Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Taxer plus les stock-options ? Oui, mais... | Page d'accueil | L'affaire du SMS de Nicolas Sarkozy »

vendredi, 08 février 2008

Paris 16ème : les villages de Jean Peyrelevade

Premiers diagnostics pour Jean Peyrelvade à propos du 16 arrondissement de Paris où il est candidat aux Municipales. J'ai trouvé intéressant sa remarque : il compare le 16ème arrondissement à une agglomération de petits villages, relativement indépendants les uns des autres, et donc avec leurs cultures spécifiques.

Une partie de son analyse tourne autour de ce constat, et il remarque, notamment, que les besoins et desiderata des habitants du 16ème sont en fait spécifique au village dans lequel ils habitent.

Cette observation est d'autant plus pertinente que la consitution du 16ème arrondissement s'est réalisée par agglomération de faubourgs et de bourgs, en effet.

Revenant sur son engagement aux côtés de François Bayrou depuis décembre 2006, Jean Peyrelevade évoque une gauche « hors d’état de gouverner » et les « dangers » de la gestion de Nicolas Sarkozy. La diversité des « villages » du 16ème lui rappelle sa ville natale de Marseille. Mais l’apparente prospérité de l’arrondissement ne doit pas masquer certains problèmes : le déficit criant en matière d’accueil de la petite enfance, les difficultés de transport à l’intérieur de l’arrondissement, les prix de l’immobilier qui nuisent à la mixité sociale, les zones d’insécurité… Pour y remédier, il faut réussir à « faire vivre ensemble des communautés somme toute différentes ».

Commentaires

Merci pour ce billet. J'aime vriament beaucoup l'approche de Jean Peyrelevade à la chose politique: il parle toujours en technicien constructif et rarement en politicien. Vraiment un homme de valeur (j'avais eu l'occasion de l'entendre lorqu'il était à la tête du CL pendant son redressement, c'était un meneur d'hommes aussi). Si le MoDem pouvait récupérer le colistier des années CL de Peyrelevade, Pascal Lamy, ce serait bien aussi!

Écrit par : ArnaudH | vendredi, 08 février 2008

Salut Arnaud

J'aime beaucoup Peyrelavade aussi, en revanche, si tu parles du Pascal Lamy qui est devenu directeur de l'OMC après avoir été commissaire européen, je vais m'étrangler. C'est l'archétype du socialiste menteur et "moderne" que je déteste par excellence : c'est ce type-là qui a été de tous les mauvais coups en Europe pour tenter de mettre fin à l'exception culturelle, et qui se satisferait très bien d'une identité européenne inondée de films américains , parlant anglais, et sautant comme un cabri en récitant le bréviaire de la démocratie.
Tout ce que je déteste :-(

On peut en parler plus longuement si tu veux, j'ai d'ailleurs quelques notes à ce sujet sur mon blog : ce type a toujours oeuvré contre l'intérêt de la France partout où il est allé, avec le consentement éclairé de Jospin et sa bande de potes socialistes qui faisaient l'inverse en Europe de ce qu'ils clamaient devant le peuple.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 08 février 2008

@ Arnaud

Pour tout te dire, la venue de Pascal Lamy au MoDem serait un casus belli pour moi. Je quitterais immédiatement le MoDem si cela se produisait. Mais il 'y a pas de risques : ce gars-là aime bien trop les puissants de ce monde pour se rapprocher de nous qui n'avons rien à lui offrir.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 08 février 2008

Je voudrais dire que j'aime bien Jean Peyrelevade parce
qu'il n'est ni de parti pris, ni vaniteux (ce qui est rare
pour un économiste par les tps qui courent). Je reconnais
toutefois que l'on peut souvent faire confiance aux
économistes tenus d'être indépendants, ceux du CNRS par exemple).

Et puis J. Peyrelevade va toujours vite à l'essentiel.

A ce propos je m'étonne que l'on parle si peu du fait que
le déficit commercial Francais "explose" si l'on peut dire.

Mon opinion est que c'est trés important et qu'il n'y a
aucune chance que ca s'améliore tant que Sarkosy
aura une influence au pouvoir (La raison profonde
est qu'il n'aime pas vraiment la France et l'Europe
et donc leur compétitivité n'est pas quoiqu'il pourrait
en dire une priorité pour lui).

Écrit par : Luc | vendredi, 08 février 2008

Ouhlà, j'ai réveillé la bête qui sommeillait, lol!

Faudra que tu me précises, preuve à l'appui, quels sont ses défauts majeurs (mis à part ceux discutés ici) car pour moi, ce type est brillant et son alliance avec Delors (DirCab à la Commission) puis Peyrelevade (n°2 au CL) puis Prodi (Commissaire au Commerce) et son attachement au Mouvement Européen en font un politicien qui m'intéresse.

A titre personnel, je ne lui reprocherai jamais de ne pas oeuvrer pour les intérêts de la France dans des postes européens ou à l'OMC car ce n'est pas son rôle (pas plus que DSK au FMI ou Trichet à la BCE)... par contre pour l'exception culturelle, c'est gênant, je te l'accorde; mais cela faisait partie d'une négociation plus large au sein de l'AGCS - AMI... en effet c'est problématique, mais on ne peut reprocher un seul aspect à celui qui est responsable de négocier pour 15 pays lors d'une négociation mondiale avec 200 intervenants (ce rôle de blocage doit être joué par le gouvernement et non le commissaire européen en charge de la négociation).

Après qu'il ne soit pas un socialiste typique, ne me pose aucun problème... c'est justement les hommes qui réfléchissent à l'extérieur du dogme qui m'intéressent! Par contre il est d'une certaine froideur publique, c'est vrai... et c'est aussi très vrai qu'il préfère les hautes sphères du pouvoir plutôt que la politique de terrain, mais bon, il en faut aussi! Alors oui, c'est un "libéral de gauche" comme ils disent chez Alternative Libérale, et je ne suis pas non plus d'accord sur des excès de libéralisme économique, mais je n'en fait pas un casus belli, car je suis convaincu qu'on peut réussir à s'entendre (et quelle part de ce libéralisme est du à une volonté d'obtenir des postes à la Commission et à l'OMC... mystère).

Si mes souvenirs sont bons, Bayrou en avait bien parlé comme d'un premier ministrable (au même titre que DSK - ce qui semble logique vu que les trois, avec Rocard, sont les principaux membres de la deuxième gauche)... le jour viendra où ce genre d'alliances deviendra inévitable si le MoDem veut arriver au pouvoir, autant s'y préparer.

Pourrais-tu m'orienter vers tes billets qui parlent de ce sujet?

Écrit par : ArnaudH | vendredi, 08 février 2008

J'aime bien Delors, j'aime bien Peyrelevade, mais je vomis Lamy.
Effectivement, il en avait parlé, et j'avais fait un bond au plafond...
Je prends le temps, et je te donnerai quelques arguments.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 08 février 2008

à Luc

Oui, je suis entièrement d'accord, et c'est ce qui m'inquiète. Nous allons dans le mur de plus en plus vite, et personnellement, j'avoue que j'en suis très inquiet.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 08 février 2008

Les commentaires sont fermés.