Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Quatre qualités de Nicolas Sarkozy | Page d'accueil | Affaire Tapie, l'UMP ne manque pas d'air »

vendredi, 25 juillet 2008

LME : le petit commerce peut se gratter...

La dimension humaine était, on s'en souvient, au coeur du projet économique de François Bayrou et de l'UDF au cours de l'élection présidentielle. Cette préoccupation figunogrix.jpgre aussi dans le projet politique du MoDem. Une des conséquences de cette vision, c'est de maintenir l'existence d'un tissu commercial à visage humain tant en milieu urbain qu'en milieu rural. On ne s'étonnera donc pas de l'amendement que Philippe Nogrix, sénateur UDF-MoDem a proposé pour l'article 27 de la LME le 27 juin dernier :

Remplacer les 1°, 2° et 3° du VII de cet article par quatre alinéas ainsi rédigés :

...° Le 1°, 2° et 3° de l'article L. 752‑1 du code de commerce sont ainsi rédigés :

« 1° La création d'un magasin de commerce de détail d'une surface de vente supérieure à 300 m² lorsque celle‑ci se situe dans une agglomération de moins de 10 000 habitants ou d'une surface de vente supérieure à 500 m² lorsque celle‑ci se situe dans une agglomération dont le nombre total d'habitants est compris entre 10 000 et 100 000 ou d'une surface de vente supérieure à 1000 m² lorsque celle‑ci se situe dans une agglomération de plus de 100 000 habitants. Cette création peut résulter soit d'une construction nouvelle, soit de la transformation d'un immeuble existant ;

« 2° L'extension de la surface de vente d'un magasin de commerce de détail ayant déjà atteint les seuils définis au 1° ou devant les dépasser par la réalisation du projet. Est considérée comme une extension l'utilisation supplémentaire de tout espace couvert ou non, fixe ou mobile, et qui n'entrerait pas dans le cadre de l'article L. 310‑2 ;

« 3° La création ou l'extension d'un ensemble commercial tel que défini à l'article L. 752‑3 d'une surface de vente totale supérieure aux seuils définis au 1° ou devant dépasser ces seuils par la réalisation du projet. »

Objet

Cet amendement vise à maintenir le contrôle de la CDEC pour l'ouverture de surfaces de vente supérieures à 300 m², 500 m² ou 1000 m² en fonction du nombre d'habitants de l'agglomération dans laquelle elles sont situées.

Le gouvernement n'apporte, dans l'exposé des motifs du projet de loi, aucun fondement du passage brutal du seuil de 300 à 1000 m². Un tel relèvement de seuil sans justification ne conduira pas à un urbanisme commercial de qualité mais risque fortement de mettre en péril l'équilibre général du tissu entrepreneurial local et de l'aménagement du territoire.


Eh bien manifestement le groupe centriste (on devine qui dans le tas) n'a pas voulu soutenir dans son ensemble cet amendement à l'article 27 de la LME...Quant aux sénateurs UMP, ils n'ont pas moufté, et pour les Socialistes, commerce = de droite, donc...

Ce que je ne comprends pas, c'est que Jacqueline Gourault et Yves Détraigne, deux autres sénateurs MoDem ont essayé à leur tour un amdeement similaire, mais l'ont finalement retiré. Je ne sais pas pourquoi. En voici la copie :

L'objet du présent amendement est de conserver la surface de 300 mètres carrés comme seuil au-delà duquel une autorisation est requise pour l'implantation d'une grande surface.

En effet, la libéralisation jusqu'à 1 000 mètres carrés bénéficiera à la grande distribution au détriment du petit commerce et de l'aménagement du territoire.

En cela, les maires et les élus locaux sont inquiets d'une telle mesure car l'implantation d'enseignes de hard-discount risque de conduire à la fermeture inéluctable de nombreux commerces de détail, et donc à la disparition de milliers d'emplois pérennes dans les centres villes et les bourgs centres.

