Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 avril 2014

Le protectionnisme est l'enjeu principal des Européennes

On n'évitera pas d'appeler un chat par son nom dans ces élections : la défiance que manifestent beaucoup d'Européens envers l'Europe provient de ce qu'ils jugent qu'elle ne les protège pas et que de surcroît, à la place, elle lui impose une flopée de règlements plus tatillons les uns que les autres.

L'actuel débat sur le traité transatlantique ou TTIP traduit au fond la divergence entre les préoccupations des euro-députés et celles des Européens. Les enquêtes d'opinion le montrent clairement, les Européens sont favorables à un resserrement général de leur commerce sur leur propre territoire.

 Quand les eurodéputés ont lancé il y a quelques années un débat sur les IGP, et la nécessité de protéger les "made in" ils se sont trouvés en phase avec leurs concitoyens.

Les Français au même titre que le reste des Européens aspirent à ce qu'on ne leur force pas la main, à ce qu'on les informe et à ce qu'on ne les mette pas devant le fait accompli.

La concurrence sur le marché du travail avec les pays émergents low-cost ou même certains pays nouvellement élargis de l'Union européenne est une préoccupation importante de nos concitoyens.

Dans tous ces domaines, les Français souhaitent la mise en place de barrières parce qu'ils s'estiment victimes de règles injustes.

En négociant des traités qui les lèvent, qu'il soit fondé ou non de le faire, les gouvernements et les eurodéputés vont exactement à rebours des opinions publiques d'un bon nombre de pays européens.

Même au sein des électorats FN et Front de gauche on trouve en France une majorité favorable à la construction européenne. C'est la disjonction entre les représentants du peuple et les élus qui provoque ces votes-refuge protestataires.

Ce serait encore une erreur de faire tourner le débat autour de la pertinence ou non des barrières douanières. On n'en est plus là, désormais, mais plutôt à se demander lesquelles on met en place.

Bref, un nouveau passage en force provoquera une explosion de colère, fût-elle froide, au sein de la population.

Nous devons cesser de parler de l'ouverture de nos frontières en permanence (et dans tous les domaines, d'ailleurs, pas seulement celui du commerce) mais commencer à évoquer au contraire leur fermeture et à quelle échelle.

 Ce ne sera qu'une fois des règles équitables et acceptées comme telles par les opinions publiques qu'on pourra avancer à nouveau et envisager des réouvertures acceptées par tous.

12:17 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : protectionnisme |  Facebook | | |

lundi, 16 janvier 2012

Le mauvais protectionnisme de Marine Le pen

Si Marine Le pen accédait au pouvoir en France, les agences de notation seraient très embêtées : pas parce qu'elles sont le «mal» supra-national et libéral mais plutôt parce qu'il leur faudrait créer la catégorie ZZ- pour donner une valeur aux mesures que la candidate du Front National prendrait.

Enlevez la facture pétrolière et la France devient tout de suite excédentaire sur la balance de ses exportations. 80% de ses exportations sont des produits manufacturés issus d'usines. Si on s'amuse à faire joujou avec nos taxes, les autres en feront autant. L'inconvénient, c'est qu'avec la structure de notre balance commerciale, nous ne serons pas gagnants à ce jeu-là...

Au fond, il n'y a pas de bon protectionnisme, mais celui que Marine Le pen a choisi est le pire, parce qu'il nous conduit à l'autarcie. L'autarcie, on a vu ce que cela donnait avec Ceaucescu ou encore la Corée du Nord. Si l'on remonte plus loin dans l'histoire, le dernier État européen à avoir pratiqué la chose, c'était l'Allemagne nazie. Beau modèle...

Promouvoir la France, c'est une bonne chose : mais il y a une manière intelligente de le faire, comme par exemple le choix de société que propose Bayrou en faisant des consommateurs Français les acteurs de leur propre promotion et de l'État un stratège, et une manière néfaste et déresponsabilisante comme celle de Madame Le pen dont l'action est tout entière tournée vers l'État promoteur de la taxe et pas du tout vers les initiatives individuelles.

Son protectionnisme amènera simplement à faire monter artificiellement les prix si jamais il devait s'appliquer. Et c'est tout.

15:30 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : le pen, protectionnisme |  Facebook | | |