait qu'il y avait peu d'inflation aux USA.Donc tout allait bien

Pour gérer le problème les "tricheurs" de la finance,qui ont pris les risques au départ, ont voulu répartir ces derniers sur l'ensemble du système banquier mondial en créant des produits très complexes. Oui, eux savaient ce qu'ils faisaient, d'ailleurs le FBI semblent s'en occuper.

Le problème est que ce système a fonctionné car ils ont pu berner à la fois les systèmes de régulation et les agences de notation. malheureusement à force de voir ce système fonctionner ils ont perdu toute notion du "risque à prendre"( ce dernier étant en adéquation avec leur métier de banquier...), je dirais qu'ils ont pété les plombs.....ils n'ont pu maitriser le monstre qu'ils avaient créé et l'effet domino a fait le reste.

Alors que faire? Un économiste disait que les modèles d'intervention classique pour faire face à cette crise sont obsolètes car ils ne prennent pas en compte que l'économie est mondialisée et que ça complique tout. pour lui il faudra créer un modèle qui puisse prévenir une telle crise, vu qu'il est de plus en plus difficile de gérer ce type de crise après son apparition.....

Il est évident comme le dit arnaud qu'il faut mettre en place une traçabilité du même type que dans l'alimentaire et la santé par exemple. mais est-ce possible avec les paradis fiscaux, qui sont nombreux en europe? cela nécessite de plus beaucoup de transparence dans des métiers ou l'opacité est de rigueur.

Maintenant trop de régulation n'est pas bon pour l'économie. C'est pour cette raison que le système tolère qu'une partie des comptes soient hors contrôle car il est nécessaire que l'oxygène(l'argent) circule très vite pour faire vire l'économie. Donc il va falloir trouver un juste milieu entre une régulation qui ne soient trop stricte pour éviter que certains essaient d'y échapper.... mais bon la nature humaine étant ce qu'elle est il y aura toujours des petits malins pour tenter d'échapper à toute forme de régulation et de règle...

16:43 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : crise, finance, banque, usa |  Facebook | | |

Commentaires

voila malheureusement une véritée de lapalisse de tout les temps....

La réponse que j aimerais bien avoir :Comment faire autrement ...comme certains avancent..meme si on redistribuait les richesses du monde par téte d'habitant...5 a 10 ans aprés on recommencerait a la case dépard!!!!

Écrit par : alainF | jeudi, 16 octobre 2008

@ Alain
simple, il faut inventer une autre idée de l'économie. Cela peut paraître prétentieux, mais il y a du monde (dont moi mais cela est anecdotique) qu'y travaille.

Écrit par : Claudio Pirrone | jeudi, 16 octobre 2008

Ca veut dire quoi inventer une nouvelle idée de l'économie? Comme tout règne animal et végétal ne doit-on pas rentrer dans une logique d'évolution et parler alors d'adaptation en fonction des circonstances et des aléas en éliminant les mauvaises graines ?

Dans une économie mondialisée, limite sauvage le modèle économique actuel n'est plus adapté d'ou certaines dérives. Ne suffit-il pas alors de reprendre les fondamentaux qui ont fonctionné et de bien les recadrer.

Inventer une autre idée de l'économie , c'est bien, mais combien cela va-t-il prendre de temps pour passer d'un modèle théorique viable à une petite échelle à un modèle viable à grande échelle?

Ne faut-il pas méditer sur ce que disait hubert védrine dans un article début juin 2008 ?
« Ce qu'il faut, c'est l'affirmation d'une forte volonté commune des Vingt-Sept autour d'une priorité : défendre les intérêts des Européens dans la mondialisation en faisant de l'UE un pôle régulateur de la mondialisation sauvage. Ce qui peut se décliner : politique commune de l'énergie, de l'environnement et de la recherche, propositions de régulation financière et de réforme des institutions internationales (nouvelles positions dans l'Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire internationnal, l'Organisation pour la coopération et le développement économiques, etc.), stratégie à long terme vis-à-vis des pays émergents, etc. Cela doit être expliqué et se voir. Le moment est opportun : il y a partout, même aux Etats-Unis, une acceptation nouvelle, voire un désir nouveau, de règles. Tout cela peut et doit être entrepris sans attendre un meilleur traité. »

Écrit par : Europium | vendredi, 17 octobre 2008

J'ai un énorme respect par Védrine que j'ai écouté souvent avec plaisir. En dernier à Cap Estérel.

Cependant, je crois qu'une partie du problème lui échappe.

Si l'Hérétique me permet, je vous laisse quelque lien, histoire de ne pas écrire 36 pages :-)

http://skeptikos.hautetfort.com/archive/2008/09/08/l-economie-illiberale.html
http://skeptikos.hautetfort.com/archive/2008/10/09/crise-economique-financiere-du-comment-au-pourquoi.html (article long)

http://eaq.dremm.net/index.php?option=com_content&view=article&id=51&Itemid=68

http://eaq.dremm.net/index.php?option=com_content&view=article&id=48&Itemid=69

Vous demandez le temps de la mise en oeuvre, ce qui est une excellente question. Ce que je propose, sous réserve qu'il fasse consensus, est très facile à mettre en place même si les résultats se verraient de manière progressive.

Écrit par : Claudio Pirrone | vendredi, 17 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.