Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Paris 16ème : les villages de Jean Peyrelevade | Page d'accueil | Google versus Microsoft, le choc des Titans »

vendredi, 08 février 2008

L'affaire du SMS de Nicolas Sarkozy

Je n'ai pas l'habitude de défendre Sarko, mais sur ce coup-là, ceux qui ont balancé cette info, vraie ou fausse, peu importe, d'ailleurs, parce qu'on s'en fout, sont d'authentiques salopards.

Cela le regarde, et cela ne nous regarde pas, c'est sa vie, pas la nôtre. En plus, il y a une intention que je juge malfaisante, qui est de saboter son mariage avec Carla Bruni. Je trouve le procédé répugnant, pas même digne du caniveau.

Le journalisme qui en est là, c'est du journalisme de merde, parce ce que, ce que l'on attend d'un journalisme digne de ce nom, c'est de nous informer sur l'état de la France, les grands sujets de société, les questions politiques, ce qui préoccupe au jour le jour les Français, et à la rigueur certains faits divers, s'ils sont édifiants, gagnent à être connus, et ne portent pas tort indûment à autrui.

Je suis d'autant plus surpris que ce n'est pas le style du Nouvel Obs de balancer ce genre de merde. Je pense qu'il faut faire consensus pour condamner ces dérives dégueulasses qui essaient de frapper dans l'intime.

J'ai pour ma part, une conception toute autre de la politique. 

Commentaires

On est bien d'accord !

Écrit par : le fond du bocal | vendredi, 08 février 2008

Effectivement, on frôle le journalisme de caniveau.
D'ailleurs ce genre d'attaque risque sans doute de relancer les réactions contre l'anti-sarkozysme primaire, et la victimisation du chef.

Écrit par : Thibault | vendredi, 08 février 2008

Pas très reluisant... la question est pourquoi TOUT LE MONDE, même les bloggeurs ont repris ce sujet ?? il n'y a pas que les le journaliste en question qui a "merdé", tous ceux qui ont décidé d'écrire sur ce sujet ont également une part de responsabilité.

Écrit par : Christelle | vendredi, 08 février 2008

@ Christelle

Ben, là, c'est surtout pour protester contre le journalisme de caniveau que l'on nous propose, pour ma part, pas pour faire de l'info de caniveau, d'ailleurs, je ne donne pas même les tenants et aboutissants de l'histoire.

à Thibault
Je crois que ce n'est pas la question. C'est simplement du journalisme ordurier, et si l'on commence à l'accpeter maintenant parce que c'est Sarko, on en sera tous victimes un jour ou un autre.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 08 février 2008

Je suis complètement d'accord pour dire que ce genre de dérives "journalistiques" (!!) sont absolument nulles. Vraie ou fausses, on s'en fout, là n'est pas la question.

Mais, la réaction de Sarkozy est assez nulle aussi. Il aurait 1000 fois mieux fait d'y répondre par une boutade, et mettre les rieurs de son coté, ce qu'en plus il sait très bien faire. Là, avec un dépôt de plainte, il ouvre la porte à des choses que je n'aime vraiment pas.

D'abord parce que ce n'est pas le rôle du Président d'entrer dans ce genre d'altercations niveau cour de récré avec un média. Mais surtout parce que le dépôt de plainte est justifié ainsi "faux, usage de faux et recel". Que l'info soit vraie ou pas, porter plainte contre un support de presse pour "recel", c'est tenter de l'obliger à livrer ses sources.

Et ça, cela va à l'encontre de la liberté de la presse, et à l'encontre de ce que le même Sarko affirmait le 8 janvier dernier : "Un journaliste digne de ce nom ne donne pas ses sources. Chacun doit le comprendre, chacun doit l'accepter. (...) Il m'arrive d'être mitigé sur le respect d'une certaine déontologie professionnelle de certains de vos confères, je ne l'ai jamais caché et je l'assume. (...) [Mais] je préfère les excès de la presse à l'absence de la presse."

Nous sommes typiquement dans un "excès de la presse".

Aujourd'hui, l'objet du litige est un truc ridicule. Mais si demain Le Monde fait un papier sur un sujet plus sérieux mettant en cause Sarkozy... il se passera quoi ?

Si Le Monde avait été obligé de sortir ses sources lors de l'affaire du Rainbow Warrior, aurait-il pu la sortir ? Même question concernant l'affaire des frégates ou Clearstream...

On s'aventure avec ce dépôt de plainte sur un terrain extrêmement dangereux...

Écrit par : Bertrand | vendredi, 08 février 2008

Tel est pris qui croyait prendre.

Sarko a mis en scène sa vie privée (on se souvient du célébre "bonne chance mon papa" ou du gamin qui se cache les yeux sur les épaules du président) et il récolte aujourd'hui les mauvais fruits qu'il a lui même semé. Tant que Sarko tenait la presse en main (censure au JDD, au Parisien, pressions, etc.) il faisait le fanfaron mais maintenant que l'info et les rumeurs le dépassent il panique. Et pas qu'un peu ! Il attaque au pénal un organe de presse, devenant le premier chef d'Etat depuis Pétain à agir de la sorte.

On ne joue pas impunément avec le feu.

