Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'Esprit des Lois (2) : la justice... | Page d'accueil | L'Esprit des Lois (4) : les dettes... »

jeudi, 02 août 2007

L'Esprit des Lois (3) : le commerce...

Ouf : je viens de récupérer une connexion après près de 15 jours de coupure !

Et entre temps, comme j'avais égaré le tome I de l'Esprit, des Lois, j'ai du coup commencé le Tome 2.

Livre XX sur le commerce, chapitre I, de toute beauté...

 

Les matières qui suivent demanderaient d'être traitées avec plus d'étendue; mais la nature de cet ouvrage ne le permet pas. Je voudrais couler sur une rivière tranquille; je suis entraîné par un torrent.

 Le commerce guérit des préjugés destructeurs et c'est presque une règle générale que, partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces.

 Qu'on ne s'étonne donc point si nos mœurs sont moins féroces qu'elles ne l'étaient autrefois. Le commerce a fait que la connaissance des mœurs de toutes les nations a pénétré par-tout: on les a comparées entre elles, et il en a résulté de grands biens.

 On peut dire que les lois du commerce perfectionnent les mœurs, par la même raison que ces mêmes lois perdent les mœurs. Le commerce corrompt les mœurs pures [1] : c'était le sujet des plaintes de Platon; il polit et adoucit les mœurs barbares, comme nous le voyons tous les jours.



[1]      César dit des Gaulois que le voisinage et le commerce de Marseille les avaient gâtés de façon qu'eux, qui autrefois avaient toujours vaincu les Germains, leur étaient devenus inférieurs. Guerre des Gaules, liv. VI [chap. XXIII].

N'est-ce pas magnifiquement analysé ? On a là toute l'ambiguïté des échanges commerciaux et du négoce en général. Un bon sujet de réflexion pour les adhérents de l'UDF et du MoDem, mais pour les autres aussi. Je trouve pour ma part, qu'il y a une grande parenté entre les réflexions de Montesquieu et celle de Bayrou, sur l'économie. En fait, j'ai lu l'ouvrage plus en avant, mais je ferai une note à ce sujet un peu plus tard dans la semaine. 

 

Commentaires

Très interressant, vraiment !
On est d'accords ou pas, mais c'est finement analysé....
Je me suis permis de mettre un lien sur mon site vers ton blog.
Si tu souhaites diffuser tes idées et tes textes, n'hésites pas à m'evoyer des articles, que je publierais sans problème.

Écrit par : http://www.social-democrate.eu | vendredi, 03 août 2007

Plus je lis Montesquieu, plus je demeure soufflé par la simplicité et en même temps la puissance de ses observations.
Il a également beaucoup réfléchi sur la nature du despotisme, et je crois qu'on peut plus que largement s'inspirer de ses réflexions vu la situation dans pas mal de pays proche-orientaux et moyen-orientaux ou encore africains.
Tout particulièrement la Lybie.

Je prépare un billet très prochainement sur le sujet...

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 03 août 2007

@ social-democrate

ah, au fait, merci pour le lien et la proposition.
Je fais signe dès que j'ai un article en particulier à faire valoir.

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 03 août 2007

Les commentaires sont fermés.