Car relever le seuil ne peut qu'encourager les commerçants à privilégier leur implantation en périphérie des villes - pour bénéficier d'espace commerciaux plus grands et généralement à des coûts inférieurs - au détriment des centres villes et du commerce de proximité.

Dans les zones rurales où seuls persiste le commerce de proximité alimentaire et où le foncier est particulièrement disponible, les enseignes, notamment, « hard discount », pourront s'implanter sans contrainte au détriment des commerçants indépendants et de l'animation des villages.

07:58 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : nogrix, modem, commerce, lme |  Facebook | | |

Commentaires

Probablement, ils ont estimé que c'était ingagnable

Écrit par : Bzhita | vendredi, 25 juillet 2008

Eh oui, la messe est dite ! Le lobby de Leclerc d'une part, et celui de la FCD d'autre part, auront été plus forts que celui des petits commerçants. Par ailleurs, le couperet des technocrates européens serait tombé un jour ou l'autre. En aparté, ceci nous donne du pain sur la planche pour d'autres combats :
- Obtenir du Conseil de la concurrence que les centrales d'achat pratiquent un tarif loyal à l'endroit des commerces de proximité
- Se battre au niveau européen pour qu'il y ai une véritable équité entre les différents formats de commerce.

Écrit par : Pierre | vendredi, 25 juillet 2008

J'irais plus même plus loin.

L'occasion des européennes est parfaite pour porter une réelle avancée dans les visions économiques à la fois de l'Union et de la France.

Quand on parle d'économie il faut garder une chose à l'esprit : il n'existent pas de "lois" économiques, sinon l'économie serait parfaitement prévisible, ce qui, à l'évidence, est faux. A titre d'exemple, la crise des "subprimes" est justement une crise due à des anticipations erronées sur un marché spécifique, l'immobilier de second achat.

En économie existent des "théories", c'est à dire des représentations de comment l'économie -devrait- marcher si certaines conditions, prises comme axiomes, sont remplies.

Si je divague de la sorte, c'est que la politique économique européenne est inspirée depuis le Traité de Rome (bah oui) par le principe de "concurrence libre et non faussée". Or ce principe fait partie d'une théorie qui s'est avérée pertinente pour les pays avec des niveau économiques plutôt faibles et des inégalités distributives limitées.

Or il est opportun de rappeler que, selon les données de l'INED, en 1957, on enregistra 329 décès par cause de malnutrition protéino-calorique. En 1999, dernière année pour laquelle les données sont disponibles on aurait pu s'attendre à des progrès importants : malheureusement ce n'est vrai en rien et on en recense 1107.

En même temps, le niveau moyen de vie en France a considérablement progressé.

Ces deux éléments, augmentation moyenne du niveau de vie et inégalités manifestement croissantes, contrastent les axiomes qui sont à la base de la théorie communément acceptée.

Aujourd'hui, je crois pouvoir démontrer que, dans une perspective libérale (!):
- la mise en œuvre d'une politique de concurrence est parfaitement inutile
- un monopole peut être plus bénéfique pour le consommateur qu'un système concurrentiel
- les effets multiplicatifs "à la Keynes" peuvent être inexistants
- les politiques dites de croissance sont pernicieuses et impliquent, dans le court terme, la possibilité de manipulation de masse
- et enfin, que la parfaite globalisation de l'économie mondiale est incompatible avec une croissance économique durable

Bien évidemment, il est bien possible que je me trompes et c'est pour cela que je vais confronter mon point de vue au sein de notre commission économie.

Mais, si j'avais raison, alors on a l'occasion d'inventer le paradigme économique pour le XXIème siècle.

Ce qui, au passage, rendrait complètement obsolète le débat droit-gauche.

Vaste chantier :-)

Écrit par : Bzhita | samedi, 26 juillet 2008

Je réponds à Bzhita sur son site !

Écrit par : Pierre | samedi, 26 juillet 2008

Merci de ton commentaire :-) Je travaille actuellement aux cinquième de mes "concepts clé" qui, justement, veut poser les principes d'une réponse à la question qui tu évoques.

Écrit par : Bzhita | samedi, 26 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.