Écrit par : sebastien | vendredi, 08 février 2008

à Sébastien et Betrrand,

Je suis d'accord pour dire que la réaction est disproportionnée. Mais un magazine comme le Nouvel Obs qui cherche à briser son mariage, c'est positivement dégueulasse comme procédé, et cela va au-delà du people habituel. Si en plus il devait s'avérer que c'était un faux...
Il y a des trucs qu'il vaut mieux ne pas commencer à laisser passer.

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 08 février 2008

Il y a deux niveaux différents:

1. balancer l'info

2. en parler sur d'autres supports une fois qu'elle a été balancée.


Pour le premier niveau, il est évident que le NouvelObs est dans une logique militante de dézingage de Sarko à tout prix. A quoi peut s'ajouter la recherche de scoop et de buzz. Un organe de presse reste une entreprise commerciale. Le site Rue89 a connu le succès en révélant l'affaire du non-vote de Cécilia Sarkozy au second tour. La recherche de scoop reste un moteur de l'activité journalistique, peu importe le sujet, et si possible pour un sujet générateur d'audience (Sarkozy ou Laure Manaudou).


Pour le deuxième niveau, à partir du moment où un grand magazine sort cette info, elle devient un fait politique, qu'on ne peut pas plus ignorer qu'une guerre.
Ne pas en parler, c'est comme ne pas parler de la guerre de 14 sous prétexte qu'elle est sale et fait des morts.
Il est évident qu'une telle nouvelle, une fois sortie, a des repercussions politiques dans le pays, c'est donc une info politique.

Écrit par : Axel | samedi, 09 février 2008

(il ne faut pas oublier qu'il n'y a pas de média sans audience. Un média sans audience, c'est un journal intime.

La recherche d'audience est inséparable de l'activité de création d'un média, même si elle ne doit pas être le but.

Il se trouve que les sujets "people" sont le plus économe moyen d'obtenir de l'audience.
La presse connaissant des difficultés financières, il est inévitable qu'elle se tourne vers ces sujets pour augmenter son lectorat à peu de frais.

Il y a bien sûr une course folle et la question de savoir jusqu'où un média peut aller trop loin pour créer un buzz, le tout dans un contexte concurrentiel de surenchères permanentes...

Ce n'est pas reluisant, mais croire qu'on peut développer un média sans jamais faire appel aux instincts de masse est assez illusoire, à moins d'investir à perte d'énormes sommes d'argent.

Les oeuvres pures et honnêtes ne sont quasiment jamais rentables. La recherche du temps perdu fut publiée à compte d'auteur par un Proust vivant de ses rentes.)

Écrit par : Axel | samedi, 09 février 2008

@ Axel,

On peut faire du people sans pour autant être malveillant : dans cette histoire, c'est ce que je reproche au Nouvel Obs.

Écrit par : L'hérétique | samedi, 09 février 2008

C'est la malveillance qui fait la viralité. On a rarement autant parlé du NouvelObs.

Un simple article people est noyé parmi les autres, c'est le problème de la surenchère et de la concurrence.

Écrit par : Axel | samedi, 09 février 2008

Le rédac chef du Nouvel Obs s'explique:

http://www.page2007.com/airy-routier-jai-publie-le-sms-de-sarkozy-a-cecilia-parce-quil-a-le-doigt-sur-le-feu-nucleaire/

Écrit par : Axel | samedi, 09 février 2008

Quand Sarko insiste publicitairement sur la prison pour
les petits délinquants de 16 ans (alors qu'il sait que c'est
pire que mieux pour tout le monde), quand il parle toujours
des fraudes des petits chômeurs alors qu'il sait bien que
c'est négligeable en terme de budget, ou même quand
il profite à plein de l'amitié intime de possesseurs de TV
pour se faire une propagande éhontée etc...,
etc ... Moi je trouve cela parfaitement déloyal.

Alors franchement, si le Nouvel Obs est sûr à 1000 %
de son information je l'approuve totalement,j'en suis
même content .

Simplement si la règle convenue dans un mouvement
est qu'on exploite pas alors je n'exploite pas mais
c'est simplement parce quec'est la règle.

Écrit par : Luc | samedi, 09 février 2008

J'ai passé le plus clair de mon temps à défendre Ségolène Royal, face aux attaques massives dont elle avait été l'objet. Attaques, venant surtout d'innombrables médias proches de l'UMP.

Mais là, je pense comme vous, l'auteur de cet article.

Il est aussi inacceptable de faire du commerce avec la souffrance affective d'êtres humains (quoi d'autre, peut donc avoir généré cette histoire de prétendu sms ?), que de faire du commerce avec les lingots de l'or des alliances de victimes de l'Holocauste où il était gravé "je t'aime".

Il y a ainsi des limites à ne pas franchir. Les gros titres et les blogs sordides de commentaires que l'on a fait de cette histoire de sms, tout comme ceux, ignobles, que l'on a fait de la profonde souffrance affective de Ségolène Royal, sont parfaitement inacceptables.

Comme vous, je me battrais là-contre avec la dernière énergie. Tel, est notre devoir. La couleur politique est sans importance. Ce sont des êtres humains, comme vous et moi.

Http://evrywhere.typepad.fr

Écrit par : Elysium | vendredi, 15 février 2008

à Elyzium

Coton, votre blog...Je connais les sagesses antiques, mais la physique quantique...euh...;-(
Sinon, on est tout à fait d'accord.

Écrit par : L'hérétique | samedi, 16 février 2008

Les commentaires sont fermés.